09/03/2014

"Il faut poursuivre le dialogue avec la Russie"


Nommé par le tsar Alexandre Ier, Jean Capodistria devient le premier ambassadeur de l'Empire russe en Suisse.

Et c'est en 1814 que s'ouvre à Berne, la première ambassade de Russie en Suisse.

Un an plus tard, lors du Congrès de Vienne, l'Empire russe devient l'un des garant de la neutralité suisse.

Cette année 2014 marque donc les 200 ans de relations diplomatiques entre la Russie et la Suisse.

Clin d'oeil de l'Histoire ou non, c'est la Suisse qui se retrouve cette année à la tête de l'Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe (OSCE).

Nul doute qu'il incombe à la Confédération Helvétique de trouver la juste mesure et la meilleure place à tenir dans ce cadre diplomatique si particulier!

La Suisse d'après le 9 février vient de voir mises à l'épreuve ses relations à l'Union Européenne.

De la même manière, la Russie vit la crise ukrainienne au gré d'actions diverses menées par cette même Union Européenne jamais à cours de pressions ni de menaces.

Comparaison n'est pas raison, dit-on?

topelement.jpg

Tim Guldimann lors de sa visite en Crimée

11:15 Publié dans Air du temps, Culture, Destins, Politique, Politique suisse, Pouvoirs | Tags : russie, crimée, osce, suisse | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Les relations entre les puissances, les pays, ont toujours été émaillés de conflits, de guerres...

Mais en marge de tout cela, les affaires étant les affaires, ces divergences n'ont jamais empêchées le monde financier et industriel de continuer a échanger, à vendre ou acheter...

Quelqu'un disait: "Dans le monde des affaires, il n'y a plus d'amis ou d'ennemis.. Il y a des partenaires et des concurrents..."

Les agissements Américains durant la seconde guerre en est un exemple..

Aujourd'hui, alors que notre monde est secoué par le problème Ukrainien , il est logique que les échanges continuent, perpétuant ainsi cette vieille tradition des affaires...

Pour preuve:

http://fr.ria.ru/business/20140305/200650822.html

Normal demanderez vous ? Oui, bien sur....

Écrit par : Roger | 09/03/2014

Les concurrents sont des partenaires aussi car ils vous poussent à être meilleur, à aller vers l'excellence. Ce sont donc des amis indispensables, un enseignement qui ne vient pas des américains qui ne pensent qu'à celui qui tire le plus vite ou, plus récemment, qui a le meilleur cabinet d'avocats. Pour le progrès, ce n'est pas au top.

Écrit par : Idoine | 04/08/2014

"Les agissements Américains durant la seconde guerre en est un exemple.."

Que ne mentionnez-vous pas leurs agissements avant cette guerre! Cause si ce n'est première du moins indispensable de ladite guerre. Détruire l'Europe, un objectif réussi.

A bon entendeur.

Écrit par : Johann | 09/03/2014

"Comparaison n'est pas raison, dit-on?"

Non, mais chi va piano va sano, et pierre qui roule n'amasse pas mousse. On fera observer également que les premiers seront les derniers, qu'une hirondelle ne fait pas le printemps, et qu'il y a loin de la cruche au lèvres. Si je ne craignais de vous vexer, j'ajouterais même qu'on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs.

!

Écrit par : Patatra | 09/03/2014

Pourquoi ne pas en discuter avec la Russie ? La politesse ouvre toutes les portes.

Écrit par : Idoine | 04/08/2014

C'est plus qu'exacte. Avec un peu de politesse, de respect a l'histoire russe, on peut obtenir vraiment beaucoup. C'est la qualite du caractere russe, c'est la cle d'une porte qui sera toujours ouverte a celui qui fait confiance et inspire la confiance. Croyez-moi.
Bismark avait souvent raison.

Tout de bon a vous tous

Écrit par : Vitaly Korneev | 04/08/2014

Que penser de ces affirmations relayées par la presse internationale et la télévision :
les observateurs de l'OSCE auraient été refoulés par trois fois à la frontière de la Crimée, ces jeudi, vendredi et samedi. Samedi, par des tirs de sommation.
Leur mission de médiation ne semble pas encore pouvoir débuter.

