01/08/2014

Monsieur le Président, où est la neutralité de la Suisse?

burkhalter_poutine_600px.jpg

A l'occasion de la Fête Nationale suisse, le Président de la Confédération a accordé une interview à Pierre-Oliver Volet, journaliste de la RTS.

Après avoir expliqué comment il allait célébrer ce 1er août et pourquoi il tenait à s’adresser aux "habitants" de la Suisse et non à ses "concitoyens", le Président Burkhalter répond aux questions du journaliste qui lui demande ce qu'il dirait à différentes personnalités politiques dont Vladimir Poutine.

Le Président suisse maîtrise le lexique, force est de constater les choix qu'il opère pour s'exprimer. A cet égard,on se souvient de ce "Cher collègue" par lequel il s'était adressé au président russe qui l'avait invité au Kremlin en mai dernier.

Mais pour ce qui est de la neutralité que le tsar Alexandre Ier, l’un des signataires du Traité de Vienne, a accordée à la Suisse comme garantie de sa souveraineté, on aurait été heureux d’en voir rappelé le sens.

Or rien ne l'indique dans la réponse que Didier Burkhalter apporte à la question que lui pose le journaliste au sujet du président russe.

 
http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/6038701-1er-ao...

Commentaires

La question était bonne, la réponse est étrange :
Un rappel au Président Poutine que l'avenir n'est pas dans la violence est diplomatiquement très maladroit car vient sous-entendre que la Russie "pourrait" être responsable de cette violence.
Ajouter ensuite que la Suisse tente de comprendre ce qui ne veut pas dire qu'elle approuve vient ici serrer le contre-écrou pour ceux qui n'auraient pas compris.
Je suis consterné par cette position plus qu'ambigüe à un moment où nous avons besoin de personnes de décision.
Nous ne lui demandons pas de prendre parti, nous lui demandons seulement d'être juste au regard des éléments dont il dispose.
Il semble que les "habitants" de la Suisse comptent moins que l'UE - Il est contaminé, c'est très triste.

Écrit par : Idoine | 01/08/2014

Idoine,

Merci de confiner le sentiment qui a motivé ce sujet.

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/08/2014

Et voici qui devrait intéresser nos compatriotes et plus encore:

:http://fr.ria.ru/world/20140801/202012042.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/08/2014

Je suis déçu. Voire pire. Que pour notre fête nationale, on habille les enfants d'une chorale de vert, orange et jaune, c'est inadmissible.

Où sont les costumes nationaux, ou bien au moins des t-shirts rouges ?
Non, rien de cela, voyons !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 02/08/2014

Madame,

Merci pour cette dernière information!

Je trouve également assez étrange la réaction de Didier Burkhalter ; soit il en dit trop, soit il en dit pas assez.

Je voudrais pourtant remettre en mémoire quelques propos accordés récemment par le Président Poutine à la presse occidentale:

[...] Président Poutine, alors que nous discutons ici un pays voisin qui n’est pas très lointain, l’Ukraine, est en état de guerre. Il n’y a pas d’autre mot. Les pro-russes affrontent ceux qui veulent garder les frontières actuelles de l’Ukraine. Qui va les arrêter et voulez-vous arrêter cette guerre ?

Vladimir Poutine – Vous savez, personnellement, je ne parlerais pas de ces gens-là comme des pro-russes ou des pro-ukrainiens. Il y a des personnes qui ont des droits, politiques, humanitaires et ils ont besoin de pouvoir en jouir.

Par exemple, en Ukraine, jusqu’à aujourd’hui les gouverneurs de toutes les régions sont encore nommés par le pouvoir central. Or, après le coup d’État inconstitutionnel qui a eu lieu à Kiev en février de cette année, la première chose que le nouveau pouvoir a tenté de faire était de supprimer le droit des minorités d’utiliser leur langue maternelle. Cela a provoqué une grande inquiétude chez une grande partie de la population en Ukraine orientale.

Président Poutine, Les États-Unis affirment détenir la preuve que, vous, la Russie, intervenez en Ukraine en laissant des combattants franchir la frontière et même en fournissant des armes à ce que les États-Unis appellent des sécessionnistes. Ils disent avoir des preuves. Vous croyez à ces preuves ?

