24/07/2012

Peine capitale

 

Il risque la peine de mort.

1784408_holmes.jpg
http://www.letelegramme.com/images/2012/07/21/1784408_holmes.jpg

 

C'est en 1976 que la peine de mort a été rétablie dans l'Etat du Colorado.

La mise en accusation de ce jeune homme de 24 ans aura lieu le 30 juillet prochain. A partir de là, les familles des victimes seront consultées et l'accusation décidera si elle demande la peine de mort ou pas.

S'agissant de la procureur Carol Chambers, elle rendra sa décision après 60 jours à compter de l'audience consacrée à la lecture de l'acte d'accusation.

Décrit comme brillant étudiant par ses anciens professeurs mais solitaire et timide, James Holmes, en dépit de ses dipômes et de ses qualifications, n'aurait trouvé d'emploi que chez Mac Donald's.

Difficile dans ce parcours et dans le regard hébété du désormais prisonnier, de dénicher le monstre. Y lire la détresse affective et autant d'impuissance à la résoudre choquera et pourtant?

Certes, ceci ne permet ni n'excuse pas tout et de loin pas, qui le nierait? Cependant, faut-il croire de la peine capitale qu'elle sauvera la société? Au Colorado, si la peine de mort a été rétablie depuis tant d'années, c'est qu'on le pense.

Mais ailleurs, on estimera que non. Sans être certain de détenir la vérité, on refusera d'enlever la vie à qui l'a enlevée.

 

 

01:36 | Tags : james holmes, tueur du colorado, peine de mort | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

La peine dite capitale n'a jamais résolu le moindre problème et son application n'a jamais empêché les crimes.

Et après tout, contre vent et marées, je crois à la rédemption des individus, quels qu'il soient.

J'en fais une affaire de principe non négociable.

Écrit par : Michel Sommer | 24/07/2012

Sans angélisme, en effet, partager votre avis laisse au moins une chance à la vie.

Ce n'est en rien dénier le choc que crée la mort donnée dans de telles conditions.

C'est réserver une sanction qui fait aussi froid dans le dos.

Car si le jeune tueur y échappe, son destin sera de toutes façons fracassé.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/07/2012

Par ailleurs, il faut aussi savoir que l'avocate qui défend James Holmes a été nommée d'office.
Elle est jeune, l'expression de son visage sur cette photo est frappante et montre combien la responsabilité de sa charge l'habite.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/07/2012

La peine de mort, appliquée rapidement (c'est-à-dire pas dans 15 ans !) dans ce genre de cas où l'assassin :

1) a peu de chance d'obtenir un doute raisonnable sur sa culpabilité;
2) n'a pas franchement de circonstances atténuantes à faire valoir.

aurait au moins le mérite de coûter nettement moins cher qu'une réclusion à vie dans un pénitentier où il devra, de surcroît, être protégé des autres criminels.

Et elle a, pour moi, le grand avantage d'éviter la récidive !

Écrit par : Pascal | 24/07/2012

On sait le coût d'un prisonnier. Face à celui d'une vie de tueur, le compte est vite fait pour certains.

Et pourtant et encore une fois sans verser dans l'angélisme, s'interroger sur la portée de la peine capitale, c'est aussi envisager la vie selon d'autres critères que purement économiques.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/07/2012

" le grand avantage d'éviter la récidive !"

Certes, mais éviter la récidive, cela veut dire qu'un crime a été commis une première fois. Ne serait-il pas plus simple d'euthanasier un nouveau-né sur deux (ou deux sur trois) dès la naissance. De la sorte, on évitera directement tous les crimes que ces nouveaux-nés aurait commis plus tard s'ils avaient vécu, et on divisera mécaniquement le nombre de crimes par 2 (ou 3).

Écrit par : Plouf | 24/07/2012

Plouf, j'ai publié vos remarques en leur laissant le bénéfice de l'ironie. Il va de soi, sinon, que de tels propos sont sujets à forte controverse, vous l'imaginez bien.

