15/11/2014

Une pensée pour Nabilla

Nabilla-a-la-Une-de-Paris-Match_article_landscape_pm_v8.jpg

On ne va pas juger Nabilla, elle le sera.

On ne va pas refaire son histoire, elle se poursuit.

Nier le phénomène qu'elle incarne ou le rejeter, c'est refuser la force qui oeuvre à son assise.

Solide ou non, sa réalité, Paris Match la confirme.

Nabilla s'impose comme figure d'un monde partagé bien au-delà de l'Hexagone, de Genève ou d'ailleurs.

Son univers, impitoyable ou non, rassemble.

Pour le meilleur ou pour le pire, il révèle.

Quoi, c'est selon.


13:14 Publié dans Air du temps, Culture, Destins, Etre, France, Genève, Justice, Medias, société | Tags : nabila, paris match, medias, phénomène | Lien permanent | Commentaires (30) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

La bêtise crasse uniquement.
C'est le révélateur d'une époque.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 15/11/2014

Le mal-être ou les effets virtuels pervers de la mouvance actuelle, d'une télé-réalité qui propulse sur le devant de la scène une notoriété, une réussite, une gloire ou un pouvoir éphémère. Une jeunesse "deux pouces" qui ne vit que par, pour et à travers les médias sociaux et les nouvelles technologies et qui pète les plombs lorsqu'elle se retrouve face à la vraie vie, la réalité de tous les jours, dans l'intimité de moments hors caméra, smartphone ou TV-tablette. Ce qui arrive aux femmes et aux hommes publics, jeunes et moins jeunes, est certes triste voire grave, mais qui s'inquiète des effets sur les anonymes, les ados et autres jeunes lambda, complètement déboussolés par le système ?

Écrit par : Gérald | 15/11/2014

Gérald,

Il est important de relever cet ensemble d'éléments que vous énoncez et je vous remercie de votre commentaire.

Cela dit, reste à savoir si la notoriété de Nabilla équivaut à une manière de s'inquiéter d'elle. L'anonymat flatte moins le narcissisme, certes et encore, cela resterait à démontrer.

La célébrité, quelqu'elle soit, n'est pas toujours garante de salut pour qui elle concerne.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 15/11/2014

Non, certes, Hélène. On s'acharne sur une jeune femme de 22 ans, connue publiquement, aimée, détestée, suivie, ignorée, jalousée, ... Si elle est coupable d'un geste grave, je ne la défendrai pas plus que n'importe quel autre agresseur, sa notoriété ne devrait en outre lui apporter ni couverture ni culpabilité aggravée. De toute façon, qui suis-je pour la juger ? Je suis plutôt attristé puisqu'elle pourrait être ma fille ...
Le constat que j'ai fait dans mon commentaire précédent est simplement que l'impact des nouvelles technologies et des réseaux sociaux est gravissime sur les jeunes générations qui, par ces intermédiaires pourraient s'imaginer suivre ces (mauvais) exemples d'une hypothétique et éphémère réussite sociale et professionnelle et perdre ainsi toute personnalité et identité propre. Le cas de Nabilla qui nous préoccupe dans nos échanges sur votre blog en est, à mon avis, une des conséquences flagrante.

Écrit par : Gérald | 16/11/2014

Votre article Madame, suscitera la venue pour commenter de bon nombre de jeunes écervelées, tout autant que leur idôle, #nabilla ; #debilla.
Ces jeunes adorent la bêtise d'une siliconée, botoxée, condamnée et actuellement justiciable.

Imaginez donc le niveau.
Vive la France !

P.S. Et dire qu'elle est traitée de "genevoise" ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 15/11/2014

Désolée, Hélène... Cela ne mérite ni une ligne, ni un mot.

Écrit par : xénia | 15/11/2014

Nabila...... Pure produit à usage unique créé de toute pièce pour une société avide de consommation...

Quelle misère... Nous avons là un exemple simple et concret de ce que deviennent ces personnes rêvant de célébrité..