Vladimir Poutine – Preuves ? S’ils ont des preuves, ils n’ont qu’à les présenter. Nous avons vu, et tout le monde a vu, le secrétaire d’État des États-Unis agiter en 2003 au Conseil de sécurité de l’ONU les preuves de détention d’armes de destruction massive en Irak. Ils avaient montré une éprouvette avec une substance inconnue qui était peut-être n’importe quelle poudre…. Finalement, les troupes américaines ont envahi l’Irak, ils ont fait pendre Saddam Hussein, suite à quoi nous avons appris qu’il n’y avait pas, qu’il n’y avait jamais eu en Irak d’armes de destruction massive. Il y a donc une grande différence entre faire des déclarations et avoir des preuves réelles. Je vous le répète : il n’y a pas de militaires russes en Ukraine. [...]


La vérité finit par triompher.

Écrit par : Keren Dispa | 02/08/2014

Merci Keren.

L'article dont j'ai posté le lien en commentaire ci-dessus confirme une fois encore comment la rumeur enfle vite à tort.

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/08/2014

Bonjour

Voici une vidéo qui est montrée pour que ceux qui ne comprennent pas puissent comprendre.


https://www.youtube.com/watch?v=Go3sOMvIM9s&list=UU-R4RhxWho7NYP10QEmxv0g


Bonne fin de semaine à toutes et à tous
Paix et Lumière

Écrit par : Keren Dispa | 02/08/2014

Monsieur Burkalter reste fidèle la ligne de conduite sans doute collégiale depuis des interventions malencontreuses de la part de certains journaliste ou même certaines traductions peuvent laisser à désirer et qui prisent au premier degré peuvent inciter des lecteurs à critiquer tout et n'importe quoi
Un ancien de la politique a souri quand je lui ai demandé et la franchise vous en faites quoi? il m'a regardé en souriant et ajoutant en bon nonagénaire, n'oubliez jamais les lobbys et les paparazzis qui nous tannent aux fesses,ces derniers ne révèlant jamais mot pour mot ce qu'ils ont entendu

Écrit par : lovsmeralda | 02/08/2014

A quelques pas de Lausanne l'on ne "pavoise" (drapeaux, lampions aux fenêtres ou balcons) plus. Pas de fête comme il se faisait encore il y a quelques années au centre du "village" (personnes handicapées, non motorisées privés de s'abstenir). Un bus, sans doute, suffisant?

Je me posai la question de savoir si en cas de conflits armés plus qu'improbables, mais juste pour dire... nos Suisses naturalisés qui construisent "chez eux"! en leurs lieux d'origine, en cas de conflits avec leurs pays premiers... en quelles armées serviraient-ils ou, s'abstenant, si possible, que ressentiraient-ils?

En revanche noté que la Suisse ouverte au monde signant des contrats partout ou bon lui semble le peut sans être inféodée, le mot n'est pas excessif, à Bruxelles.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/08/2014

" qu’il n’y avait jamais eu en Irak d’armes de destruction massive "

Et les 200'000 Kurdes massacrés en quelques heures par Saddam ils l'ont été par des fléchettes?

D.J

Écrit par : D.J | 02/08/2014

"Et les 200'000 Kurdes massacrés en quelques heures par Saddam ils l'ont été par des fléchettes?"

Mais non DJ, vous savez bien que cela a été fait avec la bénédiction de l'Amérique d'une part et d'autre que cela s'est passé bien avant la guerre du golfe qui a permis de détruire les armes chimique qui possédait encore Hussein.

Mais bon, vous êtes habitué à ne voir, entendre que ce qui vous convient et vous plaît. La vérité vous vous en fichez.

Écrit par : Disc Jockey | 02/08/2014

La meilleure chose à faire est de signer la pétition www.ofreysinger.ch!

C'est invraisemblable que le président de notre confédération se permettent de tels propos ambigus, d'autant plus pour notre fête nationale.
Mais quand on sait qu'il est aussi président de l'OSCE que toutes ces institutions ont décidé de suivre la position américaine, c'est à faire peur! Il faut donc rappeler clairement à cet ancien parlementaire fédéral que ce qu'il devrait avoir comme seul cap, c'est l'avis et la position du peuple suisse dans sa majorité! (d'où l'intérêt de signer la pétition)

Écrit par : Corélande | 02/08/2014

Bravo à l'Agnès TRS! Incroyable à 18h la RTS annonçait une manifestation à Moscou pour demander à Poutine d'intervenir pour soutenir les combattants
et populations de l'Est de l'Ukraine.
Car, hormis Gaza dont on nous gave, à l'Est de notre continent une bande de nazillards ont tout loisir et l'assentiment de l'UE-USA de tout faire pour anéantir la résistance de populations civiles, qui elles ne terrorisent personne, mais qui demandent juste de pouvoir choisir de maintenir leur ancien mode de vie!