Le fait est que si vous les pensez fondés, leur absurdité ne peut échapper ni être laissée sans commentaire.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/07/2012

un fois de plus on parle beaucoup de l'assassin et de sa rédemption
on parle peu des victimes et du desespoir des uns et des autres
les grands principes s'étalent avec certitude
les grands principes ne sont pas négociables
il suffira d'appliquer le droit prévu dans cet état et si d'aucuns veulent le changer il faut agir au plan législatif comme dans beaucoup de pays.
Nos réflexions sont empreintes de nos habitudes suisse sur la perpétuité qui se termine au bout de 15 ou 20 ans au grand maximum
Ce n'est pas le cas aux USA ou les peines sont incompressibles et les libérations anticipées soumises à l'avis des victimes et leurs familles
résultat s'il échappe au chatiment suprême il va rester 50 ans en prison
merci pour le principe

Écrit par : Pralong | 24/07/2012

Vous avez raison de rappeler les différences de cultures, Pralong et j'en ai bien conscience, pour ma part.
L'avis de principe émis est certes d'ordre général mais pourquoi ne pas l'évoquer?
Il n'est jamais vain de se battre pour la vie. Même en prison,certains ne manqueraient pas de le confirmer.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/07/2012

"Il n'est jamais vain de se battre pour la vie. Même en prison,certains ne manqueraient pas de le confirmer."
L'absurde religieux dans toute sa splendeur. Tout le débat sur l'euthanasie s'en est trouvé entaché. Qu'importent les souffrances, l'absurdité totale d'une vie sans la moindre signification, la seule chose qui compte, c'est de vivre encore quelques heures. Et c'est ainsi qu'au CHUV en ce moment même, des dizaines de chirurgiens payés des milliers de francs de l'heure opèrent à longueur de journée des vieillards de 90 ou 100 ans alors qu'ils sont depuis longtemps incurables pour leur faire gagner quelques heures de survie inutile.

La peine de mort est largement plus sympathique que la condamnation à perpétuité. Quand la vie n'a aucun sens, il vaut mieux la quitter. Quel va donc être le sens de la vie de cette immonde larve aux cheveux teints en rouge ? Je lui souhaite d'être condamné à mort et de partir vite. Il a largement épuisé ses droits sur terre...
Idem pour Breivik, soit dit en passant.
Après 20 ans en Afrique, je peux vous dire que le principal grief que nous font ses habitants, c'est la manière que nous avons de traiter nos criminels et non vos fantasmes de gauchistes sur Nestlé ou Total. Notre mansuétude à leur égard leur est tout bonnement insupportable. Deux fois dans ma vie, j'ai assisté au lynchage de deux petits voleurs, l'un à Huambo, l'autre à Bobo Dioulasso. Ils sont morts à 15-16 ans pour avoir volé un bout de pain et ici, ils pourraient tuer des dizaines de pauvres vieilles femmes, votre mère par exemple, et des gens comme vous continueraient de s'apitoyer sur leur sort.
Qui est fou ?

Écrit par : Géo | 24/07/2012

Soit, Geo!
Je veux bien me tromper dans mes propos, je les émets comme vous.
La vérité n'appartient à personne. Nous exprimons des positions, rien de plus ni de moins.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/07/2012

J'ai toujours eu l'impression que ceux qui sont favorables à la peine de mort n'imaginent pas une seconde qu'ils pourraient se trouver "du mauvais côté".
J'ajoute qu'un crime n'en excuse pas un aurte. Aussi bien la peine de mort, prononcée par un tribunal, un jury ou un collège de juges n'est à mon avis que l'application de la loi du talion : oeil pour oeil, dent pour dent.

Peut-être aurais-je un discours différent si l'onn avait trucidé ma mère. Ce qui ne m'empêche pas de penser aux parents de ce jeune américain qui ont sns doute un avis différent.

Quant à Pascal qui nous dit que la peine capitale "a l'avantage d'éviter la récidive", encore faut-il qu'il y ait eu crime ! Il n'est jamais bon d'écrire sur une tombe "ci gÎt un citoyen qui a été exécuté par erreur ; il était innocent"

Écrit par : Michel Sommer | 24/07/2012

"La peine de mort est largement plus sympathique que la condamnation à perpétuité."
Je comprends très bien votre argumentation, mais que faites-vous de ceux qui sont condamnés à tort? Combien ont déjà retrouvé la liberté grâce à un ré-examen des preuves réunies contre eux?
Ces questions ne reposent pas sur une sensiblerie, mais sur une certaine idée de la justice qui, si elle n'est pas parfaite et fait donc nécessairement des victimes innocentes de temps en temps, en fait manifestement trop aux Etats-Unis.

Écrit par : Mère-Grand | 24/07/2012

La peine de vie en prison pour un criminel me paraît léger. Penser à la rédemption en prison est un truc de curés. C'est d'ailleurs le clergé qui a poussé à l'abolition de la peine de mort en affirmant que seul dieu est juge!

