13/04/2017

L’Occident joue avec le feu

Capture d’écran 2017-04-13 à 16.54.29.png

Lire, dans l’éditorial de La Tribune de Genève de ce 13 avril, que le meilleur moyen de réagir à l’attentat de Dortmund, était de maintenir le match à jouer pour, ainsi, se montrer plus fort que la terreur, selon le slogan hélas trop de fois entendu ces derniers mois, comme l’écrit Arnaud Dubuis, confirme, une fois encore la position de l’Occident.

Le prix à payer, dans nos villes, ajouté à celui, bien plus lourd qui pèse sur la Syrie, sur l’Irak, sur le Yemen et tant d’autres pays encore que des intérêts de puissants ont mis à feu et à sang, ne doit rien à celle qu’on ne cesse de viser, la Russie.

Qui a enflammé le Moyen-Orient? Qui, avant cela, a mis à sac tant d’autres pays pour y apporter la démocratie? La Russie? Bien sûr que non puisqu’elle-même est dans le collimateur de nos apôtres démocrates.

C’est pourtant bien la Russie qui, de longue date, appelle à une coalition internationale contre le terrorisme!

Il va de soi que lorsqu’en France, on a des Jack Lang et des Laurent Fabius qui s’expriment sur le Qatar et l’Arabie Saoudite, pour le premier, Al Nosra, pour le second on comprend ce qu’il en est.

Que notre Occident si soucieux de démocratie ait fait allégeance sinon alliance avec de telles mouvances, qu’il ait accepté de dépendre de telles puissances, c’est dire!

Et persister ainsi en s’acharnant à rendre une image dévoyée de la Russie pour en faire notre ennemie tandis qu’avec elle, on partage une Histoire et une culture, c’est tout simplement trahir.

Alors non, s’imaginer plus fort que la terreur, c’est, au contraire, se résoudre chaque fois un peu plus à cautionner les forces qui la mandatent.

 

12/04/2017

L’Occident, au gré de bombes, expose les siens. Mais c’est la Russie qu’il poursuit

Capture d’écran 2017-04-12 à 16.52.11.png

Que fait l’Occident contre l’Etat islamique?

S’indigner?

C’est vrai que comme manière de résister, c’est assez efficace. Tout comme celle de dire que l’on va continuer de consommer en terrasse après s’être tous appelés Charlie.

L’Occident et ses chefs d’Etat réunis renouvellent à chaque attentat leurs condoléances, certes de manière moins empressée lorsqu’il s’agit de les présenter à la Russie.

On se rappelle comment la Maire de Paris a enfin daigné éteindre la tour Eiffel en hommage aux victimes du métro de Saint Pétersbourg.

Mais que veut-on? Voir mourir sous nos yeux encore autant de civils possible? Assister à la mort en direct des nôtres?

Pleurer, ensuite, la violence du  monde?

Voici une analyse des attentats qui ont endeuillé l’Egypte. Pour avoir entendu de telles explications en relation, entre autre, avec le statut des coptes dans ce pays, force est, malheureusement, de confirmer ce que déclare Bassam Tahhan.

Quant à sa conclusion, elle vaut d’être méditée.

 

 

19/02/2017

Conférence de Munich pour la sécurité, Donbass, Crimée, OTAN...

Capture d’écran 2017-02-19 à 15.46.31.png

                                                                             capture d’écran: Le courrier du soir

Tandis que se tient jusqu’à ce soir, à Munich, la Conférence pour la Sécurité, un accord de cessez-le-feu au Donbass a pu être négocié dans le cadre du format Normandie.

Il entrera en vigueur ce 20 février tandis que de violents affrontements avaient repris entre indépendantistes de Luhansk et de Donetsk et forces gouvernementales de Kiev.

Cependant, après la demande de Donald Trump à la Russie de restituer la Crimée à l’Ukraine, il semble que le chemin vers la paix soit encore parsemé d’embûches.

Pour rappel et s’agissant de l’intention exprimée en 2014 déjà par Petro Poroshenko de récupérer la péninsule qui avait choisi de rejoindre la Russie par referendum, les avis exprimés étaient le plus souvent clairs et sans ambages. Il en avait été question ici

Sur cette problématique des Etats à l’indépendance sinon au statut controversés, cette analyse est particulièrement éclairante.

On y lit, en tous les cas, la complexité de situations aussi sensibles qu’explosives mais tout autant, les intérêts que certains ont à les entretenir.

Et cependant, à Munich, on discute et on signe.

06/09/2016

Eté polémique, été meurtrier, l’islam en question

 

islam-background.jpg

L’été aura vu naître, en France et ailleurs aussi, toutes sortes de prises de position face à l’islam. Certes, il n’aura pas été nécessaire d’attendre ces derniers mois pour que les réactions s’avivent face à cette religion.

