29/02/2012

La haine

 

A lire celle qui s'étale au sujet de Mark Muller, pour ne citer que son cas, il y a de quoi s'interroger sur les motivations et les intérêts qu'elle défend sinon trahit.

Alimenter une mêlée de manière aussi aveugle n'honore personne et encore moins la morale que l'on prétend servir.

Même Rémy Pagani, d'après les propos qu'il a tenus dans Le Temps du 16 janvier dernier et que j'ai relayés sur ce blog, ne s'en est pas pris à Mark Muller comme d'autres s'y sont employés.   http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/16/pagani-muller....

Quant à mon sujet de blog d'hier, il compte quelques commentaires à méditer pour qui le souhaite.

 

 

15:05 Publié dans Air du temps, Genève, Politique, Pouvoirs, société | Tags : mark muller, démission, genève, plr, rémy pagani | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

28/02/2012

Nouvel Ordre Moral

 

Ainsi n'aurait-on pas goûté le silence observé par Mark Muller suite à l'affaire qui l'a désormais poussé à démissionner de ses fonctions.

Il y a un mois et pour rappel, un homme est mort au camp des Indignés des Bastions.

Ce décès a choqué autant que le silence de huit jours qui a suivi son annonce.

On a invoqué le respect de la famille du défunt. Certes, il est de mise et nul ne le contesterait.

Mais les circonstances du décès survenu dans un espace public sur lequel la société a droit de regard, au nom de quel principe lui a-t-on refusé de les connaître?

Force est de constater qu’un silence n’en vaut pas un autre à Genève.

23/02/2012

Mark Muller et les chiffonniers

 

Alors que nul n'ignore les tractations politiques qui se jouent en coulisses, on est en droit de se demander, dans cette affaire, où sont les intérêts de ceux qui la remâchent et la revendent à coup de transparence et autres valeurs morales.

Le Conseiller d'Etat s'est expliqué hier au 19:30 de la TSR. http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/3804374-affair...

 

22/02/2012

Mensonges, silences et politique

 

Ainsi parle-t-on au gré de cette blogosphère des mensonges de Mark Muller et des ses silences, de ceux aussi, de Rémy Pagani.

Les uns veulent le départ de l'un, les autres de l'autre, or entre eux deux, ils ne paraissent pas se reprocher quoique ce soit.

Qu'on réclame des têtes et que celles-ci s'y refusent, cela se discute.

Mais qu'entre elles ces têtes se soutiennent, normal, moral ou politique?

 

16/02/2012

Pagani-Muller-Pagani, pagaille?

 

Qui se rapelle ou a lu cet article signé Marc Moulin dans Le Temps du 16 janvier 2012, intitulé Mark Muller joue sa tête face à son parti en proie au malaise et qui se concluait:  Etait-il opportun de la part de Mark Muller de s’afficher au MàD, flanqué d’une employée de cette discothèque, alors qu’il avait la charge d’un dossier crucial pour l’établissement? Le MàD a-t-il profité de cette apparente proximité avec un ministre dont il était dépendant pour sa survie? Rémy Pagani, qui n’a pas l’habitude de voler au secours de Mark Muller, estime que tel n’est pas le cas: «Je ne vois pas quel avantage l’une ou l’autre partie aurait pu tirer, répond l’élu d’Ensemble à gauche. C’est moi qui maîtrise le dossier depuis près d’un an.

Et qui se souvient de l'article d'Olivier Francey, paru dans La Tribune de Genève du 8 février 2012, intitulé, Rémy Pagani, "La Ville n'est pas responsable du drame" et dans lequel on lit que La droite élargie au MCG critique vertement la gestion du dossier par la Ville. «Laxiste», selon le conseiller d’Etat Mark Muller, en visite à la rédaction de la Tribune de Genève hier. «J’aurais fait évacuer le camp après quelques jours. Je précise que je n’attribue aucune responsabilité à quiconque dans ce drame.

