14/03/2013

Saint François d'Assise, la prière

Le choix du Pape de se prénommer François a été expliqué.

Il fait référence à Saint François d'Assise.

De ce dernier, on sait qu'il fit de la pauvreté et de l'évangile ses priorités.

La prière qui lui fut attribuée, le fut par des pacifistes protestants français.


Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix

Là où il y a de la haine, que je mette l’amour.

Là où il y a l’offense, que je mette le pardon.

Là où il y a la discorde, que je mette l’union.

Là où il y a l’erreur, que je mette la vérité.

Là où il y a le doute, que je mette la foi.

Là où il y a le désespoir, que je mette l’espérance.

Là où il y a les ténèbres, que je mette votre lumière.

Là où il y a la tristesse, que je mette la joie.

Ô Maître, que je ne cherche pas tant

A être consolé qu’à consoler,

A être compris qu’à comprendre,

A être aimé qu’à aimer,

Car c’est en donnant qu’on reçoit,

C'est en s’oubliant qu’on trouve,

C'est en pardonnant qu’on est pardonné,

C'est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.

 

Sans être de confession catholique ni même d'aucune autre, il n'est pas interdit d'apprécier cette prière.

 

01:20 Publié dans Pouvoirs, Religions | Tags : saint françois d'assise, françois ier, pape | Lien permanent | Commentaires (31) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Oui... J'aime aussi...
Un texte de paix et d'amour...
Pourrait paraître niais dans notre monde actuel, mais j'y suis sensible.
La candeur a du bon.

Écrit par : Anne | 14/03/2013

Ma prière,

Dieu-roi du pétrole, de la finance, dieux rois et pharaons du ciel et de la terre qui était plate, roi des rois qui a inventé le bon jésus pour matérialiser le conscient et l'inconscient, lui faisant dire tout pour faire le contraire, afin de consolider le pouvoir de tes amis monarques et sanguinaires, aie pitié pour les enfants esclaves, musulmans, chrétiens, juifs, hindouistes, bouddhistes, Athées, en fait, aie pitié pour cette majorité des enfants de la planète, afin qu'ils ne meurent plus de faim, de soif, de la guerre, des maladies provoquées par les adultes croyants et hypocrites. Les gamins ne peuvent pas bien raisonner ni comprendre ils n'ont pas l'âge.

Une dernière pour la route, protège les enfants des pédophiles, des menteurs, des bourreaux, des religieux et leur éducation, de la pauvreté....protège les tout simplement !

Tu sais que la pauvreté est la bonne conscience des religieux et leurs ouailles, c'est également l'arme de camouflage qui permet d'avancer masqué ou voilé.

Ces jours-ci, Dieu, tu as parlé au monarque du vatican qui a parlé aux "paperons" rouges, qui eux-mêmes parleront aux ouailles afin qu'ils continuent de "croare" à françois 1er comme ils ont cru à tous tes rois sanguinaires, afin qu'ils obéissent au Président, aux rois despotes, ducs, nobles et autres princes, eux aussi en contact avec toi.

Protège par la même occasion mon "saint ordinateur" qui permet la Liberté d'expression, de s'instruire, de connaître la véritable histoire de nos ancêtres et leurs croyances.

Merci dieu, pour tout ce que tu feras, et puis si tu ne fais rien comme c'est le cas depuis que le monde du plus fort et du plus rusé t'as inventé, ce n'est pas grave ça ne changera pas grand chose; ce monde a évolué sans toi, il continuera son chemin, même sans toi. Ainsi soit-il.

http://www.youtube.com/watch?v=Z0Muu7nfuNw&feature=player_detailpage&list=PL4C64956C7045CB9B

http://img.over-blog.com/600x504/1/45/39/04/image-copie-1.jpg

Hélène, c'est moins beau mais elle est honnête, elle ne trompe pas...

Bien à vous.

