07/02/2012

Silence de mort

 

Ce silence qui a entouré le décès de l'homme des Bastions n'est pas celui auquel a droit tout défunt, encore moins celui-ci.

Que ce vide de communication ait été dû aux Indignés ou aux pouvoirs locaux en place, il ne relève en aucun cas du respect de la personne, ni de sa famille, ni de la société confrontée tous les jours que sont restés installés les Indignés dans un Parc Public.

Ce silence hurle de lâcheté et heurte.

 

 

 

Commentaires

Hélène, je te rejoins en tout point. Et suite à ce silence si long, un brusque tintamarre tout autant irrespectueux de la personne décédée que de sa famille, le tapage écoeurant d'une récupération politique sans vergogne, et de tous bords! Les cris de véritables hyènes, toujours à l'affût, lâches et viles! Je ne suis pas indigné, ce n'est pas mon genre, mais en colère!

Écrit par : DESHUSSES GERARD | 07/02/2012

La colère, en effet, est préférable au cynisme, Gérard.
Et aucun argument, aucune explication désormais ne justifieront plus d'une semaine de silence avant de communiquer.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/02/2012

Hélène,
Intolérable, merci de t'exprimer sur ce sujet qui complète mon post sur Facebook :

"Alexandre Blanc,
Qui veut nous faire croire qu'il n'y a que deux candidats ? Que d'argent dépensé inutilement pour un pays en pleine crise ! Ne servirait-il pas mieux à prendre en charge les sans abris ?

Sarkozy et Hollande prennent le large dans les sondages - LeMonde.fr
www.lemonde.fr
Le Monde.fr - Dans notre dernier sondage réalisé par Ipsos, François Hollande et Nicolas Sarkozy gagnent des points dans les intentions de vote. Mais l'écart entre les deux reste stable, à l'avantage du premier..."

Devant une telle misère et une telle indécence, nous avons mal à la France.

Écrit par : Alexandre BLANC | 07/02/2012

Dans quel monde sommes nous ?

Quand un jour la vie bascule...

On compte de 85 000 à 100 000 SDF en France

La rue devient le couloir de la mort...

Écrit par : Philippe BRENNETOT | 08/02/2012

Quelle expression forte, Philippe, que celle qui conclut votre commentaire!
"La rue, couloir de la mort" oui, et pas par des attaques, des agressions ou autres violences de gang, étrangers ou non mais par de simples décisions d'autorités et de pouvoirs en place.

On licencie, on brade à tout va et la rue devient réceptacle d'une société en liquidation.

Mais la solidarité est là aussi et la créativité doit être sollicitée pour remédier à ce problème. Elle exige toutefois un peu de réflexion et des moyens qui surgissent parfois ici et là. Osons espérer qu'ils fleurissent en dépit des saisons et au-delà de leurs contraintes!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 08/02/2012

La rue n'est pas une fatalité !! ce qu'il faut, c'est de la prévention afin que les gens n'arrivent pas à se retrouver SDF, quand cela n'est pas voulu, entendons-nous. Multiples associations d'aide, d'écoute existent, telle est l'espérance offerte aux désespérés.
Surtout l'entourage (famille, amis) a un rôle de solidarité à vivre auprès des personnes en détresse. Les SDF dans la rue sont la conséquence de cette fermeture à l'autre, à notre prochain. Voilà le mal de notre société !!

Je vous conseille le livre "Une ex-SDF" d'Elisabeth d'Angèle, qui a elle-même raconté sa vie dans la rue, dans les rues de Bordeaux. Une femme que j'ai eu la chance de la rencontrer.
Voir aussi cette vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xzkem_herve-et-elizabeth-d-angele_news

Écrit par : Laetitia_db | 09/02/2012

De quel droit osez-vous ? Vous faites parler un être humain que vous n'avez pas connu, et vous crachez sur la VOLONTÉ de sa famille ? Belle mentalité. Vraiment.
Renseignez-vous, la prochaine fois...
http://gregoiresapereaude.blog.tdg.ch/archive/2012/02/09/nous-indigne-e-s-derangeons-voici-notre-reponse-a-ces-recent.html

Écrit par : Grégoire | 10/02/2012

Cher Grégoire Sapere Aude,

Je postais mon premier commentaire sur votre blog quand j'ai découvert les trois vôtres sur les trois sujets que j'ai écrits.

Le ton sur lequel vous vous adressez à moi est sensiblement différent que celui avec lequel je vous ai écrit ici, vous en conviendrez. 
Si le sens de mes réactions vous a échappé, j'en suis désolée pour vous.

Bien à vous,

Hélène Richard-Favre

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 10/02/2012

Cela montre que l'Etat a failli à sa mission. Ceci n'est pas un cas isolé. Il y a longtemps qu'on devait prendre des mesures appropriées afin d'éviter qu'une telle situation se répète

Écrit par : faire-part | 10/02/2012

Les commentaires sont fermés.