28/02/2012

Nouvel Ordre Moral

 

Ainsi n'aurait-on pas goûté le silence observé par Mark Muller suite à l'affaire qui l'a désormais poussé à démissionner de ses fonctions.

Il y a un mois et pour rappel, un homme est mort au camp des Indignés des Bastions.

Ce décès a choqué autant que le silence de huit jours qui a suivi son annonce.

On a invoqué le respect de la famille du défunt. Certes, il est de mise et nul ne le contesterait.

Mais les circonstances du décès survenu dans un espace public sur lequel la société a droit de regard, au nom de quel principe lui a-t-on refusé de les connaître?

Force est de constater qu’un silence n’en vaut pas un autre à Genève.

Commentaires

Ah oui vous désirez véritablement instaurer votre Nouvel Ordre Moral. Venez en discuter en chair et en os de décès pour en comprendre les tenants et aboutissants.
Très triste de vouloir encore et encore salir la mémoire de ce défunt.

Écrit par : Grégoire Barbey | 28/02/2012

Cet ordre moral nouveau, qui le convoque, d'après vous, Grégoire Barbey?
Ne passez-vous pas votre temps à appeler de vos voeux une morale digne de ce nom? Alors?

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 28/02/2012

Oui, une éthique politique effectivement, mais cette mort n'est pas à utiliser en porte-à-faux d'un quelconque malaise moral. La cause de ce décès est d'ordre sociale, il faudrait se demander comment un homme a pu trouver la mort avec toutes ces institutions qui se disent là pour aider les miséreux, vous ne pensez pas ?

Écrit par : Grégoire Barbey | 28/02/2012

Ce que j'en pense, Grégoire Barbey?
C'est qu'un ordre quel qu'il soit, moral, social, n'offre que des réponses aléatoires à l'être qui tente comme il peut de s'y accommoder.

Et que lorsqu'il n'y parvient plus, il réagit selon ses dispositions ou celles qui se présentent à lui, parfois sans plus être à même de discerner lesquelles seraient les plus adéquates à la situation.

De là à distribuer les responsabilités, il y a un pas que certains franchissent au gré de leurs humeurs, de leurs besoins ou de leurs intérêts que tout est bon à justifier.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 28/02/2012

Alors finalement, nous ne sommes pas tant en désaccord.
Je vous souhaite une excellente soirée et une bonne continuation.

Écrit par : Grégoire Barbey | 28/02/2012

Merci, Grégoire, je préfère ce souhait à celui que vous avez exprimé sur un autre de mes blogs où, emporté par la colère, vous n'avez plus su discerner chez moi ce même sens de la révolte qui m'a fait écrire et réagir en l'honneur de cet inconnu, mort dans un camp devant lequel je n'ai pas manqué un seul jour de passer sans m'interroger sur son sens et sa présence, surtout par -10 degrés sous zéro.

Quant au dernier paragraphe de mon sujet ci-dessus, il concerne chacun de nous car nul n'est jamais à l'abri d'un coup d'éclat ni de perte de repères.

Cette perception que j'expose ici, vaut donc pour toute victime de concours de forces qui ne visent qu'à déstabiliser. Ainsi en est-il allé pour Mark Muller qui a fait les frais de calculs que son comportement, une nuit de Nouvel An, a fait jouer en sa défaveur et finalement basculer pour laisser vacant un siège convoité.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 28/02/2012

Vous avez parfaitement raison Madame et c'est un gros problème: aujourd'hui à Genève, la gauche parvient à faire glisser ses scories sous le tapis, pas la droite, ni le centre-droit. Quant à l'extrême-droite populiste, elle arrive à faire croire que ses scories sont de la poussière d'or, rien qu'en le claironnant haut et fort.
A cela il y a au moins deux raisons:
1) ils sont plus forts en communication et ont l'esprit plus militant
2) la droite et le centre-droit ont laissé le monde de l'argent abuser de ses privilèges de manière ostentatoire et les gens sont fâchés. Je dirai même plus, ils se sentent floués et ont soif de vengeance.
C'est de ce bois qu'on fait les révolutions.

Écrit par : Saint-Juste | 29/02/2012

Tout à fait d'accord avec toi, Hélène, un nouvel ordre moral est nécessaire qui ne saurait résulter d'un débat politique impliquant les clivages gauche-droite traditionnels, mais bien plutôt d'une prise de conscience citoyenne exempte de tout préjugé ou idée préconçue. A défaut, il faudra bien convenir que les excès du néolibéralisme, l'arrogante suprématie de l'économie mondialisée soutenue par les services bancaires pourraient bien conduire d'aventure les peuples à la révolution. Et les révolutions, faut-il le rappeler débouchent le plus souvent sur bien des violences, des guerres aussi.
Une piste de réflexion globale consisterait à partir de l'idée que la précarisation des milieux les moins favorisés, l'appauvrissement de l'ensemble des classes moyennes, le dégraissage des milieux aisés au profit d'une minorité d'ultra-riches est une stratégie parfaitement calculée de la part des milieux économiques planétairement dominants, en regard de l'épuisement des ressources naturelles globale et l'impossibilité matérielle dans laquelle notre monde se trouve de laisser accéder à notre niveau de confort les populations des pays dits émergents. Sans compter que la pérennité de notre propre niveau de vie occidental paraît plus que fragile...
Le gâteau rapetisse et les convives sont toujours plus nombreux!
Mais sans doute suis-je un peu parano...

Écrit par : DESHUSSES GERARD | 29/02/2012

A vrai dire, Gérard, ce titre donné à mon sujet n'indique aucun projet de ma part mais bien plutôt la crainte qu'un nouvel ordre moral ne s'impose sans discrimination aucune pour condamner à tout va toute personne ne s'y conformant pas.

A voir la violence de certains propos qui ont été tenus sur cette blogosphère à l'encontre de Mark Muller, il y a de quoi craindre le pire en matière de redresseurs de torts!

Alors bien sûr que des abus ont été commis comme le rappelle si bien Saint Just dans son commentaire ci-dessus et comme tu le dénonces toi aussi. Mais quand la haine se déchaîne, on assiste à des scènes d'une telle cruauté, qu'y réagir par des biais autres que partisans semble s'imposer, sachant bien qu'ils demeurent malheureusement limités.

Cependant, l'idéal humain ne nuit pas à la santé et ne mérite pas d'être abandonné au profit de meutes voraces et sans scrupules de part et d'autre de l'échiquier politique.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/02/2012

Tout à fait d'accord avec Grégoire Barbey! On ne peut pas confondre un problème en soi avec celui des autres! chacun peut avoir sa propre version de fait!

Écrit par : faire part | 01/03/2012

Dans ce cas, faire part, il eût été de meilleur aloi de suivre Rémy Pagany qui s'est abstenu de s'acharner sur Mark Muller!

cf ci-dessus: http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/29/la-haine.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/03/2012

Les commentaires sont fermés.