Ce slogan a été repris par les chantres au nom d'une planète sans violence.La bonté des gens est un piège. Les victimes payent un lourd tribu pour ce piège psychologique: "la peine de mort et les tortures"

Quant aux erreurs judiciaires, avec les moyens technologiques dont nous disposons elle se feront de plus en plus rare.Encore faut-il s'en servir dans un laps de temps assez court dans les enquêtes.

La violence des états donc des êtres humains fait partie de ce monde soi-disant civilisé par les religieux. Ils sont contre la peine de mort tout en pratiquant celle-ci depuis toujours.

La peine de mort n'a jamais fait reculer la criminalité, elle permet au minimum d'éliminer les criminels.

Il y a des concepts religieux qui prêchent le martyr, ce faisant ils souhaitent la mort. Pour ceux là, il faut les garder en prison, sans portable, sans télé, sans aucun moyen de communication avec l'extérieur ou entre détenus. C'est une autre politique face à la criminalité.

Au fait, combien rapporte l'industrie de l'armement militaire qui sert à tuer pour toutes les bonnes raisons? La bonne conscience a-t-elle un prix?

Écrit par : Pierre NOËL | 25/07/2012

Le parcours de ce jeune qui a soudain basculé dans le délire de violence auquel le public de ce cinéma du Colorado a assisté interroge obligatoirement. Et pas les "bonnes consciences" mais la société entière. Car pour qu'un jeune homme vive de manière si isolée, c'est signe d'un réel malaise. Pour que ce jeune étudiant brillant et dépressif bascule dans une telle violence, il y a bien quelques explications. Qu'elles soient d'ordre psychiatrique ou autres, le problème demeure de savoir comment traiter ce genre de cas.

Alors si la peine de mort s'avère être la solution la plus facile, si la vie d'un condamné semble perdue, dans ce cas il faut admettre qu'on est dans une société sans imagination. Certains univers psychiatriques et carcéraux sont peu enviables sinon peu fréquentables. Ils interrogent sur le bien fondé de telles conditions de vie. Cependant, sait-on si tous ces internés et autres bagnards souhaiteraient mourir? Peut-être ne le savent-ils même plus eux-mêmes. Alors oui, on décide pour eux. Avec le risque de se tromper.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 25/07/2012

Mère-Grand@ "In dubio pro reo". Pour le sadique de Romont ou le tueur fou de Aurora, je ne vois pas de doute possible...
Hélène Richard-Favre @ Dans la peine donnée à un criminel, l'Etat se substitue à la vengeance privée. Si l'on continue dans la négation de cette composante de la peine, on assistera tôt ou tard au retour de la vengeance privée. Vous ne prenez en compte que l'intérêt le plus intime du criminel, et vous vous tapez ouvertement de celui des victimes...
A votre place, je chercherais à savoir pourquoi...

Écrit par : Géo | 25/07/2012

Geo,vous allez vite en besogne.

Pourquoi le fait de songer au criminel impliquerait-il de facto de négliger celui de ses victimes?

Votre mode de lecture manichéen vous appartient. Il n'est pas celui que j'applique pour interpréter cette tuerie.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 25/07/2012

Et puis encore, Géo, une "victime" peut devenir ce "criminel" que vous condamnez à mort.

La réversibilité existe, la vie ne vous l'aurait-elle donc pas encore appris?

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 25/07/2012

Je suis pour la peine de mort pour les cas où, j'en ai déjà parlé, il n'y a aucun doute possible sur l'assassin et pour autant que ces meurtres soient commis de sang froid. Des types comme le sadique de Romont, Werner Ferrari ou Breyvink ne méritent pas de vivre alors que leurs victimes ne demandaient que ça, de vivre.

Quant aux circonstances atténuantes que certains pourraient chercher à leur procurer, je les rejette. C'est tellement simple d'expliquer de tels gestes par un coup de folie, un état dépressif, une enfance malheureuse ou que sais-je ? La psychiatrie devrait être bannie des tribunaux. Combien d'enfants ont vu leur vie se terminer parce que certains psys ont estimé que les pédophiles dont ils devaient dresser le profil leur ont paru suffisament repenti et qu'ils ont estimé qu'ils pouvaient sortir de prison sans représenter un risque pour la société ?

On ne va pas rentrer dans les stupidités prônées par Plouf. Je parle bien de récidive et non pas d'éviter un 1er meurtre..

