22/11/2012

UMP, lutte finale ou fin de parti?

Et si la situation que vit l'UMP était une leçon inédite de politique?

Certes, il y a de quoi rire ou pleurer. Mais au-delà de l'émotion, pourquoi renoncer à de nouvelles perspectives?

Seraient-elles toutes condamnées ou juste inconcevables?

Alors que les rappels au maintien de l'union se scandent comme des refrains de part et d'autre des deux camps, ce 21 novembre au soir, François Fillon sur TF1 et  Jean-François Copé sur France 2 se sont exprimés.

Le premier a dit ne plus revendiquer la présidence de l'UMP, le second s'est posé en rassembleur.

Chacun joue sa partition.

En même temps, d'autres mélodies se fredonnent en sous-sol.

Cette cacophonie, l'imagination au pouvoir ne saurait-elle la remettre au diapason?

 

01:35 Publié dans Politique, Politique française, Pouvoirs | Tags : ump, fillon, copé | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Justement, Fillon a dit renoncer à la présidence. Alors pourquoi tout ce charivari ?

Écrit par : Valérie | 23/11/2012

La stratégie du gentil qui sait que l'affaire ne peut en rester là. Il met Copé en porte à faux. Mais le bateau est foutu et ça, Fillon l'a diagnostiqué depuis la fin des élections. Copé n'a pas été assez prudent, le pouvoir rend aveugle.

Fillon aurait dû passer haut la main avec 80 % des voix ce qui est le score normal pour un meneur qui se place sur un scénario gagnant dans le futur.

Fillon a raté la marche, qui plus est il est tombé sur Copé, les deux se sont pris une gamelle qui a cassé le bateau en plastoc!

Écrit par : Pierre NOËL | 23/11/2012

En fait de bateau, sacrée galère!

Pendant ce temps-là, à bord du pédalo, le capitaine rame.

Quant à la marine, je ne pense pas qu'elle gagnera le vent du globe.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/11/2012

Actuellemnt je suis d'accord avec vous Hélène. Mais n'oublions pas qu'une grosse partie de l'UMP va s'aligner sur une majorité des thèses du FN. L'autre partie ira au centre, dans le trou...

Compte tenu de la crise économique qui va s'accentuer au détriment des pauvres, des classes moyennes, d'une petite bourgeoisie composée d'artisans, de commerçants, de gens sous statuts de libéraux etc, comme en 1789*, les employés et petits paysans commenceront les hostilités elles seront reprises par la "petite bourgeoisie" et là, le paysage politique peut changer radicalement.

L'année 2013 va être déterminante car ils ne peuvent plus rien cacher, que ce soit le poids de la dette 3, 200 milliards d'€ et non 1600 comme ils nous le font croire.

Ajoutons que l'insécurité due aux mafias, la Liberté menacée par l'islam et nos politiciens collabos, tout cela nous donne un mélange très détonnant qu'il ne faut pas négliger.

Je voudrais être plus optimiste, mais les informations dont je dispose et l'analyse que j'en fait ne le permettent pas.

Je souhaite me tromper car au fond tout cela me fait peur, l'avenir des jeunes est très menacé.

Pourtant, on sait que sur le plan économique, des énergies renouvelables par le biais des nouvelles organisations et communication via internet, un nouveau monde meilleur est possible en virant les monarchies du Golf et les autres.

Mais il manque de la volonté, de la lucidité, une bonne vision de l'avenir, et un arrêt de toutes les corruptions des cols blancs de la société de consommation.

En fait, il manque des gens sains d'esprit ayant la qualité requise pour gouverner les régions et le pays. Ils existent mais la plupart sont inféodés aux partis existants ils n'ont aucune chance de sortir de leurs prisons politiques, alors qu'ils ont les clés? Pourquoi?

Ca fait beaucoup....

* Bien des analystes et économistes sérieux se rejoignent sur le fait que des évènements brutaux risquent bien de se passer en France et dans une grande partie de l'Europe.

Écrit par : Pierre NOËL | 24/11/2012

Fillon était donné hyper favoris par les médias qui se mêlent toujours de soutenir tel ou tel au lieu de permettre à chacun de s'exprimer. Copé s'est démené auprès des militants, seuls habilités à déterminer leur président. C'est la 1ère fois qu'on assiste à un processus "démocratique" car précédemment Sarkozy s'est emparé de l'ump à la hussarde et au RPR, ils obéissaient tels des "godillots". Fillon n'a donc pas plus la préférence des adhérents mais surtout, ceux-ci se seraient rangés derrière le vainqueur. Que Fillon soit déçu est humain et s'il ne brigue plus la présidence,il n'agit que pour empêcher Copé. Et les médias n'en ratent pas une à entretenir les polémiques alors qu'on ferait bien de surveiller ce que fait le gouvernement actuel.

Écrit par : Valérie | 24/11/2012

Pierre, je suis en grande partie d'accord avec vous.
Et le centre avec l'UDI de Borloo n'inspire pas grand chose de bien solide.
Les machines partisanes sont certes mises à mal sinon en question mais pas encore coulées.

Cela dit, je trouve l'article de Challenges que j'ai posté ici

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/11/22/juppe.html
très instructifs sur les tractations internes à l'UMP:

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/11/2012

Valérie, je ne crois pas, ici, que les medias soient les principaux artisans de la polémique. Pour une fois, non.

Il convient de ne pas inverser les rôles.

Le conflit concerne bel et bien deux visions de l'UMP et les medias tentent de suivre et de rendre compte.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/11/2012

L'article de Challenges résume parfaitement la situation politique de l'UMP.

Vu la façon de faire on pourrait faire l'amalgame avec la mafia, mais il manque les armes.

Comment être persuadé que celui qui gagnera sera le meilleur? En 2017, qui se souviendra de cette folie du pouvoir et des méthodes? Fallait-il passer par ce chemin pour démontrer " que le meilleur gagne?"

C'est la fin d'un système, un autre prendra la place. Le vieux centre restera la voiture balai comme au tour de France afin d'alimenter le prochain parti-nouveau en députés. En échange, des places assises dans les hautes fonctions de la République ou ce qu'il en restera; triste message de continuité.

A l'UMP on s'aime eux non plus, on sème les graines de FN pour la prochaine moisson....cela s'appelle anticiper les évènements électoraux.

Écrit par : Pierre NOËL | 24/11/2012

Bonjour,

un secretaire général ne serait-il pas amplement suffisant ? Pourquoi faut-il à tout prix y avoir un Président ?

Peut être parce qu 'une Association style 1901 le demande.

Les nombreux vice-présidents au Conseil Général local font aussi rigoler...

Après l ' Autriche, la France brille pour sa bureaucratie.

meilleures salutations

Écrit par : Bertrand | 29/11/2012

Les commentaires sont fermés.