Notre monde aujourd'hui est basé sur la consommation... Que ce soit les objets, les sentiments, les amours et les gens... Tout est à usage unique, à jeter après utilisation..

Qui est le plus blâmable dans cette histoire ? La société de production qui use et abuse de ces jeunes gens, pas très intelligents il est vrai, pour s'enrichir en livrant leurs images au public ?

Ou peut être plus simplement ce public là, la foule, la masse, jamais rassasiée, toujours dans l'attente d'une nouveauté....

Nous passions avec mon Epouse, il y a deux jours, dans une grande surface et là.... surprise... Un podium, trois ou quatre personnes jeunes installés dessus et qui signaient des autographes à une multitude de gens qui attendaient, faisant la queue, tel un troupeau de mougeons bien dressés...

Nous regardons qui sont ces "vedettes" et constatons notre ignorance...

Ah... Il s'agissait de participant à la télé - plus ou moins réalité - "Les Ch'ti" émission diffusée, parait il sur W9...

Ces jeunes "star" n'ont rien fait, rien créé, rien produit.. Ils ne sont que des objets manipulés par la production qui ne cherche qu'a s'enrichir...

Mais, ce qui était effarant... c'était l'attitude de cette foule... Manipulée elle aussi, par le bout du nez..

triste époque, triste société...

Écrit par : Roger | 15/11/2014

Pas du tout de votre avis, pour une fois, Xenia.

Cela mérite au contraire d'observer et de réaliser ce qui est pris en considération dans nos sociétés.

Qu'on l'apprécie ou pas, le fait est l et très loin d'être marginal.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 15/11/2014

Il y a un terme qui convient très bien: société du spectacle. C'est une forme d'aliénation, c'est s'intéresser à la vie des autres au lieu de s'occuper de la sienne qui - souvent - confine au néant, parce que les individus ne font plus ce qu'ils veulent, mais ce que d'autres veulent pour eux.

Voir aussi conformisme, manipulation, vol de son ego (cf. Widmer). Les religions sont très fortes pour cela. Maintenant la société du spectacle propose la mise en scène du néant, du divertissement abêtissant et abrutissant. Autre forme du mensonge.


"La célébrité, quelqu'elle soit, n'est pas toujours garante de salut pour qui elle concerne."

Pour vivre heureux, vivons cachés, non?

Écrit par : Johann | 15/11/2014

Les gouvernants sont très heureux (contrairement aux discours) de cette jeunesse plutôt désoeuvrée, allant de "télé réalité" "Les Ch'ti" ou autres émissions pour idiots utiles ou inutiles. Cela leur permet de gouverner tranquillement en fonction des clans, de "pondre" des lois* répressives au nom du vire ensemble, dont une majorité conteste de plus en plus le bien-fondé.

Lorsque l'on se promène dans la rue des grandes villes européennes, ou que l'on regarde des images ailleurs dans le monde, des gens nés avant les années 1980 voir les années 1950 ne sont pas mieux. Il faut écouter, regarder et mesurer le niveau de culture, "Facebook" est un exemple. Les médias ont des irresponsables -rémunérés -grassement par les pubs, c'est cela qu'il faut taxer au maxumum.

Transformer les écoles de la médiocrité en écoles d'entrepreneurs au travers des Arts et la Culture, ça fait plus de vingt ans que l'on ségosille à le répéter, tout le monde s'en moque. Des Nabilla, il y en a par millier au travers du monde, l'Europe n'échappe pas à cette dérive. La Suisse ??

.../...

"Philippe Hayat : « Comme je l’ai argumenté dans mon rapport il faudrait concentrer nos efforts sur la création et le développement d’entreprises à fort potentiel de croissance. Celles qui créent l’emploi, la richesse et l’innovation. Sur les 550 000 entreprises créées annuellement, seulement 1000 dépasseront les 50 salariés à terme. Et quasiment aucune les 250 salariés…C’est dramatique ! Résultat, on ne compte que 4 500 ETI (entreprises de taille intermédiaire) en France - trois fois moins qu’en Allemagne ; deux fois moins qu’au Royaume Uni."