Mais moi, je n'attents que cela arrive à un membre de ma famille avant de prendre conscience de la nécessité de rétablir la peine de mort. Mais si un jour, un de mes enfants devait être la victime d'un pédophile ou d'un assassin, je ferai tout pour que cela soit sa dernière victime.

Écrit par : Pascal | 25/07/2012

Oui Hélène nous sommes dans une société sans imagination car figée sur les méthodes du passé qui nous viennent du fin fond de notre histoire, un passé révolu.

Je me suis positionné dans un monde ou l'éducation des enfants est tout autre avec un idéal de vie cinq étoiles. Un avenir rempli de plages d'actions et de réflexions infinies, ou entreprendre, paye plus que le trafic de drogue ou dans ce slogan "no futur" qui st pris par beaucoup de jeune à la lettre.

Il faut imaginer un autre monde plutôt que s’apitoyer sur le cas d'un criminel. Dans mon raisonnement, les handicapés mentaux doivent être mieux cernés et donc mieux protégés.(impossible à condamner) La dépression intéresse tout le monde même les jeunes cela est décelable aujourd'hui.

Ce monde est très difficile pour les gamins, il le sera de plus en plus sauf en éduquant les jeunes, peut être aussi les moins jeunes, à autre chose que la guerre, le sang, l'irresponsabilité, les croyances pourries, l'assistanat gratuit, le manque d'imagination, de créativité donc de culture etc..

Dans un monde ou les perspectives sont "idéales" pour vivre et avoir du bien être,l'éducation est tout autre que celle imposée plus ou moins aujourd'hui. On l'a vu en Afrique du Sud notamment ou aux USA ou les communautés noires privées de perspectives, de libertés ou autres ont dû passer par les maladies,la famine, l'esclavage puis les révoltes. Que de sang versé, que de temps perdu alors qu'il suffisait de changer les mentalités et les organisations en partageant les pouvoirs, en respectant l'autre, en éliminant la dominations de certains clans, d'une communauté.

Ne soyons pas des petits, mettons la barre assez haut dans un idéal de vie qui ne laisserai personne de côté ou chacun pourrait exercer sa foi, son talent,son idéal dans le respect total de la vie de l'autre en particulier de l'enfant.

Mince, c'est un vrai discourt!Je stop...

Bien à vous.

Écrit par : Pierre NOËL | 25/07/2012

Hélène RF@ Avez vous réalisé que nous sommes tous condamnés à mort ? Vos précautions auraient tout leur sens si nous étions immortels.
Nous ne le sommes pas et vous ou moi pourrions partir sans avertissement cette nuit même sous un prétexte parfaitement futile. C'est la condition humaine que de nombreuses personnes semblent vouloir ignorer à tout prix...

Écrit par : Géo | 25/07/2012

Géo, soyez assuré que j'ai conscience de ma condition de mortelle condamnée à mort, comme vous tenez à le rappeler ci-dessus. Et de fait, je serai d'autant plus apaisée de me sentir quitter ce monde en vous ayant répondu ici maintenant.

Écrit par : Helene Richard-Favre | 25/07/2012

142 charges retenues contre le tireur du Colorado.

"Une semaine après la tuerie, les médias ont révélé que le jeune homme, dépourvu d'antécédents judiciaires, avait envoyé un colis contenant un cahier et des dessins évoquant ses projets meurtriers à sa psychiatre. Les avocats de James Holmes ont dénoncé lundi la publication de cette information et veulent en profiter pour ne pas que cet élément soit utilisé comme preuve. Selon la défense, les droits constitutionnels de James Holmes ont été violés par la révélation de l'existence de ce colis, évoquant la protection du secret médical."

"«Cela nous attriste de voir qu'il existe un homme avec tant de haine et de mal dans son coeur», a écrit dans un communiqué la famille d'une des victimes, Gordon Cowden, 51 ans. Nous sommes confiants dans le fait que notre système judiciaire, tout comme Dieu et le public, auront à coeur de voir cet homme diabolique recevoir le châtiment qu'il mérite, et nous prions pour qu'un jour il se retrouve face à Dieu plein de remord et de chagrin pour ses actes»."

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/30/01003-20120730ARTFIG00572-tuerie-142-charges-retenues-contre-le-tireur-du-colorado.php

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 31/07/2012

Et maintenant, voici ce qu'on apprend:

http://www.tdg.ch/monde/ameriques/psychiatre-prevenu-collegues/story/23222266

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/08/2012

Les commentaires sont fermés.