28/03/2014

Obama mobilise, divise et devise

2012-12-01-GraphUSproductionshalegas.jpg

Obama a parlé.

Le 26 mars dernier, le président américain s'est adressé aux Européens pour les mobiliser.

C'est un appel qu'il a lancé. Et cet appel vise à protéger les acquis démocratiques menacés, selon lui, par l'attitude de Moscou en Ukraine.*

Quand Barack Obama s'exprime, il sait de quoi il parle. 

Et toutes celles et ceux qui se sont rassemblés sur le Maïdan avec un idéal?

Certes et sans doute pas celui des BHL et autres gouvernants accourus au chevet d'une révolution en marche.

Où est l'imposture?

Où est la démocratie qui bafoue des accords signés?

Où est la propagande alors que du gaz de schiste attend d'être livré par les Etats-Unis?

A lire cet article des Echos*, on conçoit que rien n'est encore définitif.

Alors on tue le temps et on joue au justicier.

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-envir...

* http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/03/26/ukr...

Commentaires

"Alors on tue le temps et on joue au justicier." Tout juste... Obama se transforme en VRP pour vendre aux Européens son gaz.... en n'hésitant pas sur les termes.... "Puissance régionale.... perte d'influence".... Aussitôt contredit par les hautes instances politiques US... Sans compter sa chute vertigineuse dans les sondages, etc......

Si ce n'était aussi grave pour les citoyens d'Ukraine qui payeront tout cela, on pourrait en rire, ou du moins, en sourire.....

Écrit par : Roger | 28/03/2014

"La position anti-russe de l’Ukraine est précisément ce dont les États-Unis ont besoin. Les autorités ukrainiennes accompagnent complaisamment l’objectif américain d’affaiblir la Russie. Ainsi les choses ont-elles rapidement mûri jusqu’aux « relations particulières de l’OTAN et de l’Ukraine » et jusqu’aux exercices de la flotte américaine en mer Noire. Qu’on le veuille ou non, il vous revient en mémoire le plan de Parvus de l’année 1915 : utiliser le séparatisme ukrainien pour réussir à désorganiser la Russie."

Ces propos sont de Soljenitsyne et repris dans cet article: http://www.lecourrierderussie.com/2014/03/soljenitsyne-anti-russe-ukraine-etats-unis/

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 28/03/2014

Discours pathétique d'Obama. Malheureusement!

Écrit par : Mère-Grand | 28/03/2014

Où est l'imposture?

Vous parlez d'imposture?

Mais combien de temps encore nous cachera-t-on l'existence des bananes mauves à rayures vertes?

Combien de temps?

Écrit par : Hubert de Tartas | 28/03/2014

Hubert de Tartas,

Les bananes de toutes les couleurs vous agréent, le message est passé, l'humour s'il en est, aussi.

Si vous n'avez d'autre commentaire à déposer plus en rapport avec les sujets traités, merci d'en rester là.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 28/03/2014

"Biographie

Israël Lazarevich Gelfand (en russe : Израиль Лазаревич Гельфанд)1, surtout connu sous son pseudonyme, Alexandre Parvus, est né de parents juifs le 8 septembre [27 août ] 1867 dans le shtetl de Berazino, une ville de l'actuelle Biélorussie. Il grandit à Odessa, où il s'associa aux cercles révolutionnaires juifs (le Bund)2."

source wikipédia

Écrit par : vlad | 28/03/2014

" Il [Parvus] s'installa en Allemagne, adhéra au Parti social-démocrate et se lia d'amitié avec la révolutionnaire allemande Rosa Luxembourg. En 1900, il rencontra Lénine pour la première fois, à Munich, chacun admirant chez l'autre ses travaux théoriques. Parvus encouragea Lénine à publier son journal révolutionnaire Iskra6"

source wikipédia

Écrit par : vlad | 28/03/2014

" Les tentatives de Parvus pour devenir un citoyen allemand n'aboutirent pas. Dans une lettre à son ami allemand Wilhelm Liebknecht, il écrivit :