Le fait est que les attentats et autres agressions dites de déséquilibrés ont d’autant excité les replis identitaires des uns et des autres.

En témoigne l’Allemagne qui a vu sa Chancelière accuser le coup lors des récentes élections régionales tandis que dans sa propre circonscription est arrivé en tête de scrutin le parti AfD, en français, Alternative pour l’Allemagne.

Philippe Bilger, ancien avocat général à la cour d’assises de Paris a publié un billet sur son blog qui mérite toute l’attention à lui porter.

Le désormais magistrat honoraire y expose, en effet, une approche nuancée et non moins explicite de l’islam en France.

En opérant une distinction entre islam meurtrier, islam provocateur et islamisation, Philippe Bilger sensibilise d'autant au rapport aussi varié que complexe qu’entretient la France, entre autre, à l’islam.

Il faut lire son approche d'un sujet qui semble ne plus pouvoir être abordé sans provoquer de remous:

http://www.philippebilger.com/blog/2016/09/lislamisation-...

 

25/07/2016

Alep, Nice, la vie ordinaire brisée

des-syriens-evacuent-le-quartier-rebelle-d-hayy-aqyul-a-alep-frappe-par-un-raid-aerien-le-22-avril-2016_5588171.jpg

La polémique* qui sévit en France entre une policière et le Ministre de l’Intérieur est vite devenue politicienne.

Rien d’étonnant à cela quand on sait le mépris de tant de vies détruites un peu partout dans le monde.

Au nom de la démocratie, la droite sarkozyste n’a-t-elle pas attaqué la Libye?

Au nom de la démocratie, la gauche hollandienne ne lui a-t-elle pas emboîté le pas en Syrie?

Pour quel résultat?

Mourir à Nice, à Alep ou à Ansbach**, c’est avoir perdu sa vie pour des politiques.

Choisies ou non par les victimes, elles ont réglé leur sort.

Ni la France, ni l’Allemagne ne sont en guerre mais leurs citoyens ne sont plus épargnés par les orientations de leurs gouvernements.

 

* http://www.bfmtv.com/societe/nice-la-policiere-qui-accuse... 

 

** http://www.20minutes.fr/monde/1897963-20160725-allemagne-...

 

Sujet paru en page 18 de l'édition papier de La Tribune de Genève du 27 juillet 2016 sous le titre: Nice, Alep, Ansbach...

 

 

20/03/2016

Migrants, le coeur et les raisons

56619dcfc461889d5f8b4587.jpg

Mercredi 16 mars dernier, Infrarouge, émission de la chaîne publique d'information suisse RTS, s'est penchée sur la question des migrants:

http://www.rts.ch/play/tv/infrarouge/video/migrants-a-quo...

Les intervenants ont tous apporté leur point de vue, le débat s'est déroulé de manière sereine.

Il n'en demeure pas moins que le sujet reste brûlant, quelles que soient les décisions qui seront ou qui auraient déjà été prises par les autorités compétentes.

Cet article ci-après, paru dans le magazine français Le Point, donne un éclairage qui met la Suisse en ligne de mire pour nombre de migrants:

http://www.lepoint.fr/monde/la-suisse-se-prepare-a-un-aff...

Rien n'est simple, en la matière, en attestent les diverses prises de position citoyennes -comme on dit- et politiques.

Humain, charismatique, qui ne souhaiterait se montrer tel?

Cependant, entre idéal et pragmatisme, s'immisce la crispation identitaire et culturelle. 

 

08/02/2016

La femme, l'islam et la "gauche européenne"

rosefanee.jpg

 

Cette femme rêve-t-elle?

En tous les cas, elle analyse. Et de nombreux éléments sont à retenir des propos qu'elle tient:

http://www.telerama.fr/idees/apres-cologne-nous-voyons-en...

Ce qu'énonce cette sociologue algérienne confirme comment les extrêmismes s'alimentent les uns les autres.

Car à lire ce que déclare Marieme Helie Lucas de ce qu'elle appelle gauche européenne, le constat est dressé: incapacité mortifère à soutenir les droits des femmes contre toute agression.

Doit-on y voir l'impossible place à prendre par un modèle de société rappelé pourtant en boucle par autant de ses défenseurs?

Droits et autres revendications sans cesse claironnés semblent en réalité s'effacer derrière la crainte de se voir étiqueté. 

Dans ce contexte, cherchez la femme!

Tel était bien le sens de l'injonction lancée ici-même:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/01/11/cologne-cherch...

Aussi,  lier le sort de la femme à la politique paraît-il bien hasardeux.

 

06/02/2016

Soumission?

testosterone_690x350.jpg

Décidément, certaines parties de l'anatomie masculine semblent prisées pour définir ce que serait un chef d'Etat.