Écrit par : Pierre NOËL | 14/03/2013

Et si toute prière n'était que cri du coeur, Pierre?

Que sa formulation soit à elle seule une libération sinon une attente,n'est-ce pas là ce qui compte avant tout?

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/03/2013

Se conduire pas plus mal que si l'on avait la foi, ce n'est déjà pas si mal ...

Écrit par : Gérard Bienvenu | 14/03/2013

On peu avoir la foi sans qu'il y ait un rapport à un divin. Tout dépend des acquis, de son expérience personnelle, de sa culture, de ses connaissances etc, mais surtout de son idéal de vie.

Le reste est question de volonté avec une dose de hasard, une de chance, un peu d'astuce et un cerveau bien fait. Savoir écouter pour bien entendre en étant "écho" et non "ego" Une chose importante, aller tisser son réseau, se faire connaître, faire rejaillir ce qu'il y a de bien en soit......

Etre en résonance avec son environnement. Susciter l'intérêt là est l'essentiel...

Écrit par : Pierre NOËL | 14/03/2013

Hélène, Pierre, vous avez raison ! Il faut avoir la foi en ce qui nous parait bon pour autrui et si l'on doute, toujours jouer coeur, me semble-t-il ...

Écrit par : Gérard Bienvenu | 14/03/2013

Hélène, le cri du coeur est le cri conscient de la raison. Lorsque nous prenons, par différents chemins, conscience de faits prouvés, le conscient les exprimes. L'inconscient enregistre, (mémoire) mais tout dépend de la culture personnelle de chacun. Des gens passent à côté des morilles sans les voire, des gens écoutent mais n'entendent rien, d'autres regardent mais ne voient rien...

Ceux que je nomme "les petits de ce monde" que d'autre désignent comme "les grands de ce monde" ont conscience de la misère des enfants, des familles, des conséquences des guerres, des famines, des maladies etc. Que font-ils ?

Ils vont à l'église, à la mosquée, à la synagogue, au temple, prient-ils pour un monde meilleurs? Pas sûr. D'autres chassent le cerf ou vérifient les comptes entre eux.

"Que sa formulation soit à elle seule une libération sinon une attente,n'est-ce pas là ce qui compte avant tout?"

Hélène, je suis d'accord mais ce n'est pas suffisant. C'est mon côté révolté-évolutionnaire lié à mon mauvais caractère, qui fait que je ne suis jamais satisfait, toujours en révolte!

Bonne fin de soirée...

Écrit par : Pierre NOËL | 14/03/2013

La révolte a différentes causes dont certaines ne peuvent qu'être imputées à trop d'attentes sinon d'idéaux déçus.

Ainsi en va-t-il aussi du sentiment d'injustice.

Et cependant, pour que la révolte ait du sens au-delà du seul cri, il faudrait qu'elle débouche sur une construction digne de ce nom.

Sinon, vivre en état de perpétuelle révolte est aussi possible mais le seul sens critique ne suffit-il pas à rester éveillé et lucide?

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/03/2013

ette prière du poverello, c'est un défi! Merci beaucoup
claire-marie

Écrit par : cmj | 15/03/2013

Tous les pédophiles, religieux et dérivés, les monarques etc, avaient de belles prières également? Que fait un dieu-christ-roi dans cette histoire?

Écrit par : Pierre NOËL | 15/03/2013

Il ne fait rien. Il regarde le triste spectacle de la guerre et appelle à l'amour... Il a compris sans doute que l'amour est l'élément essentiel à la vie le plus difficile à accomplir en ce monde alors que la haine est la chose la plus ordinairement accessible aux êtres humains. Il appelle les êtres humains de son smartphone depuis le désert. Hello, vous tous, y'a quelqu'un qui veut encore de l'amour? Et la réponse vient du Ciel: "Faits ton devoir, Christ-Roi. Et ne te retourne pas. Pour les autres, ne t'inquiète pas. Ils répondront quand ils auront été au bout de l'amour après avoir perdu le goût de la haine". Voilà, Pierre. A chacun sa croix. Pas après pas, avec ou sans dieu.