« Je suis à la recherche d'un gouvernement où l'on peut à peu de frais ACQUÉRIR une PATRIE. »7" "

source wikipédia

Écrit par : vlad | 28/03/2014

"L'affaire Maxime Gorki

En Allemagne, Parvus conclut un accord avec l'auteur russe Maxime Gorki pour monter sa pièce Les Bas-Fonds. Selon l'accord, la majorité des recettes de la pièce devait aller au Parti social-démocrate russe et environ 25 % à Gorki lui-même. Malgré 500 représentations de la pièce, Parvus ne paya pas et fut accusé d'avoir volé 130 000 marks-or allemands. Gorki menaça Parvus de poursuites, mais Rosa Luxemburg réussit à le convaincre de ne pas ébruiter la querelle à l'extérieur du parti. Parvus remboursa finalement Gorki, mais sa réputation dans les cercles du parti fut ternie."

source wikipédia

Écrit par : vlad | 28/03/2014

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Parvus

IN EXTENSO:

" Alexandre Parvus

Israel Lazarevich Gelfand dit Alexandre Parvus (russe : Александр Парвус), né à Berézine (Bierézan), Russie impériale (maintenant Biélorussie) le 8 septembre 1867 – mort à Berlin le 12 décembre 1924, est un révolutionnaire et homme politique russe et un social-démocrate allemand.
=======================
Biographie

Israël Lazarevich Gelfand (en russe : Израиль Лазаревич Гельфанд)1, surtout connu sous son pseudonyme, Alexandre Parvus, est né de parents juifs le 8 septembre [27 août ] 1867 dans le shtetl de Berazino, une ville de l'actuelle Biélorussie. Il grandit à Odessa, où il s'associa aux cercles révolutionnaires juifs (le Bund)2.
Révolutionnaire

En 1886, Parvus, alors âgé de 19 ans, quitta pour la première fois la Russie et se rendit à Bâle, en Suisse3. Il y prit connaissance des travaux d'Alexandre Herzen ainsi que de la littérature révolutionnaire de l'époque4. Il retourna brièvement en Russie l'année suivante, mais il fut l'objet de la surveillance de la police secrète tsariste et dut quitter à nouveau le pays pour sa sécurité5. Il retourna à Bâle où il s'inscrivit à l'université. Au bout de trois ans, il devint docteur en économie en 1891, sa thèse portant sur les problèmes de la division du travail. À cette époque, il était ouvertement marxiste. Il s'installa en Allemagne, adhéra au Parti social-démocrate et se lia d'amitié avec la révolutionnaire allemande Rosa Luxembourg. En 1900, il rencontra Lénine pour la première fois, à Munich, chacun admirant chez l'autre ses travaux théoriques. Parvus encouragea Lénine à publier son journal révolutionnaire Iskra6.

Les tentatives de Parvus pour devenir un citoyen allemand n'aboutirent pas. Dans une lettre à son ami allemand Wilhelm Liebknecht, il écrivit : « Je suis à la recherche d'un gouvernement où l'on peut à peu de frais acquérir une patrie. »7. Il tenta à plusieurs reprises d'émigrer aux États-Unis[citation nécessaire]. Ses compatriotes socialistes révolutionnaires s'employaient déjà à établir un réseau avec la plupart des révolutionnaires juifs aux États-Unis[réf. nécessaire], y compris Léon Trotsky, qui habita brièvement à New York.

Cependant le contre-espionnage allemand avait pénétré une partie du réseau socialiste révolutionnaire. A la lecture des écrits de Parvus publiés dans la presse socialiste pendant la guerre russo-japonaise, il conclut que Parvus prédisait que la Russie perdrait la guerre, ce qui entraînerait des troubles et la révolution. Lorsque ces prédictions se réalisèrent, le prestige de Parvus parmi les socialiste et d'autres camarades allemands s'accrut. Les services de renseignement allemands estimèrent aussitôt que Parvus serait utile dans les efforts contre l'Empire russe.