On se rappelle le pas de testicules, pas de cerveau d'Oliver Delamarche à propos d'Alexis Tsipras:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/20/pas-de-testicu...

Voici que Michel Onfray évoque la testostérone du chef de guerre, hélas! -précise-t-il- argument électoral.

Dans un article paru sur le site du Point.fr, le philosophe dénonce l'attitude guerrière de l'Occident qui aurait tué des millions de musulmans et justifierait, selon lui, la réaction des concernés.

Or juste avant cela, le silence observé par notre élite journalistique et mondaine, intellectuelle et parisienne au sujet des agressions sexuelles de Cologne le fait estimer que nous vivrions déjà sous le régime de la soumission

En ceci, indique-t-il, il rejoindrait Michel Houellebecq.

Soit.

Mais à le lire, il semble difficile de saisir où se situe le philosophe.

Car la testostérone du chef de guerre, argument électoral, serait-elle une expression de ce régime de la soumission?

Etrange.

Mais apparemment à l'image d'autres contradictions, au regard du narcissisme égotiste et de l'hédonisme trivial dont il affuble l'occidental.

Doit-on le préciser, Michel Onfray ne s'y reconnaît pas. Non, il serait, lui, un homme d'éthique et de conviction:

http://www.lepoint.fr/chroniques/michel-onfray-houellebec...

 

11/01/2016

Cologne, cherchez la femme!

femme-violee-wide.jpg

Nous y voilà... Le Nouvel Observateur titre: Allemagne, les violences de Cologne étaient probablement "planifiées".

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160110.OBS2524/all...

Le recours aux guillemets n'y change pas grand chose. L'idée est lancée et fera son chemin comme d'autres, pour semer le trouble.

Ce qui se passe autour de cette situation illustre davantage comment les uns et les autres défendent leur vision du monde que celle de la femme.

Même si d'aucuns tiennent à distinguer la violence qui frappe les femmes de manière privée de celle qui les vise dans le domaine public, elle n'en demeure pas moins une réalité.

La récupérer dans le cadre d'un conflit idéologique la gomme.

Ce qui s'est passé à Cologne et ailleurs n'est désormais plus qu'une affaire politique.

Aux femmes blessées dans leur chair de la traiter comme elles le pourront, l'instrumentalisation de leur mal n'y fera rien.

 

08/01/2016

De Cologne au reste du monde

arton246.jpg

Il est beaucoup question, ici et là, des agressions commises la nuit du Nouvel An à Cologne.

Ce qui s'est passé a profondément affecté non seulement les victimes mais bien au-delà et cela se conçoit.

A l'évidence, le sujet est dores et déjà bien politisé.

A lire cette analyse rendue par un ancien correspondant du Figaro en Allemagne, la situation semble, toutefois, plus complexe qu'il n'y paraît:

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/01/07/31002-2016010...

A cet égard, il serait bon de rappeler que, dans le monde, la violence à l'encontre des femmes en concerne une sur trois.

Physique ou sexuelle, elle s'exerce à tous niveaux, selon toutes religions, cultures ou nationalités. 

Ce rapport de l'ONU, rendu le 6 novembre dernier, est fort instructif et permet de nuancer quelques a priori:

http://www.unwomen.org/fr/digital-library/multimedia/2015...

 

06/10/2015

Air France, entre coûts et blessures

CQnJAv7UcAA__2j.jpg

Volkswagen, Air France, autant de références désormais mises à mal.

Certes, les problématiques sont diverses mais affectent des symboles et pas des moindres.

Que des enquêtes menées au sein de ces compagnies parviennent à identifier les coupables, l'image de ces fleurons de l'industrie allemande et de l'aviation française n'en est pas moins atteinte.

La guerre se mène décidément sur tous les fronts, le rappeler est une lapalissade, s'y habituer, un choix.

Certains, pourtant, refusent le cynisme. Parmi eux se comptent autant d'employés de Volkswagen, d'Air France ou autres entreprises ou associations.

C'est que ces personnes ont défendu des valeurs soudain sabotées.

Ce qui s'est passé chez Air France affecte non seulement la compagnie aérienne mais ses employés dont tous ne sont pas passés à l'acte qui a visé deux cadres roués de coups.

La violence des actes trouvera toujours à s'expliquer, mais le dégât d'image?

 

19/09/2015

Etats-Unis, voici qui est clair!

maxresdefault2.jpg

Pour qui aurait encore quelques doutes sur le mérite de la Pax Americana, voici de quoi les lever.

George Friedman, fondateur et dirigeant de la société de renseignement Stratfor, expose de manière claire et décomplexée, quelles sont les préoccupations réelles des Etats-Unis.