Écrit par : Calendula | 09/03/2014

Il serait correct, me semble-t-il,de citer ses sources surtout quand elles émanent d'un organe de presse "géré" par une compagnie d'Etat.
Obama va-t-en guerre? Dans de multiples milieux, on lui reproche sa pusillanimité (Syrie, Iran etc.)
Quant à l'Union européenne, elle est baignée d'esprit kantien. C'est l'un de ses problèmes existentiels. Le vote légitime du 9 février fera l'objet d'une négociation puisque ce vote remet en cause les dispositions de traités bilatéraux conclus entre la Suisse et l'UE. C'est simple.
On a le droit d'aimer la Russie, son régime politique (je n'assimilerais pas les deux, par prudence!) et son immense culture, mais l'outrance décribilise le propos sauf naturellement auprès des paroissiens!
"Washington n’attend à son accoutumée qu’un prétexte pour partir en guerre. Le secrétaire d’État américain John Kerry a déclaré dans un entretien téléphonique avec le ministre russe des AE Sergueï Lavrov que l’adhésion de la Crimée à la Russie fermerait la porte à la diplomatie. A son tour, Martin Dempsy, le chef du comité interarmes a dit dans l’interview à une chaîne de télévision américaine qu’il n’excluait pas la possibilité d’un conflit armé en Ukraine.
« Nous avons des engagements face à nos alliés de l’OTAN et nous les avons assurés que si ces engagements était concernés, notre réponse n’allait pas tarder. »
Que l’Ukraine ne soit pas un membre de l’OTAN et que l’aggravation de la situation dans ce pays est à mettre sur le compte des pays occidentaux et des ultranationalistes ne semble pas gêner du tout les États-Unis."

Écrit par : Christian Casper | 09/03/2014

Calendula,

Vous dites "Que penser..."

Les grands penseurs russes se sont posés des questions, ô combien plus importantes -
«A qui est la faute ? » et « Que faire ? ».

Soyons donc joyeux, soyons heureux et consommons avec plaisir ce gai savoir qui nous est donné par Dieu, car nous vivons tous, – je l'espère au moins –, un magnifique moment dans la vie de l'humanité.

La réunification tant attendue de la Russie, la classe avec laquelle cette merveilleuse révolution de Lavande se déroule et se développe dans le Temps, dans le Temple sacré de l'Histoire, ne peuvent pas laisser indifférent les gens de bonne volonté et de bonne foi.

Ne vous déplaise pas, madame Calendula, mais la Crimée est abondamment arrosée par le sang des soldats russes.
Pensons donc à eux!

Écrit par : vlad | 10/03/2014

Maintenant que les putschistes de Maidan, soutenus par les ricains et les européens, ont réussi leur coup d'Etat, les mérdias français commencent a "ouvrir" les yeux et sortir des reportages sur les nazis de Maidan :

http://www.franceinfo.fr/monde/le-plus-france-info/les-fils-embarrassants-de-la-place-maidan-en-ukraine-1345623-2014-03-10#main-content

Les journalopes de "l'axe du bien", Alexandra Goujon demandait a Marie Mendras, il y a deux semaines :
"Vous avez vu lez nazis sur Maidan ? Moi non..." BHL, non plus n'a rien vu, lui. Ni le fiston de A.Glucksmann. Ni Galia Ackermann avec sa copine Hélène Blanc.

Il faudra les réunir tous, et plonger leur gueules dans les chiottes.

Écrit par : ANNA | 10/03/2014

Voici les dernière nouvelles, pas encore confirmées.
Mais une intervention armée du nouveau pouvoir autoproclamé - et (à mon avis) sous couverture Allemande et Américaine - n'est pas à exclure avant le référendum du 16 mars.

http://allainjules.com/2014/03/10/alerte-info-lukraine-va-attaquer-la-crimee-aujourdhui-ou-avant-le-referendum/

C'est incroyable que le Conseil de Sécurité de l'ONU laisse aller cette situation délétère du droit internationale où une coalition de pays peut en toute impunité provoquer une guerre et se l'emparer au mépris de la volonté de ses populations.

Une poignée de fascistes veut régner en dehors de toutes normes institutionnelles démocratiques.

On imagine le même scénario en Suisse ou en France... Serait-ce possible sans réaction des voisins?

Écrit par : Beatrix | 10/03/2014

Beatrix, cette "intervention armée" serait une très grosse bêtise...
Ils n'ont aucune, vraiment aucune chance.
J'ai presque de la pitié pour eux.

Écrit par : vlad | 10/03/2014

À lire absolument:

Une gigantesque et hallucinante falsification

Par Louis Delmas
fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Dalmas

Les vieux démons de l’ours slave et de la dictature des tsars ont refait surface. L’’occupant du Kremlin est du calibre de Staline, insatiable, sans scrupules et tout-puissant. Il n’est plus communiste, mais il est impérial, ce qui le rend encore plus dangereux. Le “détente” n’a finalement trompé personne. On a accepté le barbare quelque temps au salon, mais tout le monde civilisé le sait, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne vole l’argenterie.