Pendant ce temps, il développa le concept de l'aide d'une guerre étrangère pour provoquer une révolte interne au sein d'un pays. C'était à ce moment que Parvus raviva la stratégie marxiste de « révolution permanente ». Il communiqua cette philosophie à Trotsky, qui l'étendit et la développa par la suite. Grâce à Trotsky, le concept fut finalement adopté par Lénine et les bolcheviks dans les thèses d'avril de Lénine en 19176.
Révolution russe de 1905

En 1905, Parvus arriva à Saint-Pétersbourg avec de faux papiers austro-hongrois. Il était considéré par les marxistes européens de l'époque comme une autorité sur les questions politiques et financières8. Aussi, lorsqu'il écrivit en décembre un article provocateur intitulé « Le Manifeste des finances », qui décrit l'économie russe comme étant sur le point de s'effondrer, il reçut une large audience dans la presse. Parallèlement à cette propagande, Parvus coordonna une agitation des habitants feignant une ruée sur les banques. L'hystérie qui suivit réussit à bouleverser l'économie et à enrager le premier ministre Sergei Witte, mais elle ne provoqua pas de crise financière.

Dans le cadre de cette provocation et l'implication de Parvus dans l'organisation des actions anti-gouvernementales pendant la révolution de 1905, Parvus — et d'autres révolutionnaires, comme Léon Trotsky — fut arrêté par la police russe. En prison, il entra en étroite relation avec d'autres révolutionnaires ; Rosa Luxemburg lui rendit visite[citation nécessaire]. Condamné à trois ans d'exil en Sibérie, Parvus réussit à s'enfuir et émigra en Allemagne, où il publia un livre sur ses expériences :La Bastille russe pendant la Révolution.
L'affaire Maxime Gorki

En Allemagne, Parvus conclut un accord avec l'auteur russe Maxime Gorki pour monter sa pièce Les Bas-Fonds. Selon l'accord, la majorité des recettes de la pièce devait aller au Parti social-démocrate russe et environ 25 % à Gorki lui-même. Malgré 500 représentations de la pièce, Parvus ne paya pas et fut accusé d'avoir volé 130 000 marks-or allemands. Gorki menaça Parvus de poursuites, mais Rosa Luxemburg réussit à le convaincre de ne pas ébruiter la querelle à l'extérieur du parti. Parvus remboursa finalement Gorki, mais sa réputation dans les cercles du parti fut ternie.
Période d'Istanbul

Peu de temps après, Parvus s'établit à Istanbul, dans l'Empire ottoman, où il vécut cinq ans9. Il y créa une société de commerce d'armes qui lui rapporta beaucoup d'argent pendant la guerre des Balkans. Il devint le conseiller financier et politique des Jeunes Turcs. En 1912, il devint rédacteur de Turk Yurdu, leur quotidien. Il travailla en étroite collaboration avec les triumvirs connus comme les « Trois pachas » — Enver, Talaat et Djemal — et le ministre des Finances Mehmet Djavid Bey. Son entreprise s'occupait de livraisons de denrées alimentaires à l'armée turque et il fut un partenaire d'affaires du Konzern Krupp, de Vickers Limited, et du célèbre trafiquant d'armes Basil Zaharoff10. Le trafic d'armes avec Vickers Limited pendant la guerre fournit la base à la théorie selon laquelle Alexandre Parvus était également un agent de renseignement britannique.
Révolution russe

Alors en Turquie, Parvus entra en relation étroite avec l'ambassadeur allemand, le baron Hans Freiherr von Wangenheim, connu pour être favorable à l'établissement de cinquièmes colonnes révolutionnaires chez les Alliés. C'est ainsi que Parvus proposa un plan à l'état-major allemand par l'intermédiaire du baron von Wangenheim : paralyser la Russie par la grève générale, financée par le gouvernement allemand11 (qui, à l'époque, était en guerre avec la Russie et ses alliés). Von Wagenheim a envoyé Parvus à Berlin qui arrive le 6 mars 1915 et présente un plan de 20 pages intitulé Préparation de grèves politiques massives en Russie au gouvernement allemand12.