Il ne s'agit pas, selon lui, de l'Islam qu'il considère, certes, comme un problème mais à traiter de manière proportionnelle dès lors qu'il ne menace pas la survie des Etats-Unis.

C'est le 4 février 2015 qu'il s'est exprimé à cet égard dans le cadre d'une conférence de presse. 

Le lien à la video qui en rend compte à travers quelques extraits, figure au bas de ce sujet.

Outre la manière dont informe George Friedman des agissements américains, on y apprend quelle est la vraie inconnue de l'équation européenne pour les Etats-Unis.

Cette inconnue serait la seule susceptible de constituer une véritable menace pour les Américains.

A découvrir ici ces quelques onze minutes fort instructives:

https://www.youtube.com/watch?v=emCEfEYom4A

 

12/09/2015

Budapest, retour sur images

image15.jpg

La photo ci-dessus a été prise à Budapest.

Elle montre un autre type de rapport entre réfugié et policier que celui diffusé par diverses chaînes télévisées européennes.

Les téléspectateurs ont eu droit à des images montrant l'inhumanité de Hongrois jetant des sandwichs aux réfugiés parqués derrière des grilles.

Dans le cadre du téléjournal de la RTS, Darius Rochebin a interviewé l'actuelle Présidente de la Confédération suisse, Simonetta Sommaruga, et lui a demandé ce qu'elle pensait de tels comportements.

Il va de soi qu'elle a exprimé sa désapprobation alors que le Président Viktor Orban a, pour sa part, dénoncé la rébellion des réfugiés.

Si la photo d'un enfant mort sur une plage turque aurait, pour certains, fait basculer l'opinion publique vers une plus grande ouverture de coeur et d'esprit, le fait est que l'Europe se divise.

 

11/09/2015

Du printemps arabe à l'été européen

printemps-arabe-degage-1(1).jpg

En 2010, un projet pilote d'accueil aux réfugiés avait été lancé par l'ex commissaire européen Antonio Vittorino.

Ce projet, mis sur pied en association avec l'Agence de Nations Unies pour les Réfugiés -UNHCR- concernait la Tunisie, la Lybie, l'Algérie, le Maroc et la Mauritanie.

Le but visé par cette initiative était de permettre à ces pays du Nord de l'Afrique de construire leur propre système d'asile selon les standards européens.

Les Chefs d'Etat lybien, tunisien et égyptien y ont participé jusqu'à ce que ce qui a été appelé printemps arabe ne vienne interrompre ledit projet.

Dans quelle mesure les flux migratoires que l'Europe connaît désormais, seraient conséquents à ce changement de cap, la question peut se poser.

Certes, quelques centaines de milliers de personnes à intégrer au sein de millions d'Européens peut être considéré comme tout à fait viable.

Que des élus ouvrent les portes de leur demeure personnelle -comme on a pu le voir dans un reportage de France2- ou que des lieux d'hébergement se créent à la hâte est remarquable.

Que les sensibilités s'aiguisent, néanmoins, est à prévoir. 

 

10/09/2015

Europe, les bons et les méchants

refugies_vi.jpg?itok=YOCEEzkz

 

Infrarouge, émission phare de la Radio Télévision Suisse (RTS), a traité du problème dit des "migrants" en revenant sur la photo de l'enfant mort sur une plage turque.

Le débat, comme à son habitude, a réuni des personnalités d'horizons divers. En l'occurrence, on y a vu s'exprimer celles qui encouragent l'accueil des réfugiés et les autres, plus réservées sinon moins enthousiastes par autant de nouveaux arrivés.

Une émission de télévision allemande évoque le problème sous un angle différent de celui qui domine la majorité des médias d'Occident:

http://www.klagemauer.tv/index.php?a=showportal&keywo...

Le message à retenir est clairement énoncé, éviter tout ressentiment envers les réfugiés et informer des responsables qui favorisent leur migration. 

Le fait est que pour l'heure, les bons et les méchants Européens sont désignés. Les premiers ont du coeur, les seconds sont dénués d'humanité ou presque.

De tels antagonismes au sein de nos sociétés constituent leur menace.

http://www.rts.ch/emissions/infrarouge/

 

05/09/2015

Syrie, ces enfants sont vivants!

enfants-Yazidis-kidnappés.jpg

Tandis que le monde s'émeut et pleure l'enfant échoué sur une rive turque, lui resterait-il quelques larmes pour ces enfants?

Vivants, certes et par la grâce d'avoir été kidnappés.

Leur avenir ne sera donc pas l'exode meurtrier tel qu'il le fut pour l'enfant retrouvé sur  une plage turque.

Ces enfants sont formés à la décapitation.

Cette mort, la France l'a connue sur son sol, le 26 juin dernier.

Cette fin de vie, nombre de Chrétiens d'Orient l'ont déjà subie.

