09/11/2012

Dicker reste lauréat

Un prix en chasserait-il un autre?

Non, Joël Dicker reste le lauréat du Grand Prix de l'Académie française et on l'en félicite.

Il n'est toutefois pas interdit de se demander si ceux qui ont claironné ici et là que Dicker aurait le prix Goncourt n'auraient pas été mieux inspirés de se rappeler le proverbe.

Que la peau de l'ours vendue trop vite ne se réduise pas à peau de chagrin pour Joël Dicker!

C'est ce qu'on lui souhaite. 

Mais face au traitement médiatique dont il a été autant sujet qu'objet, Joël Dicker assure.

Il l'a dit et on le croit.

 

* Sujet publié dans la rubrique Courrier de la TdG du 8 novembre 2012, page 17

 

12:20 Publié dans Littérature, Medias, société | Tags : dicker, goncourt | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Hélène, Joël est un garçon très intelligent en plus d'avoir reçu, au delà de toute espérance un couronnement, à mon avis bien plus prestigieux que le Goncourt de nos jours

A part Joël, j'ai bien connu un autre Goncourt suisse-romand (quelle chance), un être beaucoup plus tourmenté et certes, un très bon écrivain, Jacques Chessex, Joël lui est un romancier et c'est tout à son honneur, ça il me semble que les plumes acides du blog TDG, ne l'avais même pas compris !

Et vous vous rendez hommage à vous même en félicitant Joël Dicker, je vous en remercie, ils sont rares à Genève, ceux qui savent s'incliner, mais ce n'est que le début d'une grande aventure (romanesque va s'en dir)et "nos" langues caustiques, elles, resterons dans cet anonymat grandiloquent qui représente notre si brillamment notre "intelligentsia" locale !

J'ai été censuré pour avoir félicité Joël sur la TDG, ce qui démontre encore une fois que ce journal et son blog attenant abrite des esprits hors pair !!!!!!!!!!

Écrit par : Corto | 08/11/2012

Désolé, mais vos sujets concernant la mafia au pouvoir en Russie attirent plus de commentaires !

(en plus que Dicker vient de meurtrir les petits égos rampant de la place) ce sujet semble irrité nos ténors de la prose de chiottes !

Même vous ne répondez plus sur votre propre blog, que ce passe t-il ?

Les genevois auraient épuisé leur capital de reconnaissance ?

Écrit par : Corto | 09/11/2012

Corto, je vous lis, ici et ailleurs...

J'ai tenu à écrire ce billet sur Joël Dicker et suis contente que vous y ayez réagi.

Au cas où il vous aurait échappé, mon sujet a aussi été retenu par la TdG qui l'a publié dans son édition d'hier en page 17.

J'ai vu Joël Dicker sur le plateau de Laurent Ruquier, samedi dernier.
J'ai admiré la maîtrise qu'il affichait et apprécié sa fraîcheur.

Son intelligence est une évidence et sa personnalité est aussi attachante qu'elle force le respect

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 09/11/2012

Article du "Temps" qui montre comment Joël Dicker a su saluer la victoire de Jérôme Ferrari:

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/d9f4ec42-28f5-11e2-be04-7829cf91cbe1/Le_Suisse_Jo%C3%ABl_Dicker_%C3%A9vinc%C3%A9_par_J%C3%A9r%C3%B4me_Ferrari_au_prix_Goncourt#.UJzpEORPh2A

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 09/11/2012

Nous n'avons qu'une seule envie, continuer à soutenir ce jeune écrivain talentueux qui sûrement nous offrira encore de nombreuses surprises, à l'avenir. Un auteur qui a fait preuve d'une grande dignité et d'une modestie superbe. Il mérite et notre soutien et notre admiration.

Écrit par : djemâa | 09/11/2012

Djemâa, quelle plaisir de vous lire et de vous compter parmi les supporter de ce jeune talent assez mal accueilli étrangement par notre presse locale !

(Sans parler de votre talent chère Djemâa qui ne laisse personne insensible et qui mériterait également d'aller regarder du coté de Paris)

Bien à vous

Écrit par : Corto | 09/11/2012

Au-delà de son écriture, l'un des plaisirs que nous procure ce Joël est de nous offrir avec simplicité ses sentiments et ressentis.

Ce n'est pas si simple de rester simple. Rare, même !

Écrit par : archi-bald | 09/11/2012

Archi-bald, il n'y a rien de plus compliqué que la simplicité !

Concerne Joël Dicker, ce qui découle de son roman, malgré le sujet du livre, c'est également une douceur et une limpidité, qualités devenues précieuses !

Il faut rappeler que Joël est un expert en art martiaux, ne vous trompez pas, malgré qu'il soit doux comme un agneau, il ne s'agit pas d'une de ces douceur molle et recouvrante, Joël est un être doux et très puissant, nous le voyons dans son oeuvre !

Le lire, quoi qu'il écrive, rassure, nous permet de rester du "bon coté" et libre de faire fonctionner notre imagination !

Une nouvelle ère littéraire est née, attendons avec impatience son prochain chef d'oeuvre !!

Écrit par : Corto | 10/11/2012

Les commentaires sont fermés.