Dans ce plan détaillé, Parvus recommandait de diviser la Russie en soutenant la fraction bolchevique du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, en encourageant le séparatisme ethnique dans diverses régions du pays et en soutenant les auteurs qui critiquaient encore le tsarisme pendant la guerre. À partir de ses expériences de 1905, Parvus en conclut que la division de la Russie et sa défaite lors d'une guerre mondiale seraient le meilleur moyen de provoquer une révolution socialiste.
L'opération de Copenhague

Certains accusent Parvus d'avoir financé Lénine, alors en Suisse. Une biographie de Parvus par Scharlau et Zeman conclut qu'il y avait une coopération absolue entre les deux hommes et que les services de renseignement autrichiens avaient fourni par l'intermédiaire de Parvus de l'argent aux journaux russes émigrés de Paris. Mais quand les sources de ce financement devinrent claires au début de 1915 et plus largement comprises, Lénine et les émigrés de Paris rejetèrent un tel soutien. Harold Shukman conclut : « Les fonds ne coulaient manifestement pas en masse vers Lénine »13.

Parvus paria sur Lénine, qui n'était pas seulement un radical, mais était prêt à accepter le parrainage de l'ennemi en temps de guerre entre le tsar et l'Allemagne. Ils se rencontrèrent à Berne en mai 1915 et acceptèrent la collaboration entre leurs organisations, mais Lénine évita soigneusement de s'afficher en public aux côtés de Parvus. Il n'y a pas de preuve certaine qu'ils ne se soient jamais rencontré face à face, même s'il existe des indications qu'une telle rencontre pourrait bien avoir eu lieu le 13 avril 1917, pendant l'escale de Lénine à Stockholm14.

Parvus travailla assidûment à maintenir la confiance de Lénine. Mais ce dernier le tint à distance pour dissimuler l'évolution des rôles des deux hommes, les liens de Parvus avec les services de renseignements allemande ainsi que ses relations avec cet ancien allié, qui du reste n'était plus respecté par les socialistes après ses années passées en Turquie et après être devenu un entrepreneur millionnaire15. Les renseignements allemands mirent en place les réseaux financiers de Parvus via des opérations offshore, à Copenhague, pour que l'argent allemand puisse être transféré en Russie via de fausses transactions financières entre des organisations de façade. Une grande partie des transactions de ces sociétés étaient authentiques, mais celles-ci servirent à cacher le transfert d'argent pour les bolcheviks, une stratégie rendue possible par les bureaux fiscaux et douaniers faibles et surchargés des pays scandinaves, inadéquats pour le marché noir en plein essor de ces pays pendant la guerre.

On débat encore à l'heure actuelle pour savoir si l'argent de ce réseau financier était en fait d'origine allemande. Les données publiées par le gouvernement de Kerensky en vue d'un procès prévu pour octobre (novembre) 1917 ont été récemment réexaminés et jugés soit non concluants soit carrément faux16 (voir aussi Documents Sisson).

Cependant, des revers survinrent, comme les activités suspectes de contrebande d'armes de Ganetsky, attirèrent l'attention indésirable du Secret Intelligence Service britannique qui ont maintenant reussi a lier Ganetsky à Parvus et donc au baron von Wangenheim. Le baron avait longtemps été sous surveillance du fait de son soutien aux actions révolutionnaires des Jeunes Turcs contre les Britanniques. En conséquence Ganetsky fut chassé du Danemark, tandis que les Britanniques et les Russes s'efforcèrent d'éradiquer le réseau financier bolchevik en Turquie. En outre, comme Lénine devenait de plus en plus conscient des relations de Parvus avec les renseignements allemands, leurs relations se tendirent. Perdant la confiance et / ou le contrôle de ses agents, Parvus commença à chercher d'autres moyens de fonctionnement.

La réputation de Parvus auprès du ministère allemand des Affaires étrangères fut remise en question quand à l'hiver 1916, une catastrophe financière prévue par Parvus à Saint-Pétersbourg (apparentée à la provocation contre les banques russes en 1905) ne parvint pas à produire une révolte de masse. En conséquence, le financement des opérations de Parvus fut gelé. Parvus soutint la marine allemande, pour laquelle il travailla brièvement comme conseiller. Il contribua à l'échec de l'offensive navale de l'amiral russe Koltchak contre la flotte turco-allemande dans le Bosphore et les Dardanelles, grâce au sabotage d'un gros navire de guerre russe. Ce succès lui donna encore plus de crédibilité auprès des Allemands.

