• Magiciens ou bouchers?

    Imprimer Pin it!

     

    Sublimer, exalter, capter, ainsi oeuvrent artistes, religieux ou autres idéologues.

    Le sens les travaille quand il ne les emporte pas.

     

  • Trois ponts, une suggestion.

    Imprimer Pin it!

     

    A l'heure où piétons et cyclistes partagent les trottoirs du Pont du Mont-Blanc, les rendre au trafic routier, serait-ce une mauvaise bonne idée?

    Quant au Pont des Bergues, serait-ce inconcevable de le rouvrir à la circulation automobile?

    Après tout, l'habitude semble bien établie pour les cyclistes de circuler sur le Pont de la Machine. Les piétons partageront volontiers une partie de l'espace avec eux, non?

    L'essentiel est que des trois ponts à disposition, l'usage soit réparti de manière utile.

    Qu'en pensent les urbanistes ici présents?

    Un avis éclairé serait souhaité pour sortir de l'utopie et offrir non pas "la possiblité d'une île" mais un pont pour chacun.

     

     

  • Traversée de la rade

    Imprimer Pin it!

     

    Tout compte fait, les piétons pourraient rejoindre les automobilistes dans leurs revendications de traversée de la rade!

    Car si aux seconds n'est réservé que le seul pont du Mont-Blanc, le pont de la Machine, qui était l'espace piétonnier par excellence, ne l'est plus!

    Et non, car aux cyclistes, le pont des Bergues ne suffit plus. Ils ont besoin des trois ponts.

    Donc si un jour on a dansé ou déjeuné sur le pont de la Machine, désormais on y circule.

    A vélo, of course!

    What else?

     

  • Un samedi sans vélos?

    Imprimer Pin it!

     

    Presque. Car jour de congé, sans doute.

    En effet, à longer le lac jusqu'au BIT aller et retour, on observait quelques rares cyclistes. Tous circulaient bien sûr en dehors de la piste cyclabe à leur intention, préférant la promenade, plus large.

    Las.

    Mais cela n'est rien, car devenu (presque) habituel.

    Mieux -ou pis-, dans les rues Basses. Deux cyclistes, chacun sur un des larges trottoirs qui se font face et longent les magasins.

    Sans vergogne, casque sur la tête, sourds aux remarques qui leur sont adressées pour leur signifier que l'espace ne leur est pas vraiment destiné.

    S'il faut voir là un nouveau mode de lèche-vitrine, qu'on se le dise et chacun appréciera!

     

    Non, ceci n'est pas de l'acharnement contre les cyclistes. Ce serait  inverser les rôles.

    Ceci est un constat à prendre en considération avant qu'il ne devienne fatalité.

    Car une ville est un lieu qui vit avec un tant soit peu de règles. De conduite et de civisme.

     

     

     

     

     

  • Bonneteau-Vélos-Autos

    Imprimer Pin it!

     

    Sur les trottoirs du quai du Mont-Blanc, on savait qu'on prenait des risques à jouer au bonneteau.

    Mais à marcher?

    Les trottoirs sont passés de casinos à vélodromes.

    En fin de compte, marcher sur la chaussée est devenu bien moins dangereux.

    Aucun automobiliste ne se permet de foncer sur les piétons comme s'y emploient les cyclistes.

    Sur les trottoirs, les voies du tram, les places piétonnes, les parcs, ils zigzaguent à coups de sonnettes, en toute impunité.

    En toute légalité?

     

     

  • Berlin-Paris

    Imprimer Pin it!

    Berlin-Paris

    Version qui m'a été transmise d'une autre histoire de l'Histoire. (Auteur inconnu.)

     

    -----  La scène se passe dans  les jardins du Château Bellevue, à Berlin. Angela von Mercklemburg et  Nicolas de Neuilly se sont discrètement éclipsés de la réception  offerte par le roi de Prusse. On entend, au loin, les accents du  quatuor de Joseph Haydn.

     

    Nicolas:  Madame,  l'heure est grave : alors que Berlin danse

    Athènes  est en émoi et Lisbonne est en transe.

