20/12/2012

Canada, enfant attaqué et info

La video qui montrait l'attaque d'un enfant par un aigle a été vue des centaines de milliers de fois.

Savoir qui y a cru ou pas n'est pas le plus important.

Ce qui interpelle plutôt, c'est la manière dont l'info a été relayée pour être ensuite rectifiée.

La lecture des commentaires qui suivent l'article paru à ce sujet dans la TdG le démontre à l'évidence:

Commentaire publié à 12:43 La personne qui filmait s'est immédiatement précipitée pour porter secours, geste honorable de nos jours.

Commentaire publié à 21:22  Ils sont gonflés à la TdG: ils mettent un article disant que tout le web s'est fait piégé, alors que cet article vient en fait remplacer l'article original de la TdG qui s'est fait piégée comme les autres. La moindre, en matière de déontologie, c'est de laisser le premier article tel quel et d'en ajouter un second, pas de remplacer ni vu ni connu le premier par le second 

http://www.tdg.ch/vivre/societe/Un-enfant-capture-par-un-...

 

02:09 Publié dans Information, Medias | Tags : attaque d'aigle, enfant, medias | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

A une certaine époque les paysans,massacraient les loups car les chasseurs, les princes, les gardes du roi avaient décrété, certifié par le vatican que c'était "satan qui agissait au travers du loup"

L'invention de la bête du Gévaudan que l'on trouve un peut partout dans le massif central vient de là. Un taré avait massacré des gens couvert d'une peau de loup. Le clergé depuis aidé par des "pseudos écrivains locaux" tente toujours de trafiquer l'information et ça marche!

Quel est le rapport me direz vous? Aucun. Si, peut être le manque de responsabilité, car qui ne commet pas d'erreur? Celles ci sont toujours profitables, elles permettent d'évoluer, sauf lorsque les cheffaillons se sentent morveux.

Fuir, se cacher, ne rien voir, ne rien dire, ne rien entendre...pas de vagues.On connait ce comportement dans bien des entreprises et institutions. Ils empêchent d'évoluer.

Bon soyons rassuré, les aigles sont eux aussi sortis de l'obscurantisme, ils ne seront pas massacrés pour faire vendre des légendes, des mensonges afin de faire venir les toutous-touristes qui bavent et n'en peuvent plus sur ce genre de légendes.

Monsieur De la Fontaine à peut être une fable sur le sujet?

Je n'ai pas mieux faute de temps, mais celle là est bonne pour le management des blogs et de la TDG...

III, 5 Le Renard et le Bouc

Capitaine Renard allait de compagnie
Avec son ami Bouc des plus haut encornés.
Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez ;
L'autre était passé maître en fait de tromperie.
La soif les obligea de descendre en un puits.
Là chacun d'eux se désaltère.
Après qu'abondamment tous deux en eurent pris,
Le Renard dit au Bouc : Que ferons-nous, compère ?
Ce n'est pas tout de boire, il faut sortir d'ici.
Lève tes pieds en haut, et tes cornes aussi :
Mets-les contre le mur. Le long de ton échine
Je grimperai premièrement ;
Puis sur tes cornes m'élevant,
A l'aide de cette machine,
De ce lieu-ci je sortirai,
Après quoi je t'en tirerai.
- Par ma barbe, dit l'autre, il est bon ; et je loue
Les gens bien sensés comme toi.
Je n'aurais jamais, quant à moi,
Trouvé ce secret, je l'avoue.
Le Renard sort du puits, laisse son compagnon,
Et vous lui fait un beau sermon
Pour l'exhorter à patience.
Si le ciel t'eût, dit-il, donné par excellence
Autant de jugement que de barbe au menton,
Tu n'aurais pas, à la légère,
Descendu dans ce puits. Or, adieu, j'en suis hors.
Tâche de t'en tirer, et fais tous tes efforts :
Car pour moi, j'ai certaine affaire
Qui ne me permet pas d'arrêter en chemin.
En toute chose il faut considérer la fin.

Écrit par : Pierre NOËL | 20/12/2012

Ce qui gêne le plus dans ce procédé est l'absence de prise en considération du lecteur qui a crédité l'article d'un commentaire.

Car dès lors que l'article a été modifié, le propos dudit lecteur paraît insensé.

C'est donc une manière fort peu élégante et très peu obligeante de considérer celles et ceux qui font confiance à la rédaction du site en question.

Dommage pour lui.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/12/2012

Les commentaires sont fermés.