13/07/2012

Pascal Décaillet

Monsieur Décaillet a choisi de bannir mon IP de son blog.

C'est son droit.

Le mien, de le faire savoir ici et de publier notre échange de messages:

 

Cher Monsieur,

J’ai commenté votre sujet sur la citoyenneté mais mon commentaire n’est pas apparu sur le site de la TdG.
J’ai donc tenté de le reposter mais j’ai été immédiatement redirigée sur votre blog sans que l’on me confirme comme d’habitude que mon commentaire a été envoyé.
Je n’ai rencontré ce problème qu’avec votre blog.
Y aurait-il un problème d’ordre informatique ou bien et contrairement à ce que vous m’avez écrit, mes commentaires ne seraient plus les bienvenus?


Je vous remercie de votre réponse.

Bien à vous,
Hélène Richard-Favre

 

Chère Madame,

Je n’ai pas apprécié votre dernier message. Et vous prie en effet, en tout cas pour un temps, de bien vouloir ne plus intervenir chez moi.

D’avance, je vous en remercie.

Bien à vous.


Pascal Décaillet




 

 

09:10 Publié dans Genève, Information, Medias, Pratiques, société | Tags : pascal décaillet, blog, liberté | Lien permanent | Commentaires (38) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Et vous vous en faites aussi de la censure... Alors arrêtez de faire votre victime.

Écrit par : Riro | 13/07/2012

Pas d'IP, non, jamais je n'ai censuré d'IP.
On peut ne pas publier un commentaire, ce qui n'est pas la même chose et ce qui m'est arrivé deux ou grois fois car le message était grossier ou déplacé.

Quant à la victime, on se demandera de quel côté elle se trouve!
Car pour priver quelqu'un d'expression il faut sans doute s'en être senti offensé.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/07/2012

Quelle pauvre victime... Je comprends Pascal. D'autant qu'à la lumière de vos billets, les échanges sont limités.

Écrit par : Grégoire Barbey | 13/07/2012

Non, Grégoire, je ne suis pas victime.
C'est le sens du débat qui l'est.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/07/2012

Madame,

Vous réalisez douloureusement que Pascal Décaillet n'est intéressé que par les commentaires le mettant en valeur en appuyant ses idées ou élucubrations de la manière la plus servile. Tout ce qui flatte son égo en pleine inflation est bon à prendre, le reste passe à la poubelle...

Tel est notre grand journaliste (ou du moins, c'est ainsi qu'il parle de lui).

Ne soyez pas désolée, finalement. Car ce rustre est malpoli.

Bien à vous.

Écrit par : Déblogueur | 13/07/2012

Il apparaît en tout cas, Déblogueur, que la citoyenneté évoquée par Pascal Décaillet dans son blog, se décline selon des paradigmes réfractaires à l'échange de points de vue.

Le commentaire que j'ai voulu poster et qui m'a valu d'être bannie était le suivant:

Je ne crois pas que l'ultra-libéralisme soit le courant de pensée dominant au sein du DIP genevois.

Pour ce qui est du droit, il est enseigné dans certaines filières.

S'agissant de l'histoire, il serait bon d'avoir l'avis de professeurs qui l'enseignent.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/07/2012

J'ai aussi été bannie des commentaires de Pascal Décaillet, car je me suis permise de mettre en doute son objectivité en tant que journaliste.

Je n'ai pas été dépitée mais amusée par cette exclusion. Je serai plus peinée si Grégoire Barbey ne me permettait pas de mettre mon avis sur ses billets 0:).

Écrit par : Noëlle Ribordy | 13/07/2012

Chère Madame,

Il est vrai que l'échange de points de vue ne fait pas partie du vocabulaire de sa Sainte Suffisance Journalistique. Par contre, la flagornerie, la flatterie et l'admiration servile, je ne vous dis pas!

Il m'a également banni de tous contacts et discussions, au prétexte d'un anonymat très relatif, car je suis connu de Jean-François Mabut (mais pas des services de police, à ce que je sache)!

Finalement, c'est un honneur et un signe d'intelligence que d'être écarté par lui.

Bonne fin de semaine!

Écrit par : Déblogueur | 13/07/2012

Merci de vos éclairages, Noëlle et Déblogueur.

Ce qui est triste n'est pas le fait d'être banni du blog de Pascal Décaillet.

Ce qui est triste est que ce procédé soit le fait d'une personne qui ouvre un débat citoyen.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/07/2012

De tout coeur avec vous, même si je ne suis pas venu vous rendre visite...

De Caillet est un orgueilleux, il n'est pas sincère. Cette façon de faire le situe. Il n'est pas une lumière éclairante dans ses écrits. Lui lécher les bottines c'est son "truc" pour ne pas dire autre chose...

Bien à vous.