En mars 1917, dans un plan élaboré en collaboration avec Parvus, les renseignements allemands transportèrent Vladimir Lénine et un groupe de trente de ses associés révolutionnaires depuis la Suisse à travers l'Allemagne dans un wagon de train sous la supervision du socialiste suisse Fritz Platten17. Léon Trotsky répondit à ces allégations dans le volume 2 du chapitre 4 de son Histoire de la Révolution russe.
Insurrection spartakiste

L'intensité des arrangements de Parvus avec les Allemands étant désormais connue, cela ruina également ses relations avec le reste du réseau révolutionnaire, y compris avec Rosa Luxembourg et d'autres socialistes allemands, qui étaient engagés dans la révolution en Allemagne. En dépit des preuves montrant que Parvus n'avait jamais vendu les socialistes allemands aux autorités, sa crédibilité au sein de l'élite révolutionnaire tourna au vinaigre.

Son activité politique déclinant, la fin de la guerre arrivant, il refusa d'aider les nouvelles autorités allemandes à écraser l'insurrection spartakiste et il se retira sur une île allemande, près de Berlin. Malgré son échec à aider le nouveau régime de la république de Weimar, il était bien pourvu, vivant dans un manoir bien aménagé de 32 chambres dans l'île au paon de Berlin. Plus tard, il publia ses mémoires dans cette résidence.
Mort et héritage

Parvus mourut à Berlin le 12 décembre 1924. Son corps fut incinéré et enterré dans un cimetière de Berlin. Après sa mort, Konrad Haenisch écrivit dans ses mémoires : « Cet homme possédait le plus habile des cerveaux de la Deuxième Internationale »18.

De son vivant, la réputation d'Alexandre Parvus parmi ses pairs révolutionnaires se ternit à la suite de l'affaire Maxime Gorki et parce qu'il était en fait un agent du gouvernement allemand. Toutefois ses compétences en affaires et ses idées révolutionnaires furent appréciées et invoquées par les révolutionnaires russes et allemands et par les Jeunes Turcs. Après la Révolution d'Octobre en Russie, pour des raisons politiques évidentes, son rôle fut nié et il fut vilipendé. Cela continua pendant l'ère stalinienne, souvent avec des tonalités antisémites. En Allemagne cependant, il était considéré favorablement11. Son nom est souvent utilisé dans les débats politiques modernes en Russie10.

Curieusement, à sa mort, Parvus n'a laissé aucun document et toutes ses économies ont disparu. Ses deux fils survivants devinrent des diplomates soviétiques de haut rang, mais l'un mourut au Goulag et l'autre disparut.[citation nécessaire] "

Écrit par : vlad | 28/03/2014

La raison d'être de mes commentaires précédents se trouvent dans le commentaire suivant de la modératrice de ce blog:

"Ces propos sont de Soljenitsyne et repris dans cet article: http://www.lecourrierderussie.com/2014/03/soljenitsyne-anti-russe-ukraine-etats-unis/"

Suivez mon regard, suivez son lien :-)

Écrit par : vlad | 28/03/2014

Obama prend l'Europe pour un continent sous-développé alors que cette Europe venait de passer à côté de son merveilleux destin si elle n'était pas myope.
Malgré la main tendue de Poutine, malgré ses suggestions sages et bienveillantes, elle a préféré céder aux tentation du bonimenteur.

C'est flagellant de savoir que cette Europe cèdera une fois de plus aux arguments mercantiles d'Obama pour détruire son paysage et ses ressources vitales.

Je n'ai, en conclusion qu'un malheureux constat: Obama ne nous veut pas du bien, il veut notre destruction. Il ne veut pas non plus que la Russie et la Chine puissent nous avoir, sains, saufs, intelligents, amis et voisins réguliers pour une économie équilibrée et respectueuse.
Ensemble, on aurait pu défendre aspirations et valeurs communes et assurer la pérennité de ce rayonnement dans la pleine souveraineté de nos peuples et nations.

Obama a relégué son pays en marge de la marche mondiale vers plus de sécurité de de solidarité. Il récoltera colère et ressentiment des autres peuples. Il ne sera que d'un nouveau scandale pour les décrocher comme une avalanche de grêlons. Trop lourds, ces grêlons, pour rester suspendus au dessus de nos têtes.

