09/10/2012

Eglise-Etat

 

Invitée à participer à l'émission En ligne directe de ce lundi 8 octobre pour m'exprimer dans le cadre des Pussy Riot, je tiens ici à partager ce moment.

J'ai beaucoup apprécié la teneur du débat et la manière de le mener.

Parmi les points de vue exprimés, certains ont tenu à rappeler le rôle que devraient tenir idéalement un Etat et une Eglise.

A cet égard et en complément à l'émission, j'indique cet article qui permet de mettre en perspective un des point de vue émis et d'y réfléchir.

Lien à l'article: http://french.ruvr.ru/2012_10_08/Eglise/

Lien à l'émission: http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/en-ligne-directe/4313680-les-pussy-riots-grandes-heroines-ou-petites-delinquantes-08-10-2012.html?f=player/popup&

00:21 Publié dans Air du temps, Justice, Medias, Politique, Religions, société | Tags : pussy riot, église, état | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

J'ai écouté votre intervention. Permettez moi de vous dire que je l'ai trouvé inconsistante, un peu comme vos billets. Mais ce n'est que mon avis.

Écrit par : jules | 09/10/2012

IL me semble que Metin Arditi a bien résumé la situation: il y a match nul, 0 à 0.

Écrit par : Sérum | 09/10/2012

Oui, Sérum, l'intervention de Metin Arditi est un bon rappel de réalités un peu trop souvent et vite négligées lorsque l'on se met à juger un peuple et son président.

Cela dit, le sujet, à savoir l'enjeu de ces relations toujours discutées entre Etat et Eglise est très bien évoqué dans l'article dont j'ai indiqué le lien. Et vos avis m'intéresseraient aussi.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 09/10/2012

J'apprécie votre franchise, Jules. Et de l'émission en tant que telle, qu'en avez-vous pensé car c'est d'elle qu'il est question ici.

Écrit par : Helene Richard-Favre | 09/10/2012

Votre intervention est égale à vous-mêmes. Votre opinion est le reflet des articles que vous avez écrits.

Voyez-vous lorsque l'Etat et le Religion s'unissent, les réactions sont vives. C'est le cas de la lutte engagée par les Pussy Riot contre un régime fort et sûrement totalitaie. L'histoire nous le révèle.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 09/10/2012

Merci beaucoup de votre propos, Noëlle. Et de votre participation à ce blog car la diversité des points de vue qui s'y expriment ne peuvent que l'enrichir et enrichir chacun de nous.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 09/10/2012

"Mais il y a un autre volet. Sans vouloir m’affubler d’une partialité trahissant en moi quelque attachement que ce soit au christianisme (bien que cela soit le cas), je constaterais au passage que toute organisation, surtout une organisation de l’acabit de l’Eglise orthodoxe russe, tend à prendre le pouvoir ou du moins à se faire entendre par d’éventuels sympathisants. Ce n’est guère une tare, guère une faiblesse, mais un penchant qui lui est inhérent. Le fait que Vladimir Poutine lui donne cette possibilité, mettant en relief son propre pouvoir, n’a rien d’étonnant et n’a pas à être criminalisé outre mesure."


Je tire ce paragraphe de l'article dont vous avez donné le lien. Ce qui me gêne, ce sont les alliances de circonstance entre un Etat et une Eglise. J'ai le sentiment que les Pussy Riot auraient davantage mérité une fessée que deux ans de prison. En Russie, le blasphème coûte cher. Avec la bénédiction, si j'ose dire, du pouvoir. Tout le monde est content : l'Eglise orthodoxe dans ce qu'elle a de plus sacré et qui a été souillé et le pouvoir dans ce qu'il a de plus rusé en faisant croire à une parfaite séparation des pouvoirs.

Le parallèle est peut-être un peu hardi, mais que penser de la condamnation du majordome papal ? Dans un Etat religieux comme le Vatican où le pardon devrait être la règle, pourquoi avoir fait un procès ?

En fin de compte que ce soit à Moscou ou à Rome la basse politique s'est parée des atours de la justice. Qui espère-t-on tromper ?

Écrit par : Michel Sommer | 09/10/2012

Conférence internationale a l'Unesco - "Pussy Riot...stars ou idiotes" (table ronde) :

Berezovski (@london.uk) : Quand je m'ennuie, j'ai envie d'une chanson
Pussy Riot : Mais nous ne savons pas chanter
Madonna : Pas grave, moi non plus
Agence France Presse : I like
Pussy Riot : Mais en revanche, nous savons nous masturber en publique !
Madonna : Wow, mais moi aussi !
Agence France Presse : I like
Eglise : Une honte...
Agence France Presse : not like, Eglise, vous étes démodé
Philosophe (non identifié, mais fort ressemblant a Glucksmann) : Se masturber c'est COOL
Eglise : Se masturber est un péché ! Un génocide spermatosoidale !
Berezovski (@london.uk) : Pas si je finance tout, et si je couvre les frais...
USA : God bless America !
Poutine : Hors sujet !
Pussy Riot : Le sujet c'est - NOUS !
Berezovski (@london.uk) : Je suis prêt ! Commencez a vous masturber !
Agence France Presse : I like
Philosophe (non identifié, mais fort ressemblant a BHL) : I like
Eglise : Devant les enfants... Une honte !
Poutine : Que fait la justice juvénile !
USA : Pas besoin de la justice. Butez les sans jugement, comme nous avons buté Ben Laden !
Philosophe (non identifié, mais fort ressemblant a BHL) : Ben Laden a trahi les USA !
Philosophe (non identifié, mais fort ressemblant a Glucksmann) : I like ! Bien fait pour ça gueule ! Le criminel ! Juda !
Eglise : La mort de Jesus n'a rien avoir avec Ben Laden.
Berezovski (@london.uk) : J'ai pas fini d'attendre la séance de masturbation ! ...pas fini...pas encore fini...pas encore...
Poutine : Berezovski, vous n'êtes dans les chiottes...Fermez votre braguette !
Pussy Riot : Pas dans les chiottes, mais au musée ! On se masturbe au musée, on suce et on baise au musée.
Madonna : Wow ! Ça, c'est une performance !
USA : Chez nous, on ne peut pas la montrer, hélas ! Même le sein nu de Janet Jackson fait un scandale !
Agence France Presse : Achtung ! La carrière internationale des "Pussy Riot" est en danger !
Berezovski (@london.uk) : Pas si on appelle cette performance "une prière anti-Poutine" !