Écrit par : pachakmac | 15/03/2013

Salut mon ami pachakmac, tu me manquais! Tu te fais trop rare...

Je comprends ton message mais il a 2013 ans officiellement; en quoi ce monde a-t-il changé? On est plus nombreux, les menaces de conflit mondial sont visibles, la planète est malade, des gamins crèvent de faim, des familles sont sans logement etc..

Ah, on a François 1er qui est de retour; ça nous fait une belle jambe!

Écrit par : Pierre NOËL | 15/03/2013

Pierre,

En réponse -peut-être et sans doute partielle à votre question de savoir "Que fait un dieu-christ-roi dans cette histoire", je suis tentée de vous dire que vous nous avez à tous donné vous-même la réponse, ici, sans même peut-être vous en rendre compte!

Car qu'il existe ou non, ce "dieu christ roi" -comme vous l'appelez- a inspiré les compositeurs de ces sublimes chants orthodoxes que vous nous avez offerts ci-dessus en partage dans votre premier commentaire:

http://www.youtube.com/watch?v=Z0Muu7nfuNw&feature=player_detailpage&list=PL4C64956C7045CB9B

Ne pensez-vous pas qu'il faille être habité par ce qu'on nomme la "foi" pour créer une telle musique?

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 15/03/2013

Hélène, au nom de la foi il est possible de tout faire, le meilleur comme le pire. Au nom d'un idéal de vie on atteint le même résultat. La foi n'est pas contestable en elle-même. Ce qui est très contestable c'est la pratique des religieux qui s'approprient notre inconscient, notre "foi" pour les mettre au service d'un divin-monarque; c'est la véritable histoire des religions.

Le "sans foi ni loi" est psychopathe, dérangé, en général enfermé, bien que quelques uns passent au travers des mailles du filet. Ils réussissent à se fondre dans la foule, contemplez notre monde.

Pachakmac nous parle souvent de l'amour qu'il compare à dieu et inversement. Sa sincérité ainsi que la puissance de la comparaison ne laisse pas insensible, la démarche est d'aller vers ce qu'il y a de plus beau. Cette démarche peut très bien se faire au nom du bonheur, du bien-être en respect total de l'autre et de la nature.

Lorsque un jeune couple décide par amour de faire des enfants et construire une maison, c'est un idéal puissant ou la volonté, la savoir être et le savoir faire mèneront vers le résultat.

Avec les religieux malhonnêtes qui sont la majorité dans toutes les religions, c'est un divin qui s'impose à nous avec des règles complètement absurdes dictées en d'autres temps par les rois et des gardiens de chèvres. C'est plus que contestable.

Je caricature les croyants en sachant pertinemment qu'il y a des gens sincères, de grande qualité, qui font des choses merveilleuses pour leurs semblables quel que soit le niveau social.

C'est trop facile d'aller vers le pauvre sournoisement, afin d'en faire un "partisan" mais surtout s'en servir pour redorer le blason. C'est la nouvelle mission de François 1er. Ce procédé est connu depuis l'antiquité pour les initiés, mais la démarche est trompeuse. C'est la démarche de la chrétienté et de l'islam en sachant pertinemment en parallèle, que bon nombre de gens on une démarche sincère.

Oui Hélène j'adore certains chants religieux; si ceux-ci sont au delà du beau, du merveilleux, car élaborés dans la foi du Christ ou dans la foi à Hérode ou, pourquoi pas à Satan peu importe, ça reste beau!

Merci de partager mes goûts musicaux. Il se trouve que l'église Orthodoxe en Russie a travaillé plus que d'autres ce style de chants, je les adorent autant que le vieux Blues des esclaves -des chrétiens blancs- des champs de coton au début du 19ème siècle aux USA et ailleurs....

