30/04/2013

Le genre et l'enfant

Que penser d'une théorie des genres de laquelle on ne semble pas mesurer les enjeux tandis qu'une loi vient  d'accorder aux couples homosexuels les mêmes droits qu'aux couples hétérosexuels?

On évoque un changement de civilisation. Soit.  

Mais doit-on, sans être forcément ringard, croyant, conservateur ou que sais-je encore, se réjouir d'un tel changement de civilisation?

Doit-on obligatoirement être taxé d'homophobe si l'on demeure réservé par rapport à ce qu'ouvre comme droits aux couples homosexuels cette loi sur le bien mal nommé mariage pour tous?

Où est l'intérêt supérieur de l'enfant dont il est question dans le cadre de l'adoption?

Où est le bien de l'enfant tant revendiqué ici ou là?  

On peut s'interroger et il le faut sur cette ouverture de droits aux couples homosexuels.

Car il met en jeu l'adoption en général et l'adoption internationale qui implique des pays et des citoyens qui ne visent qu'à se lancer dans ce parcours courageux.

Pour accéder au droit à l'enfant revendiqué par les couples homosexuels de facto stériles puisque jusqu'à nouvel ordre, la conception d'un enfant exige la participation d'un homme et d'une femme et non celle de deux femmes ou de deux hommes, pour accéder donc à ce droit à l'enfant, c'est toute la société sinon la civilisation qui doit se remettre en cause.

 A chacune et à chacun de se demander si un tel droit à l'enfant relève du bien de l'enfant et de son intérêt supérieur!

 

Paru dans Le Temps du 2 mai 2013 en page 11

Commentaires

"Une fois que la borne est franchie, il n'y a plus de limites" a dit le sapeur Camember.
La théorie du genre ou queer theory dont la grande prêtresse est la philosophe américaine Judith Butler va, en effet, très très loin pour un homme de ma génération.

Écrit par : CASPER christian | 30/04/2013

@Madame Favre Quand le Giec et les nombreux faux ou vrais sociologues cesseront de toujours vouloir se méler de tout et surtout sans preuve aucun pour confimer leurs théories alors sans aucun doute pourra t'on trouver réponses logiques aux questions posées dans l'article
Pour le bien de l'enfant on croit entendre ce qui se disait déjà dans les années 20.A croire que le passé n'a été d'aucune utilité et pourtant on a assez de témoignages pour confirmer qu'en son nom des erreurs ont été commise et non des moindres.
Sans doute l'enfant est-il à nouveau utilisé comme challenge électoral,une fois de plus mais avec des effets encore pire sur le long terme surtout si l'on songe aux embryons congelé,dégelés et recongelés.En biologie on le sait rien ne se perd,rentabilité oblige

Écrit par : lovsmeralda | 30/04/2013

Nous avons des modèles de représentations de l'être humain, qui jusqu'à ces dernières années étaient cachées par tous dont les religieux et leurs maîtres rois.

L'homo sexualité s'est libérée, elle est devenue tolérée puis acceptée chez les autres, beaucoup moins lorsque c'est chez soit me semble-t-il.

Nous avons donc un nouveau modèle de représentation d'une communauté en contradiction de ce qu'ont bien voulu nous raconter nos anciens "maîtres" religieux et princes. Que l'on peut confondre avec ceux qui nous gouvernent aujourd'hui, ils ont les mêmes référence.

Je reprends votre terme Hélène, c'est un nouveau paradigme qui se met en place même s'il est faux, il fait paraître la -face- acceptable, normale, équitable par rapporte à nos symboles Français: "Liberté, Egalité, Fraternité" c'est en cela qu'il est accepté et acceptable pour les non-initiés.

Hors, plus j'avance avec vos arguments, pertinents, permettant une autre lecture de la typologie réelle d'une partie de cette communauté, celle de Berger, là il y a un problème, un grave problème que l'on peut diviser en deux.

-1. Il a le modèle simple ou on ne vois pas pour qu'elle raison, un couple d'homos ne pourraient adopter un enfant? Puis, pourquoi n'raient-ils pas chercher un ventre pour avoir un ou plusieurs enfants? Pourquoi Pas? C'est ce que je pensais, en étant plus réservé voir hostile sur cette dernière démarche suite au reportage de Karl Zero (beau-frère de barjotte) on est dans le paradigme qui apparaît acceptable pour tous les citoyens non initiés. S'appuyer sur ce genre de documents et d'enquêtes permet d'entrer dans le sujet en ayant toutes les données. Je ne suis pas législateur et expert, le sujet m'intéresse donc j'apprends. ce faisant je n'hésite pas à changer de point de vues, d'opinion.

-2. Cette loi qui mène à la filiation plénière, insidieusement, mène à un autre modèle de société, qui va contribuer à la transformation de la civilisation, au minimum c'est le risque? Est-ce grave Docteur?

La démarche de Hollande est très risquée car s'il ne connaît pas plus le sujet que moi, effectivement en jouant sur la véritable nature de l'homme et de la femme, il prend le risque de formater des enfants et des individus qui seront hors système, formatés dans le sens que le paradigme le conçoit. Paradigme qui est faussé, pour desc raisons vicieuses, ou autres?

En résumé, c'est très dangereux pour l'enfant et la société tel que définie par Pierre Berger dans son discour cité plus haut, qui en aucun cas fait de la provocation, mais explique clairement son concept mortifère, on peut le mettre dans le même sac que "CIVITAS" aussi dangereux que les sectes de droite ou de gauche. Cela devient une bombe à retardement dans un nouveau modèle de société lui obscurantiste, maais cette fois-ci légal ou presque.

Je change donc de pantalon, excusez-moi je fais cela devant vous, derrière mon saint ordinateur...c'est fait. Reste plus qu'à changer le fusil d'épaule...c'est fait.

