08/09/2011

Mendicité

 

De ces jeunes à Genève, qui errent à mendier, aucun d'eux n'est roumain.

Ces deux ados du Pont des Bergues, déchirants, se déchiraient.

A tendre la main ou non, ils poursuivront leur route, leur misère en partage.

Au sein d'une société, à quoi ressemble un tel avenir?

 

 

Commentaires

Merci Madame de ne pas faire l'amalgame entre tsiganes, rroms et véritables roumains.
Il faut savoir que le gouvernement offre gratuitement les études, auxquelles ces jeunes ne se pressent pas d'y aller.
Il y a même des places spécialement réservées pour eux dans les universités.
L'état roumain leur garantit une allocation sociale.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 08/09/2011

Merci de vos précisions, Victor DUMITRESCU!

A vrai dire, elles confirment mon sujet puisque les jeunes desquels il est question ici ne sont justement ni roms, ni tziganes, ni roumains. Donc pas d'amalgame.

Cela dit, il est bon de rappeler les dispositions du gouvernement roumain qui semblent aller dans le sens de celles prises par le gouvernement bulgare.


Bien à vous,
HRF

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 08/09/2011

....pour ces jeunes, n'y a-t-il pas de structures sociales, ici comme en France?
Je connais aussi des jeunes qui mendient: non pas qu'ils ne touchent pas d'aide sociale, mais cela ne suffit pas à couvrir leur dépendance.
Mais c'est bien triste.

Écrit par : vieuxschnock | 08/09/2011

Drôle d’Europe ... ces flux qui déracinent les gens.

Écrit par : bol chantant | 08/09/2011

Les commentaires sont fermés.