Autrement dit, selon Rémy Pagani,  aucun conflit d'intérêt ne peut charger Mark Muller dans le dossier du Moulin-à-danse car c'est lui seul qui en a la maîtrise par contre, et selon Mark Muller, la gestion du dossier des Indignés a été laxiste mais il n'en rend personne responsable.

Comprenne qui voudra comme il pourra ce jeu de rôles à responsabilités variables.

Il n'en demeure pas moins que ces deux dossiers n'ont en commun que les noms des magistrats qui en témoignent ici et que la maîtrise d'un moulin où l'on danse n'a rien à voir avec celle d'un camp où l'on s'indigne.


 

 

13/02/2012

"Je n'ai pas d'âme"

 

Ces mots sont ceux de Rémy Pagani dans l'interview qu'il a accordée à La Gazette de Genève le 16 mai 2011.

Hier, c'est l'adjectif ésotérique, qu'il a employé pour qualifier un débat dans lequel il n'a pas voulu entrer, qui a retenu mon attention:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/12/pagani-et-l-es...

Mais ses propos sur l'âme qu'il dit ne pas avoir, difficile de ne pas s'y arrêter aussi.

Dans cet interview du 16 mai dernier, il déclare écrire pour « remplir son vide intérieur ». « Je n’ai pas d’âme. Mon intérieur est vide, ce « tout » et ce « rien », que j’entoure avec ce que je vois, dis et écris », explique-t-il le regard pensif, la main sous le menton.

Ce terme d'âme, si quelqu'un ici ou ailleurs était en mal de le définir... Certes, il y a l'étymologie, certes, il y a des approches qui l'ont cerné ou ont  tenté de lui donner un ou du sens.

On aimerait bien savoir celui que Rémy Pagani lui donne.

12/02/2012

Pagani et l'ésotérisme

 

Il faut lire Rémy Pagani se livrer à Stéphanie Germanier dans Le Matin Dimanche de ce jour. On y découvre l'homme évoquer sa carrière, ses activités littéraires et sa conception de la liberté.

Interrogé au sujet du décès survenu au camp des Indignés du Parc des Bastions, sa réponse est aussi ésotérique que son contenu  Je n'ai pas voulu entrer dans un débat ésotérique.

Comprenne qui voudra. Et qui pourra.

Et si jamais, cet interview accordée le 16 mai 2011 à La Gazette de Genève, livrera quelques clés sur le rapport que Rémy Pagani entretient avec le pouvoir, la police, les personnages de ses romans et l'âme qu'il déclare ne pas avoir.

« Je n’ai pas d’âme. Mon intérieur est vide, ce « tout » et ce « rien », que j’entoure avec ce que je vois, dis et écris », explique-t-il le regard pensif, la main sous le menton. « Je reconstruis le monde. Ma conscience, c’est les lettres  qui forment des mots, des symboles qui fondent un récit et qui structurent notre pensée».

http://www.gazettedegeneve.ch/politique/r%C3%A9my-pagani-...

S'il n'a pas d'âme, il aurait donc une conscience équivalente aux lettres qui forment des mots, des symboles qui fondent un récit et qui structurent notre pensée.
 
Restera juste à expliquer et préciser le sens que recouvre le terme de pensée et, le cas échéant, remettre en cause la formule consacrée "en mon âme et conscience"...
 

11:01 Publié dans Genève, Politique, Pouvoirs, Religions, société | Tags : pagani, indignés, genève, bastions | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

11/02/2012

Moulin à silence

 

Tel fut l'un des surnoms donnés à la machine de Guillotin http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/guillotin....,

Dans l'affaire Mark Muller, le moulin bat décidément de l'aile   http://www.youtube.com/watch?v=NPgiY8FLyhg

Y apporter tant d'eau, est-ce bien nécessaire?

Parfois, le bon grain ne se distingue plus de l'ivraie. Qui y a intérêt?

 

10/02/2012

Réponse d'Indigné

Suite au commentaire déposé par Stephane sur mon blog:  

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/11/21/armee-du-salut1.html

une réflexion peut être menée sur les aleas et autres difficultés qu'impliquent certaines situations humaines sensibles.