Écrit par : Beatrix | 29/03/2014

Ce que veut Obama pour l'Europe :

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-partenariat-transatlantique-de-149735

Cet accord, personne n'en parle en France. Ou sont les débats télévisés a ce sujet ? Nulle part ! Aucun expert pour expliquer aux français la nuisance de ce traité. On préfère de s'extasier sur la Crimée, qui ne concerne en rien la France. En revanche le traité qui va foutre en l'air toute Europe, silence radio, Hollande, le caniche des ricains, va signer les yeux fermés...

Écrit par : ANNA | 29/03/2014

Anna,
rendez-vous sur le blog d'Hommelibre qui traite du sujet avec son troisième billet.
Je suis heureuse que vous vous intéressiez à cet accord "secret" (du reste, il est probablement présent dans le futures Bilatérales III en discussion scrètes aux chambres fédérales).

Nous sommes en train, par nos contributions, d'alerter l'opinion des journalistes qui sont muets. Le sont ils par ignorance, ou sur ordre d'y faire silence?
Ensuite l'opinion du grand public. Là, vous comprendrez qu'il sera très difficile de pénétrer notre société "ouverte" faite d'associations et d'ONGs qui vous veulent du bien mais dont les portes "filtrent leurs clientèles" de quartiers comme de la classe politique.

C'est une démocratie vérouillée que nous vivons sous le régime transatlantique. Demain, il sera trop tard pour réagir si nos gouvernements nous vendent aux multinationales d'Obama.

Je viens moi-même, de poster sur son blog mon point de vue et mes craintes. Encouragez les gens à s'informer, procurez leur de la documentation, suscitez le débat, portez le à l'extérieur de la blogosphère en intéressant vos amis et connaissances.

Ce sont des enjeux qui mettront en péril notre souveraineté dans quasiment tous les domaines de la vie, qui risqueront d'hypothéquer lourdement l'avenir des démocraties occidentales.

Écrit par : Beatrix | 29/03/2014

Déclarations d'un ancien agent américain du renseignement à propos de l'EuroMaïdan:

http://fr.ria.ru/world/20140328/200833896.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/03/2014

@Beatrix, sans vouloir dénigrer "vos contributions"-Vous et HL- (ou casser votre enthousiasme ),il existe des journalistes* qui en parlent, notamment le Monde diplomatique. Sinon comment vous et le libéral et tourne-veste-à plusieurs doublures-HL auriez-vous été au courant?

Ajoutons, juste pour ternir l'ego de hl que le membre du Trio-Octet Infernal -groupe ou membres censurés chez hl- "Mahkno" à ici même envoyé un lien concernant cet accord, AVANT les billets de l'opportuniste, sans pour autant se prendre pour 007, ni se croire dans MIB.

*Pour les autres, il y a un terme que je ne répeterais pas ici, utilisé par quelques pro-situ, on peut le "traduire" en langage "correct" par "journapéripatéticien"/"journapéripatéticienne" :-)
Pour le Trio-Octet Infernal

Écrit par : Doug Destroy | 30/03/2014

Et comme une petite illustration vaut mieux qu'un long discours...
http://1.bp.blogspot.com/-UsQP0h-axPM/UZrSaqLzUdI/AAAAAAAAADs/hUOa8kQVQHU/s1600/RMS-TI-GRAFIKint-def-red.JPG
L'image en lien postée sur notre blog, (publié en son temps au blog 24h, mais viré en 2013 avec beaucoup dans un silence qui en vaut d'autres), s'arrête au "Printemps arabe". Mais comme "on " dit "on ne change pas une équipe qui gagne!"

Écrit par : Doug Destroy | 30/03/2014

Oui, Beatrix

Ce sujet est juste ENORME ! Il en découle de tout ce travail méticuleux de désinformation et de sape, mis en place, depuis des dizaines d'années par "les gentils" ONG des USA, et par les "gentils" président français successivement pro-américains ou ex Young-leader. Je vois comment ces ONG procèdent en Russie et en Ukraine, avec les résultats qu'on connait, et je vois, par analogie, le même procédé en France. Mais cet accord est tellement important pour les américains, qu'il va être signé de toute façon. Rien ne pourra arrêter cela. Hélas...