Cela me fait plaisir d'en apprendre tous les jours merci qui, merci Hélène et les autres!

Écrit par : Pierre NOËL | 30/04/2013

Merci, Pierre.

Merci à vous tous qui avez bien voulu me suivre sur ce sujet.

Il est capital d'en saisir les enjeux tant ils sont de l'ordre de la vie.

Et c'est précisément cette négation de l'ordre biologique au nom de principes égalitaires et volontaristes qui crée la confusion.

On n'efface pas la différence morphologique entre un homme et une femme.

Et tant que deux sexes existent et sont indispensables à la conception d'un enfant, aucune égalité n'existera jamais entre un couple hétérosexuel et un couple homosexuel.

Ainsi et comme on tient à rester dans cette logique égalitaire, pour la mettre en oeuvre entre couples hétérosexuels et homosexuels, on est obligé de passer par la PMA - procréation médicalement assistée-.

La PMA était réservée jusque là aux couples hétérosexuels ayant un problème de stérilité. Ce problème de stérilité est reconnu comme une pathologie ce qui ne peut bien sûr pas être le cas de la stérilité d'un couple homosexuel qui l'est de par la nature du couple.

C'est là que le bât blesse déjà.

Quant à la GPA, Gestation pour autrui, la circulaire Taubira l'a permise à l'étranger. Mais elle reste interdite en France. Madame Taubira a donc réussi l'exploit de mettre la France en contradiction avec elle-même.

Ce qui permettra un jour à la CEDH -Cour Européenne des Droits de l'Homme- de mettre la France face à ses contradictions et d'exiger qu'elle fasse tomber l'interdiction de la GPA en France.

Voilà comment peu à peu avec le droit, la volonté et le principe d'égalité, on créera des enfants.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/05/2013

Hélène, vous parlez de "civilisation" !

Permettez l'erreur, 1'000 ans de terreurs, de croisades, de buchers, pour finir avec des pédophiles à la tête de ses institutions morales, des juges à la solde des lobbys les moins reluisants qu'il soit !

Alors que dans cette "civilisation" les prêtres chérissent certainement trop les enfants et que les politiques suite à cette crise, les confies à des couples basant leurs unions uniquement sur leurs pratiques sexuelles, rien de très surprenant, après avoir confier les petits aux institutions les plus sordides, les faits le prouve, donc juste après la révélation de cet énorme scandale en fin de vie, cette même "civilisation" veut confier ses benjamins aux représentants de la gaypride !

Écrit par : Corto | 01/05/2013

J'ai écris le précédant commentaire, car je me suis retrouvé par un malheureux hasard à Berlin dans une rue dans laquelle passait le cortège de la gaypride locale, bon je passe les vieux pratiquants tatoués en string et quolibets de choix, pour revenir dans ce défilé à des couples affublés de "leurs" enfants pris en otages !

Le choc visuel est quantifiable, je vous le garanti, dans cette foire au sexe, comme une erreur s'y était miraculeusement induite, celle de petits enfants également entrainés dans cette "normalité" reconnue par un pouvoir mercantile !

Dans cette croisade, les enfants sont l'alibi sans lequel ce lobby ne peut continuer sa lutte, encore et toujours, la lâcheté se refoule sur les plus faibles, c'est une des principale distinction qui illustre la civilisation occiendentalo-romaine !

Écrit par : Corto | 01/05/2013

Corto,

Vous étiez meilleur dans votre dernier commentaire déposé sur mon précédent sujet.

On connaît votre obsession pour les pédophiles mais je vous en prie, ne ramenez pas 1000 de civilisation à des pratiques qui ne sont tout de même pas celles de tous.

Revenez à la raison et revenez à des considérations plus nuancées, vous êtes nettement plus crédible qu'avec vos obsessions pédophiles.

Merci et bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/05/2013

Corto,

Sur les gaypride, je vous rejoins.

Mais restons déjà dans ce volontarisme juridique qui balaie l'ordre biologique.
J'en parle ci-dessus et vous aussi sur mon précédent sujet.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/05/2013

Il me semble que Pierre dans sa lute répétitive se trompe magistralement, les penchants naturels des humains n'ont rien de confessionnels, hormis les actes pédophilies réservés aux prêtres de la sainte église catholique, ce qui a sans doute à cette institution de se perpétrer pendant des siècles, on ne peut pas vraiment accuser les pratiques spirituelles d'influencer les genres dans leurs pratiques sexuelles.

Les interdits sexuels existent dans toutes les formes de sociétés, quelles soient dominées par des mystiques ou par des idéologues, par exemple, pour ne citer qu'eux, les protestants, ils n'ont pas, semble t-il, nourris des déviances impliquant les enfants dans leurs moeurs sexuelles, pareille pour les juifs et tant d'autres pratiques confessionnelles dans ce bas monde, c'est tout le contraire !

Vouloir absolument trouver un dénominateur commun à tous les maux, n'est pas très sérieux !!

en ce début de 21ème siècle, nos sociétés occidentales se confrontent à une nouvelle forme de "croyance", la """"bienpensance"""", cette hystérie à l'affut de tous les raccourcis faciles et immanquablement menant à l'uniformisation des normes, la pire des pestes, celle où tous se reconnaissent au travers de sentences consensuelles et lénifiantes !

Certes l'absence de codes moraux seraient une sorte d'idéal en soit, malheureusement, il faudrait la conjugué avec la nature humaine dans son ensemble et comme le soulignait Daniel Sibony, "Tu honoreras ton père et ton père" ou "tu honorera ta mère et ta mère" restera inaccessible au genre humain.