Et là nos fabuleux journaleux(se) n'en disent pas un mot, rien de rien!
On s'en fout, on bombarde en information ce que l'on veut et on oublie ce que se passe à l'Est avec une aisance coupable!

Écrit par : Corélande | 02/08/2014

Entièrement d'accord avec vous Corélande, d'autant qu'on appelle les combattants des rebelles tant à Euronews qu' au teletext de la RTS et au Journal!

Écrit par : Patoucha | 04/08/2014

Corelande, Patoucha,

Merci d'avoir vous aussi relevé cette rhétorique en usage dont je parlais ici:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/07/04/ukraine-democratie-d-un-genocide.html


"Bombardements sur des civils, villes bientôt totalement détruites obligent des centaines de milliers de réfugiés à quitter leur pays pour la Russie.

Celle-ci, d'ailleurs, appelle les pays voisins de l'Ukraine à se mobiliser pour accueillir des réfugiés:

http://fr.ria.ru/world/20140703/201712343.html

Pendant ce temps-là, la plupart sinon tous les médias occidentaux persistent à user de rhétorique et à traiter de "rebelle" et de "séparatiste" une population locale soucieuse de défendre son sol, ses valeurs et et ses richesses."

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 04/08/2014

Les sanctions continuent, mais cette fois-ci, contre les anciens pays du Pacte de Varsovie.

http://spynews.ro/actualitate/romania-intra-in-razboi-economic-leul-a-scazut-drastic-40338.html

Pour la traduction, google s'impose.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 03/08/2014

Au jockey,

" Mais bon, vous êtes habitué à ne voir, entendre que ce qui vous convient et vous plaît. La vérité vous vous en fichez. "

Le terme " jamais eu en Irak d'armes de destruction massive " ça veut bien ce que ça veut dire. C'est plutôt chez vous que la vérité semble déranger.

D.J

Écrit par : D.J | 03/08/2014

"Les sanctions continuent, mais cette fois-ci, contre les anciens pays du Pacte de Varsovie."

Les sanctions ne sont que le retour du bâton contre ceux qui ont jugé utile de suivre la politique pourrie de l'oncle sam.

Toutes les manipulations dont on ne voit que la pointe de l'iceberg sont de l'entière responsabilité du gouvernement américain, confronté à sa dette, à sa gabegie, à sa débauche militaire, à sa stratégie belliqueuse au nom d'une pseudo-liberté que certains porteurs d’œillères colportent, en refusant d'admettre la vérité, en se basant sur des faits qui datent du siècle passé et en avançant des arguments idéalistes totalement surfaits.

Et les gouvernements européens qui adhèrent à la politique américaine dévastatrice sont bel et bien en train de prendre conscience que c'est une erreur grossière que de croire les jérémiades stériles qu'il est enfin temps de stopper le bricolage et les faux-semblants dans la planification des politiques pour l'humanité.

Écrit par : Keren Dispa | 03/08/2014

@ Keren Dispa

"Les sanctions ne sont que le retour du bâton contre ceux qui ont jugé utile de suivre la politique pourrie de l'oncle sam."

Les dites sanctions sont injustifiables parce que les investisseurs appartiennent aux pays qui ont commandés les révolutions à l'Est de l'Europe.

Roumanie, Hongrie et les autres font partie de l'Union Européenne et de l'O.T.A.N.

Pourquoi dès lors les pénaliser ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/08/2014

J'aimerais faire connaitre un site, pour sauvegarder la neutralité de la Suisse.

http://www.non-ue.ch

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/08/2014

Pauvre Suisse! On croyait avoir la chance d'avoir un Président de la Confédération d'une envergure qui allait être enviable... Au moins de l'envergure, modeste certes, mais au moins d'une Suisse ferme, neutre et souveraine.
D. Burkhalter paraissait grand au regard de la votation nationale du 9 février 2014 sur l'immigration. Il semblait respecter le verdict populaire vu ses références à son peuple lorsqu'il prenait sa défense devant la Troïka Bruxelloise.

