10/09/2012

Libé s'invite au dîner de cons

Quand Libé estime qu'Arnault le vaut bien

liberation-une-arnault-capture-930620-10.09.12_scalewidth_630.jpg

 

Au dîner de cons, BHL n'est plus le seul. 

376829_382770948444273_1833652432_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Casse-toi Pauv' France, ton élite ta tuer

 

16:46 Publié dans Medias, Politique, Politique française, société | Tags : libération, arnaut, bhl | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Le riche con qui devrait se barrer, c'est celui qui finance ce canard de bobos pourris.

Écrit par : Géo | 10/09/2012

Oui, Géo, et que dire de la modération de "L'Express" qui refuse un commentaire qui renvoie à deux actualités franco-française?

Car réunir la "Une" d'un confrère et la caricature d'un philosophe de l'Hexagone sous le titre d'un film français ne passe la rampe...

En Normalie, tout n'est pas bienvenu.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 10/09/2012

Qu'il est difficile de ne plus être français ! Le Suisse qui ne veut plus l'être l'est dès qu'il a une autre nationalité ou une autre nationalité assurée, ne réside plus en Suisse et en fait la demande.

Pour le français c'est une autre paire de manche. Il semble qu'il puisse le faire aisément qu'en acquérant une autre nationalité. Il a alors une année pour répudier la nationalité française. C'est pourquoi il est des franco-suisse de longue date qui cherchent à acquérir une autre nationalité. Il pourront répudier leur nationalité française.

Renégocier la CDI sur les revenus pour imposer les français de Suisse sur leurs revenus suisses : c'était le programme de Hollande. Alors que l'on s'en étonne à Berne, cela m'étonne.

La CDI sur les successions c'est un ballon d'essai. Le Conseil fédéral doit la signer en mettant en exergue le fait qu'elle viole les règles préconisées par l'OCDE, OCDE dont le siège est à Paris, OCDE dont la France revendique l'application des recommandations. Le CF doit préciser qu'il cède au chantage. Le Parlement doit dire oui et recommander le non pour les mêmes motifs.

Le peuple doit dire non et dira non.

On ne peut accepter que la succession d'un père domicilié en suisse depuis toujours soit imposée en France si sa fille est domiciliée depuis 4 ans en Suisse après avoir vécu 6 ans avec sa mère en France. Et pourtant c'est ce qui ressort de ce projet.

Quant à l'imposition en Suisse des revenus suisses -et d'une manière plus générale des revenus qui n'ont rien à faire avec la France- de citoyens français, il est inique. La majorité des français de suisse sont comme la majorité des immigrants européens, il ne sont pas riches. Il en est de nombreux qui sont une charge pour la Suisse, pour Genève où l'on dépense 20'000 francs par habitant. Ils sont une chance mais une charge aussi. Si la France impose ses citoyens domiciliés en Suisse, qu'elle assiste socialement les réfugiés français du chômage ! La question ne devrait-elle pas être abordée au niveau européen ?

Le NON du peuple sera un NON clair et net. Il sera perçu clairement comme une déclaration : le chantage ne passe plus.

J'en profite pour souligner que pour Rubik il ne faut pas signer le referendum Rubik avec l'Autriche et que s'il abouti qu'il faut accepter Rubik avec l'Autriche. Ce pays est un des deux alliés de la Suisse en Europe et l'accord Rubik, si on le lit bien, beaucoup plus acceptable que les autres. Ne faisons pas une vacherie à un allié. Et allons vers Rubik avec le Luxembourg.

Pauvre France. Qui s'enfonce dans crise en imposant plus sans réduire ses dépenses inutiles.

Pauvre France. Pour laquelle Montebourg sera le fossoyeur de l'industrialisation.

Pauvre France. Qui ignore qu'elle est en Europe comme la Belgique.

Vive la France que l'on tente d'assassiner.

Écrit par : CEDH | 11/09/2012

Pour qui voudrait en savoir plus sur la CDI:

http://www.sif.admin.ch/themen/00502/00740/index.html?lang=fr

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 11/09/2012

C'était pas l'évasion fiscale du patron du patronat français que France2 sur "cash investigation" nous montrait ?

ce mec se faisait (plus maintenant?) verser son salaire de patron des patrons, soit des centaines de milliers d'UE/mois, en provenance du Lux (donc pas d'impôts pour lui à payer en F) via une sté-écran qui y était basée (boîte aux lettres au Lux, pas d'employés, zéro activité).

Ya longtemps que ces gens cherchent le plus offrant
ai été salarié en Suisse d'une de ces stars françaises cherchant le meilleur:

De sa comparaison entre la Suisse + forfait fiscal + chalet à Gstadt & 6 mois de résidence, et son business basé au Lux,
son choix final fut: en faveur du Lux, au détriment de mon job (trop bête pour fuir ce test fiscal).

Écrit par : Pierre à feu | 11/09/2012

Les commentaires sont fermés.