Daniel Sibony est un penseur de la pure tradition juive et il me semble que son texte est fondateur dans le contexte, les discours ne visant qu'a exclure d'autres phénotypes pour en faire valoir d'autres, ne peut pas fonctionner dans l'absolu !!

Bien à toi Pierre

Écrit par : Corto | 01/05/2013

Hélène, est-il possible en matière de filiation de parler de genre, surtout dans un contexte heureusement et enfin égalitaire tel qu'il se manifeste depuis peut dans notre système juridique ?

D'abord, avant d'être à proprement juridique, le phénomène se calcul de façon mathématique, nous ne somme pas face à deux genre, ce qui impliquerait une notion purement binaire, mais face à des complexes X, Y, X1, Y1, X2, Y2, se composant par paires de complémentarité, depuis peut, tous ces facteurs se décomposent par couples appairés, ce qui centuple le nombre de probabilités surtout si l'on considère que ces modules se conjuguent avec des résultantes.

Donc, il faudrait d'abord faire un tableau des genres et de leurs redondances, ce qui promet bien des surprises !

Concernant la fiction dépassée par la réalité, il faudra attendre encore une génération pour déguster les conséquences factuelles de cette politique, pour l'instant nous ne pouvons que supputer les éventuels "fruits" de ces changements, donc comment vouloir déjà élaborer des doctrines juridiques alors quelles seront peut être contredites par des phénomènes encore sous-jacents !

Depuis 50 ans, le nombre d'enfants nés hors mariage est passé de 5% à plus de 50%, de plus les mariages se soldent par un bon 50% de divorces déjà après une période de 5 ans et les tribunaux passent plus 70% de leur temps à trancher dans les cas liés aux filiations et aux divorces, donc, déjà, commençons par faire une estimation liée aux méfaits du mariage hétéro, avant d'extrapoler dans des spéculations encore non révélées !

Mais ce qui est certain, c'est que dans le cas des adoptions homoparentales accompagnées d'adoptions et de procréations assistées, ce ne sera pas à piquer des mouches, et les bases ne sont pas juridiquement disponibles et cela ne sera pas le cas avant de nombreuses décennies puisque concernant les moeurs maritales ne sont pas encore digérées !

En conclusion, beaucoup de travail pour les juristes, beaucoup de provisions pour les avocats et beaucoup de jugements (politiques) pour les fonctionnaires de l'administration judiciaire !

Écrit par : Corto | 01/05/2013

Corto,

J'ose espérer que vous avez saisi que je suis loin d'abonder dans le sens de cette théorie dite du genre.

Et qu'en parler vaut mieux que de taire ce qu'elle prépare et que vous illustrez de cas de figures.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/05/2013

Oui, c'est ce que l'on appel "l’interventionnisme" politique, nos élites se satisfont de réformes à des fins plus personnelles que collectives, Exemple :
Dans la "campagne" dévolue au "mariage pour tous", à aucun moment des professionnels gérant les cas d'adoptions ont été sollicités dans les non-débats encadrés par les politiques et leurs larbins des médias. De peur de soulever la polémique impliquant le sort des premiers intéressés, les enfants !

Alors que le droit conventionnel de l'enfance, place l'enfant au centre des débats et l'intérêt de l'enfance comme entité sacro-sainte, dans le "mariage pour tous", l'intérêt de l'enfant à été mis sur l'autel de considérations avantageant les couples homosexuels et uniquement dans cette optique.

Le politique à complétement sacrifié une couche de la population exclue des scrutins électoraux en faveurs d'autres couches bien plus rentable en matière de résultats de votes, c'est ce que l'on appel, de la politique à très court terme. Mais ce qui est certain, comme avec les populations immigrées, le parti socialiste pourra désormais compter sur un électorat acquis d'avance.

Cela ne va que diviser en lieu et place d'unir dans une période difficile économiquement, créer des clans, des communautarismes et de là, des exclusions à l'infini !

Le mariage

Cette institution est assez récente, elle remonte au moyen-âge si l'on parle des couple anoblis, il ne s''agissait à cette époque que d'actes notifiés permettant des partages de territoires entre oligarques soucieux d'élargir leurs duchés, contés, royaumes etc., puis cette coutume s'est démocratisée surtout à l'époque napoléonienne et sous le second empire en ce qui concerne la France bien que ce fut le cas dans la plupart des état européens.

A ces époques les registres d'état-civils étaient tenus par les institutions ecclésiastiques, c'était l'une des méthodes utilisée par les églises pour justifier leur présence dans les cours européennes, leur rôle permettait de trancher entre bâtards et enfants légitimes au sein des noblesses usant de leur droit de cuissage envers les populations, donc si l'on prend l'origine de cette institution du mariage, son rôle était d'attribuer des droits contre-naturels ou pas selon des conventions excluant la filiation naturelle, les enfants nés hors union-sacrée n'avait gr^ce à cette nouvelle institution, plus aucun droit ce qui arrangeait bien les bidons au sein des familles ennoblies et baptisées par la sainte église. Ces mariages interdisaient également des unions hors chrétiens, cela permettait de justifier également l'interdiction de créer des alliances plurielles, notamment suite à la réforme en interdisant les mariages entre protestants et catholiques ce qui arrangeait bien le commerce des guerres !

Donc, d'un point de vie juridique, il faut en premier lieu bien comprendre l'historique de cette institution, son rôle originel, n'était pas tant de défendre l'enfant, mais bien de défendre des intérêts tout court.

Dés lors, il n'est pas étonnant que cette institution et que ceux qui en découle en arrive aux compromis auxquels nous assistons actuellement, ce n'est qu'une suite logique, qui au passage s'était vaguement démocratisé et qui retrouve après moult égarements ses origines incestueuses !