Certes, on voyait fleurir ce genre de clichés depuis la renaissance de la grande puissance slave. Mais il était impensable de les voir atteindre les sommets actuels. Il était difficile d’imaginer l’existence d’un monde totalement inversé, retourné sur lui-même, comme celui du miroir de Lewis Carroll. Pas le “pays des merveilles” d’Alice, mais un espace d’irrationnel, de démence, où le réel est transformé en son contraire dans une gigantesque et hallucinante falsification.

C’est pourtant ce qui nous arrive. Comment ne pas en être persuadé quand on entend le secrétaire d’Etat américain aux Affaires étrangères John Kerry avoir le cynisme d’affirmer : “Au 21e siècle vous ne vous comportez pas comme au19e en envahissant un pays sous un prétexte fabriqué”. Textuel. Vous ne rêvez pas. Ce sont les paroles du représentant d’un pays qui, avec ou sans ses complices européens, n’a cessé, au cours de son histoire (y compris la plus récente) d’agresser, d’envahir et de ravager des Etats souverains sous les prétextes les plus invraisemblables. Grenade, Panama, Yougoslavie, Irak, Afghanistan, Libye, Soudan, Syrie, etc. Quelques-uns d’une liste non exhaustive. Un représentant qui, au comble de l’imposture, décrit la défense par Poutine d’une Crimée qui appartenanit à la Russie jusqu’en 1954 comme “un acte effronté d’agression, une violation de la charte des Nations Unies.” Comme on disait il y a quelques années que la Serbie avait envahi le Kosovo, une province que les Serbes habitaient depuis des siècles.

C’est tellement énorme qu’on en reste sans voix. D’autant plus interloqué que les chiens de nos grands médias aboient dans le même contresens, emmenés par les deux pitres de notre politique étrangère, Hollande et Fabius, qui se voient sans rire investis de la mission de “punir” Poutine pour son effronterie. Pitoyables tartarins. C’est le grotesque qui coiffe la contre-vérité.

La cerise sur cet écœurant gâteau est déposée bien sûr par l’indéracinable Bernard-Henri Lévy. Avec lui, nous sommes dans le lyrisme de la haine aveugle. Discourant à Kiev, où il a couru se faire photographier pour ne pas rater un bon numéro de promotion personnelle, il a comparé Poutine défendant la Crimée aux nazis annexant les Sudètes et a déclaré que le nouveau tsar ne serait pas le bienvenu aux fêtes qui vont célébrer l’anniversaire du débarquement allié en France lors de la Seconde guerre mondiale. Soulignons qu’Il a balayé avec ce mépris les millions de morts de l’Armée rouge, soit plus de victimes que dans toutes les forces alliées réunies, et qu’il l’a fait en compagnie de ses nouveaux amis, les fascistes ukrainiens du Pravil Sektor et du parti Svoboda, héritiers du célèbre héros antisémite pronazi Stepan Bandera et de la légion SS de Galicie. Un tableau digne de l’asile d’aliénés. BHL crachant sur les vainqueurs d’Hitler aux côtés d’hitlériens. Le monde à l’envers n’a pas fini de nous étonner.

L’univers du mensonge a pris de nouvelles dimensions. On ne se contente plus de manipuler l’information, de déformer les comptes rendus, d’inventer des justificatifs de propagande. Ca, c’est l’art du maquillage. Désormais, on va plus loin. On ne grime plus, on bouleverse en profondeur. Ce n’est plus la réalité qu’on modifie. Ce sont les valeurs qu’on renverse. On fait donner des leçons de morale par les criminels eux-mêmes. Celui qui vous a crevé un œil est présenté comme votre ophtalmologue. C’est le règne d’Ubu, la tête en bas, un couteau sanglant à la main. Les assassins sont les sauveteurs, les cibles sont les assassins.