Merci également de permettre ces échanges cinq étoiles...

http://www.youtube.com/watch?v=qBOMVLd7wYg

Écrit par : Pierre NOËL | 15/03/2013

Salut mon ami Pierre. L'athée qui vit en toi à raison. 7 milliards d'êtres humains qui n'ont, en moyenne et entre tous les êtres humains actuellement vivants, passé que 25 à 30 années d'existence sur la planète Terre et qui ne s'intéressent pas forcément à la culture, encore moins à la liberté de Dieu, ne peuvent bâtir une maison commune cohérente et heureuse. Ceux qui n'ont pas accès à la culture, ne vivent que par l'obscurantisme d'un Dieu figé pour l'éternité dans sa terrifiante tyrannie. Et ceux qui ont tous les accès à la culture, la balance joyeusement par la fenêtre pour aller se souler dans les bars et faire la fête une fois la journée de labeur terminé. La vie est si courte. Il faut bien en profiter, disent-elles, disent-ils. Le culte de la vodka, du cuba libre, et du mojito (note, au passage, que j'aime bien aussi ce culte-là:::))). On y rencontre des fous joyeux qui imaginent Dieu dans son sirop en train de.... Bon. La morale religieuse m'impose de garder le silence sur Dieu quand Il lui prend d'avoir des envies très libertines:))). Omerta Divinitas.

Sérieusement, ce discours frelaté sur Dieu m'exaspère tellement. Dieu n'est pas un tyran. ça se saurait depuis très longtemps car un tyran ne lâche pas comme ça son petit ou son grand pouvoir personnel. T'imagine Assad lâché comme ça son fromage pour l'Amour d'un Dieu et de ses Oiseaux parlant à François? (lire mon blog et ses articles cons et sacrés, donnant "consacrés" quand tout ça est réunis dans le même tonneau de vinasse à la framboise nunuche) que j'ai dédié à la cause de la Liberté avec un grand L révolutionnaire. Si Dieu existe, il est tellement libre et amoureux, qu'Il laisse tomber tous Ses pouvoirs au profit de l'Homme afin qu'il en fasse bon ou mauvais usage personnel. Dieu, c'est comme tous les écrivains en train d'inventer le nouveau monde à venir. Ils écrivent pour que leurs paroles couchées sur le papier restent dans la mémoire des êtres humains. A eux d'en savoir faire bon usage (lire et s'inspirer) ou mauvais usage (jeter aux ordures publiques). Je ne te dis pas si mon blog et sa pensée resteront dans les annales de 24 Heures ou finiront dans l'anal du cul de Bachar. En fait, mort, je m'en foutrai royalement. L'ego aura totalement été réduit à néant...par Dieu sait... qui me jugera sans doute pas sain d'esprit du tout d'avoir voulu pour le royaume des êtres humains tant d'ambition terrestre amoureuse et cinglé à mourir d'avoir voulu prendre Son pouvoir de l'Amour pour imposer à Bachar le Grand Dictateur son petit ange bienfaisant oublié depuis bien longtemps dans les ténèbres de sa vie présidentielle, envahie et dominée par tous ses démons intérieurs.

Car voilà. L'Histoire de Dieu est une très longue Histoire qui a débuté avec l'être humain et son besoin de tyrannie pour dominer les autres, et qui se terminera à sa disparition quand son Evolution aura atteint un niveau supérieur de Sagesse spirituelle qui lui permettra de rejoindre enfin l'Amour et la Paix.

Attention à vous tous. La tyrannie de l'Amour peut être très contagieuse:))

Très belle journée à toi, Pierre, ainsi qu'à tous les participants au blog d'Hélène...et bien sûre, pour vous aussi, Hélène, un superbe journée de prime printemps ensoleillée.

Écrit par : pachakmac | 16/03/2013

Contente de vous retrouver, Pachakmac!