Écrit par : ANNA | 09/10/2012

Michel Sommer, merci de votre commentaire.

Que le pouvoir d'une Eglise ou d'un Etat se discute, qui le contesterait?

Le problème avec l'affaire des Pussy Riot est qu'elle est fabriquée et montée de toutes pièces avec le généreux concours d'un autre pouvoir dont on se garde bien de parler sinon jamais, celui de medias plus que compatissants qui répandent la bonne parole sur un public avide de la dispenser à leur tour.

Quant on cessera ici en Occident d'émettre des jugements à l'emporte-pièces sur la Russie, son peuple et ses autorités avec pour seuls critères de référence des points de vue qui ne tiennent pas de la vérité universelle, alors on on pourra entrer en matière.

Ainsi et dans le cadre de cette affaire des Pussy Riot, a-t-on vu s'exprimer chacun sur ce qui devrait être réservé ou non comme sort à ces jeunes femmes, sans jamais une seule seconde s'interroger sur les enjeux que cachait ce dossier.

Le pouvoir n'est donc pas toujours là où on le croit. Le pouvoir est là où il est certain d'agir.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 09/10/2012

Chère Hélène,

- « Le problème avec l'affaire des Pussy Riot est qu'elle est fabriquée et montée de toutes pièces avec le généreux concours d'un autre pouvoir dont on se garde bien de parler sinon jamais, celui de medias plus que compatissants qui répandent la bonne parole sur un public avide de la dispenser à leur tour. »

Ah pardon, prière de ne pas tirer sur le pianiste, comme sur le messager. Ce qu'on appèle "médias" ne font que leur travail, à savoir relater des évènements et des faits, les propos des protagonistes, et les propos de tiers.

Viennent seulement ensuite les journaux et émissions d'opinion qui ont une ligne rédactionelle poursuivant une idéologie, et qui émettent, effectivement, des jugements de valeur. Mais dire que tous transmettent le même avis est faux puisque de nombreux éditeurs conservateurs européens ont condamné les actions des Pussy Riot.

- « Quant on cessera ici en Occident d'émettre des jugements à l'emporte-pièces sur la Russie, ... alors on on pourra entrer en matière. »

Eh ben, non. Ca, c'est une façon déguisée de dire que seuls les experts ont la parole. C'est aussi oublier un peu vite que si certaines personnes, connues ou pas, viennent à donner leur avis, c'est parce que quelqu'un le leur demande bien. Cela devient dès lors un peu facile de disqualifier leur avis sous prétexte qu'ils ne sont pas des experts selon vos propres critères.

- « Ainsi et dans le cadre de cette affaire des Pussy Riot, a-t-on vu s'exprimer chacun sur ce qui devrait être réservé ou non comme sort à ces jeunes femmes, sans jamais une seule seconde s'interroger sur les enjeux que cachait ce dossier. »

Si les enjeux sont cachés, donc pas forcément visibles pour tout le monde, comment les gens sont-ils sensés savoir que ces enjeux existent ?

Écrit par : Chuck Jones | 13/10/2012

Chuck Jones, savez-vous lire?

"s'exprimer... sans jamais une seule seconde s'interroger sur les enjeux que cachait ce dossier."

Merci de ne pas déformer mes propos.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/10/2012

Chère Hélène,

Oui, oui, j'ai bien compris.

Mais j'insiste! Vous, vous voyez les Pussy Riot attachées à des ficelles dont les autres extrémités sont tenues par des mains de certains marionettistes occidentaux cachés derrière un rideau. Moi, je vois même pas les ficelles, alors que des bonshommmes soient placés derrière les marionettes, et qu'ils bougent les mains, qu'ils soient cachés ou non, ne suffit pas pour que je crois que les marionettes sont bien dirigées par ces mains, tant que je n'ai pas la preuve qu'il y a bien des ficelles, ou un quelconque système d'asservissement.

Je dis ça parce que si les Pussy Riot ont les balloches déjà bien pendues pour se permettre de critiquer Poutine, je trouverais particulièrement vexant que des opposants de Poutine, de surcroît étrangers, viennent leur dire qu'ils vont les aider à écoper quelques années de camp de travail, sans parler du risque de délégitimisation de leur contestation *** en tant que russes de Russie ***, si il venait à se savoir que les Pussy Riot sont téléguidées, ou même juste aidées par des étrangers.

Écrit par : Chuck Jones | 13/10/2012

Les commentaires sont fermés.