04/02/2012

Claire Seguin, enfarineuse de François Hollande

Le 30 octobre 2010, Claire Seguin dresse son autoportrait sur son blog*:  Je suis une femme de 45 ans, célibataire, sans enfants. Issue d’un milieu modeste, j’ai fait des études longues : après un bac littéraire brillamment obtenu (mention très bien), et des années de classes préparatoires Lettres au Lycée Michel Montaigne de Bordeaux (années que j’ai détestées), j’ai obtenu à Paris un Doctorat de Littérature contemporaine et une Licence d’Histoire de l’art. Après plusieurs années de chômage, je suis entrée dans l’Éducation nationale, où j’ai été professeur certifié de Lettres modernes, à Amiens puis à Roubaix, pendant 7 ans. Dès mon année de stage, j’ai fait l’objet de harcèlement dans l’Éducation nationale, tant de la part de la hiérarchie que de la part du personnel enseignant. J’ai démissionné le 13 novembre 2007. Je vis actuellement à Lille.

Que penser et que dire d'une femme dont on n'a aucun autre écho que ses propos livrés au public et les effets qu'ils ont eus?

Peu ou pas grand chose par respect et par prudence vis-à-vis d'une situation inconnue. Néanmoins, ne pas y réfléchir serait cultiver une ignorance sur des faits avérés et répétés de traitements qui peuvent et doivent se discuter.

Car trop de zones d'ombres et de jugements partiaux entourent la maladie psychique avérée ou non. En l'occurrence et pour ce qui concerne cette femme, on aimerait tout de même bien savoir ce qu'il en est et surtout ce qu'elle deviendra. Car même si elle manifeste une grande sensibilité, en quoi doit-elle être considérée comme dérangée? Si c'est pour son geste, on peut certes admettre qu'il déroge aux règles de la politesse et de la bienséance. Sans importance, pourtant selon certains et au regard d'autres graves contextes politiques.

Et cependant, ce qui arrive à Claire Seguin peut concerner n'importe qui, soudain accablé par trop de pressions insurmontables. Dans ce cas, faut-il considérer que toute personne surmenée soit sujette à traitement psychiatrique?

La question ne se pose pas qu'en France et exige d'être cnsidérée pour recevoir des réponses affinées.

http://unmicrosousvotreoreiller.unblog.fr/claire-seguin/

 

 

 

Commentaires

Voilà un sujet intéressant. Il est quand même frustrant de ne pas voir la presse, qui d'habitude est intéressée par ce type de "nouvelles", ne pas creuser le cas "Claire Seguin". Ayant moi aussi tenter de trouver la "cause à effet" de cette "enfarinade", je reste sur ma faim. C'est quand même bizarre cette histoire. Peut être une inspiration pour une prochaine nouvelle ...

Écrit par : Barcator | 04/02/2012

Oui, Barcator mais quel pouvoir a encore la littérature sur la politique?
Et pourtant, combien de politiciens ne se réfèrent-ils aux écrivains pour les citer? A quel titre, on peut s'interroger car si c'est pour montrer une sensibilité ou une culture, s'arrêter là est-ce suffisant? Dans le meilleur des cas on dira que c'est mieux que rien. Sinon, c'est juste un vernis mondain et donc bien superficiel.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 04/02/2012

Voici deux citations d'un psychiatre suisse que je connais:
" On fait souvent le reproche à la psychiatrie de vouloir mettre tout le monde dans le même moule".
" La différence entre l'hôpital psychiatrique et la prison: de la prison, on sait quand on en sortira!"

Écrit par : Miss Nicopéia | 04/02/2012

Oui, Miss Nicopéia et c'est bien de cela qu'il conviendrait de discuter. Mais de manière conséquente et pas juste pour les beautés d'une table ronde ajoutée à tant d'autres dont on ne sait pas toujours ce qu'il en ressortira de concret.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 04/02/2012

Bonsoir ou bonjour Hélène Richard-Favre,

J'ai parcouru vite fait sont blog et lu de manière "globale" derrière les mots et les phrases.

A priori, elle démarre dans la vie comme madame tout le monde. Elle est diplômée donc reconnue apte à enseigner.Banal.. Elle enseigne et, au fil du temps tout bascule. Je n'ai pas très bien compris son histoire personnelle reprise par je ne sais qui la mettant en scène à son insu ?

Coïncidence malheureuse, ou bleuf, pourtant des documents lui ont été subtilisés -apparemment...Bizarre.