Egalement, tout au long des siècles passés, le "mariage" n'a permit qu'à malmener le genre féminin, si un homme avait une relation avec une femme, qui, hors mariage en supportait les éventuelles conséquences ? La femme bien-entendu, c'était elle la fautive et la preuve, les preuves si l'on prend en compte la virginité et les peines étaient sévères, voir définitives, tout cela pendant que les hommes d'églises, nous le savons officiellement maintenant s'adonnaient à leurs préférences en quais toute légalité, si l'on regarde de plus près, l'institution du mariage était chasse gardée d'hommes préférant les rapports homosexuels et pédophiles tout en imposant aux femmes leur détestation du genre. Rétrospectivement, ce sont les mêmes hommes qui édictaient leurs règlements envers le genre féminin tout en pratiquant des sexualités excluant la femme et ce qu'elles représentent au niveau de la filiation.

Si l'on analyse les origines du mariage dans la société chrétienne et plus spécialement catholique, si l'on prends en compte l'utilité des registres d'état-civils, on ne peut qu'admettre que cette institution revienne aux homosexuels, c'est en quelque sorte leur unique bébé !

Écrit par : Corto | 01/05/2013

Salut Corto, encore une fois je n'ai jamais écrit de ce que tu affirmes ou interprètes à ta façon. Donc je déments. (si ton message s'adresse à moi)

Voilà pour ce soir, bien à toi également. A demain.

Écrit par : Pierre NOËL | 01/05/2013

Pierre, il semblait comme à l'accoutumé que tu liais des pratiques sociétales à la foi, disons que tu ne l'as pas fait spécifiquement dans ton dernier commentaire, mais, ça fait partie de ton discours coutumier !

Comme je l'ai expliquer (plus haut), il parait plus logique de commencer par expliquer l'historique du mariage plutôt que de vouloir s'attaquer automatiquement et sans explication approfondie sur le fait de se consacrer à des pratiques de dévotion.

En fait Pierre, tu n'as pas expliquer suffisamment ton allégation, tu fais allusion assez superficiellement sans vraiment affiner ton discours, donc, il peut être assimiler à interprétation !

Bien à toi

Écrit par : Corto | 02/05/2013

Arrête de manipuler et de raconter n'importe quoi Corto. Personne n'est dupe nos conversations sont enregistrées. Des croyants sont menteurs et manipulateurs tu en est le parfait exemple!

Tous les juifs ne sont pas comme cela, quelque part tu me donnes raison en tant que Athée.

Passons à autre chose....

Écrit par : Pierre NOËL | 02/05/2013

Permettez-moi de reproduire ici une intervention que je viens de faire dans le blog Les hommes libres portant sur le même sujet:
"Il semble bien que, incapable de gérer les grands problèmes sociaux et économiques de notre société, les frustrés de la théorie se sont rués sur des domaines de recherche qui ne demandent ni études scientifiques difficiles et longues, capacités intellectuelles rares, ni talents artistiques soumis au jugement général, pour s'engloutir dans le préservé et rassurant des recherches sur l'enfance, dont le public est aussi "prisonnier" (c'est-à-dire dépendant) et incapable de se défendre que celui des institutions carcérales, qu'ils essaient de soumettre totalement à leurs tentatives idéologiques et pseudo-scientifiques.
C'est une maladie qui frappe l'entier des professions dites "sociales", des éducateurs jusqu'aux responsables de la petite enfance, qui doivent consacrer une grande partie de leur temps à se rassurer mutuellement lors de nombreux colloques sur leurs capacités théoriques à accomplir leur tâche et, plus encore, à rassurer leurs cadres, dont l'expérience de terrain est généralement très limitée, qu'ils méritent d'avoir des fonctions de pouvoir, aussi petit et factice qu'il soit.
Cette manière de concevoir les choses sous-entend évidemment, que toutes les traditions et le savoir implicite, sans parler de ce que l'on appelait autrefois l'instinct maternel, qui sous-tendent l'éducation dans notre culture sont malades, biaisées et de plus probablement responsables du fait que nous vivions dans un monde imparfait. Une famille livrée à elle-même doit probablement, vu sous cet éclairage, être une sorte d'enfer qui accumule les erreurs et les fautes, une mère de famille une gourde incapable de savoir comment s'occuper de ses enfants et indigne de lui transmettre de quelconques habitudes qui ne soient destinées à être corrigées et améliorer à l'aune des dernières acquisitions théoriques."

Écrit par : Mère-Grand | 02/05/2013

Toute votre argumentation se réduit à "la nature le veut ainsi". Dès lors, un enfant ne peut être issu que d'une femme et d'un homme. Mais alors, si nous devons en rester à dame nature, pourquoi faudrait-il autoriser des césariennes, des forceps, des couveuses, des lampes, etc.
Question...un enfant, pour "grandir" a besoin d'amour, point barre. Et pourquoi deux femmes ou deux hommes ne pourraient-ils pas le lui donner? Parce qu'il faut obligatoirement que cet amour provienne d'un couple hétéro? Alors qu'en est-il des mères célibataires? Ou des pères qui ont la garde de leur enfant?

Écrit par : Joe | 02/05/2013

Joe,

Deux hommes comme parents ou deux femmes comme parents pour un enfant n'ont rien à voir avec un couple où le père ou la mère y sont absents.