« Il faut arrêter de vouloir taxer le capital comme le travail, c’est un contresens historique ! C’est le capital qui crée le travail ... »

http://www.consulendo.com/Jacques-Gautrand-Conseil,13.html

.../...

(( J'ai une pensée très forte pour Nabilla, devenue un déchet de la société; elle pourrait être une de nos gamines et ce, quel que soit la bonne éducation ))

()* Nos députés et Sénateurs sont responsables au même rang qu'un Président, un premier Ministre, un roi, une reine concernant les savoirs faire et les savoirs être, du niveau culturel de nos sociétés en Occident.

Écrit par : Pierre NOËL | 15/11/2014

C'est justement le fait d'être pris en considération, malgré son aspect marginal qui pose problème. Plus on en parle, plus cela devient outrancier et moins on devrait en parler. Voir le bonhomme dans TDG de ce jour, qui 10 ans après revient sur ses exploits de pauvre victime du système sans se dire que personne ne l'obligé à faire ce qu'il a fait. Pour Nabilla et consorts c'est pareil, on veut tout de suite sans réfléchir et après on piorne "c'est pas juste". Silence radio partout et tout le monde se portera mieux.

Écrit par : grindesel | 15/11/2014

@ grindesel

Rien de plus juste.

"Plus on en parle, plus cela devient outrancier et moins on devrait en parler."

Cordialement,

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 15/11/2014

J'en reviens à mon commentaire, Hélène. Bien que cela m'emmerde plus qu'autre chose. Il ne s'agit pas "d'aimer" ou pas d'aimer Nabila, Loana, Orlan, les Femens ou autres.
Pour une fois, c'est bien le silence qui s'impose.
C'est leur rendre à ces pauvres filles ainsi qu'aux autres dites "étoiles" à venir. Et probablement le seul. Et, par là même, déjouer ce "système" que nous rêvons majoritairement de voir choir !
Au demeurant, ce sont nos partis pris, nos analyses (qui n'en sont pas), nos mobilisations qui sont pertes d'énergie, nos abondantes écritures qui ne satisfont, au fond, que nous-mêmes et notre compassion qui sont ô combien plus destructrices que le "système" en lui-même. Lui, jouit de ces effets. Il n'en demandait pas temps !

Écrit par : xénia | 16/11/2014

Xenia, comme je vous ai répondu plus haut, une fois n'est pas coutume, je ne partage pas votre avis. Le fait que cette jeune femme mobilise l'attention de milliards de ses congénères ou d'autres âges ne peut être passé sous silence. Bien au contraire. Cela ne peut qu'interroger sur des réalités humaines profondes perçues diversement.

Se contenter de nier ou de juger revient simplement à se situer soi-même. Or cette histoire,au contraire, oblige à regarder en face ce qui est pris en considération dans nos sociétés.

Cette jeune femme est un modèle pour nombre de jeunes. Cette jeune femme représente ce que la France met en avant puisque "Paris Match" la porte en couverture. Vous imaginez ce que cela implique? Faire silence là-dessus, c'est se limiter à son propre avis et refuser une réalité qui envahit. Qu'on l'apprécie ou pas, le fait est là et loin d'être anodin.

Autre chose, Xenia, c'est tout un système qui permet cette gloire qui, même si elle passe pour Nabilla, rejaillira sur d'autres qui la remplaceront. Or ce système domine. Ce système choisit qui mérite d'être célèbre et célébré ou pas. A ce système, de guerre lasse, certains finissent par s'habituer. Et peu à peu, à ne plus percevoir d'autres modes de pensée.