Par son témoignage, il montre combien les réponses possibles à apporter sont délicates, complexes et exigeantes.

Son propos est instructif à maints égards et illustre que rien n'est jamais aisé pour quiconque est porté par un idéal.

 



22:16 Publié dans Economie, Genève, Politique, Pouvoirs | Tags : indignés, bastions, genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

09/02/2012

Huis Clos

L'enfer, les autres?

Et si c'était la liberté?

Au nom d'aucun paradis.

 

 

 

08/02/2012

La rue et la mort

Sur mon blog http://voix.blog.tdg.ch/, un commentaire a été déposé par Philippe Brennetot, qui se conclut par des terme qui choquent.

Dans quel monde sommes nous ?Quand un jour la vie bascule... On compte de 85 000 à 100 000 SDF en France. La rue devient le couloir de la mort.

La mort qui sévit dans la rue n'est pas toujours celle de faits d'armes ou d'agressions. Lorsque le crime en est absent, c'est que le mal y est plus diffus.

Personne n'est à l'abri du pouvoir qui s'exerce soudain sur lui et le projette nulle part.

Et ce triste trajet qui finit dans la rue est silencieux et sans éclat. On en parle, certes et bien des associations ou autres fondations y réagissent.

Mais que de dégâts et de ravages causés par ces licenciements et ces abus qui condamnent au déclin de la personne!

La rue n'est pas une fin en soi mais quand rien ne permet plus d'y échapper, la mort qui s'y installe est aussi condamnable que celle qui se trouve à portée de fusil ou d'arme blanche.

 

 

14:55 Publié dans Politique, Politique française, Pouvoirs | Tags : sdf, rue, mort, licenciements | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Le mort des Bastions et ses charognards

 

Huit jours de silence plutôt que de communiquer ont choqué. Mais n'ont pas suffi.

Foin du silence exigé par toute attente de résultat d'autopsie, on communique désormais à tout va sur d'hypothétiques causes ayant entraîné la mort de l'homme des Bastions.

Pour dire quoi?

Rien qui vaille. Mais tout qui excite.

 

 

 

 

 

07/02/2012

Silence de mort

 

Ce silence qui a entouré le décès de l'homme des Bastions n'est pas celui auquel a droit tout défunt, encore moins celui-ci.

Que ce vide de communication ait été dû aux Indignés ou aux pouvoirs locaux en place, il ne relève en aucun cas du respect de la personne, ni de sa famille, ni de la société confrontée tous les jours que sont restés installés les Indignés dans un Parc Public.

Ce silence hurle de lâcheté et heurte.

 

 

 

06/02/2012

Mourir indigné?

 

Décès au camp des indignés de Genève.
Bastion de tous les regards, quel sera celui qui lui sera désormais accordé?
Tant de paradoxes entourent ce mouvement...
Et autant de sdf qui sont venus y chercher des réponses pour s'en voir parfois privés.
Il n'y a pas lieu ici de ferrailler mais nul doute que cette mort va susciter nombre de polémiques.
Condoléances à la famille de cet homme mort d'un froid qu'il laisse au coeur.

 

16:54 Publié dans Air du temps, Economie, société | Tags : mort, froid, indignation, indigné, mouvement, sdf | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

05/02/2012

Hollande et la santé

Un comble!

François Hollande dénonce l'idéologie dogmatique de l'hôpital-entreprise, lit-on dans Le Monde du 2 février, soit le lendemain de l'hospitalisation en milieu psychiatrique de Claire Seguin, cette femme qui l'a enfariné.**

Après les polémiques qui ont agité le milieu psychiatrique, il ( promet une " véritable loi " de santé mentale, fondée sur "le respect de la dignité de la personne souffrant de troubles mentaux". Celle instaurant les soins ambulatoires sans consentements, votée en 2011, a suscité une vive opposition du milieu de la psychiatrie, qui critiquait son aspect sécuritaire et réclamait un texte d'envergure

Et pour en savoir davantage sur le rapport qu'entretient Monsieur Hollande avec la santé, mentale ou autre, il suffit de cliquer sur ce lien:

http://www.google.ch/search?rlz=1C1SKPC_enCH327&sourc...