Il nous faut perdre nos illusions. Il n'est pas plus grand ni plus solide qu'un autre européen vassalisé. Les menaces ont visiblement bien opéré et D. Burkhalter est pris au piège du VRP commercial: il doit se ranger du côté de la force massive que représente L'UE et son activisme impérialiste, décidée à frapper par une artillerie bien diversifiée: chantages, menaces, sevrage, escroqueries, calomnies, recels et par bien d'autres moyens.
C'est à cet endroit qu'il a succombé. Nous venons de voir ici, que D. Burkhalter est en train de nous engager dans une voie diplomatique artificielle et dans des stratégies économiques de court terme. C'est une logique qui sera difficile à redresser parce qu'elle dépend de la manière dans laquelle elle a été implantée ( un pilier planté de travers ne se redressera pas malgré les corrections. Pour l'arracher, il faudra le dé-sceller de tous ses ciments ou l'abattre au niveau du sol).

Les atouts d'une Suisse Indépendante, Neutre et Souveraine auront été bradés pour une sympathie qu'elle ne recevra pas.

Les apparitions de dirigeants étatiques en public sont très observées par la communauté internationale. Elles sont fréquemment re-visionnées et les discours ré-écoutés et disséqués.

Ce petit propos qui emboitait le pas à l'Union Européenne comme si la Suisse y était déjà, vient ruiner son indépendance. A présent, il ne sera plus très difficile d'attaquer sa souveraineté. Notre place financière sera encore, on le parie, la cible privilégiée.
Didier Burkhalter vient d'indiquer les points faibles de notre pays et rendu nos divisions possibles et audibles, car ses propos sont révélateurs de choix pré-conditionnés par l'UE et une classe politique conformiste et conservatrice qui s'y accroche avec l'espoir d'être bien placée pour les retombées. La Suisse, sans en être une membre officiel elle l'est par les faits et elle obéit aux injonctions de la "Commission" sous le leadership allemand. C'est franchement vexant!

@ Victor-Liviu Dumitrescu

Merci pour le lien. Son contenu m'intéresse grandement et je ne cache pas que je milite pour notre non-adhésion à l'UE. Je la trouve spoliatrice et malsaine dans toutes ses politiques, porteuse du germe de la guerre permanente.

Je suis de l'avis de Vladimir Bukovsky, ancien dissident Russe qui fut prisonnier de l'ex-URSS pendant de nombreuses années. Ce temps de captivité lui avait permis de méditer à loisir. Aujourd'hui, ses observations nous ouvrent les yeux.
http://www.observatoiredeleurope.com/Un-ancien-dissident-sovietique-met-en-garde-contre-une-dictature-de-l-Union-Europeenne_a621.html

j'avais appelé à refuser l'adhésion de la Suisse à l'Union Européenne dès sa construction concrète juste après le tour de consultation fédérale pour l'EEE (Espace Economique Européen) en 1992. On savait tous que la construction de l'UE allait se faire contre tous les peuples, mais tous les milieux la voulaient au nom de la soit disant OUVERTURE (mais de laquelle?) et en 2005-2006 j'étais opposée aux bilatérales I, la LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES n'est qu'une maigre compensation, une compensation trompeuse au regard des capitaux qui n'avaient jamais eu besoin de passeport.

On voit par ailleurs, où nous a mené la libre circulation pour les institutions, entreprises et sociétés. Jamais elles n'ont été autant exposées aux intérêts et à la rapacité de plus forts qui en ont conçu les cages et les pièges (je pense à nos "malheureux" banquiers et aux actionnaires insatiables qui blêmissent en ce moment devant les procès et les amendes avec de grosses pertes au bout).

Depuis lors, il n'y a eu que leurres, mensonges, escroqueries, extorsions, pillage, répression, maltraitance etc.
C'est l'effacement des nations et des états devant une COMMISSION toute puissante et pour le triomphe de la ploutocratie internationale qui avait placé ses jalons en amont: OMC, BM, FMI, OTAN, ONU, CEDH, CPI, et j'en passe.
Que des instruments de répression et de coercition entre les mains de la puissance Outre-Atlantique.

Madame Merkel n'est que l'influent contre-maître qui supervise la marche des affaires et de l'Europe sur le continent.

Écrit par : Beatrix | 05/08/2014

Beatrix, je vous remercie pour votre message.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 05/08/2014

Les sanctions continuent, mais cette fois-ci, contre les anciens pays du Pacte de Varsovie.

Écrit par : Alin | 22/12/2014

Les commentaires sont fermés.