    Voyez la  verte Erin, voyez l'Estrémadoure

    Entendez les Romains : ils appellent au secours!

    Ils scrutent l'horizon et implorent les dieux.

    Tous les coffres sont vides et les peuples anxieux

    Attendent de vous, madame, le  geste généreux!

    De leur accablement ils m'ont fait  l'interprète:

    Leur destin est scellé, à moins qu'on ne leur prête

    Cet argent des Allemands sur lesquels vous régnez.

    Cette cause est bien rude mais  laissez-moi plaider...

     

    Angela: Taisez-vous Nicolas!  Je crois qu'il y a méprise

    Folle étais-je de croire à une douce surprise

    En vous suivant ici seule et sans équipage

    Je m'attendais, c'est sûr, à bien d'autres hommages !

    Mais je dois déchanter et comme c'est  humiliant

    De n'être courtisée que pour son seul argent!

     

    Nicolas: Madame, les temps sont durs et votre cœur est grand

    Vos attraits sont  troublants mais il n'est point décent

    D'entrer en  badinage quand notre maison brûle!

    Le monde nous regarde, craignons le ridicule!

    Notre Europe est malade et vous seule pouvez

    La soigner, la guérir et, qui sait ? La sauver!

    Nous sommes aujourd'hui tout au  bord de l'abîme

    Vous n'y êtes pour rien mais soyez  magnanime!

    Les Grecs ont trop triché ? Alors la belle affaire!

    Qu'on les châtie un peu mais votre main de  fer

    Est cruelle aux Hellènes et nous frappe d'effroi!

     

    Angela: J'entends partout  gronder, en Saxe, Bade ou Bavière

    L'ouvrier mécontent,  le patron en colère.

    Ma richesse est la leur, ils ont  bien travaillé.

    L'or du Rhin, c'est leur sueur et leur habileté.

    Et vous me demandez, avec fougue et passion

    De jeter cette fortune au pied du Parthénon?

    Ce serait trop facile et ma réponse est non!

     

    Nicolas: On ne se grandit pas  en affamant la Grèce

    En oubliant Platon, Sophocle et  Périclès!

    Nos anciens nous regardent, et nous font le grief

    D'être des épiciers et non pas de vrais chefs!

    Helmut Kohl est furieux et Giscard désespère.

    Un seul geste suffit et demain à Bruxelles

    Desserrez, je vous prie, le nœud de  l'escarcelle!

     

    Angela: Brisons là, je vous  prie, la nuit est encore belle

    Votre éloquence est  grande et mon âme chancelle...

    Mais si je disais oui à  toutes vos demandes

    Je comblerais la femme, et  trahirais l'Allemande !

     

    (Ils s'éloignent, chacun  de leur côté)

     
  • Sébiles françaises

    Imprimer Pin it!

     

    Des enveloppes de Liliane Bettencourt aux mallettes africaines, la France vit au rythme de sébiles réelles ou mystifiées.

    Pendant ce temps-là, un avenir politique doit se dessiner.

    De propositions en promesses, on écoute et on croit. Ou non.

    Dans ce cas, l'amertume prend le pas.

    La cultiver, pas davantage que l'illusion n'est pourtant constructif.

    Trouver du sens reste possible. La question est de savoir lequel.

     

     

     

  • Chirac-Bourgi

    Imprimer Pin it!

     

    Un peu d'humour ne nuit pas à la santé

     

    Dessin, Baudry

    http://asset.rue89.com/files/imagecache/asset_wizard_widt...

     

    Et pour les affaires (sérieuses?), cet article renseignera : http://www.rue89.com/2011/09/11/largent-de-la-francafriqu...

     

     
  • Droite française, en vrille?

    Imprimer Pin it!

     

    "Ils n’ont pas besoin de moi pour perdre, ils se débrouillent très bien, laissez-les faire", répondait Dominique de Villepin à Olivier Mazerolle le 17 avril dernier sur BFMTV, tandis que le journaliste lui demandait s’il n'avait pas conscience de pouvoir faire perdre son camp avec une possible candidature à la présidentielle de 2012.