L'absence de père ou de mère n'équivaut pas à la présence de deux hommes ou de deux femmes comme "parents" d'un enfant.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/05/2013

N'importe quoi! La question est très simple. On parle d'enfants ADOPTES. Deux femmes ou deux hommes peuvent-ils donner suffisamment d'amour à un enfant adopté au même titre qu'ume mère célibataire par exemple. Ou pensez-vous qu'un enfant avec une mère célibataire est d'office prétérité? Comme le seraient TOUS LES ENFANTS qui ne sont pas élevés par UN COUPLE HETERO. En d'autres termes, les seuls enfants qui pourraient être heureux sont ceux qui sont proviennent d'un couple hétéro? Tous les autres sont condamnés d'avance? Si vous étiez vous-même lesbienne vous n'auriez donc pas le droit d'adopter un enfant?
Par ailleurs, vous ne répondez pas à mes questions au sujet de toutes les assistances apportées à la naissance d'un enfant...au nom de Dame Nature.

Écrit par : Joe | 02/05/2013

Encore une chose: selon votre raisonnement, l'adoption est donc réservée aux seuls couples hétéro fertils de surcroit. Par contre, au nom de la nature, interdite aux couples stériles, homo, mère/père célibataire,etc. Toutes contre-indications de la nature interdiraient une adoption ainsi que toutes assisitances à une naissance ou une procréation devraient être interdites. Au nom de quoi accepteriez-vous des exceptions à la nature pour les couples hétéro uniquement? Ou plutôt les interdiriez-vous uniquement aux homos...? Serait-ce qu'être homo est une "tare" plus importante que d'être stéril par exemple?

Écrit par : Joe | 02/05/2013

Excusez-moi, mais je relis votre réponse et avour ne pas bien comprendre...pourriez-vous développer en quoi "L'absence de père ou de mère n'équivaut pas à la présence de deux hommes ou de deux femmes comme "parents" d'un enfant"? L'amour et l'attention sont-ils différents selon la provenance?

Écrit par : Joe | 02/05/2013

Peut-être dernière question...un couple d'handicapés mentaux a-t-il, selon vous, le droit de procréer ou d'adopter un enfant?

Écrit par : Joe | 02/05/2013

Joe,

Avez-vous entendu parler de Pierre Bergé?

Et si oui, l'avez-vous entendu parler de ventres de femmes à louer?

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/05/2013

@JOE
La batterie des inventions médicales liées à la procréation, tel fivette, fécondation in vitro etc,etc, sont des substituts pour contrer des pathologies; il s'agit de suppléer à des manques. Joe: considérez-vous l'homosexualité comme une pathologie?

Écrit par : MM | 02/05/2013

Bien sûr, mais ce n'est pas de ventres de femmes à louer dont je vous parle, ni de Pierre Bergé. C'est trop facile ...Je vous pose des questions bien précises auxquelles vous ne répondez pas. Vous préférez m'entraîner sur un autre terrain! J'aimerais donc savoir ce que vous répondez à mes questions. Parce que le sujet de votre billet est grave. Votre texte est bien trop édulcoré, vous devez pousser votre réflexion plus loin en tenant compte des aspects que je vous propose. Seriez-vous assez courageuse pour me répondre plutôt que de botter en touche?

Écrit par : Joe | 02/05/2013

@HRF : "on est obligé de passer par la PMA - procréation médicalement assistée-."

Absolument pas. Don de sperme, méthode artisanale ou naturelle. Aucune intervention de la médecine. Il y a plein de demandes sur les forums dédiés. Et des offres. Gratuites.

Et je donne raison à Joe. L'important c'est l'affection qui est prodiguée et qui ne va pas toujours de soi dans les couples hétéros. Et dans tous les cas, si cette affection est présente, mieux vaut avoir deux parents qu'un seul.

Si j'ai bien compris l'intervention de Mère-Grand, nous sommes dans une société en voie de technicisation. Et de déresponsabilisation des familles jugées incompétentes. La parole est aux techniciens et aux experts qui détiennent la seule "bonne parole".

@ HRF: "Et si oui, l'avez-vous entendu parler de ventres de femmes à louer?"

Non. Et alors? Tout se vend tous s'achète dans notre société. Les couples hétéros stérile y ont aussi recours. Vous n'aimez pas le principe de notre société capitaliste à base de profit? Le plus important il me semble est que le mariage homosexuel brise le peu qu'il reste de l'idéologie chrétienne. En tout cas symboliquement. Mais ce n'est pas un "changement de civilisation". Une évolution nécessaire vers plus d'égalité. Et il n'y a personne qui soit lésé. Pas même les enfants. Surtout pas les enfants.

J'ai entendu dire qu'il est possible d'acheter des enfants. Pour 10'000 Euros. Par exemple. C'est illégal. Mais possible. En payant on doit pouvoir s'acheter un faux certificat de naissance.

Point 5 :

http://www.cpdh.info/npds/sections.php?op=viewarticle&artid=445

Écrit par : Olivier | 02/05/2013

Olivier, Joe, merci de vos contributions.

Je vous invite à lire les nombreux sujets que j'ai consacrés à cette loi qui ouvre le mariage aux couples homosexuels et au droit qu'il revendique d'avoir des enfants.

Je vous invite aussi à lire l'ensemble des commentaires qui ont été déposés sur chaque sujet.

Bien des points que vous soulevez ici y ont été abordés et traités.

Merci de votre attention.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/05/2013

Trop facile!!! Dommage pour votre crédibilité!Encore botter en touche! Si je comprends bien, il est inutile de vous mettre face à des questions précises. Il faut croire qu'elles vous embarassent trop. Je pense que je n'ai plus qu'à vous laisser patauger dans votre éducation judéo-chrétienne...source de bien des guerres...

Écrit par : Joe | 02/05/2013

@ Mère-Grand

Ne soyons pas étonnés du résultat, (je sais que vous ne l'êtes pas) et de la montée en puissance d'autres façons de concevoir la vie, concevoir la famille, concevoir une autre éducation, une autre bouffe, etc, etc.