Combien de têtes devront-elles encore tomber avant que Mesdames Merkel, Sommaruga, Calmy-Rey et tant d'autres de leurs collègues si charismatiques ne réagissent?

http://www.i24news.tv/fr/actu/international/moyen-orient/...

 

02/09/2015

Migrants, entre "il faut", "on doit" et le profit à en tirer

des-migrants-bloques-a-la-gare-de-keleti-le-1er-septembre-2015-a-budapest_5407139.jpg

La RTS, hier 1er septembre, a consacré pour la deuxième fois son émission Infrarouge à la question des migrants. 

Le titre, tout comme celui de l'émission du 23 juin dernier, y est formulé sous forme d'interrogation. Si, en juin, était discuté le fait de se barricader contre les migrants plutôt que de les accueillir, ce 1er septembre, on débat de la honte que serait pour l'Europe, le phénomène de la migration.

http://www.infrarouge.ch/ir/2199-migrants-honte-rsquo-europe

Plusieurs aspects sont abordés, de l'humanitarisme à l'économie et à la religion et quelques efforts de synthèses sont entrepris par les uns et les autres en fin d'émission.

Des comparaisons avec des précédents historiques sont aussi énoncées, discutées sinon nuancées, compte tenu des circonstances diverses sinon complètement autres que celles qui entourent les migrations d'aujourd'hui.

Sur le profit à tirer de cette arrivée de migrants, plusieurs intervenants s'expriment.

On cite le patron des patrons allemands qui y voit une manne tandis que d'autres estiment qu'avec le taux de chômage qui affecte nos sociétés, cette nouvelle main d'oeuvre serait diversement perçue.

Cerise sur le gâteau et comprenne qui pourra, Micheline Calmy-Rey rappelle Genève, où les Protestants sont arrivés en masse, ont apporté la Banque Privée et l'horlogerie et, de fait, ont rendu les Genevois sinon les Suisses et d'autres encore, bien contents de les avoir eus.

Cela dit, l'émission vaut la peine d'être vue.

 

 

31/08/2015

Aristocratie financière et prise de pouvoir

jean-claude-juncker.jpeg?1435581175

Dans l'interview qu'accorde l'économiste Marc Chesney à "Swissinfo" et dont j'indique le lien ci-dessous, Yanis Varoufakis ne manquerait sans doute pas de se reconnaître.

J'ai indiqué, dans un précédent sujet*, le lien au discours que l'ancien ministre grec de l'économie a tenu à Frangy-en-Bresse, dimanche 23 août dernier.

Dans ce sens, il apparaît que le point de vue du franco-suisse et du grec se rejoignent sur au moins un point, le déficit de démocratie qui domine tant de décisions prises par la troïka. 

A cela s'ajoutent les contradictions de Jean-Claude Juncker dont Marc Chesney se demande comment il peut intimer à la Grèce l’ordre de réduire son déficit, alors qu’il a dirigé pendant des années un pays - le Luxembourg -, qui a permis à des sociétés actives en Grèce de pratiquer l’évasion fiscale aux dépens de la République Hellénique?

Cela tourne à la farce, conclut-il. 

Oui, sauf que ladite farce est de très mauvais goût. Pis, elle s'impose au menu de toutes les négociations si elle en sont.

Que la toxicité des produits mijotés par la troïka s'avère nuisible à la démocratie n'est plus à démontrer.

Reste qu'à ce jour, aucun antidote n'a encore été trouvé pour neutraliser le poison.

http://www.swissinfo.ch/fre/marc-chesney--économiste-en-rupture_la-grèce--victime-parmi-d-autres-de-la--dictature-financière-/41624910
 
* http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/28/le-livre-des-psaumes-de-l-austerite-de-la-troika.html
 

28/08/2015

"Le livre des psaumes de l'austérité de la Troïka"

bandiera_unione_europea_protesta.jpg

La formule est de Yanis Varoufakis.*

 

Invité à participer à la Fête de la Rose de Frangy-en-Bresse par Arnaud Montebourg, l'ancien ministre grec de l'économie s’est adressé au public. 

 

Notre continent a commencé à se réunir avec de nombreuses langues et des cultures différentes, mais il est en train de finir divisé par une monnaie commune.

 

La Grèce a capitulé, mais c'est l'Europe qui a été défaite.

 

Selon Yanis Varoufakis, si l’eurogroupe avait vraiment voulu réformer le système de son pays, il aurait discuté les propositions qu’il avait apportées à cet effet.

 

Or tel ne fut pas le cas, a-t-il indiqué avant de conclure que ce n’était pas une réforme qui était voulue pour la Grèce mais sa reddition.

 

Son propos est fort mais ne vise pas à apitoyer sur le sort de la Grèce. Au contraire, il alerte la conscience démocratique, non seulement française mais européenne aussi.