Écrit par : ANNA | 30/03/2014

@ Anna,

Je remets ici un lien d'un article du CATDM de la journaliste Virginie de Romanet qui explique de quoi et comment vit l'industrie de l'arbitrage.

http://cadtm.org/L-arbitrage-international-une

Cet accord en effet est pire que le Traité pour une Constitution Européenne (TCE) que le peuple français avait rejeté à près de 54% en 2005. Le TCA a été la suite du Dracucla (AMI) Accord Multilatéral d'Investissement négocié en secret pendant plusieurs années avant d'être abandonné en 1998 à cause des virulentes protestations de la classe politique et des députés de l'Assemblée Nationale.

Vous dites: "Je vois comment ces ONG procèdent en Russie et en Ukraine, avec les résultats qu'on connait, et je vois, par analogie, le même procédé en France."

Nous sommes en Suisses, En plus des Organisations des Nations Unies, la Suisse est propriétaire de certaines ONGs nationales comme le CICR, La Maison de l'Environnement, et abritons certaines de nationalités différentes, un terrain très propice pour que des centaines d'ONGs, de taille moyenne s'installent sur ces mêmes terres pour bénéficier de cette synergie et de la proximité de ces organisations qui inspirent déférence, respect et qui sont intimidantes.
Il y a eu en 1999, (voir le budget cantonal de Genève, page ONGS et Associations) près de 3600 associations diverses. Presque toutes s'occupent de droits humains sous couvert d'art, de culture et du social dans nos cités, subventionnées essentiellement par la Ville de Genève et le canton.

Il était fort intéressant d'étudier de près leurs statuts déclarés et leurs buts (ça mérite recensement et analyse). On a pu constater que ces organisations, à un poil près de différence dans le style, invariablement, prétendent apporter "un-plus" aux populations qui n'est jamais défini. Ils arguent tous assurer la cohésion à la société.

Em réalité, elles occupent l'espace public. L'espace public est devenu un entonnoir, muni d'un tamis (but et activités) à son fond, dans lequel les "assos" font passer la population. Les esprits critiques, les citoyens inventifs, autonomes et dynamiques ne passent pas. Ceux-là sont répertoriés pour subir un traitement à part (dénigrés, calomniés, désignés à la vindicte, écartés). Les autres, de braves moutons qui adhèrent ou qui sympathisent, sont agréés et sélectionnés pour différents rôles.
Ces rôles ont pour mission de diviser la populations en catégories, lesquelles font l'objet de traitements différenciés (réunions, instances, actions). La grande majorité (bénévoles) est employée comme main d’œuvre sans problèmes dans des campagnes qui sont intégrées et rythmées par les agendas officiels de festivités, de commémorations, de fêtes populaires, de journées mondiales etc. tenus par les autorités, plus particulièrement par les responsables et magistrats qui ont la charge du social, de la culture et du sport.

J'ai eu l'occasion d'effleurer la problématique "des espaces publics verrouillés" sur le blog de Décaillet. Mais dites-vous que la politique de contrôle et de manipulation à l'américaine, avec ou par ou inspirée de la CIA sont devenus normes (standard socio-politique) bien admises par nos dirigeants. Les plus ingénieux techniquement sont les Socialistes et les Verts.
Les partis politiques sont les premières cibles mais aussi les premiers collaborateurs d'une certaine Freedom house à domicile. Ils sont Le pouvoir et Le tiroir-caisse public, ils s'octroient le droit d'avaliser la création de nombre d'associations sans entrave ni critique (les citoyens lambda n'en savent rien). Pourquoi? parce que le peuple ignore ces réalités. Et, même s'il l'apprend, il ne le croit pas. Pour lui, une seule chose compte: SA RECONNAISSANCE DANS LE BÉNÉVOLAT. Les vies familiales n'étant plus que des souvenirs lointains, ils sont seuls, isolés, loin de la communauté active, comme pour les jeunes parents, coincés par les soins de leurs progénitures, se laissent facilement entreprendre à la lobotomisation.
Les gens de quartiers, devenus familiers à ces associations qui leur témoignent de la reconnaissance pour être présents souvent, deviennent, sans s'en rendre compte, de fidèles et ardents défenseur d'un idéologie qu'ils ne questionnent plus. Avec le fil du temps et des réunions convivialisées autour d'une grillade, d'une verrée ou d'une fondue, ils deviennent le modèle, l'exemple à suivre. Ainsi on ferme la porte de la "démocratie" et de la "proximité".