Pour la journée printanière...il faudra peut-être encore attendre un peu mais la lumière y était!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/03/2013

Suite et pas fin. Sur ta réflexion, Pierre. Oui. La musique élève les êtres humains au niveau du divin. Nous sommes à la recherche de la perfection, une exigence qui soutient la déchéance. Nous pouvons nous écrouler, avoir des moments de lassitude et de pessimisme. Nous pouvons nous oublier dans la luxure pour se donner et donner du plaisir à des corps de chair et de sang, des corps qui nous inspirent et nous aspirent vers notre licence la plus intime. Mais notre activité spirituelle nous rappelle à la noblesse de la Beauté et la nécessaire existence d'un sens à notre vie pour lutter contre le chaos, la disparition, la mort absurde et scandaleuse qui nous rattrape forcément un jour. Dieu au bout du voyage? Oui. Mais alors un Dieu qui accueille en son sein celles et ceux qui ont agi pour l'Amour de la Création, quelque soit ce combat et son intensité dans la durée. C'est ce que j'appelle La part d'ange de l'être humain. En fait, l'amour ressemble à la lumière et la haine à l'obscurité. C'est ce que chacun et chacune ressent en son âme et conscience quand il souffre intimement d'une situation de conflit. Notre combat à tous c'est de rejoindre la lumière (l'amour) plutôt que l'obscurité (la haine) au moment de notre départ de la planète. c'est comme cela que je comprends Dieu et que je crois en Lui.

Écrit par : pachakmac | 16/03/2013

Pachakmac, tu peux compter sur ma visite vers ton blog pour apporter la contradiction!

Ta démarche est bonne comme je te l'ai déjà indiqué, mais pourquoi vouloir prendre la place d'un religieux qui se torture l'esprit? C'est ce qui ressort de tes commentaires et je sais que la déception fait partie de ta vie.

La vie est faite pour être vécue en prenant ce qui te paraît bien, mais il faut oser, agir dans ce sens et compenser "sainement" si besoin est.

Produit du sens, dans l'action quel que soit celle-ci, c'est ce qui donnera du sens à ta vie. C'est ce que je fais à chaque instant dans la mesure du possible, c'est ce que la majorité d'entre nous fait afin de ne pas sombrer.

De mon point de vue, être croyant n'est pas suffisant et satisfaisant, sinon on reste dans la contemplation, celle-ci se transformant en "mal être" dès qu'un évènement puissant vient troubler cet état d'esprit.

Excuse moi Pachakmac j'ai l'impression de jouer le psy pour quelqu'un qui n'est pas malade de la vie....

Bonne soirée.

je t'offre ces belles images et la musique...

http://www.youtube.com/watch?list=PL4C64956C7045CB9B&v=z6fsOVoOmrg&feature=player_detailpage

Écrit par : Pierre NOËL | 16/03/2013

Superbe musique et images qui l'accompagne, Pierre!

Cela dit et au sujet de la foi, il existe autant de manière de la vivre que de fidèles et je ne crois pas que tous se satisfassent de contemplation ou que la déception ensuite ne les emporte.

Certains croyants ont justement cette force de passer outre et c'est peut-être aussi ce qui peut surprendre.

Vaste sujet mais si important qu'il ne peut être évacué quoiqu'on en pense et qu'on le veuille ou non.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/03/2013

Je me souviens ou tout était perdu, j'étais allé dans une forêt magnifique et perdue entre Cévennes Ardèche et Lozère, seul en Novembre à 1500 mètre d'altitude, sous les grands sapins "Douglas" qui peuvent atteindre plus de cinquante mètre de haut. Dessous poussent des mousses dont l'épaisseur varie entre trente à quarante centimètres. C'est un véritable matelas naturel.

J'étais venu faire le vide de ma poubelle mentale et me retrouver. J'étais en situation de blocage.

