06/03/2014

Ukraine, snipers et vacarme russophobe

 

200651991.jpg


...ce qui inquiète particulièrement les gens, c'est que la coalition [en place à Kiev] refuse d'enquêter sur ces épisodes.

On devient de plus en plus conscient que ce n'était pas Ianoukovitch qui se trouvait derrière ces tireurs, mais quelqu'un qui fait actuellement partie de la nouvelle coalition*

Tels sont les propos confiés à Mme Ashton par M. Paet, ministre estonien. 

Et que l'on ne vienne pas une nouvelle fois affirmer qu'il s'agit-là de propagande russe comme certains se gargarisent de le répéter en boucle.

Ces propos ont été authentifiés par l'Estonie.

Quand donc ouvrira-t-on  les yeux?

Quand donc se penchera-t-on enfin sur le rôle joué par l'Union Européenne dans cette crise qui frappe l'Ukraine?

Il serait opportun que cesse cette pression occidentale sur la Russie, réduite qui plus est à son seul Président!

Croire de manière aussi obstinée qu'absurde qu'il n'agit que pour lui seul relève soit de la mauvaise foi, soit d'une carence de jugement.

C'est la Russie que représente Vladimir Poutine et non lui seul!

Ce sont les intérêts de son pays qu'il défend comme n'importe quel régime s'y emploierait, Eric Hoesli l'a rappelé dans une de ses récentes interventions sur la RTS.

Mais qui l'a entendu dans ce vacarme russophobe qui assourdit toute perception de bon sens?

* http://fr.ria.ru/world/20140305/200651842.html

07:33 Publié dans Information, Medias, Politique, Pouvoirs, Russie | Tags : ukraine, ue, russie, poutine, ashton | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Lorsque vous invoquez l'UE il faudrait tout spécialement évoquer l'attitude va-t'en guerre de l'Allemagne. C'est elle qui lorgne vers la partie occidentale de l'Ukraine car ces gens furent de fidèles alliés des troupes allemandes lors de la guerre de 39-45.

De plus, s'ajoute l'attitude revancharde des Polonais et des états baltes devenus les laquais de l'UE et de l'OTAN. Ils rêvent de prendre une revanche sur la Russie en fournissant des armes aux snipers et autres agents du Mossad toujours prêt à pécher en eaux trouble.

Mais que fait donc à Kiew depuis plus de trois mois le français Raphaël Glucksmann. fils du philosophe André Glucksman, agitateur confirmé lors du printemps orange en Georgie, si ce n'est que de semer la pagaille et l'anarchie.

Écrit par : Hypolithe | 06/03/2014

Hypolithe, merci de ces précisions.

Quant à Raphaël Glucksmann, à l'entendre ce 21 février dernier chez Frédéric Taddei, force est de constater, en effet, combien son point de vue ne souffre pas la nuance...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/03/2014

Poutine agit aussi et principalement pour son porte-monnaie de milliardaire, il ne faudrait pas l'oublier.
Sinon, effectivement, il se prend pour le messie. Chargé de lutter contre la décadence occidentale et pour la restauration d'un pouvoir fort, contre les homos, et les musulmans. Moscou la Nouvelle Rome... Le fasciste c'est lui et chez lui nul risque de déclarations déviant de la ligne. Il maîtrise tout, sinon direction le Goulag.

Écrit par : Mir et Miroska | 06/03/2014

J'ai trouvé a ce sujet un excellent commentaire sur la blogosphère française, que je me permets de copier-coller ici, pour faire la preuve que tous les français ne sont pas des abrutis complets :

"Les ukrainiens, en tout cas ceux qui sont pro-européens, sont manipulés par la CIA. Comme dans toutes les révolutions colorées à l’est.

La CIA se fichait pas mal que Ianoukovitch soit un dictateur corrompu tant qu’il s’apprêtait à signer un partenariat avec l’Europe...

Et tant pis si Ianoukovitch a été trois fois premier ministre, si trois fois il a laissé démocratiquement sa place à l’opposition, avant d’être élu démocratiquement président.

Mais le coup des snipers, cela pue vraiment trop.
Les journalistes devraient être plus prudents avant de hurler à la victoire démocratique. Ils commencent eux-aussi à sentir le cadavre ukrainien.