Écrit par : petard | 10/03/2014

Je me suis permis de retranscrire ce commentaire sur ma page facebook (en mentionnant toutes les r"éférences de cette page bien entendu) et j'ai rajouté à cette sauce qui ne manque pas de goût cette pincée de sel pour rehausser le tout :

«Le mensonge est une méthode de gouvernement, même mondial.»

www.youtube.com/watch?v=l2r5ZiTBMNs (Vidéo-conférence de François Asselineau)

Écrit par : Chrétien Bitard | 13/03/2014

Voici quelques lien intéressants. Le premier est-il HS? J'en doute. Voici L'UE, telle qu'elle. Dissimulation comprise.
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/WALLACH/49803
C'est à point!Actualité dans le numéro de ce mois
Les deux suivants, font référence à un précédent commentaire, sur les plans stratégiques des EU en 95.

http://www.monde-diplomatique.fr/1993/12/LA_GORCE/45813
http://www.monde-diplomatique.fr/1997/11/KLARE/9478

Bien à vous.
PS: Il faut hélas s'inscrire, pour lire l'entier. Je fouille mes archives, mais d'ici que j'aie retrouvé l'article, la politique aura peut-être continué par d'autre moyens.

Écrit par : Mahkno | 11/03/2014

Merci à tous de vos contributions.

Petard, votre commentaire est un morceau d'anthologie!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 11/03/2014

@ Petard

Merci pour ce long message d'indignation.
Je pense que votre colère et votre écœurement iront droit au cœur de ceux qui ne trouvent pas de mots pour les exprimer. Comme je le ressens, c'est une immense injustice. Surtout une immense impuissance devant un déni aussi éclatant.

Notre combat quotidien sera désormais le démontage des mensonges et des travestissements. Il sera très long, il faudra tenir bon.

Comprenons aussi que le plus grave est en train de se dérouler en temps réel sous nos yeux. Par les récentes scenarii, le message semble être le suivant:

En gros titre: Le nouveau siècle Européen sera Américain!

1 - Institutions internationales, charte, traités, conventions, rendus caducs par nous, seront inopérationnels pour ceux qui ne font pas partie de l'hégémonie Américano-occidentale. Cela ne servira à rien d'y recourir, elles ne fonctionneront plus pour eux (adressé en premier à la Russie au titre de cas d'école).

2 - Ceux des pays qui ne prêtent pas allégeance aux USA, n'auront plus jamais la paix , ils doivent s'attendre à être renversés par leur propre peuple.

3 - Nous désignons comme cibles, la Russie, Puissance militaire et économique, la Chine, puissance montante, l'Iran qui tient tête malgré les plus de trente ans de sanctions.

4 - L'Inde, le maillon faible, qui doit faire son choix rapidement car probablement il sera celui qui va suivre l'Ukraine. Nous avons déjà deux plates-forme actives qui sont la Pakistan et l'Afghanistan prêtes à intervenir.

L'OTAN c'est les USA en Europe. Nous allons la renforcer en faisant adhérer toutes les nations de l'Europe. Une minorité dans chaque pays sera mise en place et remplacera les gouvernements légitimement élu.

Tous ceux là, sont dans la visée du harcèlement diplomatique et politique. Nous avons les moyens de les désorganiser, de provoquer un changement de régime. Nous avons infiltré très profondément vos sociétés et les cultures, nous travaillons sans cesse à changer leur mentalité et lorsqu'elles seront mûres pour le soulèvement, nous serons toujours là pour leur donner le dernier coup de pouce. Nous renverserons tous ces gouvernements qui résistent et qui refusent de collaborer.

Vos scrutins et élections démocratiques ne serviront à rien. Tous vos efforts se retourneront contre vous et les populations vous suspecteront de juste donner le change, qu'elles sont trompées par vous.

Si les gens, les médias de petits canards d'opinion (des partis) ne réagissent pas à temps, il sera très difficile d'organiser la résistance. Le travail de dépollution risquera de prendre plusieurs décennies. On ne guérit pas vite de cancers idéologiques.

Voilà ce qui a été révélé dans mon sommeil de tous ces jours de conflits Syriens. J'aurais mieux aimé me tromper.

Écrit par : Beatrix | 11/03/2014

@pétard : vous remercierez M. Delmas pour cette remarquable plaidoirie, et nous vous sommes gré de nous l'avoir fait connaître.

Écrit par : Chrétien Bitard | 13/03/2014

Bonjour à vous tous ! Je vous écris de France, de Paris. Et j'ai la nausée ! Pour entendre Hélène Carrère d'Encausse, il nous faut maintenant aller sur "La Voix de la Russie" ... J'avais laissé un commentaire dans 'L'express" avec un lien vers l'interwiev de Mme d'Encausse : censuré !!! Elle explique tout bonnement la situation telle qu'elle se présente, sans avis partisan. En tant qu'historienne, en tant que diplomate. Cette crise de l'Ukraine aura eu au moins le mérite de confirmer à certains ou révéler (je l'espère) à d'autres, "l'impensable", au grand jour :
"Ce qui est difficile dans une dictature, c'est de combattre le diable, ce qui est difficile dans une démocratie, c'est de voir le diable..." Nathan Sharansky
Peut être est ce du à ceci ? "L'homme ne nait pas humain,il le devient en se cultivant" Erasme
Une bouffée d'oxygène de vous lire. Merci.