Écrit par : Pierre NOËL | 13/07/2012

Pierre Noël, comme je l'ai écrit ci-dessus, ce qui est navrant dans cette manière de faire qui a touché plusieurs blogueurs dont Noëlle Ribordy et Déblogueur,c'est qu'elle émane d'une personne qui évoque la citoyenneté.

Or rien de tel qu'un débat ouvert pour mettre cette dimension en valeur. Mais non, Monsieur Décaillet bannit. Pas le propos mais la personne qui le tient.

Autrement dit, ce n'est pas le point de vue autre qui est rejeté, c'est l'autre lui-même. Et c'est cela que je tenais à signaler ici.

Victime, je ne le suis donc pas. Mais triste. Triste que ce genre de pratique s'exerce sur un blog intitulé "Liberté".

S'il ne s'agit que de celle de bannir, dans ce cas, oui, c'est un honneur que d'en être exclue.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/07/2012

Cela illustre la médiocrité du personnage...

Écrit par : Bof | 13/07/2012

Que le bon peuple se rassure : moi aussi je suis la "victime" - jusqu'à plus ample informé - des foudres de celui que Déblogueur appelle avec un humour qui n'est pas pour me déplaire "Sa Sainte Suffisance Journalistique".

Comme Mme Hélène Richard-Favre, mon billet semble avoir passé à la trappe pour des raisons qui m'échappent. Je terminais juste en disant que si les avis ne lui plaisant pas n'étaient pas publiés, il valait mieux fermer le blog, car il n'avait pas sa raison d'être. Ai-je touché juste ? Peut-être.
On ne peut que regretter cette "éthique" à géométrie très variable. PaD ne fait pas dans la dentelle. Tout est blanc ou tout est noir, il encense ou il crucifie. C'est probablement sa manière à lui d'écarter les propos qui ne flattent pas son ego pour le moins surdimensionné. PaD ne discute pas, il affirme. Il n'a pas d'état d'âme, il sait. Il n'échange pas des idées les avec les autres, il pontifie. Navrant. Doit-on le qualifier d'intelligent ? Lui dira probablement oui.

Néanmoins et comme disait le philosophe Alain, sauf erreur, il faut se méfier de l'intelligence ; la mémoire imite merveilleusement bien l'intelligence.

Écrit par : Michel Sommer | 13/07/2012

Oui, Michel Sommer, dommage que ce débat qui semblait s'amorcer entre nous sur le blog de Monsieur Décaillet ait été soudain interrompu.

D'autres occasions se présenteront de le poursuivre, ici ou là, je l'espère.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/07/2012

Je crois que je n'ai jamais subi le sort d'Hélène (pardonnez-moi, cela m'est sorti comme un hommage à Brassens) et des autres censurés. Probablement que je n'ai rien dit qui pouvait blesser l'auteur du blog.
Il faut se faire à l'idée qu'un certain nombre de blogs ne sont au service que de leurs auteurs. Il s'assurent de cela de diverses manières, plus ou moins subtiles. Il en est d'ailleurs, en particulier ceux des propagandistes de l'Islam, que l'on évite par simple respect pour l'idée d'un échange mené selon les principes de la liberté de conscience et de parole, quelquefois aussi par un sentiment de répulsion pour les idées exprimées.
Il faut un peu de temps, mais comme dans toute société on finit par savoir qui est fréquentable.

Écrit par : Mère-Grand | 14/07/2012

Sympa,l'usage du prénom, Mère-Grand! Et pour l'hommage à Brassens, voici:

http://www.youtube.com/watch?v=x_2AXwkPmBY

Au plaisir de prochains àchanges!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/07/2012

Hélène, cela me rappel quelques une de vos remarque envers mes commentaires, qui je le rappel restait totalement liés à des faits avérés !!

Alors, comment ça fait d'être une arroseuse arrosée ???

Écrit par : Corto | 14/07/2012

Quant Décaillet, il me fatigue avec sa façon pseudo littéraire de traiter l'actualité médiocre de ce canton encore plus rétrécit par ce confort artificiel !

Après avoir laissé sa langue brunir dans tous les vestaires de cette nomentaclura bancaire, Décaillet démontre sa lâcheté politque et se ralie, comme le font les plus populiste, au silence des petits panurges contemporains. Nous n'avons pas besoin de traducteur de ce que l'on lit déjà au quotidien dans toutes les pages de cette presse insipide, de traducteur en ce français étiolé et rappelant les vers de ceux qui jadis, relookaient la prose tremblante de pétain !

Non, Décaillet, n'a rien ammené dans le paysage médiatique genevois, si ce n'est son plaisir illimité de s'écouter parler !!!

Écrit par : Corto | 14/07/2012

Corto, vous ai-je banni de mon blog?

