30/08/2013

Hollande, chef de quelle galère?

 

Ce 29 août, le Parlement britannique a rejeté le principe d'une intervention militaire en Syrie, motion présentée par le Premier ministre David Cameron.

Si celui-ci a su tirer les conséquences de ce vote, on ne peut que saluer son honnêteté.

Le Président normal de la France, quant à lui, a décidé de se prononcer sur une éventuelle attaque militaire de la Syrie avant le débat auquel il a convoqué le Parlement en session extraordinaire mercredi 4 septembre prochain. 

La brillante* porte-parole du gouvernement français nous explique qu'il s'agit là d'un débat sans vote. Car, précise-t-elle, on ne se situe pas dans le cadre de l'article 35 de la Constitution qui impose au gouvernement de réunir le Parlement un fois une décision d'intervention prise, ce n'est pas dans ce cadre-là, c'est dans la volonté simplement d'écouter le Parlement sur la situation.** 

Autrement dit la situation vers laquelle se dirige un va-t-en-guerre qui s'impose comme Président de tous les Français.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/08/30/temp-9679c2823...

** http://www.leparisien.fr/politique/syrie-le-parlement-fra...  

 

Commentaires

Oui mais:

-Article 35
Modifié par LOI constitutionnelle n°2008-724 du 23 juillet... - art. 13
La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement.

"Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l'étranger, au plus tard trois jours après le début de l'intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n'est suivi d'aucun vote.

Lorsque la durée de l'intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l'autorisation du Parlement. Il peut demander à l'Assemblée nationale de décider en dernier ressort.

Si le Parlement n'est pas en session à l'expiration du délai de quatre mois, il se prononce à l'ouverture de la session suivante"

.../...

La constitution est respectée, alors.....

Écrit par : Pierre NOËL | 30/08/2013

Ne pas confondre les galères et les pédalos !!

Écrit par : Corto | 30/08/2013

Les laquais des Américains restent au râtelier. En France le drapeau noir flotte sur la marmite. OTAN suspend ton vol et que la raison l'emporte. De Gaulle relève toi, ils sont devenus fous ... !

Écrit par : gerard.bienvenu | 30/08/2013

Pierre,

La Constitution est certes respectée et je cite précisément les propos de N.Vallaud-Belakcem qui le rappelle.

Le problème n'est pas là, il est dans la décision qui sera prise par le président.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 30/08/2013

En France, le président de la République est le chef des armées. La constitution pèse plus ou moins lourd selon la personnalité du chef de l'état. Le rôle consultatif du parlement n'a d'intérêt que s'il vient appuyer la décision du chef de l'état. Pour le reste, il faut être du bon côté au bon moment, si l'on a quelques prétentions pour le prix Nobel de la paix ...

Écrit par : gerard.bienvenu | 31/08/2013

Gerard.bienvenu, ce que vous dites est très théorique, ce que vous appelez "chef des armées" veut dire "commandant en chef des armées", c'est à dire qu'Hollande est le seule a pouvoir activer la force nucléaire en simultané avec le général des armées, mais au niveau opérationnel sur le terrain, il n'a absolument aucun pouvoir !

Si un commandement d'arme décide de ne pas ouvrir le feu, comme cela risque d'être le cas en Syrie, Hollande n'y pourra absolument rien !

Écrit par : Corto | 31/08/2013

Corto, ce que je dis est pourtant vrai !

Écrit par : gerard.bienvenu | 31/08/2013

Gérard, attendons de voir si la grande muette va suivre son président, pour le moment ils sont ensablés dans le silence du désert malien, 2 mois, qu'il disait !

Écrit par : Corto | 31/08/2013

La seule chose qui règlerait définitivement la situation syrienne serait que Poutine aille prendre tous les adm (armes de destruction massive) entreposés en Syrie et cette sale affaire serait close dans la minute qui suit, maintenant que Poutine n'a pas opté et n'opte pas pour cette possibilité, indique clairement qu'il ne souhaite qu'une chose, provoquer une confrontation internationale !

Il s'agit clairement d'une volonté russe tendant à déstabiliser l'occident, notamment en ce qui concerne la géostratégie énergétique !

Mais, à trop vouloir, il arrive que l'on perde tout !

Écrit par : Corto | 31/08/2013

Corto,

Si seulement vous étiez une fois en mesure de nous fournir des sources crédibles à vos propos!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 31/08/2013

Quelles sources voulez-vous, je ne fais que donner mon avis sur ce que devrait faire Poutine avec la Syrie pour calmer le jeu, je ne prétend pas faire des révélations relatives à des faits !!??!!??

Écrit par : Corto | 01/09/2013

Corto,

Dans ce cas, on en restera là car les deux derniers commentaires que vous avez envoyés, je ne les publierai pas pour la simple raison qu'ils mériteraient à eux seuls un sujet de blog.

Cela dit, Corto, qui vous empêche d'en ouvrir un où vous pourriez à votre guise vous répandre en considérations sur les uns et les autres?

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/09/2013

Vous êtes un gars bien Corto et vos analyses sont souvent sincères. Mais ne soyez pas confus pour ce qui concerne la politique étrangère et la constitution. Je vous apprécie et nous aurons l'occasion de croiser la plume, avec cordialité, ce qui fera le plus grand plaisir à notre hôtesse ...

Écrit par : gerard.bienvenu | 01/09/2013

Hélène, rappeler l'article 35 de la constitution, tel qu'il a été élaboré, et non tel qu'il est interprété par Valaud Belcacem, c'est de l'information. Le problème est là; car il permet -en -France, à un Président de faire la guerre, et dire n'importe quoi, sans aucune discussion avec le parlement, avant toutes décisions aussi graves soient-elles.

Je l'ai perçut,

Vous l'avez perçut,

Ils l'ont perçut,

Il est un des problèmes -tellement -important qu'à la suite vous en faite premier un sujet, puis, un deuxième sur les articles 49-1 et 50-1.

Ma démarche est simple, je n'ai rien écrit d'autre ou voulu interpréter autre choses mais montrer clairement que Hollande, comme ses prédécesseurs, disposent d'un pouvoir extrêmement dangereux dont les conséquences ne sont pas négligeables tout en respectant la constitution.

Simple? Vous y voyez une contradiction?

Écrit par : Pierre NOËL | 02/09/2013

C'est ce que j'ai précisément voulu signifier, Pierre!
Que le problème n'était pas la Constitution et ses articles
mais qui en ferait usage!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/09/2013

Hélène, l'article 35 de la constitution est également un problème, vous le soulevez.

Écrit par : Pierre NOËL | 02/09/2013

Pierre,

Les articles 49-1 et 50-1 permettraient de dépasser ce que stipule l'article 35. La question est de savoir l'usage ou non qui en sera fait!

Tel est aussi et surtout le problème!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/09/2013

Bien d'accord avec vous Hélène, Il ne reste plus qu'à attendre une petite semaine et 2000 morts, en attendant, on peu faire des châteaux de sable dans le désert.

Écrit par : Pierre NOËL | 02/09/2013

Les commentaires sont fermés.