25/10/2013

Hécatombe au sein du PS français?

 

Après Philippe Esnol -qui a succédé à Michel Rocard et à Jean-Paul Huchon à la tête de Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines- au tour de David Derrouet de démissionner du Parti Socialiste Français.

Le Maire de Fleury-Mérogis, cette ville connue entre autre pour la discutable célébrité de sa prison, a annoncé ce jeudi 24 octobre, les raisons de sa démission.

Les décisions quasi définitives actées par l'Assemblée Nationale lors du vote sur la loi de finances 2014 ont eu raison de son engagement au sein du PS sinon de sa foi. C'est sur sa page Facebook que le Maire de Fleury-Mérogis fait part de sa décision: 

https://www.facebook.com/david.derrouet?directed_target_i...

S'agissant du sénateur-maire Philippe Esnol, c'est le 22 octobre dernier qu'il a annoncé son départ du groupe PS du Sénat.

http://www.leparisien.fr/actualite/conflans-le-senateur-m...

Si pour David Derrouet, c'est la loi de finance 2014 qui l'a incité à quitter le PS, Philippe Esnol, pour sa part, déclare irresponsables les propos tenus par Harlem Désir dans l'affaire de la famille kosovare qui a alimenté le feuilleton médiatique et plus encore.

Offrir à ces deux Maires un retour ne sera sans doute pas agendé par le Président de tous les Français dont les prises de parole publiques sont, on le sait, réservées...

 

 

14:40 Publié dans Politique, Politique française, Pouvoirs, Pratiques | Tags : derrouet, esnol, fleury-mérogis, ps, france | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

La crise des cerveaux est aussi grave que la dette de l'occident comment tout cela se finira ? Mal....

""Le PS est pris à revers par la politique de l'offre choisie par François Hollande pour tenter de ramener la croissance. Idéologiquement désarmé par cette révolution qu'il avait mal anticipée , il est atone. L'UMP , sous la pression d'un électorat radicalisé, connait à l'inverse une intense agitation programmatique mais qui la conduit tout droit dans les bras du Front national.

Le malaise est tel qu'à gauche Jean- Christophe Cambédélis n'exclut pas l'installation d'un tripartisme PS- UMP- FN tandis qu' à droite Henri Guaino met en garde contre une nationalisation du scrutin municipal. Elle ferait, selon lui, deux victimes : le PS et l'UMP.""


http://www.lemonde.fr/blogs/

Écrit par : Pierre NOËL | 26/10/2013

Les commentaires sont fermés.