J'ai publié tous vos commentaires et y ai répondu.
Même si nous ne sommes pas toujours ni forcément du même avis, Corto, je vous l'ai déjà écrit ici, j'ai apprécié le dialogue avec vous.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/07/2012

Hélène, "b'Hani" du blog comme c'est la pratique de cerains propagandistes univoques et refusant toute forme de contradiction (normal lorsque l'on ne veut publier que des mensonges, on évite la contradiction), non, mais, ne pas avoir plublié quelque uns de mes commentaires, oui !

Ensuite, cette volonté de contrôler à l'avance et selon des critères complétement dignes de la parano toute bancaire helvétique que suggère la TDG, me parrait presque aussi malade que d'utiliser les autres modules mis à disposition par la TDG, comme "Les commentaires de ce blog sont modérés" !

Vous pourriez très bien faire le ménage après, au cas où !!!

Écrit par : Corto | 14/07/2012

De façon plus générale, c'est ce qui distingue les blogs de la TDG, comme par contre, la possibilité à chacun d'usurper les pseudo ou les noms !

Censurez devrait être le fait de la rédaction de la TDG et non pas des blogueurs eux-mêmes, sinon il n'y a pas de vrais débats possibles, nous le voyons avec certains venus sur cette plateforme, dans l'unique but de profiter de l'audience pour déverser leurs discours nausésabonds et fascistes-victimes.

Hélène donnez l'exemple et cessez de "modérer" à l'avance les commentaires des blogueurs et aisni toute possiblilté de spontanéité, si vous ne le faite pas, pour moi, vous restez, du point de vue "blogueur" dans la même catégorie que Décaillet !!!

Écrit par : Corto | 14/07/2012

Corto, il me semble vous avoir toujours réservé bon accueil.

Pour le reste, entre modérer et bannir, il y a une distinction.

Bannir est rejeter une personne.

Modérer est lui indiquer que son propos est hors sujet, vulgaire ou grossier.

La personne n'est donc pas rejetée. La différence est là.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/07/2012

Bannir, censurer, c'est un peu le même style, n'édictez pas vos propres lois en vous calquant sur des détails aussi grotesques, cela ne fait que vous rendre encore plus vulnérables intelecteullement !

Écrit par : Corto | 14/07/2012

Corto, c'est la langue qui distingue. Et les pratiques conséquentes.
Ce ne sont donc ni mes lois ni aucun calque.
Bannir, c'est exclure.
Censurer, c'est interdire.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/07/2012

"jamais je n'ai censuré d'IP.
On peut ne pas publier un commentaire, ce qui n'est pas la même chose"
[...]
"Bannir, c'est exclure.
Censurer, c'est interdire."

Mmmm! Pour moi c'est kif-kif!

"Il faut savoir ne pas s'installer dans des polémiques stériles."
Dominique de Villepin:))

Écrit par : Ambre | 14/07/2012

Il n'est pas question de polémique, ici,Ambre! Il est question de langue et de vocabulaire.
Censurer n'est pas bannir.
Ouvrez un dictionnaire, c'est utile parfois et surtout très instructif pour saisir certaines nuances.
Et si elles échappent ou restent ignorées, c'est bien dommage car leur connaissance éviterait bien des malentendus.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/07/2012

Ca me paraît assez simple: bannir c'est refuser à tout jamais l'accès au blog en question et donc TOUS commentaires futurs alors que censurer c'est UN seul commentaire (pour une raison ou une autre) ...ce qui laisse à son auteur la possibilité d'en poster d'autres par la suite.

Écrit par : Joe | 14/07/2012

Joe, il y a des blog qui ne bannissent pas, mais après modration, annulent tous les commentaires à cause de son auteur, mais malheureusement Hélène n'est pas un exemple dans le domaine, puiqu'elle èratique à la base une forme de censure envers la spotanéité, ce qui est pire !

Ne prenez pas toujours les faits ou les verbes dans le sens décroissans ou croissans, ne m'étez pas de hiérarchie dans la répression de l'expresion, ce ne sont que des prétexte régissant la même volonté, à la base !

Hélène, il me semble que vous tirez de votre position, une certaine jouissance de pouvoir autoriser ou ne pas autoriser la publication d'un commentaire, est-ce le cas ?

Aussi, vous répondez aux commentaires, sans jamais y répondre complétement, je trouve ça, assez symptomatique !!!

Écrit par : Corto | 14/07/2012

Corto, à chacun sa personnalité.

Si ma manière de vous répondre ne vous sied pas,j'en suis navrée. Pour ma part, je n'ai jamais critiqué celle que vous avez de vous adresser à moi.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/07/2012

Hélène, finalement au travers de ce fait De Caillet a révélé sa véritable nature, ainsi que sa faiblesse longtemps cachée, dissimulée.