Bizarre également, ce nombre de plaintes et les "milles" chemins pris pour enquêter, évaluer ses affirmations, alerter la population Lilloise etc..

Cette personne est fragile psychologiquement depuis longtemps, c'est un constat. Est-elle devenue fragile depuis les harcèlements dont elle "aurait" été victime dans l'éducation Nationale ? Possible, mais je n'en suis pas convaincu.

En résumé elle en veut à la terre entière et aux socialistes et au monde de l'enseignement en particulier. Hollande lui a donné l'occasion de créer l'évènement, sans pour autant être coupable ou, responsable.

Ce qui attire mon attention, c'est qu'elle va dépenser beaucoup d'énergie et d'argent pour "enquêter", fuir, (Le Canada, la Hollande..tiens Hollande humm) pour finalement se retrouver "encerclée" de gens lui voulant du mal etc...bizarre.,Du coup elle rentre à LILLE pour se retrouver en situation précaire et dans la pénurie...

Etant donné son niveau de diplôme, on peut penser -raisonnablement, qu'elle a les moyens psychologiques de -raisonner, et bien non! Elle va s'engouffrer dans un système qu'elle même fabrique inconsciemment. Avec ses moyens de l'époque, elle pouvait tout aussi bien prendre un, voir deux avocats; elle aurait eut la justice en sa faveur, tout autant que les faits qu'elle dénoncent soient réellement vérifiés?

Hors, elle fait l'inverse de ce qu'il faut faire dans un état de droit qu'elle connaît (au minimum) au travers de l'acquisition de ses diplômes, de ses connaissances, et de son petit réseau personnel ou de son parcours?

Enfin, tout le monde lui en veut, même sa famille? Bizarre? Elle n'a apparemment pas d'amies, d'amis, de "petit" copain, elle est esseulée et livrée à elle même et aux courants d'airs...Elle est seule au milieu d'une jungle, elle entend des bêtes sauvages partout, elle ne les voit pas mais elle pense être dévorée d'un instant à l'autre.

Vous faites bien Hélène d'évoquer ce sujet afin que les bonnes questions soient posées. En attendant, elle est livrée aux services psychiatriques donc, en soins cliniques. Un avocat, avec l'aide de sa famille doit pouvoir l'aider..? Au minimum elle a droit à l'aide juridictionnelle; quoique la loi me semble-t-il a été modifiée sournoisement il y a peu, par Sarko et nos chers et amis députés..

F. Hollande à prononcé le mot "dérangée" ou "gens dérangés" ce n'était pas à lui de diagnostiquer la maladie de cette personne, avec un terme qui en dit long sur ses pensées, à propos de personnes handicapées mentales.

Il me semble que cette femme a un terrain psychologique fragile depuis longtemps, -très longtemps. Elle va se fragiliser encore plus, suite à des faits qui restent à vérifier, -harcèlement, et, -personnage d'un supposé film dont elle serai l'objet du sujet ?

Une enquête sera faite je n'en doute pas.

Écrit par : Pierre NOËL | 05/02/2012

J'ai beaucoup apprécié votre commentaire, Pierre Noël. Car il témoigne du temps que vous avez consacré à lire le sujet et surtout, le blog de Claire Seguin.

Votre approche m'a plu car elle confirme celle dont j'ose espérer qu'on y songera pour cette femme dont les capacités intellectuelles sont là mais assorties d'une fragilité évidente.

Ce qui m'a aussi fait plaisir dans votre réaction, est que vous avez pointé celle de François Hollande qui n'a, en effet, pas à poser de diagnostic. Quant à se montrer "bon prince" en disant qu'il n'engagera aucune poursuite contre cette femme, on aurait aussi pu imaginer que cet élan si généreux le pousserait peut-être, comme il discourait dans un hôpital, à s'enquérir de l'état de Claire Seguin, pourquoi pas? J'ai évoqué le sujet dans mon autre blog http://billets.blog.tdg.ch/archive/2012/02/03/hollande-a-l-hopital.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/02/2012

La question à laquelle vous n'apportez pas une réponse très claire est la suivante : dans le cas d'Hollande pourquoi a t'elle choisi la farine et non la tarte à la crème?