Allongé sur le sol qui n'était pas humide, j'avais le dos au chaud j'étais chaudement habillé, il faisait 1 degré pas plus, le vent soufflait violemment. Il y avait des bruits divers, des grincements, des craquements des sortes de petites voix tout était bizarre; la nuit tombais en même temps que les premiers flocons accompagnant une tempête qui semblait proche. J'entendais les animaux les biches et les cerfs très nombreux dans cette partie de la forêt.

J'ai fait "zen" et silence tel que me l'on appris deux chamanes.
Seul dans un environnement un peu lugubre et ces bruits des arbres géants qui mènent à la confusion. Mais il faut garder son calme et ne plus avoir d'images, c'est important.

Il me fallait prendre des grandes décisions dont prendre un virage à l'équerre dans ma vie professionnelle et personnelle..

Au bout d'une heure environ je n'avais pas bougé d'un millimètre et la neige me recouvrait. La nuit était tombée. Je n'entendais que ce vent et ces bruits j'avais réussit à évacuer toutes mes pensées. J'étais en harmonie avec la nature en totalité. Je ne sentais aucun de mes membres, rien.

Une idée m'est venue je me suis redressé d'un coup, oui c'était cela qu'il me fallait faire! Cette idée était géniale, en plus j'avais toutes les capacités à la mettre en pratique, à la réaliser! J'ai remonté dans mon véhicule garé à dix mètres, il neigeait très fort, la burle était violente je voyais à peine l'avant du véhicule.

J'ai regagné la route déjà bien enneigée et pris la direction de la maison située à une vingtaine de kilomètres. J'étais bien équipé en tout, même en cas d'arrêt de deux ou trois jours à cause de la neige, pas de stress. C'est à prévoir lorsque l'on est en moyenne montagne seul. Finalement je suis bien rentré à la maison.

Cette idée géniale je l'ai mise en pratique avec une niaque fabuleuse personne ne pu m'arrêter, et j'ai gagné au bout du compte.

Tout cela pour dire que la spiritualité me paraît légère dans cette affaire, en tout cas elle ne m'a jamais apporté autre chose que de l’ennui elle est restée muette. Et pourtant des prières accompagnées des soeurs et des gens du clergé j'ai eu ma dose!

STOP! J'ai tout dit

Bonne nuit et bon dimanche!

Écrit par : Pierre NOËL | 17/03/2013

Pierre,

Merci de ce beau moment que vous nous exposez là mais n'est-il pas précisément de l'ordre de la spiritualité?

Je ne le conçois pas autrement.

Vous me direz en quoi et si je fais erreur.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/03/2013

Hélène, on peut employer le mot spiritualité dans ce cas; mais sans divinité, sans dieu. Le mot spiritualité peut être remplacé par les mots pensée ou réflexion profonde. Pour avoir "un résultat" il faut une bonne dose d'émotion, peut être de peur qui elle aussi engendre de l'émotion.

Cela peut être également de l'amour sans dévier vers l'amour de soit, qui mène sur une fausse piste de l'égotérisme* qui est plus dangereux. (tiens, je viens d'inventer un mot, je le garde comme étant celui qui se rapproche le plus de ma pensée)

* Ma définition: pleurer sur soit en permanence, se faire des films, se faire du soliloque jusqu'à devenir malade, figé, fou...?

L'exemple le plus frappant est la notion de -survie- sans dieu ni miracle mais déclenchée, due au hasard et qui décuple les forces incroyables de la pensée pouvant entraîner le corps -physique à des prouesses insoupçonnées.

En résumé, il faut savoir faire le vide en soit, puis suivant les enjeux et la motivation, la force de la volonté, un solution arrive de notre inconscient ou sont stockées en mémoire des milliards d'informations venues de nos cinq sens, là aussi, en fonction du développement personnel de chacun.

L'inconscient agit en fonction de nos demandes, il agit également par réflexes programmés ou non. Tout est question d'informations savamment enregistrées. Il peut même anticiper les évènement, les prévoir.