23:40 Publié dans Politique française, Pouvoirs, Sécurité, société | Tags : hollande, dignité, santé mentale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

04/02/2012

Démocrate

Voici une lettre ouverte d'un maire de France à ses collègues.

Elle est écrite par Alain AUZET, maire de Réau en Seine-et-Marne.

J'invite celles et ceux que la question des parrainages intéresse mais surtout celles et ceux que la démocratie intéresse aussi encore à s'y arrêter.

La voici: http://reaublog.over-blog.com/article-lettre-ouverte-a-me...

 

Claire Seguin, enfarineuse de François Hollande

Le 30 octobre 2010, Claire Seguin dresse son autoportrait sur son blog*:  Je suis une femme de 45 ans, célibataire, sans enfants. Issue d’un milieu modeste, j’ai fait des études longues : après un bac littéraire brillamment obtenu (mention très bien), et des années de classes préparatoires Lettres au Lycée Michel Montaigne de Bordeaux (années que j’ai détestées), j’ai obtenu à Paris un Doctorat de Littérature contemporaine et une Licence d’Histoire de l’art. Après plusieurs années de chômage, je suis entrée dans l’Éducation nationale, où j’ai été professeur certifié de Lettres modernes, à Amiens puis à Roubaix, pendant 7 ans. Dès mon année de stage, j’ai fait l’objet de harcèlement dans l’Éducation nationale, tant de la part de la hiérarchie que de la part du personnel enseignant. J’ai démissionné le 13 novembre 2007. Je vis actuellement à Lille.

Que penser et que dire d'une femme dont on n'a aucun autre écho que ses propos livrés au public et les effets qu'ils ont eus?

Peu ou pas grand chose par respect et par prudence vis-à-vis d'une situation inconnue. Néanmoins, ne pas y réfléchir serait cultiver une ignorance sur des faits avérés et répétés de traitements qui peuvent et doivent se discuter.

Car trop de zones d'ombres et de jugements partiaux entourent la maladie psychique avérée ou non. En l'occurrence et pour ce qui concerne cette femme, on aimerait tout de même bien savoir ce qu'il en est et surtout ce qu'elle deviendra. Car même si elle manifeste une grande sensibilité, en quoi doit-elle être considérée comme dérangée? Si c'est pour son geste, on peut certes admettre qu'il déroge aux règles de la politesse et de la bienséance. Sans importance, pourtant selon certains et au regard d'autres graves contextes politiques.

Et cependant, ce qui arrive à Claire Seguin peut concerner n'importe qui, soudain accablé par trop de pressions insurmontables. Dans ce cas, faut-il considérer que toute personne surmenée soit sujette à traitement psychiatrique?

La question ne se pose pas qu'en France et exige d'être cnsidérée pour recevoir des réponses affinées.

http://unmicrosousvotreoreiller.unblog.fr/claire-seguin/

 

 

 

Voix et porte-voix

Monsieur Antoine Vielliard sur son blog*, écrit au sujet des 500 signatures que Si Dominique de Villepin ne les réunit pas c'est que sa candidature n'est pas sérieuse. Merci à lui d'en savoir davantage que tous au sujet des motivations de l'Ancien Premier Minsitre.

Mais comme si cela ne lui suffisait pas, il poursuit ainsi: La semaine dernière lors du déplacement de François Bayrou je prenais en charge des journalistes qui me racontait les premiers déplacement de "Villepin" lorsqu'il "faisait semblant d'être candidat" (sic). Ils décrivaient les groupes de soutien très curieusement très représentatifs de la sociologie française et qui hurlait avec une étonnante hardeur leur soutien à leur candidat.. et que les organisateurs remerciaient d'un petit billet."

Là, Monsieur Antoine Vielliard, vous franchissez la ligne et vos propos sont diffamatoires.