Telle est la raison de ce sujet. Montrer ce qui fait sens ici. Montrer les modèles auxquels on invite les jeunes à s'identifier. Ces modèles sont de mieux en mieux élaborés pour inviter chacune et chacun à s'y retrouver. Donc ne pas en parler, revient à ne rien en penser. Or il y a beaucoup à penser à ce propos.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/11/2014

Il y toutes les raisons d'en parler sous l'angle des modèles de représentations et des discours, que l'on imprime -sournoisement dans la tête des jeunes. Ce n'est pas faire la pub des lobbies ou celle de cette gamine en perdition.

C'est un véritable sujet de société concernant des millions de jeunes voir plus dans le monde. Ayons le courage de donner des avis constructifs permettant aux jeunes et surtout aux parents, d'être plus attentifs aux conséquences désastreuses, d'émission venues des médias uniquement pour un audimat suffisamment élevé, dans le but d'avoir des pubs. (L'argent)

La société de surconsommation a généré des jeunes diabétiques, en surcharge pondérale qui, vers la trentaine commencent à avoir de sérieux problèmes de santé. Ca coûte très cher à tout le monde. Les difficultés psychologiques commencent bien avant.

Ces émissions pour débiles génèrent des déçus (prochent de la folie) puisque les -critères de -recrutements sont tels, que les personnes choisies le sont justement, par ce qu'ils sont loufoques, plus ou moins débiles tout en ayant une belle apparence, excentriques, hallucinés, hystériques, voir drogués etc. C'est le miroir aux allouettes pour des égos surdimensionnés.

Le voyeurisme génére de l'audimat, donc de la pub avec des revenus très conséquents pour les auteurs, producteurs, dirigeants etc, se foutant complètement de la santé physique et mentale des surconsommateurs. C'est la base du système ultra-libéral sans foi ni loi.

Oui, parlons-en; sainement. Informer les gens du danger de certains modèles de représentations, c'est être responsable, c'est surtout un devoir.

Surtout lorsque ça concerne la jeunesse, notre avenir.....

Écrit par : Pierre NOËL | 16/11/2014

Une pensée pour Vladimir Poutine! Sorti de l'enfer du G20 dans cette magnifique ville de Brisbane, je lui souhaite de vite retrouver, calme et sérénité. Notre paix à Tous en dépend!

Quelle bande de sal.......ces occidentaux!

Cette bonne femme dans votre billet, contre celle morte que nous voyons allongée parterre, c'est deux mondes avec au milieu l'indécence pour gouvernance.
Pendant que l'on s'occupe de futilité, on oublie le malheur et la guerre.
Ah! ils font bien leur boulot les journaleux de tout bord!

Écrit par : Corélande | 16/11/2014

Corélande,

Votre intervention vise le pouvoir selon les uns et les autres.

Mettre en une de Paris Match une jeune femme dont l'image s'est construite selon des critères mercantilo-méditaiques en dit très long sur l'impact de telles références. Car des millions de jeunes et moins jeunes -sinon bien davantage encore- s'identifient à Nabilla.

Cette jeune femme représente un capital financier sinon un produit dérivé.

On a là le reflet d'un Occident dont les valeurs s'imposent au monde entier comme celles d'un monde libre et démocratique. Soit.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/11/2014

Je m'en fous de cette bécassine! Il y a trop de journaleux et autres blogueurs qui en ont parlé!
Je n'attendais pas cela "chez vous"!
Ce n'est pas parce que tout le monde se jette au lac, qu'il faut les suivre!

Certes remonter à contre-courant est plus difficile, mais mieux vaut cela que d'y perdre son âme.

Laissons cela aux bouriquets de service!

Beau soleil et beau dimanche.

Écrit par : Corélande | 16/11/2014

Corélande,

Parler de Nabilla ici, c'est mettre le doigt sur un système de pensée. Evacuer le sujet au prétexte que cette jeune femme est ceci ou cela ne permet aucune réflexion d'ordre général.

Le phénomène que représente Nabilla ne peut être ignoré car il est le miroir d'une société et des valeurs qu'elle impose.

Il y a par ailleurs et comme je l'ai écrit plus haut, des millions et plus encore de jeunes et de moins jeunes qui intègrent ces valeurs.

