12/11/2011

Un monde, des mondes

 

Un monde où le sens n'a de cesse d'être défini, ajusté, précisé, se construit et se défait au gré de critères qui se rejoignent, s'égarent quand ils ne s'éloignent pas de manière irréversible les uns des autres. Alors naissent les conflits.

La guerre des sens n'est pas le seul fait de corps en mal de jouissance.

Elle est aussi celle qui se mène au nom de valeurs à établir, au pis comme absolus.

10:36 Publié dans Discours, Etre, Pouvoirs, Pratiques, société | Tags : sens, valeurs, absolus, conflits, guerres | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Je ne pense pas. Il n'y a pas de valeurs absolues, mais des principes voulus majoritairement. Faute de démocratie universelle, par les Etats. C'est le droit international. Il faut s'y tenir.

Écrit par : RM | 12/11/2011

Merci de votre commentaire, Rémi.

Des principes, il en existe, certes mais des valeurs aussi.
Comme absolus, j'ai bien précisé "au pis".
Donc votre propos, en principe(s) ne devrait pas contredire le mien :-)

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 12/11/2011

A mon avis, quand un Etat estime un principe absolu, il estime qu'il peut l'imposer à d'autres Etats même contre la majorité, s'il en a les moyens. Personnellement, j'y suis tout à fait opposé, je ne trouve pas cela du tout préférable à l'absence totale de valeurs communes, mais équivalent.

Écrit par : RM | 12/11/2011

L'absolu est certes toujours à éviter sinon à fuir. Mais son principe, fonction de sa valeur ou l'inverse, en fait une constante dans les mentalités de bien des êtres. Qu'on le veuille ou non, il est une réalité pour certains qui savent mettre toute leur ardeur pour le défendre. Les preuves à cet égard ne manquent pas.

Mais on sort du sujet qui n'est pas l'absolu en soi mais la relativité des sens et au pire, leurs dérives.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 12/11/2011

Dieu est bien absolu, en principe, et il n'est pas à fuir en soi, et toute conception pour moi doit tendre à être absolument vraie, quand on l'élabore individuellement. Mais dans la vie sociale, c'est différent; à mon avis, il faut appliquer la Liberté, l'Egalité et la Fraternité. Or, de ce point de vue, il faut admettre que les gens sont libres de croire ce qu'ils veulent, et qu'ils sont égaux dans ce droit.

Écrit par : RM | 12/11/2011

Les commentaires sont fermés.