    "Mon camp", s‘interrogeait alors le Président de République Solidaire, non sans sourire ni se priver de faire remarquer qu’on le situait plutôt à gauche, avec le projet qu’il venait de présenter.

    Dominique de Villepin, toujours au micro d'Olivier Mazerolle, n'avait pas manqué non plus de rappeler qu’il y a plusieurs années déjà, dans une précédente interview, il avait prédit l'implosion de l'UMP.

    Que dire alors des efforts de Nicolas Sarkozy pour rassembler autour de sa candidature les composantes de la droite?

    Suite aux révélations de Robert Bourgi, elles risquent bien de partir en vrille, en miettes sinon en guerre.

  • Duflot-Bourgi

    Imprimer Pin it!

    En voici une nouvelle à se lancer dans la mêlée.

    Cécile Duflot veut une enquête au sujet des propos tenus par Robert Bourgi dans le JDD de dimanche 11 septembre.

    http://www.europe1.fr/Politique/Affaire-Bourgi-Duflot-veu...

     

    Belle empoignade en vue?

    Intérêt général oblige.

     
  • Royal-Bayrou

    Imprimer Pin it!

     

    Même combat!

    Après François Hollande, au tour maintenant de François Bayrou* et de Ségolène Royal** de réclamer une enquête, suite aux déclarations de l'avocat Robert Bourgi.

    Dominique de Villepin a dores et déjà annoncé sur le plateau de France 2 au JT de 20 heures, qu'il porterait plainte contre Robert Bourgi.

    Quant à Jacques Chirac, selon BFMTV, il va lui aussi porter plainte.

    De quoi se retrouver dans une nouvele mêlée.

    Certes pas innoncente puisque proche de la parution du livre de Pierre Péan, chez Fayard, La République des mallettes, prévue pour mercredi 14 septembre prochain. Date elle non plus pas laissée au hasard du calendrier.

    C'est en effet ce jour que Dominique de Villepin est convoqué au Tribunal de Paris pour le rendu du délibéré d'appel de Clearstream II.

    http://www.europe1.fr/Politique/Bourgi-Bayrou-veut-une-enquete-preliminaire-712609/


    http://www.europe1.fr/Politique/Bourgi-reglements-de-compte-sordides-712791/

  • Robert Bourgi et l'intérêt (général)

    Imprimer Pin it!

     

    De ces mallettes et des révélations de leur contenu, que retire-t'on?

    "Le souci de l'intérêt général", dit le concerné. Et le remords.

    De l'avoir oublié?

    C'est vrai. Les valises plein les mains, on se concentre avant tout sur la charge à porter.

     

     

     

  • Chirac votera-t-il Hollande?

    Imprimer Pin it!

    Pas certain du tout qu'après les propos tenus par François Hollande sur Canal+, Jacques Chirac lui accorde encore sa voix...

    Selon le grand quotidien français, Le Journal du Dimanche, plus couramment appelé JDD, François Hollande demanderait "l'ouverture d'une procédure judiciaire suite aux accusations de financements occultes concernant Dominique de Villepin et Jacques Chirac."

    En effet, l'avocat Robert Bourgi, qui a accordé une interview à ce même JDD d'aujourd'hui, déclare avoir "participé à plusieurs remises de mallettes à Jacques Chirac, en personne, à la mairie de Paris."

    http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Pratiques-occultes...

     

    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/L-avocat-Robert-B...

     

  • Mendicité

    Imprimer Pin it!

     

    De ces jeunes à Genève, qui errent à mendier, aucun d'eux n'est roumain.

    Ces deux ados du Pont des Bergues, déchirants, se déchiraient.

    A tendre la main ou non, ils poursuivront leur route, leur misère en partage.

    Au sein d'une société, à quoi ressemble un tel avenir?

     

     

  • Indigences

    Imprimer Pin it!

     

    Il y a une semaine, ici, deux ados se disputaient.

    Lui, la persuadait de faire la manche, elle, s'y opposait.

    Il insistait, elle refusait. Il persistait, elle se détournait.

