01/10/2011

Avenir radieux

Renseignements pris auprès de policiers, l'avenir des cyclistes à Genève paraît assuré!

Punir les incivilités consistant à emprunter trottoirs ou voies réservées aux TPG serait légalement amendable, m'a-t-il été dit. Une journée d'information à cet égard aurait même été organisée dans le courant de la semaine à l'intention des usagers.

Néanmoins et même si les comportements de certains cyclistes sont illégaux, ordre aurait été donné à la police de ne pas forcément verbaliser. Dont acte.

De toutes façons, m'a-t-il été ajouté, vu le nombre d'effectifs, sévir partout serait impossible.

Autrement dit, la loi est bien là pour punir les cyclistes qui devraient l'être mais leur valeur ajoutée fait qu'ils auront tout loisir de continuer leur parcours tous azimuts sans être inquiétés.

On sait désormais à quoi s'en tenir.

Commentaires

"Punir les incivilités consistant à emprunter trottoirs ou voies réservées aux TPG serait légalement amendable, m'a-t-il été dit."

Et que dire des piétons qui empruntent les pistes cyclables? Est-ce amendable?
Vous devriez vous renseigner : de nombreux couloirs de bus sont ouverts aux cyclistes. Quant au réseau de pistes cyclables, c'est une catastrophe. Elles sont installées bien trop souvent comme un alibi. Exemple : route de Meyrin à la hauteur des Avanchets: la piste cyclable avait été "oubliée". Tel que. Donc "on" a dessiné une piste cyclable sur le trottoir. Est-ce amendable?


"Autrement dit, la loi est bien là pour punir les cyclistes qui devraient l'être mais leur valeur ajoutée fait qu'ils auront tout loisir de continuer leur parcours tous azimuts sans être inquiétés."

Autrement dit, la loi est bien là pour punir les dealers et autres pickpockets qui devraient l'être mais leur valeur ajoutée fait qu'ils auront tout loisir de continuer leurs parcours tous azimuts sans être inquiétés.


"On sait désormais à quoi s'en tenir."

Vous m'ôtez les mots de la bouche.


Quant aux vélos électriques : casque, plaque jaune, permis de conduire pour leurs détenteurs. Comme pour les vélomoteurs, car ce sont des vélo-moteurs.

Écrit par : Johann | 01/10/2011

Ce problème de cyclistes, de pistes qui leur manquent et de piétons susceptibles de marcher là où ils ne le devraient pas, Johann est bien réel et vous le concevez à votre manière que je respecte.

Si je le pointe du doigt depuis quelque temps avec insistance, c'est précisément pour y rendre sensible et ne pas le laisser s'installer.

La création de pistes cyclables ne se fait sans doute pas du jour au lendemain, on l'imagine bien. Il n'en demeure pas moins que le civisme, Johann, juste cela au moins, doit être rappelé.

Ce soir, deux jeunes poussaient leur vélo sur le trottoir de la rue du Mont-Blanc. Ils étaient étrangers.

Dimanche dernier aussi, j'ai pu observer des jeunes -étrangers- pousser leur vélo d'une main sur le trottoir de la rue des Alpes. D'autres, sur le trottoir du quai du Mont-Blanc. Donc ce comportement est possible et existe. Il est toutefois si rare qu'on ne peut que le remarquer et le relever. Et il le faut!

Pour montrer que tenir son vélo sur un trottoir n'est pas la fin du monde ni une perte de temps irrécupérable.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/10/2011

Et voici qui devrait ne pas laisser indifférent! http://www.tdg.ch/actu/suisse/association-pietons-ne-veut-velos-trottoirs-2011-10-01

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/10/2011

Les commentaires sont fermés.