Que la brave Olga rétropédale, personne ne lui en voudra, les pressions des nazis ukrainiens sont efficaces, on l’a vu dans la vidéo du Yeti du conseil municipal envahit. On sait que les parlementaires hier fidèles au pouvoir ont aussi changé d’avis après des menaces de mort etc.

« D’après le ministre estonien, Mme Olga Bogomolets lui a montré des photos et cité des avis médicaux confirmant que les balles ayant fait des morts des deux côtés avaient été tirées par les mêmes armes. »

Les extrêmistes de droite seront toujours les chiens de garde du système, en occident comme en Russie. Peut-on alors parler de démocratie ? Dans un camp comme dans l’autre.

Quand aux ukrainiens pro russes, qui sont majoritaires je le rappelle, ils ne sont pas moins manipulés que les autres. Mais par la propagande russe.

Pauvres ukrainiens morts sur l’hôtel de l’argent, capitaliste ou oligarchique."

(c)

Écrit par : ANNA | 06/03/2014

Oui Mme Richard Poutine défend les intérêts de son pays avec pas mal d'adresse actuellement.
Ne pourrait il pas lutter contre la corruption, pour: l'indépendance de la justice, la démocratie, les investissements massifs pour la population russe ...avec la même habilité?
Non parceque je connais beaucoup de Russes qui ont émigré ici à Genève et qui ne veulent pas retourner en Russie par contre aucun Genevois ayant émigé en Russie !
Alors oui Poutine défend les intérêts de la Russie comme les dirigeants des autres pays défendent les intérêts de leur propre pays .
Mais qui défend les intérêts de tous les habitants de la Russie ( santé assurance sociale assurance maladie assurances en tout genre logement transport,respect des minorités de toute tendance de tous bords de toutes origines, malades enfants vieillards, PME,faune flore entretient des infrastructure publique et privée, développement des régions....etc ) ?

Écrit par : nini | 06/03/2014

Oui, Poutine représente la Russie , toute la Russie,… depuis 2000, directement ou par le truchement d'un "homme ordinaire", jusqu'en 2018 et peut-être au-delà (2024) et plus qui sait?
A Bruxelles aujourd'hui, ils étaient vingt-huit pour représenter l'UE, "ce petit cap d'Asie" selon la belle formule, géographiquement exacte, de Fernand Braudel, plus un président intérimaire, le titulaire s'étant enfui chez son suzerain, après "un coup monté par les francs-maçons,une machination des Juifs, la haute finance étant derrière tout ça"(Dürrenmatt:La visite de la vieille dame).

Écrit par : Christian Casper | 06/03/2014

La vraie question est la suivante: Qui domine le monde, qui est à la manoeuvre sur les 5 continents qui veut encore étendre sa domination, Poutine ou la pieuvre de l'impérialisme américain qui manipule l'UE (entre autre)?