Les chants sont des émotions fortes traduites en fonction de la vision des auteurs, leur but est d'aller vers ce qu'il y a de merveilleux à leur"yeux" Dieu. La raisonnance des lieux accentue les effets. L'objectif de beaucoup d'autre est différent le chemin est le même, le beau, le merveilleux avec ou sans spiritualité divine.

L'idéal de vie est conscient et inconscient cela peu être au soleil ou sous la pluie, tout dépend de la force de la volonté....

La cafetière bouillonne j'arrête le gaz!

Bon Dimanche à tous.

Écrit par : Pierre NOËL | 17/03/2013

Hélène, votre talent est reconnu en Russie, vous devriez être ambassadrice de la Suisse si j'en croit les critiques! Les Suisses et la France devraient vous rendre les honneurs.

http://cuf.spbu.ru/?p=2865&lang=fr

Bon Dimanche.

Écrit par : Pierre NOËL | 17/03/2013

Hélène, je viens de trouver ce lien est-ce bien vous ??

http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/74538918/97133948.html

Écrit par : Pierre NOËL | 17/03/2013

Pierre,

Merci de tant d'attentions à mon égard, j'en suis émue et honorée!

Le lien que vous indiquez ci-dessus renvoie en effet à l'article qui rend compte d'une interview qui m'a été demandée et contient un bref extrait audio

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/03/2013

"Hélène Richard-Favre, histoires d’espoirs et de paranoïa"

Mon enquête sur vous se termine là....je vous tire mon chapeau Madame.

"C’est dans un style simple, poétique et limpide qu’Hélène Richard-Favre, au travers de brefs dialogues et de monologues, livre le récit de vies minuscules et singulières, fantasques et absurdes.

Linguiste et slaviste genevoise, Hélène Richard-Favre se situe en permanence sur le fil de l’étrange et se joue des failles du langage dont elle exploite les silences et les marges.

Histoires de couples, de deuils, de vieillesse, de mémoire et d’oubli, histoires d’espoirs et de paranoïas, elles tiennent en quelques lignes et tirent leur force de cette économie de moyens, de leur précision tendue et de la tonalité particulière des voix qui les portent. Avec sobriété et un art consommé de la chute, Hélène Richard-Favre livre ainsi de petits bijoux minimalistes qui oscillent entre folie et raison, drame et fantaisie et, sans avoir l’air d’y toucher, questionnent le monde et le langage. (Perles minimalistes, critique d’Anne Pitteloud, « Le Courrier», le 26 août 2011)

L’écrivain, par ailleurs, s’exprime aussi à travers des blogs sur le site de La Tribune de Genève et sur les réseaux sociaux de VillepinCom.net et de VillepinNet, et des courriers de lecteurs dont 16 ont été publiés en un an par Le Temps, La Tribune de Genève, Le Matin et Le Matin Dimanche.

Ses nouvelles ont été traduites en cinq langues, russe, anglais, géorgien, italien et arménien et sont toutes parues en éditions bilingues, sauf la première édition, en français à Turin en 1988.

Ses recueils ont été présentés dans les universités, instituts français et grandes librairies de Moscou, Saint-Pétersbourg, Tbilissi et Rome.

Des mises en lecture bilingue par deux comédiens professionnels anglais et français ont été soutenues par le D.I.P pour 600 élèves de classes bilingues des Collèges de Genève.

Une soirée bilingue a été organisée à Genève par deux comédiens professionnels géorgiens et français et une lecture plurilingue au Festival de la Cité à Lausanne."

Lien Google:

http://www.culturactif.ch/ecrivains/richard_favre.htm

Écrit par : Pierre NOËL | 17/03/2013

Google a ses secrets que votre raison a voulu connaître...

Merci Pierre.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/03/2013

Devenir pauvre c'est aussi perdre son job! Tout ça correspond au désirs de François 1er l'Europe va dans le sens c'est bien. Amen, Ab émous Papam.