On a même des "coach" pour -rire- c'est dire que l'évolution de la société de consommation et croyante, a dégénéré c'est le fiasco. Celle-ci, croyante entre autre, à en la publicité c'est normal, ils nous ont greffé ces croyances dès la naissance pour certains, les médias ont fait le reste. Il faut bien que les croyances servent à quelque chose ?

L'éducation, comme le système de vie a été soumis comme vous le dites très bien "au jugement général" -nos -zélites- ont cassé la machine éducative, afin de construire des écoles nouvelles, véritables usines de fabrication de -salariés -consommateurs qui attendent des gouvernants, l'emploi, le subside, qu'on leur trace le chemin de la consommation, du bonheur et autres idioties du même style, au travers de cette sur-consommation.

La société n'est pas foutue pour autant; mais elle dérive d'une certaine manière, en se situant entre deux ères économiques. L'ère industrielle et ses salariés de masses, et l'ère des petites et moyennes structures avec la fin des énergies fossiles à court terme.

-Quel est le lien me direz-vous? Simple, c'est la fin d'un monde avec ses croyances stupides en tout, et un autre monde ou l'éducation de l'enfant devra être transformée afin de revenir au concept familial et entrepreneurial.

Les grands dirigeants sont-ils conscients et prêts à redonner à la famille et à l'entreprise la place qu'il convient? Car demain, il est impossible économiquement de passer à côté de la faillite générale de l'Occident.

-Est-ce que la société de consommation génère ce phénomène auquel cas, elle doit y trouver des réponses appropriées?

-Est-ce que le pouvoir des hommes est en cause?

-Les religions en particulier la chrétienté, semble détenir de bonnes informations sur ce sujet est-elle responsable directement ou, indirectement?

-Pourquoi devient-on homo-sexuel, puisque aucune reproduction n'est possible initialement?

Les 14 pays qui ont signé la loi ne sont pas tous socialistes, sauf erreur de ma part?

Il y a là quelque chose qui m'échappe peut-être avez vous une réponse globale?

Merci de nous donner votre point de vue très éclairé. (si possible)

Écrit par : Pierre NOËL | 02/05/2013

Joe, personne ne met en doute les capacités des homosexuels en matière d'éducation, le problème est qu'ils ne peuvent pas se reproduire sans faire appel à des technique pouvant exclure un ou deux parents "naturel"(s) !

L'adoption est tout aussi noble que le fait de procréer, voir plus noble, seulement un enfant nait naturellement d'une mère et d'un père et qu'il ne peut se forcément se créer une identité dans certains contextes, je dis par forcément, nous n'avons pas le recule nécessaire pour évaluer les inconvénients comme les avantages !

Aussi, ce n'est pour les enfants que cette loi a été votée, mais pour les homosexuels. Donc il est hypocrite de spéculer sur les bienfaits ou inconvénients liés à l'éducation d'enfants par des couples homos, personne n'en connait les tenants et les aboutissants hormis quelques cas d'écoles !

Si notre société n'avait pas assez de familles adoptives, il serait légitime de se poser la question, mais c'est le contraire, il y a très peu d'enfants vis-à-vis des demandes d'adoptions, donc la question de l'adoption par des couples homos est caduque.

Un enfant a besoin de se construire tant physiquement que socialement grâce à une magie qui échappe à la pensée, dés la fécondation, un processus miraculeux fait de quelques cellules un être vivant et cela ne peut se faire hors contexte mal/femelle, à l'origine de la conception, il faut impérativement la présence d'un élément féminin et masculin, pourquoi vouloir séparer un enfant de processus "inévitable" ?

Autre question, à partir de quel moment la vie peut elle se dissocié de cette complémentarité ?

Lors de la conception grâce à des intervention de manipulations biologiques ou génétiques ?

Après la naissance en soustrayant l'enfant de la mère ayant conçu l'enfant ?

Après l'allaitement ?

Quelle limite temporelle sera acceptable ou propice pour satisfaire les "envies" de personnes refusant l'autre sexe pour donner la vie ?

Dans le cas d'homoparentalité masculine, il devra y avoir obligatoirement la séparation de l'enfant avec la mère, comment accepter de séparer un enfant de sa mère ?

Découlant de ce constat, comment accepter de priver un enfant d'avoir une mère ?

Les pro-mariages pour tous, ne voudrons jamais répondre à ces questions, questions parmi tant d'autres !!!

Écrit par : Corto | 02/05/2013

On a bien compris votre affligeante vision très judéo-chrétienne! Mais, puisque HRF ne daigne pas répondre à mes questions, peut-être que vous, Corto le ferez? Sans jouer sur les mots (manques ou pathologie, etc.). La question est de savoir ce que permet ou pas la nature! Partant de là, autorisez-vous les césariennes, les forceps, les couveuses, les lampes, etc. Tous moyens de palier à ce que la nature aurait normalement fait?!
Qu'en est-il par ailleurs des couples stériles, mère/père célibataire,etc. . Au nom de quoi accepteriez-vous des exceptions à la nature pour les couples hétéro uniquement? Ou plutôt les interdiriez-vous uniquement aux homos...? Serait-ce qu'être homo est une "tare" plus importante que d'être stéril par exemple? Enfin, un couple d'handicapés mentaux a-t-il, selon vous, le droit de procréer ou d'adopter un enfant?

Écrit par : Joe | 03/05/2013

Joe,

On a bien compris votre refus de lire les sujets que j'ai consacrés à ce qui s'appelle de manière erronée "mariage pour tous".

Or c'est précisément ce qui vous aurait permis de trouver réponses aux questions que vous posez. Vous préférez vous obstiner à tout mélanger plutôt que de consacrer du temps à la lecture et à la compréhension d'un problème.

C'est bien l'abus de langage utilisé dans la formule "mariage pour tous" qui permet de masquer le véritable enjeu qui est la filiation pour tous.