Une contrainte cache toujours un avantage...

Bonne journée.

Écrit par : Pierre NOËL | 15/07/2012

Hélène, ce n'est pas vraiment une question de personalité, plutôt de non-personalité, cet espèce de magma stérile dans lequel ce système veut nous enfermer, franchement je ne vois pas pourquoi vous ne laissez pas la parole jallir spontanément et cessez de vouloir filter à l'avance ?????

Un msytère, certainement névrotique !!!

Écrit par : Corto | 15/07/2012

"Quelle pauvre victime... Je comprends Pascal. D'autant qu'à la lumière de vos billets, les échanges sont limités." signé Ménie Grégoire l'auto proclamé écrivain, que Pascal qualifie de jeune:
Une longue carrière à la lèche des pouvoirs s’ouvre devant lui.

Écrit par : briand | 18/07/2012

Je me demande quel intérêt la propriétaire de ce blog, qui modère les commentaires (tout comme le Sire qu'elle critique, en passant), à d'accepter des commentaires comme ceux de Briand, qui sont mensongers et attentatoires envers des personnes qui ne font pas partie du débat. Très utile, mais ça ne m'étonne guère, comme dit précédemment, à la lumière des écrits publiés ici.

Écrit par : Grégoire Barbey | 18/07/2012

Personnellement j'apprécie particulièrement les commentaires courts de Briand sur certains blogs de la TDG. Avec une bonne dose d'humour, de vérité (pas facile à accepter pour certains) et d'excellents calembours.

Écrit par : JMC | 18/07/2012

Monsieur Grégoire , je ne fais que reprendre une phrase de votre propre commentaire destiné à faire la démonstration que le niveau d'échanges entre Pascal et Grégoire se situe à des années lumières des bas babils qui polluent la blogosphère.
Soyons francs: je vous tiens pour un opportuniste de l'internet qui grâce à des amitiés politico.-mondaines tente de se faire une place dans un univers médiatique , vous n'avez strictement rien "produit" si ce n'est des "dialogues " insignifiants de convenance et des postures photographiées auprès de créatures que vous considérées comme décalées et qui ne sont en fait que le miroir de votre propre insignifiance.
Je crois vous l'avoir écris , vivez-souffrez-aimez et finalement peut-être revenez , mais avec un peu de souffle .

Écrit par : briand | 18/07/2012

@Barbey . ce qui m’autorise à vous parler de littérature , j'ai arrêté prématurément ma carrière de footballeur à cause de la tuberculose comme Camus et ma famille maternelle était quasi analphabète encore comme Albert : on est loin des digressions at Blue Léman

Écrit par : briand | 18/07/2012

@Briand,
Vous semblez feindre me connaître, or ce n'est pas le cas. Si vous vous étiez renseigné davantage, vous sauriez que j'ai déjà produit. Bien plus que vous ne l'imaginez.
Quant à savoir si je suis un opportuniste... peut-être pourriez-vous me définir ce terme ? Je n'ai jamais nié saisir les opportunités qui passent à ma portée, qui ne le fait pas ? De surcroît, je ne reste pas sagement les bras croisés, je fais en sorte de me donner les moyens de mes ambitions.
Si faire ce que j'aime vous dérange et vous paraît négatif, je n'y puis rien.
Néanmoins, j'apprécie mes dialogues avec Pascal, malgré les divers griefs qui peuvent lui être témoignés, c'est un homme de culture, et c'est une qualité malheureusement très rare de nos jours. Pour cette raison, je trouve que nos entretiens, loin d'être des apparats dans un but opportuniste ou je ne sais quelle futilité, me grandissent, non pas nécessairement qu'ils soient transcendants, je n'en ai jamais eu la prétention, mais parce qu'ils me font découvrir des univers dont j'ignore tout.
Je suis humble : j'ai encore tout à apprendre. Et partager des réflexions avec des personnes qui en savent, objectivement, plus que moi, c'est enrichissant.
Cela ne veut pas dire pour autant que je cautionne chacun de ses dires ou de ses actes.
Je fais ce qui me plaît. Si cela vous dérange, je vous invite à ne plus me/le/nous lire.
Ainsi vous cesserez de répandre votre nature aigrie sur les blogs.

Cordiales salutations.

Écrit par : Grégoire Barbey | 19/07/2012

Me permettant parfois d'émettre un avis critique quant aux avis exprimés par M. Décaillet sur son blog je me trouve systématiquement censuré par lui et il semble que je ne sois pas le seul !
De la part du chantre de "l'affrontement des idées" et de la possibilité, grâce aux blogs, d'ouvrir un débat citoyen je trouve ceci lamentable, ridicule et très, très petit.

Écrit par : A. Piller | 16/08/2012

Les commentaires sont fermés.