Écrit par : Lesou Serge | 06/03/2014

@Nini : Madame Richard-Favre défend certes les Russes, Russophones mais il me semble qu'en terme général, elle combat plutôt l'inacceptable en ce qui concerne les actions insidieuses des Occidentaux et qui perdurent déjà depuis l'implosion de l'URSS. D'autre part, et vous semblez l'ignorer, des Suisses se sont réfugiés en Bessarabie à l'époque de Catherine II à l'époque où la Suisse n'était pas un pays de "Cocagne" comme vous semblez l'ignorer. Au XVIIIème, la Russie a rédigé un Oukaz proposant à ces pauvres populations suisses de venir s'installer en Bessarabie car en Suisse, il n'y avait rien à manger compte tenu de la situation de la France voisine en pleine révolution. Je vous conseille le livre d'Olivier Grivat, (ex-rédacteur en Chef du journal "Le Temps") : "Les Vignerons suisses du Tsar". Si vous ne le trouvez pas, je vous le prêterai, pas de problème. Olivier a mené son enquête jusqu'au petit village de Chabag au Sud ouest de l'Ukraine où cette colonie suisse s'était installée. Il reste notamment un cimetière et un mécène a décidé de restaurer l'église et aussi la salle communale qui a servi de Klub à l'armée rouge pendant toute la période soviétique. A présent, il veut en faire une maison de la culture avec toute l'histoire de cette épopée helvétique. Après les Russes résidant à Genève, je ne les connais pas et je pense que ce ne sont pas les meilleurs non plus . Moi les gens qui se barrent et qui vont "chouner" en Europe, non pas trop pour moi. De quoi se plaignent-ils ces gens-là ? De leur mauvaise conscience ? Pour habiter en Suisse il faut avoir des moyens et c'est loin d'être le cas du Russe moyen et de l'Ukrainien moyen et même de nombreux Suisses qui vivent en France car à Genève, la vie est extrêmement chère. Nombreux choisissent de vivre dans le 74, 73, 01 et font aller-retour tous les jours.
Ensuite, Nini, je ne comprends ce que vous souhaitez exprimer en parlant de Sécu, transport....La Russie est devenue une "économie de marché", sans transition, comme l'Ukraine. Je ne sais pas si vous vivez en France ou en Suisse, je peux tout de même vous dire que nous, Français avons pu bénéficier de beaucoup d'avantages pendant longtemps sur le plan social. Mais les règles ont changé. Trop de dettes et la France malgré ses soucis financiers, la France essaie, je dis bien essaie, d'accorder un minimum vital via le RSA, la CMU pour les soins, des tarifs spéciaux pour les transports en faveur des plus démunis...
Mais, il est vrai qu'actuellement la France, comme tous les pays de la vieille Europe tente de protéger les minorités, les plus âgés. A 45 ans, en France, on peut prévoir le cercueil, car on est mort socialement. Dans tous les secteurs, on ne nous veut plus... Quant à nos infrastructures, elles sont constamment saccagées, insultées. Si vous avez un pépin et qu'on doit vous amener aux urgences, et bien, il y a les flics à l'entrée, si on appelle les Pompiers, on les caillasse...
La corruption en Russie: là, il faut arrêter ! Nos représentants en France et comme dans d'autres pays européens sont la plupart corrompus jusqu'au trou du c... Ca se traduit par des passe-droits soit des permis de construire...Etc. Ouvrez vos yeux Nini.
Une question : quelle est votre notion de démocratie ? A l'occidentale, à la Russe, l'arabe (parce que depuis 4-5, on a tout vu pour ceux qui ont voulu voir)... Un "état de droit ne se définit pas par rapport à ce que Bruxelles ou Washington décide ou non. Un état de droit se définit par la cohésion nationale. Et il est bien là le problème. Par notre non-adaptation à la culture extérieure, notre soif de pouvoir, et bien, Nini, c'est là que se pose le problème d'un état de droit. L'exemple le plus "spectaculaire", c'est le cas de l'Afrique. Ca bouge, ca tumulte et la France intervient (elle n'a pas une tune, pas grave) elle va flirter encore une fois avec le nouveau dictateur pour garder sa main-mise sur les ressources naturelles en accusant tous les démons qui tôt ou tard seront éradiqués par des présidents apprentis sorciers.
Par contre, c'est mon opinion et je ne voulais aucunement vous froisser.
Bien à vous

Écrit par : Sacha | 07/03/2014

"Bon parceque je connais beaucoup de Russes qui ont émigré ici à Genève et qui ne veulent pas retourner en Russie"

Evidemment ils veulent être près de leurs millions ou milliards soigneusement planqués dans les banques d'ici et d'ailleurs, de cet argent accumulé par l'accaparement des ressources du pays.


"aucun Genevois ayant émigé en Russie !"

A ce que je sais il y a des Suisses et des Allemands qui l'ont fait. Il y a de nombreuses opportunités pour qui connaît le pays. Ce qui n'est apparemment pas votre cas.

Écrit par : Johann | 07/03/2014

nini,

Vous avez donc des amis russes, qui habitent en Suisse, et qui dénoncent la corruption en Russie...
Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l'énormité de la chose, que vous venez d'écrire....