Quant à la stérilité, je viens d'y consacrer un sujet.

Bonne lecture et au passage, MM attend peut-être aussi réponse à la question qu'il vous a posée!

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 03/05/2013

@Corto
Très bonne dernière intervention.

Écrit par : Mère-Grand | 03/05/2013

merci corto ! mais on sait bien que l'enfant - son bien-être, ses droits - n'intéresse pratiquement personne dans le monde contemporain. Il est là comme 'objet' d'envies, de revendication, comme outil de négociation dans le divorce et j'en passe. Qui, oui qui s'occupe réellement de la défense des intérêts de l'enfant ? en tout cas pas l'égoïsme exacerbé des adultes.

Écrit par : uranus2011 | 03/05/2013

Dans aucun de vos billets, que j'ai lus(!) je ne trouve de réponses précises quant à mes questions (reposées à Corto)! Peut-être suis-je "aveugle"...dans ce cas, auriez-vous l'aimabilité de me répondre, quitte à vous répétez, merci d'avance.
Quant à la réponse à MM, elle est faite dans mon précédent commentaire...ce n'est pas une question de manques ou de pathologie ou de je ne sais quoi(on joue sur les mots) mais de ce que la nature "autorise".Là est la seule question. Soit on considère que Dame nature est toute puissante soit non. Mais de quel droit faudrait-il faire une exception pour les seuls homos? Je crains fort que, selon vous, ce soit au nom de cette éducation judéo-chrétienne qui, bien qu'ayant causé bien des horreurs, a encore de beaux jours devant elle!
Mais si vous désirez une réponse précise quant à la pathologie...non,l'homosexualité n'est pas une maladie, au même titre que de nécessiter une césarienne par exemple.

Écrit par : Joe | 03/05/2013

"comment accepter de priver un enfant d'avoir une mère ?"

Facile :

http://www.tdg.ch/vivre/societe/execute-fille-venger-honneur-famille/story/21874081


"comment accepter de priver un enfant d'avoir une mère ?"

Parce que les enfants orphelins, ça n'existe pas peut-être?

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs348/fr/

Et pas tous les couples homosexuels veulent avoir un enfant.
Et les enfants des femmes homosexuelles ne sont pas privés de leur mère.

Cette confusion entre mariage homosexuel et filiation est nauséabonde.
Les enfants sont instrumentalisés pour une campagne homophobe qui ne veut pas dire son nom.

Écrit par : Johann | 03/05/2013

Joe,

Avez-vous lu l'ensemble des commentaires des 4 sujets que j'ai consacrés à ce mal nommé "mariage pour tous"?

Ils sont nombreux, ils sont riches et instructif et contiennent parfois des liens à des articles, ils vous permettront peut-être d'y voir un peu plus clair.

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 03/05/2013

Joe, personnellement je suis extrêmement contre la procréation acharnée tout comme, il me semble que le "mariage" n'amène pas grand chose dans les relations conjugales, personne n'a vraiment besoin d'un contrat pour vivre en harmonie avec sa ou sont conjoint(e), de toute manière mis à part les frais de divorces, cela n'apporte aucune réelle garantie aux membres formant un couple.

Le mariage devrait se faire le jour où le couple se sépare, ce serait bien plus utile !!!

Cependant, Joe, visiblement vous êtes très vite perdu dans vos conjugaisons, homos, hétéros, mère, père, etc, qui ne le serait pas mais vous semblez n'avoir rien compris de mon commentaire, comme semblez ne rien comprendre concernant cette question en général.

Joe, sur cette terre, il y a des gens riches, intelligents, beaux et en bonne santé, d'autres, pauvres, très limités intellectuellement, laids, et malades, tout comme il y a des être attirés par le sexe opposé et d'autres attirés par le même sexe, c'est ainsi, vous ne pouvez rien y faire, or vous semblez vouloir inverser l'ordre des choses, en fait vous voudriez rendre les gens riches, intelligents, beaux et en bonne santé en pauvres, très limités intellectuellement, laids, et malades et rendre les pauvres, très limités intellectuellement, laids, et malades en gens riches, intelligents, beaux et en bonne santé, cela peut se comprendre, mais il semble que vous deveniez un peu trop personnel ! Dommage !

Écrit par : Corto | 03/05/2013

Johann donne l'exemple de ce qu'est la pensée unique, sur ce blog, je n'ai vu aucune allusion homophobe, mais ce que les crypto-staliniens ne supportent pas, c'est le débat démocratique, les avis divergents, ça ne dérange pas Johann de porter la cause nazislamiste à bout de bras, bien que ces ordures massacrent les homos sans autre forme de jugement et maintenant il vient nous chanter sa morale crasse sur les blogs en traitant ceux qui débattent librement ; d'homophobes !!! Bavo Johann, cette fois le portrait est complet !

Il est vrai qu'arafat collectionnait les petits garçons, mais ça c'est une autre forme d'adoption infantile !

Écrit par : Corto | 03/05/2013

"Il est capital d'en saisir les enjeux tant ils sont de l'ordre de la vie."

La civilisation est une organisation des sociétés humaines qui leur permet de s'affranchir de plus en plus de l'"ordre de la vie", grâce à la technique et à la science. Les enjeux ici invoqués sont strictement marginaux et en aucun cas ils ne remettent en question la civilisation actuelle. L'ordre de la vie est bien plus menacé par les manipulations génétiques et le nucléaire.


"Et c'est précisément cette négation de l'ordre biologique au nom de principes égalitaires et volontaristes qui crée la confusion."

Pourquoi confondez-vous deux "ordres" différents? La biologie n'est pas la loi, la loi n'est pas la biologie.