Alors si on veut continuer de les nourrir de telles références, soit. Dans ce cas, on fait l'autruche. Et justement et précisément dans ce sens, ce sujet ne doit pas être laissé "aux bourriquets de service" comme vous les appelez.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/11/2014

@Hélène: des milliards de congénères, des millions de jeunes qui s'identifient à elle, n'avez-vous pas l'impression d'exagérer un tantinet, si une telle chose est possible c'est bien la tendance actuelle à donner de l'importance à des non évennements, et surtout de profiter économiquement en prenant les gens pour ce qu'ils sont hélas, des moutons sans réflexion seulement aptes à se laisser dicter leur goût au bénéfice des producteurs, TV et écervelés qui y participent. Alors laissons les dans le jus ou ils se sont mis.

Écrit par : grindesel | 16/11/2014

Non, grindesel, il n'y a pas d'exagération dans cette appréciation de celles et ceux qui s'identifient à Nabilla quand on sait qu'on parle d'elle dans le monde entier. Cela a été dit et été confirmé.

Alors le compte est vite fait...Et l'appréciation de ce qui se diffuse...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/11/2014

Alors voici une autre info, intéressante, vitale me semble-t-il! Avec une dizaine d'amis nous avons veillé toute la nuit, et sommes encore sur le front.....Pourquoi! La naissance de 3 petits veaux!

Alors envoyez vos jeunes déglingués voir ce qui se passe dans la reality-chaud au sein d'un environnement, de paille certes, mais de joies intenses et de moments de partage phénoménaux!

C'est ça la vraie vie!

Une bonne léchouille rapeuse à ceux qui ont besoin de se réveiller et voir les réalités en face!

Écrit par : Corélande | 16/11/2014

@Hélène : Je ne sais pas pour vous, mais moi cela me fait peur de voir le manque de recul et surtout le besoin de s'identifier à des gens stupides, narcissiques et sans aucune reflexion d'une certaine jeunesse. Si c'est ce qui fait avancer le monde aujourd'hui"au secours".

Écrit par : grindesel | 16/11/2014

Grindesel,

C'est précisément ce "besoin" qui interroge.

Un "besoin" peut se créer.

Et toutes sortes de raisons valables pour les uns y contribuent.

C'est ce choix des "besoins" qui en dit long sur qui l'opère. Sur qui y adhère, l'approche est plus controversée. Car elle dépend de divers facteurs à l'oeuvre.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/11/2014

Je suis d'accord avec Hélène et certains commentaires qui ne s'arrêtent pas au premier degré de la répulsion pour ce genre de phénomène. Elle ne faisait que soulever le débat par rapport à un fait de société alarmant. Et le débat a bien lieu.

@Victor

Je pense au contraire que l'on doit en parler, pas de ce cas précis, mais de tout ce qui l'entoure. Il ne sert à rien de parler de jeunes écervelées sans tenter de comprendre les rouages d'une société décadente et de trouver des solutions pour que cela n'arrive plus, parce qu'à mon sens, le phénomène est général, et touche aussi bien les adultes avides de la dernière lessive dont les parfums chimiques et allergènes subsisteront pendant au moins 15 jours et tout le reste à l'avenant. Ce ne sont pas que les jeunes qui sont lobotomisés, chaque assiette de chaque citoyen, chaque jour, le prouve. Certains ont démontré comment cette lobotomisation s'est mise en place, il y a déjà de nombreuses années, de manière très claire.

@Johann

Je ne suis pas sûre que cette forme d'aliénation dont vous parlez, de s'intéresser pour la population à la vie des autres ait été bien différente autrefois. J'ai tous les jours la preuve du contraire, avec certaines personnes âgées dans mon immeuble et ont toujours vécu dans des villages. C'est la même chose d'une manière différente, elles "s'intéressent" à tout ce que font leurs voisins :-) De savoir s'ils sont mariés ou pas, pourquoi ils se couchent si tard ou se lèvent si tôt, s'ils ont des enfants, s'ils sont divorcés, dans quel domaine ils travaillent et à quelle heure ils vont vider leur poubelles. Et j'ai beau leur dire que cela ne m'intéresse pas, que c'est du ressort de leur vie privée, rien n'y fait, elles recommencent le lendemain.