 

La stratégie de l’eurogroupe a consisté, selon l'ancien ministre grec, à faire traîner les négociations, à en imputer le blâme à la Grèce dont les propositions ont été jugées non crédibles, puis à lui poser un ultimatum sous la menace de la fermeture immédiate de la banque. 

 

Ce ne fut rien d'autre qu'un coup d'Etat, a-t-il déclaré.

 

Et d'évoquer la maxime du Dr Schäuble d'après laquelle, les élections ne sont pas autorisées à changer quoi que ce soit en Europe.

 

CQFD

 

*  http://blogs.mediapart.fr/blog/monica-m/250815/yanis-varo...

 

23/07/2015

Poutine, meilleur soutien de Merkel ou comment alimenter le feuilleton grec

EDA8IcO.jpg

Il ne serait pas étonnant que ce qui est présenté comme information au conditionnel ne vise qu'à créer une nouvelle rumeur.

Ce d'autant qu'elle est relayée par le grand quotidien suisse, Le Temps, peu connu pour sa russophilie...

L'article fait référence au journal grec To Vima, selon lequel Alexis Tsipras aurait demandé à la Russie un prêt de 10 milliards de dollars pour imprimer de nouvelles drachmes.

Néanmoins, le fait que Vladimir Poutine n'ait proposé qu'une avance de 5 milliards de dollars au Premier Ministre grec fait écrire le journaliste du Temps que:

Dans ces conditions, malgré l’appui du peuple grec, Alexis Tsipras n’aurait plus eu d’autre choix que d’accepter le plan d’austérité des créanciers.

Et l'auteur de l'article de se référer, cette fois à Zerohedge pour annoncer que ce serait «l’information la plus sous-estimée de l’année qui suggère que la perpétuation du rêve d’unité de la zone euro, cher à Angela Merkel, n’aurait été possible qu’avec l’aide de Vladimir Poutine».

Le journalisme doit-il vraiment se transformer en relai de rumeurs?

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/5127e0b8-3095-11e5-903f-5...
 

14/07/2015

L'offensive européenne

Odysseas_Elytis_1974.jpg

Grec, Prix Nobel de littérature en 1979, Odysséas Elytis s'était un jour exprimé sur l'avenir de l'Union Européenne.

C'était au début des années 1980, à Rome: 

Nous savons que l'idéal européen ne pourra pas se réaliser s'il ne prend pas appui, clairement, sur son socle spirituel, sur les bases des civilisations grecque et romaine, c'est-à-dire la Démocratie et le Droit, à quoi il faut ajouter l'esprit apporté par le christianisme.

Décédé en 1996 à Athènes, le poète aura sans doute déjà pu mesurer le peu d'écho que ses mots rencontraient auprès des instances de l'Union Européenne.

La voix d'Odysséas Elytis, comme celle de tant d'autres humains, a été étouffée.

Il appartient désormais à ses compatriotes d'affronter l'idéal européen qui leur est proposé.

A lire l'article ci-dessous, on peut conjecturer de diverses manières.

Il n'en demeure pas moins vrai que le peuple grec n'a pas encore capitulé.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/14/2143483-la-cri...
 

 

10/05/2015

Allemagne, appel lancé par des militaires

serveImage.php?id=70986&type=l&ext=.jpg


En ce 10 mai, jour de la visite officielle de la Chancelière allemande à Moscou, voici que des militaires de ses compatriotes se mobilisent.

Une lettre ouverte, intitulée Soldaten für den Frieden a été publiée ce 6 mai 2015 sur le site du quotidien allemand Junge Welt.*

Ils sont près d'une centaine de généraux et d'officiers supérieurs de l'ex-RDA à l'avoir signée pour dénoncer le remaniement du monde auquel s'activent les Etats-Unis.

Et ces militaires allemands savent de quoi ils parlent pour prôner la paix et non la guerre.

Qui les écoutera?

Et pourtant, ils sont loin d'être seuls à se mobiliser contre l'hystérie anti-russe.

Cependant, sitôt que l'on ose se démarquer du battage médiatique qui n'a de cesse de stigmatiser la Russie mais surtout son président, voici qu'on est perçu comme naïf.

Accuser pour se défendre est une stratégie bien connue.

Et les représentants des pays dits démocratiques savent en user et en abuser.

Combien de temps encore, les peuples concernés par les dommages d'une telle attitude la subiront-ils?

https://www.jungewelt.de/2015/05-06/023.php


09/05/2015

Moscou, hommage

73067557_69566161.jpg

L'absence de la plus grande partie des chefs d'Etats occidentaux à la cérémonie de commémoration des 70 ans de la victoire de l'Armée rouge sur le nazisme à Moscou a été voulue.

Elle a aussi été remarquée.