Écrit par : ANNA | 07/03/2014

@Johann : Effectivement, cette diaspora en Suisse ou ailleurs en Europe ou dans le monde fait tout de même beaucoup de mal de par leurs propos. Il y a parfois de quoi "claquer" des dents. A les entendre, leur ancienne patrie est un "immense goulag", "une grande prison" (comme de nombreux Russes m'ont dit à Lyon). Et comme vous dîtes, ils ne sont pas partis les mains vides, ce qui facilite naturellement leur "intégration".
Business : Il existe également un potentiel énorme en Russie pour des investisseurs étrangers. La mise : "créer un climat" de confiance et par expérience (mais en Ukraine), faire des affaires avec eux se déroule plutôt dans un climat amical. La recette avant tout, est d'avoir un bon "krisha", soit une personne de confiance sur place. Et ce n'est pas auprès des Ambassades qu'un investisseur étranger le trouvera. Et pour cette raison et j'assume mes propos, beaucoup d'éventuels investisseurs sont revenus "la queue entre les pattes". Pourquoi ? Parce que les Missions Economiques des Ambassades se font du fric en proposant des études de marché "occidentalisées" hors de prix, vides, superficielles et "fantastiques" parfois car ils n'ont pas les compétences, tout simplement. Je ne parle même pas de leurs listings de prospects potentiels qui ne sont jamais mis à jour mais qui vous sont facturés 400 € mini si vous souhaitez l'acquérir. Si on observe d'un peu plus prés ces listings, on s'aperçoit très vite que C'est un peu "tu iras où je te dirai d'aller" et souvent ce sont des sociétés (sur ces listings)que je pourrais qualifier de "grands bazars". Se faire une niche sur ces marchés est un travail laborieux certes mais une chose est certaine, ce n'est pas nous, Européens, qui avons inventé la "carte de fidélité". Le Slave est fidèle en général en affaires.
En tant qu'ancienne gérante d'entreprise, je peux dire que j'ai eu énormément de difficultés avec les douanes françaises, et surtout avec la COFACE, compagnie française d'assurance crédit à l'exportation. Il y a toujours des risques de non paiement mais ce n'est pas une spécialité russe ou slave en général. On me demandait d'exiger un paiement d'avance. Pourquoi mes clients auraient-ils accepté ce principe-là ? Et eux, dans ce cas-là, pourquoi auraient-ils dû me faire confiance quant à la livraison ? Alors, ces institutions sont les plus néfastes dans les échanges internationaux. Elles font bloc. Pour en revenir à l'assurance risque à l'export, j'étais déjà membre de la CCI Franco-allemande et je me suis assurée auprès du groupe AXA en Allemagne. Et je n'ai jamais eu de problèmes d'impayés en tout cas sans que cette dernière dut intervenir, mais je me souviens bien des heures passées aux douanes à Lyon-Villeurbanne. Les documents : facture, BL (bon de livraison), certificat phyto-sanitaire (je vendais du textile) et surtout le plus désagréable, était ce climat de suspicion sous-entendant des malversations. Et de l'autre côté, le bureau B des douanes à Kiev avec qui je m'étais entendue et convenue, attendait les documents, sans compter l'impatience des clients...
C'est bien une des raisons principales que des investisseurs ont osé la Russie et s'y installer. J'ai arrêté mon activité pour des raisons personnelles et en 2010, compte tenu de l'état du commerce international, je n'ai pas pu continuer. Mais, j'ai toujours des contacts avec mes anciens clients que je passe voir dés que je suis sur le territoire ukrainien.

Autre chose : Alors qu'il est certain que la "déferlante" va arriver par le Sud (elle arrive à grands pas, sournoisement mais elle progresse), un rapprochement avec les Russes serait plus que conseillé. Et bien non, la France, notamment (et l'UE indirectement) continue avec ses relations schizophréniques avec les anciennes colonies (françaises). Pendant ce temps, on perd de l'argent, on bloque les échanges...
En tout cas et grâce aux blogs, réseaux sociaux, il faut que nous nous fassions entendre, montrer qu'il faut arrêter de nous prendre pour des idiots. Ce n'est pas gagné mais il faut tenter. J'ai ouvert un compte sur vkontakt (un peu le facebook russe): j'ai du bon et du mauvais mais, je vois que des internautes russes apprécient nos réactions. Il faut persévérer, insister... Ce sera plus efficace que de me planter place Bellecour à Lyon avec mon affiche "Stop à l'ingérence occidentale en Ukraine". Je crains fort de me faire arracher en moins de deux minutes et si j'insiste ils sortiront la vapeur pour "décoller l'affiche"
Bonne journée

Écrit par : Sacha | 07/03/2014

@ Sacha,

On se demande pourquoi vous choisissez la France le pire des pays de l'UE; pays qui est le plus étatique, le plus administré et le plus socialiste pour mettre de l'eau dans le vin des russes?