Écrit par : Hypolithe | 05/02/2012

Votre question, Hypolithe, sans doute provocatrice, ne manque toutefois pas d'intérêt. En effet, elle permet de mettre en évidence le rapport à la tradition et à la société qu'entretient Claire Seguin et de montrer par là-même que son geste, s'il a pu être interprété comme déraisonnable,n'en a pas moins été raisonné.
Car le 1er février était la veille de la Chandeleur, ce qui aurait dicté le choix de la farine pour faire écho à la tradition qui veut que l'on fabrique des crêpes pour l'occasion.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/02/2012

C'est vrai il aurai pu lui rendre visite, ou au minimum, essayer...Il n'est pas si "fin" que cela, ce qui est une faiblesse pour quelqu'un qui brigue un mandat aux plus hautes fonction de l'état?

Il ne sait pas créer l'évènement en sa faveur.

Écrit par : Pierre NOËL | 05/02/2012

De Claire Seguin, nous ne savons pas grand chose. Seulement son geste nous interroge,et son hospitalisation qui pose problème. Celle-ci était-elle vraiment nécessaire ?
Serait-ce un abus de pouvoir sur une personne sans défense, peut-être pas si malade que ça ? Y aurait-il d'autres raisons à son hospitalisation et par exemple ce serait une punition déguisée ?

Le lien ci-dessous ne rassure pas, et les psychiatres en France ne sont pas d'accord du tout:
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20110323.OBS0114/la-reforme-de-l-hospitalisation-d-office-votee-a-l-assemblee.html

Écrit par : Marie-Hélène | 05/02/2012

Oui, Pierre Noël et surtout quand on lit ça:

" Après les polémiques qui ont agité le milieu psychiatrique, il promet une " véritable loi " de santé mentale, fondée sur "le respect de la dignité de la personne souffrant de troubles mentaux". Celle instaurant les soins ambulatoires sans consentements, votée en 2011, a suscité une vive opposition du milieu de la psychiatrie, qui critiquait son aspect sécuritaire et réclamait un texte d'envergure."

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/02/02/francois-hollande-denonce-l-ideologie-dogmatique-de-l-hopital-entreprise_1637913_1471069.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/02/2012

Bien sûr, Marie-Hélène!

Et vraiment, il faudra qu'on m'explique comment un médecin d'ici peut souhaiter le voir venir à Genève!

Pour nous dire quoi?

http://bertrandbuchs.blog.tdg.ch/archive/2012/02/03/et-si.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/02/2012

Le sujet méritait qu'on s'y arrête, j'ai publié un nouveau billet sur mon blog http://billets.blog.tdg.ch/

Car c'est à se demander qui sont les enfarinés de l'histoire dont on ne souhaite vraiment pas qu'ils le deviennent de l'Histoire.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/02/2012

Que cette personne soit fragile psychologiquement , je dirais oui et non, car elle a quand même "de la ressource" et une capacité relativement hors du commun à faire face à l'adversité qui est la sienne. Elle maîtrise la langue, la technique et la manipulation, elle est tenace et obstinée; ce qui n'est pas à la portée de tout un chacun.

Le probleme à mon sens n'est pas de savoir si elle est malade ou pas, il est surtout de savoir ce qu'elle va devenir, car si elle poursuit sur sa lancée elle risque de finir mal...
C'est une personne fort différente du commun des mortels et notre société ne connait pour ces dernières, que l'encensoir ou l'assomoir.

F Hollande a eu tort de l'ignorer, il souffre du même mal qu'elle : l'appréhension et l'interprétation que chacun se fait du regard des autres (et pour lui, les "autres" sont nombreux...).

S'il veux gouverner il doit être capable de se mettre au niveau des préocupations de chacun, il aurai du lui offrir un poste de consultante, conseillère (très spéciale)ou n'importe ...
Il pouvait faire un coup médiatique, donner une chance à cette personne et sourtout la fixer (je veux dire savoir oû elle est). N'est ce Henri IV qui disait "régler les problèmes avec son ennemi en s'en faisant un ami" ?

Pour pouvoir acceder à la reconnaissance à laquelle elle aspire il faudrait peut être conseiller à Claire Seguin de faire table rase, mettre son mouchoir par dessus le tout, prendre un pseudonyme et commencer à écrire, pour son propre compte ou celui d'autres ... pouquoi pas écrire des discours ou des programmes politiques ! cela me semble à sa portée.

Après, peu importe l'origine de son petit "big bang personnel" et dans quelle soupe primordiale elle a baignée lorsqu'elle était petite.

Écrit par : olivier | 05/02/2012

Olivier, quelque soit le profil ou le destin de Claire Seguin, le seul fait qu'on ne s'inquiète pas davantage d'elle est choquant.

C'est pourquoi j'ai tenu à m'exprimer ici.