Écrit par : xénia | 20/03/2014

Merci de votre appréciation, xénia! Elle me touche et m'honore.

Hélène Carrère d'Encausse, dès lors qu'elle pense et refuse la désinformation servie en boucle par la majorité des medias occidentaux, est bien sûr perçue de manière diverse...

Dans cet interview d'Hélène Carrère d'Encausse passée le 14 mars dernier sur BFM Business, on voit comment la journaliste interroge de manière orientée puis révise son point de vue. Cela me rappelle l'émission de radio à laquelle j'avais moi-même été invitée pour parler du président russe.

http://www.boursorama.com/actualites/helene-carrere-d-encausse-academie-francaise-dans-l-invite-de-bfm-business--14-03-198fe3b73a1c51c664534cd67e536f1d

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 21/03/2014

18.03.04 - Vladimir Poutine dans le message extraordinaire adressé au parlement russe et à la direction de la République de la Crimée:

Le président russe a déclaré que dans le cadre de la situation en Ukraine, les partenaires occidentaux de la Russie avaient franchi la ligne rouge et a réaffirmé que les intérêts de la Russie devaient être respectés.

«Après la disparition du système bipolaire, la planète n’est pas devenue plus stable pour autant. Les institutions internationales clés ne s’affermissent pas, elles dégénèrent souvent. Nos partenaires occidentaux, les États-Unis en tête, préfèrent se guider dans leur politique non pas sur le droit international, mais sur le droit du plus fort.»

À titre d’exemple, Vladimir Poutine a cité les opérations en Yougoslavie, en Irak, en Afghanistan, en Libye. Selon le président, on a imposé à ces pays des standards étrangers, à la suite de quoi, au lieu de la démocratie et de la liberté, le chaos s’est établi. Un scénario semblable a été réalisé en Ukraine que l’on continue à «entraîner» dans l’OTAN.

Aux dires du chef de l’État, on tente de pousser la Russie dans ses derniers retranchements à cause de sa position indépendante, tandis qu’elle propose sincèrement la coopération sur tous les axes. Cependant, il y a des limites à tout, a résumé Poutine.

«Nous ne voyions pas de démarches similaires de leur côté, au contraire, on nous a constamment trompés, les décisions étaient prises derrière notre dos, on nous mettait devant le fait accompli. C’était le cas avec l’élargissement de l’OTAN vers l’Est, et avec le déploiement du système d’ABM, avec l’éternisation des négociations sur les problèmes des visas, avec les promesses de concurrence honnête et de libre accès aux marchés globaux.»

Écrit par : petard | 21/03/2014

Coucou Hélène,

Je me souviens très bien de cette entretien radiophonique où rien que le titre en disait long sur le caractère orienté bien que la RSR La 1ère ou plutôt RTS La 1ère le démentait avec force comme on dit ("POUTINE est-il vraiment un dictateur ?"). Je l'avais écouté en entier et la jeune opposante à POUTINE était limite question respect dans ses propos te concernant. Elle souhaitait visiblement faire comprendre que quiconque n'était pas d'accord avec elle pour dire que POUTINE est un dictateur, ce qu'il n'est pas rappelons-le ici, ne méritait pas de pouvoir s'exprimer librement ou au moins pas en face d'elle. Extrêmement démocratique naturellement ! Par conséquent, bien vu ton post.

À plus tard...

Écrit par : Thomas | 23/09/2014

Thomas,

Merci de ton appréciation.

Oui, il s'agissait de l'émission de la RTS dont j'avais rendu compte ici:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/02/03/vladimir-poutine-en-ligne-directe-252579.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 23/09/2014

La presse ukrainienne y va aussi de sa propagande. Une émission TV qui vantait la région bordelaise comme celle de "Tous millionnaires". Puis tellement peu actifs qu'ils refont les peintures de leur barrière tous les 6 mois, de même qu'ils n'ont pas de jardin (des piscines à la place)puisqu'ils ont l'argent nécessaire pour tout importer.

A votre avis c'est pour quelle raison que l'on baratine de telles âneries aux Ukrainiens? Gageons que l'Eldorado UE va encore prendre de belles couleurs avant les nouvelles élections!

Écrit par : Corélande | 23/09/2014

Les commentaires sont fermés.