Outre le fait qeu vous vous portez garant de racontars invérifiables de journalistes, vous les répandez de manière telle qu'on se doit d'y réagir. J'ai écrit à cet égard un sujet de blog* que je vous invite à consulter à votre convenance. Vous y trouverez quelques commentaires pour votre gouverne et surtout celles de nos lecteurs. En voici quelques extraits:

"Les journalistes décrivaient les groupes de soutien de D.de Villepin...qui hurlaient avec une étonnante hardeur leur soutien...que les organisateurs remerciaient d'un petit billet"!?J'ai failli m'étrangler en lisant ça. J'ai accompagné plusieurs fois DdV dans ses déplacements, ses soutiens l'accompagnaient avec hardeur c'est vrai, mais quels billets? C'est parfaitement mensonger, diffamatoire même!

"ces derniers temps et on ne compte plus les deplacements de DdV, des que l'occasion lui est fournie.Là à Argenteuil.L'occasion de mesurer son degré de conviction ne manque pas et, il plaide, c'est son métier, avec une force telle que peux resistent à son entrain, qui balaie tout. Quand aux petits billets, glissé pour faire la claque c'est la figure de celui qui repand de telles rumeurs que je claquerai bien s'il ne portait sa bassesse dans son nom.

Stupidité, diffamation. Je ne sais pas qui a inventé ces idioties, c'est malhonète d'affirmer de telles saletés . Dominique de Villepin , n'est pas Rockfeler. Il a peut-être donné un billet de vingt euros à quelqu'un pour aller lui chercher un casse croûte, car il fait sa campagne sans grands moyens, c'est un gars qui n'hésite pas à prendre le train en seconde classe et à manger sur le pouce. Sa change des autres candidats et çà gène.Il n'a jamais fait semblant d'être candidat, anneries, s'il avait fait semblant, il n'aurait pas été candidat. Si vous soutenez F Bayrou de cette façon, vous le déservez. De toute façon, F Bayrou n'a pas l'étoffe d'un président, peut-être d'un premier ministre, tout juste.

Et pour le reste, si vous estimez que changer d'avis au cours d'une vie est reprochable, libre à vous. La fidélité en est une qualité,  l'incapacité de revenir sur une erreur de jugement non.

Ainsi, que Dominique de Villepin ait pu être à l'origine de la création de l'UMP -comme vous me le rappelez aussi sur votre blog- mais en restituer sa carte d'adhérent en 2010 ou qu'il ait pu être favorable autrefois à l'anonymat des signatures et plus maintenant vous choque-t-il.

Mais que François Bayrou ait navigué dans tous les sens pour se faire une place sinon la trouver, cela ne semble pas vous avoir perturbé outre-mesure.

 

*   http://portevoix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/01/parrainag...

** http://billets.blog.tdg.ch/archive/2012/02/02/bf1f4f673ea...

 

 

03/02/2012

Hollande à l'hôpital

 

François Hollande,  interrogé sur les conséquences de son enfarinage de mercredi dernier, affirme dans Le Point.fr*,  ne "rien" vouloir "changer" dans la manière de s'adresser aux Français. On apprend toutefois qu'il bénéficie désormais d'un dispositif renforcé et c'est  lors d'une visite dans un hôpital parisien qu'il s'exprime.

Quelle délicatesse de sa part...Cependant, on ne précise pas de quel hôpital il s'agit, pas davantage non plus dans lequel de ses services François Hollande s'est déplacé.

Une nouvelle rencontre avec son enfarineuse aurait pourtant pu lui valoir quelques points de plus pour les prochains sondages, y aurait-il songé et se serait-il ravisé? Il est vrai que tout geste inconsidéré de sa part pourrait lui valoir, à lui aussi, un traitement pas forcément de faveur...

Quand la politique rejoint la psychiatrie, c'est tout une histoire qui se déroule et qui ne manque pas de se rappeler à chacun.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/03/psychiatrie-et...

*http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2...

 

Psychiatrie et Politique

Selon France Soir et le sondage auquel il soumet ses lecteurs, 40 % des 4854 votants, estiment sans importance l'enfarinage de François Hollande mercredi soir dernier.

SONDAGE

François Hollande a été "enfariné" mercredi lors d'une réunion publique. Quelle est votre réaction?