    Il l'a forcée, elle a pleuré. Il l'a prise dans ses bras.

     

    Au même endroit, hier, l'indigence était là.

    Entre abandon et harmonie.

     

     

    photo.JPG

  • Qui est Daniel Devaud?

    Imprimer Pin it!

     

    C'est un de ses anciens collègues* qui signe ce propos et le dessin qui l'accompagne.

    " Daniel Devaud a enseigné le droit à l’Ecole d’ingénieurs pendant plus de vingt ans. Dès le début des années 80, il a co-dirigé le groupement des professeurs de l’Ecole d’ingénieurs, puis de l’Association des Enseignant-e-s des Ecoles d’Ingénieurs et Techniques (AGEEIT). Il a défendu activement la revalorisation de l’enseignement professionnel.

    Sa carrière est impressionnante: enseignant EIG pendant 20 ans, ancien président de l'AGEEIT, ancien membre du comité du Cartel Intersyndical, avocat au barreau de Genève, ancien membre du comité CIA, ancien juge d'instruction, et enfin magistrat à la Cour de justice.

    Ses anciens collègues de l'AGEEIT peuvent affirmer que Daniel Devaud est un homme droit, intègre, fidèle à ses solides valeurs éthiques et à ses convictions sociales.

    Il a aussi toutes les compétences juridiques et techniques pour assumer la fonction de magistrat à la Cour des comptes. Nous souhaitons pleins succès à notre ancien collègue!"

    *[Vincent]

    110809-D-Devaud-Dessin-MVi-6-couleur-et-aigle.gif

     

     

     

     

     

  • Autrement dit ...

    Imprimer Pin it!

     

    Faut-il donc que le vote blanc se résume à cette Page Inconnue, sinon appeée "Erreur 404" qui s'affiche lorsque l'on clique sur le lien toujours d'actualité en Bienvenue sur les blogs de la Tribune,  "Pour la première fois en 37 ans, je vote «blanc» écrit Jean-Marc Guinchard"?

    A suivre le conseil écrit en anglais, Please check the address and try again, on semble décidément dans l'erreur.

    Nidegger Devaud.jpg

     

     

     

  • "Feu nourri dans les blogs"

    Imprimer Pin it!

     

    On peut le dire! Une page du blog de Jean-Marc Guinchard a dû succomber à quelque tir intempestif car lorsque l'on clique sur le lien qui s'affiche si l'on a demandé le suivi du sujet, on trouve, en guise de réponse:

    Page Inconnue

    Il est possible que la page recherchée ait été supprimée, que son nom ait changé ou qu'elle ne soit pas disponible pour le moment. (erreur 404)

    Not Found

    Sorry, but the requested URL was not found on this server. Please check the address and try again. (error 404)

     

    La réponse appartient à qui connaît la cause de cet encart, toute liberté lui étant bien sûr réservée de communiquer à ce propos.

     

  • Sortir du silence?

    Imprimer Pin it!

    Accueillie sur ce site d'abord avec un pseudo, pour y partager une activité littéraire en direct avec des internautes inconnus, a été la raison de ce blog « Voix ».

    J’y ai publié des textes de forme extrêmement brève, parfois.

    Hier, dimanche, j’ai eu envie de poster la critique de mon deuxième recueil de nouvelles, écrite par Anne Pitteloud, journaliste au "Courrier", car l’occasion m’était offerte par un media confrère, de remercier "La Tribune de Genève" d'avoir ouvert à l’écrivain un espace au sein d’une blogosphère de "sa" Cité.

    Il me paraît en effet important qu’un regard venu parfois d’ailleurs, contemplatif et critique à la fois, idéaliste et lucide aussi, c’est-à-dire non forcément identifiable selon des critères standards admis, ait sa place dans le débat d’idées. Tel me paraît être le rôle de l'écrivain ou de l'artiste.

    Dans ce sens et après l'appel lancé par Jean-François Mabut à ne pas rester coi, il m'a paru nécessaire de sortir d'un certain silence et  de prendre position dans le cadre de prochaines campagnes électorales diverses.