Mais il en faut plus! Prendre l'argent des gens à Chypre, c'est pas beau ? Que dis François 1er? A cause de la mafia Russe? Mais la mafia, c'est l'Europe et ses dirigeants!!

Bientôt se sera la Grèce, l'Espagne, le Portugal, la France?

Préparons les armes....

Les économistes sérieux ne voient pas cela de la même manière:

http://www.lecontrarien.com/


"Les 1500 employés de l’Institut dermatologique Immaculée Conception, à Rome, s’impatientent. L’établissement, géré par la Congrégation des fils de l’immaculée conception, est au coeur d’un vaste scandale financier: plus de 500 millions d’euros (665 millions de dollars canadiens) auraient été détournés par des membres de la congrégation.Résultat : fournisseurs et employés n’ont pas été payés depuis le mois d’août. L’établissement menace de licencier 400 employés afin de redresser ses finances."

lire ici La Presse

http://www.lapresse.ca/international/dossiers/succession-de-benoit-xvi/201303/16/01-4631688-scandale-dans-lombre-du-conclave.php

Écrit par : Pierre NOËL | 18/03/2013

Voici le lien qui explique assez bien les conséquences de cette décision de la mafia Eurabienne:

http://www.romandie.com/news/n/_Taxe_bancaire_a_Chypre__les_avoirs_russes_durement_touches_RP_170320131658-13-334114.asp

Écrit par : Pierre NOËL | 18/03/2013

La première ligne de la prière, à savoir "Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix" me fait bondir : elle a quelquechose de terrible, et inducteur de fatalisme béat ou de passivité intérieure, i.e. une abdication du pouvoir choisir être autre, qui insinue que je ne serais pas capable de décider seul(e) et intentionnellement d'être l'instrument de la paix, de la paix humaine, en pleine conscience des difficultés qui m'attendent, mais avec constance et attention.

Oui bon, il y a des siècles de bataille verbeuse et vénéneuse sur le libre arbitre, et spinoza et descartes et tant d'autres s'y sont essayés sans conclure sereinement, mais quand même, osons une bonne foi(s) assumer notre responsabilité et regarder notre incarnation en face.

La non-paix est souvent le fruit de nos archétypes et de notre programmation sociale ; mais au sein du treillis complexe de l'évolution terrestre, l'humain est peu ou prou le premier prototype biologique à détenir émergent le pouvoir, au minimum partiel, de s'arracher à ses programmations, quelles qu'elles soient. Il en use peu, certes, et c'est difficile. Mais ce n'est certainement pas en déléguant ce job à une instance "supérieure" qu'il y parviendra.

Y a du boulot ;)

Écrit par : Ana Sailland | 12/08/2013

Ana Sailland,

En réponse à votre commentaire auquel j'abonde, je pense que pour l'incroyant ou le libre-penseur, le chemin est semé d'embûches. Son indépendance est mal vue et les chefs spirituels l'accusent de tous les maux. Et, pourtant il ne désarme pas. Il tire un enseignement de ses propres réflexions. Il doit rendre des comptes à sa conscience et ne saurait s'y soustraire.

Il lui faut du courage pour s'écarter de la ligne toute tracée des croyances et des religions en cours et s'interroger sur son évolution. Ne serait-il pas plus simple de se laisser aller à ses penchants naturels, tout comme le croyant qui ne se conforme pas aux préceptes de sa religion et s'enfonce dans le vice.
Le croyant qi reçoit l'absolution de ses péchés par le biais de la confession a la certitude d'être en paix avec lui-même, Dieu et les hommes. Ce sentiment d'être blanchi des mauvaises actions qu'il a commises, n'est-ce pas l'ouverture à tout abus? Soulagé d'être débarrassé de ses vices, le croyant ne peut que recommencer ses traves, sûr d'être à nouveau gracié par le Confesseur.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 16/08/2013

Les commentaires sont fermés.