C'est choquant
25% (1225 votes)
Il l'a bien cherché
20% (969 votes)
C'est sans importance
40% (1937 votes)
Cela va donner des idées à certains
15% (723 votes)

4854 votants

 

C'est plutôt rassurant de savoir que les soucis et les préoccupations des Français sont ailleurs. Il n'en demeure pas moins que la jeune femme qui a commis cet acte est désormais hospitalisée en psychiatrie.

Pour un geste reconnu sans importance et pour lequel François Hollande lui-même ne portera pas plainte, voir sa santé mentale ainsi mise en cause est tout de même étonnant, non? Enfin, bien sûr qu'on trouvera toujours de quoi argumenter et présenter le cas comme pathologique.

S'interroger sur le résultat de ce sondage aurait pourtant été aussi intéressant que de se pencher sur le sort d'une femme dont on ne doute pas qu'il sera traité avec la plus grande diligence et toutes les compétences obligées et requises.

http://www.francesoir.fr/actualite/politique/presidentiel...

 

02/02/2012

Triste Modem

Et voici ce qu'on lit sur ce blog d'Antoine Vielliard* auquel je m'adresse depuis quelque temps déjà et qui, enfin s'exprime sur le sujet qu'il a longtemps occulté et sur lequel je lui demandais de se prononcer.

Une telle manière de répondre oblige à y réagir non seulement sur le blog en question mais ici aussi.

Car écrire en écho de la bien-pensance médiatique est affligeant pour qui prétend soutenir le candidat du Modem.

En effet, force est de constater que le sens critique d'Antoine Viellard est bien aiguisé par la presse acquise à l'hypothétique et probable candidat, pour l'heure encore actuel Président de la République française, pour écrire que "Si Dominique de Villepin ne les réunit pas c'est que sa candidature n'est pas sérieuse. La semaine dernière lors du déplacement de François Bayrou je prenais en charge des journalistes qui me racontait les premiers déplacement de "Villepin" lorsqu'il "faisait semblant d'être candidat" (sic). Ils décrivaient les groupes de soutien très curieusement très représentatifs de la sociologie française et qui hurlait avec une étonnante hardeur leur soutien à leur candidat.. et que les organisateurs remerciaient d'un petit billet."

Rappeler que cette même presse pousse la candidature que soutient Antoine Vielliard serait un euphémisme et pourtant...

Bonne chance à lui car même avec des sondages favorables, François Bayrou risque bien de passer à l'as une fois encore. Son opportunisme a marqué les mémoires et les esprits. En être conscient lui évitera une déception de plus et ce, même au cas où le sérieux de Dominique de Villepin persistait à être mis en doute...

*http://portevoix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/01/parrainag...

 

 

22:26 Publié dans Politique, Politique française, Pouvoirs | Tags : bayrou, modem, vieilliard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

01/02/2012

Maires de France

La question des parrainages semble intéresser sinon préoccuper certains élus ici et là et de nos régions frontalière entre autres.

A cet égard, cet article du Midi Libre* devrait susciter quelques réactions de la part de celui qui persiste à faire l'impasse de la candidature pourtant déclarée de Dominique de Villepin à la prochaine élcetion présidentielle française. Inutile de nommer ce soutien de François Bayrou bien connu de notre blogosphère.

*http://www.midilibre.fr/2012/01/31/grand-veut-une-loi-pou...

  

 

22:35 Publié dans Politique, Politique française, Pouvoirs | Tags : maires, france, parrainagges | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Voix d'archives

Sans nostalgie ni arrière-pensée mais en écho au blog "Le Havre" de  l'Acratopège

http://leblogdelacratopege.blog.24heures.ch/archive/2012/...

qui a réservé un tel accueil à toutes sortes de réminiscences et autres films ou représentations de cette ville, que pour ne pas en abuser, on va le soulager d'une évocation qui fit, elle aussi,  les grandes heures du Hâvre...et de la radio suisse romande...

http://www.rts.ch/archives/radio/information/miroir-du-mo...