Même celui que l'Occident tient en si grande estime, le dernier président de l'ex-URSS Mikhaïl Gorbachev, a fustigé le comportement des leaders de l'auto-proclamée communauté internationale.

Pour qui ne l'aurait oublié, Vladimir Poutine, invité le 6 juin 2014 au D-Day célébré en mémoire des 70 ans du débarquement à Ouistreham, y a été présent. 

La réciprocité ne lui a pas été rendue en ce 9 mai 2015 à Moscou.

Il a su, néanmoins, remercier les peuples de Grande-Bretagne, de France et des Etats-Unis pour leur contribution à la victoire

Il a aussi insisté sur le fait que l'Armée rouge, au terme d'un assaut dévastateur sur Berlin, a mis un point final à la guerre contre l'Allemagne hitlérienne.

Ce rappel, bien des commentateurs et autres (re)visiteurs de l'Histoire semblent avoir de plus en plus de peine à s'en accommoder quand ils ne l'omettent tout simplement pas. 

01/04/2015

Au fil des "preuves" et des épreuves

4.jpg

Un crash d'avion après l'autre livre son lot d'inhumanité.

Tantôt et sans preuves, on accuse d'emblée, tantôt avec soi-disantes preuves, on énonce hypothèse après hypothèse, aussitôt muées, pour certaines, en thèses.

A la douleur de proches et de familles de victimes, s'ajoute une quête de vérité dont l'issue restera le plus souvent condamnée.

Quand les raisons des uns ne rejoignent plus celles des autres, la raison s'y perd.

Dans ce cas, les voeux deviennent bien vite pieux de vouloir accéder à la "vérité".

Et pourtant, qui ne la souhaite?

Si des raisons d'Etat doivent dominer, l'avouer serait-ce les trahir? 


30/03/2015

Crash de l'A320,l'information suicidée

images?q=tbn:ANd9GcSGlvRKfspfertXU4Xs2qwoiCQlPjHgBuBBNqinBV0HoFv87WHkhA

Si la thèse du suicide du copilote domine la plupart des médias, elle ne fait pas l'unanimité.

Tous les psychiatres ne partagent, en effet, pas cette approche qui rend Andreas Günther Lübitz responsable de la mort des passagers de l'A320 de la compagnie allemande Germanwings.

Dresser le portrait d'une personnalité au psychisme fragile et s'en emparer pour le rendre responsable d'un crash, même avec le recours au conditionnel d'usage,abuse et outrage autant les familles des victimes que celle du copilote.

Stigmatiser un homme comme s'y emploie bon nombre de ceux qui s'engouffrent dans la version qui se répète en boucle sans le moindre souci de ses incohérences, c'est bafouer l'humanité qui habite toute personne,même prête au suicide.

 

Sujet publié en page 13 de l'édition papier de "La Tribune de Genève"des 2-3 avril 2015


12:24 Publié dans Air du temps, Allemagne, Avaries, Destins, France, Medias, Pouvoirs, Pratiques | Tags : crash a320, suicide, medias, lubitz | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

28/03/2015

Crash de l'A320, zones de turbulences

 

125717-9BWxofl8vhAAa8wI9BCRYg.jpg

Au fil des heures -et des jours- des indications ont été données à ce qui a pu présider au crash de l'A320 dans les Alpes de Haute-Provence, ce mardi 24 mars. 

Vraies ou vraisemblables, convaincantes ou non, elles ne manquent pas de faire réagir.

L'hypothèse sinon la thèse du "suicide" du copilote semble vouloir s'imposer sinon être imposée par l'ensemble de la classe médiatico-politique.

Néanmoins, de faits réels en projections, on avance ou on brode, c'est selon.

Ainsi apprend-on que l'Airbus serait passé tout près du site nucléaire de Cadarache. De là à imaginer le scénario du pire, le pas a presque été franchi.

Le lieu précis de la chute de l'avion est lui aussi, sujet à discussion. On dit que l'appareil aurait d'abord touché le sol avant de prendre feu et d'exploser, ce qui expliquerait l'ensemble de débris projetés au-delà du lieu d'impact.

Quant à la nationalité des victimes, on relève que si,d'emblée,certaines d'entre elles ont été mentionnées, d'autres ont été occultées comme celle de trente Turcs.Pour d'aucuns, à cet égard,on frôle le "racisme".

Le fait est que dans le contexte général actuel, les sensibilités sont à cran.

Dans ce sens, seule une information digne de foi serait susceptible d'apaiser des tensions bien inutiles en l'état.