    Ces précisions ne sont pas rhétoriques. Elles relèvent du souci de s'affranchir des cadres récurrents d'étiquetage partisan. Aucune idéologie, aucune religion ne conçoit l'homme tel qu'il est. Toutes le projettent. Or on sait combien sont souvent loin des images, les réalités incarnées par les êtres.

    L'écrivain tente de les capter, de leur donner de la voix. Les partis, les confessions n'en rendent bien souvent que leurs échos.

    On comprendra dès lors que si je soutiens ici la candidature de Daniel Devaud à la Cour des comptes, j'agis en tant que femme de lettres et citoyenne genevoise, non sans idées politiques mais sans appartenance partisane, parti pris ou autre cause quelconque à défendre.

     

     

     

  • "Le Courrier"

    Imprimer Pin it!

     

    Trouvé sur internet.  http://www.lecourrier.ch/perles_minimalistes

    Envie de partager ici, où ce blog a donné à l'écrivain de rester dans la Cité.

    Merci de votre accueil.

    Sans obligation ni complaisance.

     

     

  • Etre coi

    Imprimer Pin it!

     

    Etre coi...

    Et qui?

    Il arrive d'être coi à qui privilégie le silence aux vociférations.

     

     

     

     

  • P.D. & G.-O. S.

    Imprimer Pin it!

     

    On aura compris Pascal Descaillet!

    A le lire deux fois sur le site, pour le retrouver à nouveau deux fois sinon trois dans la sélection des blogs postés ce jour, nul doute qu'il aura son public!

    Pour informer Monsieur Mabut du billet que j'ai posté hier, j'ai cru bon de lui adresser le lien par courriel.

    Coup d'épée dans l'eau? Aucun retour en tout cas.

    Je poste donc ici ce le lien pour que celles et ceux qui seraient enclins à lire une prose sensiblement différente de celle de Monsieur Descaillet, en aient la possiblité:

     

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/09/01/soutien-a-daniel-devaud.html

  • Avec ou sans Guy-Oliver Segond

    Imprimer Pin it!

     

    Lancer des pavés au nom de "coups de poignards"?

    Des règlements de comptes à la Cour du même nom, il n'y a pas qu'un pas.

    Il y a des candidats.

    Avec ou sans G.-O.S.

     

  • Soutien à Daniel Devaud

    Imprimer Pin it!

     

    Faut-il être de gauche, mieux ou pis, d'extrême gauche pour soutenir Daniel Devaud?

    A chacun de répondre selon ses goûts et ses couleurs.

    Mais de grâce, Monsieur Descaillet, maîtrisez votre langage.

    On vous sait cultivé, Pythagore autant qu'Annie Ernaux apprécieront.

    Vos coups répétés contre Monsieur Guy-Oliver Second, aussi bien tournés soient-ils, risquent bien d'être fourrés.

    On vous a entendu, votre son de cloche ne résonne pas comme celui de votre confrère, Monsieur Mabut*.

    Nettement plus clair, c'est son écho à lui que l'on retiendra.

     

    *http://www.tdg.ch/geneve/actu/guy-olivier-segond-soutient-juge-devaud-2011-09-01

  • L'insoutenable légèreté de P.D.

    Imprimer Pin it!

     

    Tomas pensa encore une fois avec une sorte de nostalgie, presque avec amour, au journaliste à la haute silhouette voûtée. Cet homme-là agissait comme si l'histoire n'était pas une esquisse, mais un tableau achevé. Il agissait comme si tout ce qu'il faisait devait se répéter un nombre incalculable de fois dans l'éternel retour et il était certain de ne jamais douter de ses actes. Il était convaincu d'avoir raison et ne voyait pas là le signe d'un esprit borné mais une marque de vertu. Il vivait dans une autre histoire que Tomas: dans une histoire qui n'était pas (ou n'avait pas conscience d'être) une esquisse.

    Milan KUNDERA, L'insoutenable légèreté de l'être, 5e partie, La légèreté et la pesanteur, ch.15, Folio, 1991, p.322