Certain fidélisent leurs supplétifs de voyages, de rémunération pour leur coup de main, d'une inteview ou d'un reportage en images sur leur vie privée ou encore d'un anniversaire spectaculaire pour l'un des leurs. Tout cela avec notre argent et des subventions supranationales: il faut bien un noyau aux couleurs et saveurs locales pour ne pas éveiller de soupçons!

J'aurais l'occasion d'y revenir sur le sujet avec plus de détails et d'exemples concrets (en chiffres) si le sujet vient à être traité dans un blog.

Il est bon d'en faire l'autopsie ou la dissection de ces associations (chère à l'extrême gauche), on y découvre bien des mécanismes que parfois elles-même ignorent.

Écrit par : Beatrix | 30/03/2014

Beatrix,

Vous avez parfaitement décortiqué le procédé de ces ONG. Que ce soit en Suisse, en France, ou en Russie le "logiciel" est le même. Sous les beaux habits des "droits de l'homme" s'installer, faire adhérer le max de la population par les cercles concentrés, faire incruster par la suite tel ou tel lobby, pour promouvoir ses intérêts. Avant on appelait cela "les sectes" Le mot "secte" faisant fuir, on a trouvé un autre astuce, car la cause noble de "défendre la veuve et l'orphelin" peut faire adhérer encore plus du monde, que une secte, proprement dite. Ainsi, en France, c'est la secte...pardon, l'ONG "Terra Nova", qui a fait imposé par un "oukase" de Hollande, le mariage des homosexuels (donc, d'une minorité) a tout le peuple français (a la majorité)...

Écrit par : ANNA | 31/03/2014

Oui Anna,
Terra Nova est un think tank réactivé en 2008, des cendres de l'autre think tank "Le siècle".
Olivier Ferrand Jeune étoile pensante du parti à l'époque, (décédé en 2012) était formé aux USA. Il avait entrepris la refonte du think tank avec de nouvelles ambitions très Harvadiennes.
Le parti socialiste français, avec ses diplômés outre-atlantiques est complètement inféodé à Washington!
Terra Nova rassemble des politiques gouvernementaux PS et organise des messes à guichet fermé avec tous les grands acteurs de l'économie de marché; de la culture et des arts; les grands patrons d'entreprises d'état et de multinationales françaises.
Aujourd'hui, Terra Nova a pour directeur, F. Chérèque, l'ex secrétaire général du syndicat CFDT qui trahissait régulièrement les travailleurs et tous les autres syndicats. Ce personnage trouble a permis en 2011, par sa collaboration avec le MEDEF et Sarkosy-président (voir 7 millions de pauvres de Jacques Cotta), le transfert de centaines de milliards d'euros de la caisse de retraite étatique (système de répartition) à Médéric-Malakof, agence privée (2è pilier privé par capitalisation) gérée par le demi-frère de Sarkosy, Guillaume Sarkosy, qui distribue aujourd'hui une jolie partie du milliard et demi d'excédents à ses cadres (des politiques)

Le Trésor du peuple est inépuisable!
"La pauvreté est une fatalité d'un peuple atavique!"

Pas besoin d'aller en Ukraine pour voir la corruption de près.

Écrit par : Beatrix | 31/03/2014

Tortures aux USA : la CIA a caché ses méthodes à l'Amérique

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/04/01/tortures-la-cia-a-cache-ses-methodes-a-l-amerique_4393241_3222.html

Écrit par : ANNA | 01/04/2014

600 camps de concentration aux Etats-Unis

http://www.mondialisation.ca/600-camps-de-concentration-aux-etats-unis

Écrit par : ANNA | 01/04/2014

Ce soir au 19.30 de la RTS, Darius Rochebin évoque aussi les questions énergétiques...

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/5743113-les-etats-unis-sont-en-train-de-vivre-une-revolution-energetique.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/04/2014

Les commentaires sont fermés.