Sujet publié en page 10 de l'édition papier de "La Tribune de Genève"du 13 avril 2015, sous le titre "On a presque imaginé le scénario du pire"


29/01/2015

Poroshenko: "Et c'est comme ça et précisément comme ça que nous gagnerons cette guerre"

140905_xt5wv_porochenko-petro-ukraine_8.jpg


Dans cette séquence du 19:30 de la RTShttp://www.rts.ch/play/tv/le-19h30/video/le-camp-de-conce...

le journaliste Marc Julmy commente l'absence de Vladimir Poutine de manière aussi objective que l'est celle de ses collègues de la chaîne de radio Espace2 lorsqu'ils évoquent la situation dans l'est de l'Ukraine.

Normal, on a bien compris que la Russie avait à peu près tout faux dans cette guerre qui perdure en dépit des cessez-le-feu et autres accords jamais respectés.

Il semblerait bien, toutefois, que depuis que les forces appelées "pro Russes" ou "séparatistes" ont repris l'avantage sur les forces loyalistes, les journalistes semblent très soucieux d'énoncer chaque jour le nombre de soldats tués sinon d'enfants à évacuer.

Et pourtant, alors que Kiev bombardait écoles, hôpitaux et bâtiments à l'aveugle, combien ont-ils été, ces mêmes journalistes, à rappeler que l'enfance était à évacuer?

Dans bien des cas, elle n'a tout simplement plus pu l'être, évacuée, cette enfance, brutalement perdue à jamais.

La terreur infligée aux habitants des villes sous contrôle loyaliste de Kiev, quel media en a rendu compte?

Et des envolées du président ukrainien Petro Poroshenko sur le sort qu'il réservera aux enfants du Donbass?

La présidente de la Confédération suisse, Simonetta Sommaruga qu'on voit longuement lui serrer la main dans le reportage cité plus haut, qu'en dirait-elle? 

A voir, ici:     https://www.youtube.com/watch?v=ZYoOCz65KY8&app=desktop

 

27/01/2015

Auschwitz, la mémoire souillée

 

Le président russe Vladimir Poutine a participé mardi, au musée du Judaïsme de Moscou, à une cérémonie pour le 70e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz.                      Photo : AFP

 

Suite à la décision prise par le gouvernement polonais de commémorer, en ce 27 janvier 2015, la libération du camp d'Auschwitz sans inviter le Président russe, les réactions n'ont pas manqué.

Relevons, ici, celle de Jacques Sapir qui énonce, sur son blog, en quoi consiste le mensonge ou l'impudeur à prétendre que le camp aurait été libéré par le 1er front d'Ukraine.

Contrairement à ce que soutient Radoslaw Sikorski, Ministre polonais des Affaires Etrangères, si Auschwitz fut bel et bien libéré par des hommes de la 332ème Division d’Infanterie de l’Armée Rouge, appartenant au « 1er Front d’Ukraine », Jacques Sapir explique ce que recouvre cette appellation de 1er Front d'Ukraine.

 Il faut savoir que dans l’organisation adoptée par l’Armée Rouge, un « Front » désigne un groupe d’armées chargé d’opérer sur une « direction stratégique ».

Le 1er Front d’Ukraine était le nom du groupe d’armées qui avait combattu en Ukraine et qui, de là, remontait vers la Pologne. Ce n’était nullement une désignation « ethnique ».

Cela, tout historien le sait, précise encore Jacques Sapir.

Certes, mais face aux enjeux géopolitiques qui ravagent l'est de l'Ukraine, l'Histoire fait bien pâle figure.

Qui a encore envie de s'y intéresser sinon pour prédire ceci ou cela et jouer aux apprentis sorciers?

Voici la mémoire humaine une fois encore souillée, en avait-on vraiment besoin?

http://russeurope.hypotheses.org/3352
 
Sujet publié en page 14 de l'édition papier de "La Tribune de Genève"du 29 janvier 2015
 

09/12/2014

Je te trahis, moi non plus

img_pod_2309-pod-angela-merkel-pod.jpg

Morale et politique constituent deux univers aux convergences aléatoires. Leur aurait-on demandé qu'elles soient conformes que cela se serait su depuis longtemps.

Pourtant, combien de valeurs ne sont-elles énoncées le temps de campagnes électorales et brandies comme autant de références!

La politique toutefois n'a cure de s'encombrer de principes quand d'autres priorités s'imposent.

Un livre vient d'être publié en Allemagne,qui illustre comment morale et politique ne font pas vraiment bon ménage.

Dans l'article qui suit et qui décrit comment l'auteur de cet ouvrage a procédé, on constate que si une promesse n'a pas été tenue de sa part, celui-ci s'en justifiera peut-être en invoquant un principe de transparence quelconque.

Qui a trahit qui, la question demeure.

Pour le reste, à chacune et à chacun de considérer ce qui pourrait ou non nuire à l'actuelle chancelière allemande, Angela Merkel.

A lire ici:

http://reseauinternational.net/les-memoires-de-lancien-ch...