" Pour habiter en Suisse il faut avoir des moyens et c'est loin d'être le cas du Russe moyen et de l'Ukrainien moyen et même de nombreux Suisses qui vivent en France car à Genève, la vie est extrêmement chère. Nombreux choisissent de vivre dans le 74, 73, 01 et font aller-retour tous les jours. "

Vous oubliez un détail. Beaucoup de ces suisses qui vivent en France n'étaient pas pauvre ou en manques de moyens mais parce que pour acheter sa maison ( souvent avec piscine ) et posséder une 4X4 dernier cri et cela avec un salaire suisse, c'est moins chère en France qu'en Suisse. Je doute que le salaire moyen d'un ouvrier Ukrainien ou celui d'un ouvrier russe leur permettrait d'acheter une maison en France, un 4X4 et de passer des vacances chaque année en Thaïlande ou aux îles Canaries.

D.J

Écrit par : D.J | 07/03/2014

@ Sacha,

Votre billet est très intéressant, j'imagine que vous vivez en France d'après vos descriptions des quartiers sensibles et de ses populations d' immigrés complètement paumées.

Vos observations sont très justes. La calomnie contre la Russie et contre Poutine émane surtout de la presse aux ordres. A croire qu'il n'y a pas que des médias aux ordres de Washington, l'est aussi une partie des dirigeants français autour du président et de Laurent Fabius Ministre des Affaires Étrangères.

Vous rétablissez un peu l'opinion des Français, en général, ils ne sont pas si inconditionnels pour aller casser du Poutine et du Russe (L'Ukraine n'aura été qu'un prétexte). Dans l'ensemble, les Français font la distinction entre une poignée de putschistes et le peuple, le gouvernement et eux-même.

Votre position à contre courant des velléités de lobotomisation est rassurante. Je crois qu'ils sont peu nombreux à approuver ce qui vient de se passer. Ceux qui vivent d'un RSA s'en fichent, ils ne sont pas mieux lotis que le simple Ukrainien lambda.
Nous avons encore besoin de tenir bon contre les médias-menteurs , cet épisode vient tout juste d'ouvrir des brèches dans ce qu'on a cru le droit de vivre en paix, la protection assurée par un conseil des nations, par des traités adoptés par tant de nations... Mais on ne sait pas quel dénouement nous sera réservé.
Si la Syrie et le Venezuela semblent si loin de nous, l'Ukraine est à nos portes.

Comment peut-on éviter la colère quand on se trouve face au comportement unilatéral et agressif du Bloc Américain Occidental. J'ai l'impression qu'on a créé ce coup de tonnerre pour profiter de ses effets de fracas et de surprise pour changer toutes les règles du jeu. Comme on a changé la face du monde depuis le 11 septembre 2001. Dresser le monde à coups de cravache!

Qui la question n'a-t-elle pas effleuré:

ONU. ne faut-il pas qu'un bon nombre de pays quitte l'ONU pour affaiblir son instrumentalisation à la guerre, et à terme, la dissoudre?
Une autre instance pourrait elle exister qui se passe des Américains?


Ni la Russie, ni la Chine, ni l'Inde ou l'Iran n'a jamais menacé l'Europe. Aucun des européens ne peut prétendre le contraire. Et on met la Russie sous pression continuelle, sous provocations avec mise en demeure de ne pas réagir tout en attendant d'elle un casus belli pour une nouvelle guerre.

l'OTAN, elle aussi, ne doit-elle pas disparaître?

Si on me demandait quel message j'aimerai délivrer à nos concitoyens Suisses et à nos amis Français, je dirais que la position de Jean-Pierre Chevènement est la plus sage, la plus intelligente. Elle est proche de celle que Poutine n'a cessé de proposer.
Tous les deux ont une vision et un projet pour l'Europe et l'Eurasie. Ces deux parties d'un seul et même continent ont tout intérêt à travailler ensemble et à laisser Washington se dégriser toute seule de son auto-persuasion de puissance suprême.

Blog de J-P Chevènement et son interview par le Figaro. ses positions auraient rendu un service historique à la France s'il était, aujourd’hui, aux Affaires Étrangères à la place de Laurent Fabius.

La France a besoin de retrouver son autonomie diplomatique et sa fierté d'être l'égale de l'Allemagne de Mme Merkel qui a grand besoin qu'on la bride un peu pour ses velléités d'empire Germano-Ukrainien.

http://www.chevenement.fr/Sans-la-Russie-il-manque-quelque-chose-a-l-Europe_a1603.html

Écrit par : Beatrix | 11/03/2014

Les commentaires sont fermés.