Et qu'est-ce qu'un "ordre biologique"?

En fait vous cachez sous la formule "ordre biologique" un ordre éthique. Vous n'acceptez pas moralement une filiation par des homosexuels. Discrimination. Homophobie.

Contre l'"ordre biologique", il y a les césariennes, les péridurales, les transfusions sanguines, les vaccinations, etc. Rien de tout cela n'est "naturel".


"On n'efface pas la différence morphologique entre un homme et une femme."

Et alors? On n'efface pas la différence morphologique entre une grande et une petite personne non plus. Cela n'empêche pas que devant la loi, ils sont égaux.


"Et tant que deux sexes existent et sont indispensables à la conception d'un enfant, aucune égalité n'existera jamais entre un couple hétérosexuel et un couple homosexuel."

De nouveau vous confondez l'ordre légal et l'ordre de vos préjugés. Et le jour où on pourra prélever le noyau d'un ovule et l'injecter dans un ovule entier, vous verrez qu'il n'est pas nécessaire d'avoir un couple hétérosexuel pour procréer. Votre "jamais" est de l'ordre de vos préjugés une fois encore.


"Ainsi et comme on tient à rester dans cette logique égalitaire, pour la mettre en oeuvre entre couples hétérosexuels et homosexuels, on est obligé de passer par la PMA - procréation médicalement assistée-."

Non. On n'est pas obligé.

http://forum.aufeminin.com/forum/f384/__f1429_f384-Qui-a-eu-recours-a-l-insemination-artisanale.html


"La PMA était réservée jusque là aux couples hétérosexuels ayant un problème de stérilité. Ce problème de stérilité est reconnu comme une pathologie ce qui ne peut bien sûr pas être le cas de la stérilité d'un couple homosexuel qui l'est de par la nature du couple."

Pour un écrivain, il est désolant que vous ne sachiez pas ce que signifie le mot "pathologie". La stérilité n'est même pas en soi une maladie. Elle ne met nullement en cause la santé de la personne.


"C'est là que le bât blesse déjà."

Opinion toute personnelle.


"Quant à la GPA, Gestation pour autrui, la circulaire Taubira l'a permise à l'étranger. Mais elle reste interdite en France. Madame Taubira a donc réussi l'exploit de mettre la France en contradiction avec elle-même."

Il y a des tas de choses qui sont interdites dans un pays et permises dans d'autres. L'avortement par exemple. D'où certaines pratiques touristiques. Comme de venir se faire avorter en Suisse quand c'était interdit en France. Déjà.


"Voilà comment peu à peu avec le droit, la volonté et le principe d'égalité, on créera des enfants."

C'est une bonne nouvelle. Vous n'aimez pas les enfants?

Écrit par : Johann | 04/05/2013

A quoi sert il de démonter les bien faibles arguments de l'auteur ?

Vous vous y êtes employé avec simplicité et efficacité. bravo Johan.

Dans toute cette histoire, dans le brassage des arguments et contre argument... il apparait qu'en dehors d'un éventuel dogme il ne reste plus que l'homophobie....
toutes les questions sérieuses, en particulier sur la filiation , ne sont en aucun cas nouvelles, ni créées par le mariage et l'adoption des couples homos.

Ce ne sont pas les manifestants manipulés qui me posent problème... ce sont les positions des hiérarchies politiques, religieuses.... Elles jouent avec le feu... sans aucunement se soucier des centaines d'enfants ( des milliers selon des organisateurs) qui vont à l'adolescence découvrir leur homosexualité... et devoir la refouler pour ne pas être rejetés par leurs proches...
Mettre en avant le bien être de l’enfant et en condamner à la souffrance d'autres... choix cruel de l’intolérance et de l'ignorance.

Écrit par : Cap2006 | 07/05/2013

Johann,

la pathologie, en France, ce sont la médecine et la loi qui la définissent ensemble.

Ainsi reconnaissent-elles la stérilité d'un couple hétérosexuel comme pathologique.

Ainsi leur accorde-t-elle le droit à la PMA.

Pour les couples homosexuels stérile de facto, cette pathologie n'est établie ni par la médecine ni par la loi.

Cherchez l'erreur...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 04/05/2013

Ouille ouille ouille, le niveau !!!

ça patauge dans la fange !!

Si jamais pour l'inculte de Johann, ça s'appelle depuis l'aube des cultures "la parthénogenèse", il faudrait que Johann fasse un tours chez les grecs, il pourrait peut être s'instruire et ne pas passer pour un anal-phabète !

Écrit par : Corto | 04/05/2013

HRF ne jugeant plus opportun de publier mes commentaires (y voit-elle trop de difficulté à répondre à mes simples questions?), je suis heureux de lire les excellents commentaires de Johann. Ce commentaire sera-t-il, lui aussi, censuré?

Écrit par : Joe | 04/05/2013

" (y voit-elle trop de difficulté à répondre à mes simples questions?)"

Parce que vous trouvez vos questions intelligentes?

" je suis heureux de lire les excellents commentaires de Johann."

Vous appréciez les cas pathologiques?

@Hélène Richard-Favre

Bonjour Madame, je passais.... Prière de relever mon IP des fois que l'usurpateur pathologique sévit.... Merci et bon week-end!

Écrit par : Patoucha | 04/05/2013

@Cap2006, parce que l'homophobie, comme seul critère pour contester une prise de position qui vous déplait est un argument plus élaboré à vos yeux?

Écrit par : Helene Richard-Favre | 07/05/2013

Hélène, Patoucha ne fait de pareilles fautes de syntaxe, à mon avis, il s'agit d'un usurpateur !!

Écrit par : Corto | 07/05/2013

Non Corto, il s'agit bien de Patoucha.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/05/2013

Les commentaires sont fermés.