Les choses n'ont guère changé, ce sont les cibles qui ont changé.

Merci à Hélène, d'avoir soulevé avec beaucoup de finesse un problème multidimensionnel dont les racines sont à extraire pour pouvoir en sortir.

Écrit par : Jmemêledetout | 16/11/2014

@ Jmemêledetout, vous avez raison, il s'agit bel et bien de lobotomisation.
Par tous les moyens, le citoyen doit obéir.
Pour cela, le niveau des étudiants (PISA) est en baisse constante.
Comment qualifier l'attitude des socialo-communistes, un peu partout sur Terre, sinon de votre terme "lobotomisation" ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 16/11/2014

"Je ne suis pas sûre que cette forme d'aliénation dont vous parlez, de s'intéresser pour la population à la vie des autres ait été bien différente autrefois."

J'y vois une différence. Je pense qu'il est plus ou moins normal de s'intéresser à ce qui se passe dans notre environnement immédiat. Cela éviterait de retrouver après plusieurs semaines ou même mois des personnes décédées à leur domicile. Je m'"intéresse" aussi à mes voisins s'ils me créent un trouble. Le problème survient quand cela tourne au harcèlement.

Au moins, à ce que je comprends, les personnes que vous évoquez ne cherchent à manipuler personne. Et les cambrioleurs n'ont qu'à se tenir à carreau!

Alors que le spectacle de la téloche n'est qu'une mise en scène qui n'a rien d'immédiat. Bourrage de crâne, publicité à tout va, formatage des cerveaux, comportement "dicté" par la mode, le mimétisme, c'est cela la société du spectacle. Mais où apprend-on tout simplement à vivre et à créer plutôt qu'à détruire?

Écrit par : Johann | 16/11/2014

@Victor :

Ne serait-ce pas un peu réducteur les "socialo-communistes" par rapport à la lobotomisation ?

Je pense que celle-ci vient de partout, de gauche, du centre, de droite, en passant par les extrêmes. Et je déteste ces clivages obsolètes qui précisément ne permettent pas de travailler ensemble pour le bien commun, en prenant chez chacun ce qu'il a de meilleur. C'est un problème d'ego, rien de plus, d'humain, dès qu'il est assis sur un siège rouge.

Une absence totale de vision holistique de la planète, d'un continent, d'un pays, d'une commune et même d'un simple quartier.

C'est tout le système qui est en cause Victor, pas seulement un parti ou un autre à tour de rôle. Un serpent qui a voulu se mordre la queue et a bientôt mangé sa tête entière.

Écrit par : Jmemêledetout | 16/11/2014

@Johann

Vous m'avez mal comprise ou je me suis mal exprimée. Ces personnes là ne s'intéressent pas à l'autre, réellement. Elles sont totalement individualistes, font parfois preuve d'une solidarité "individuelle" mais jamais collective. Leur curiosité n'est pas de savoir comment les autres vivent, mais ce qu'ils vivent, dans les détails les plus personnels, c'est une curiosité malsaine, ils ne s'impliquent pas dans le domaine communautaire, ne serait-ce qu'au niveau de leur immeuble et ce, même lorsqu'ils sont les premiers lésés par certaines choses inacceptables.

Je ne dis pas que c'est le cas de tous, mais de la majorité.

Écrit par : Jmemêledetout | 16/11/2014

Complétement d'accord !

"C'est tout le système qui est en cause Victor, pas seulement un parti ou un autre à tour de rôle.
Un serpent qui a voulu se mordre la queue et a bientôt mangé sa tête entière.

Écrit par : Jmemêledetout | 16/11/2014"

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 16/11/2014

Les commentaires sont fermés.