Car je trouve inadmissible de la part d'un homme qui se dit socialiste, qui plus est, présidentiable, de tenir des propos sur la santé mentale, alors qu'il vient d'être confronté à un cas réel auquel il n'a pas prêté la moindre attention sinon de poser un diagnostic et de laisser agir les forces de l'ordre et de faire interner cette femme en psychiatrie.

Les seuls effets produit par cet évènement ont été le renfort de sécurité apporté à François Hollande.

Et on ose parler de François Hollande président.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/02/2012

D'abord, quel que soit l'état mental de Claire Seguin, celle-ci m'inspire une profonde compassion. C'est toujours pénible d'être ou de se sentir indésirable.
De plus, s'il y en a un qui ne se rend pas désirable, c'est bien Monsieur Hollande:
parce qu'un homme vraiment intelligent (= aussi du coeur!) se serait repris, il aurait pu aller vers elle et essayer de la comprendre. Parce que quand on a fait des meetings tonitruants, qu'on a siégé à l'Assemblée nationale, on n'a pas peur d'une seule femme, fût-elle remuante...
Personnellement j'appelle cela être "macho" ou "phallocrate" si vous préférez. Ma fibre féministe se révolte en constatant le peu de cas fait de Madame Seguin, applatie comme une mouche.
C'est vrai Michel A., qu'en hôpital psychiatrique on assomme souvent les patients, c'est très brutal, et que je te pique ici, et que je te bourre de pilules là. Cela rend docile.
Monsieur Hollande aurait pu créer l'événement dans un sens humain, sympathique. Il aurait pu se montrer généreux moralement. Il en a manqué l'occasion.

J'en retiendrai une chose: malgré quelques comparses féminines, les socialistes français n'aiment pas beaucoup les femmes qui veulent exister.

Écrit par : Miss Nicopéia | 06/02/2012

Oui, Miss Nicopéia mais tout malade ou considéré tel par la psychiatrie subit le même sort, femme ou homme!

En l'occurrence, il s'agit de regard et de considération sur le problème de personnes qui n'intéressent justement personne, pas davantage Monsieur Hollande, grand socialiste devant l'Eternel!

Et si vraiment, comme il a osé le déclarer dans Le Monde du 2 février,il est prêt à revenir sur cette loi votée en 2011, il a manqué, soit une occasion de se taire, soit une occasion de montrer qu'il était cohérent dans ses propositions.

Cf: http://billets.blog.tdg.ch/

La santé mentale est de loin un des thèmes les plus délicats et le plus difficiles à aborder en politique mais là, une véritable occasion de dialogue était offerte sur un plateau d'argent à François Hollande qui l'a balayée du simple constat que cette femme était sans doute "dérangée".

Et j'aimerais bien savoir qui, comme moi, a repris le sujet, pour en faire un vrai débat de société? J'ai consacré quatre blogs à cette affaire, tant elle est révélatrice de la fissure qui gangrène nos sociétés et qui fait qu'en désespoir de cause les citoyens se replient sur eux-mêmes ou pis, donnent de la voix aux extrêmes.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/02/2012

D'accord avec vous, chère Hélène.

Vous avez très bien observé et réfléchi sur cette question.Cependant notre société est formée de nous tous et, tous , nous en sommes à divers degrés co-responsables. La mentalité dominante a quelque chose de malsain, on voit des signes de dégénerescence physique partout, une "ambiance" de dépression nerveuse et morale court les rues, sans parler de la laideur et de la saleté devenues normes, de la cruauté envers tout ce qui vit pourvu que ça rapporte. Société de déséquilibrés mentaux. Extrémistes ou ennuyeux.

On se pose d'ailleurs aussi la question de savoir si les cerveaux dont les pattes tiennent les leviers de commande des-dites sociétés sont normalement constitués ou s'ils ont le venin de Frankenstein dans les neurones.

Écrit par : Miss Nicopéia | 07/02/2012

PS.

Dommage de gaspiller de la farine quand tant de gens meurent de faim.

Je préfère tremper ma plume dans du vinaigre...virtuel, puisque ça gicle plus loin.

Écrit par : Miss Nicopéia | 07/02/2012

Interressant quand on se rend compte à quel point ces spécialistes font la loi dans le monde judiciaires en tant qu'expert, dans la politique en tant que conseiller, dans l'hopital en tant que geoliers, dans la reduction de riques en tant que dealers et dans les tutelles en tant que notaires!!!

Écrit par : Michel Ayoun | 08/02/2012

Les commentaires sont fermés.