27/12/2014

Ceci n'est pas un conte de Noël

714059_3_12f1_un-sdf-sur-un-trottoir-parisien-en-novembre.jpg


Ceci n'est pas un conte de Noël, avec tout le respect que l'on peut avoir pour ces récits.

Ceci est une histoire vraie, rapportée par différents grands quotidiens britanniques et largement relayée ensuite.

La scène se passe de nuit.

Une étudiante de 22 ans s'apprêtait à rentrer chez elle en taxi et constate qu'elle a perdu sa carte bancaire.

Pour lui venir en aide et lui assurer un retour sans risque, un SDF lui a offert les 3 livres sterling qui lui restaient.

Elle a refusé.

Cependant, si émue par le geste de cet homme, la jeune fille s'est mobilisée pour le retrouver et en même temps, a organisé une levée de fonds pour le remercier.

Elle a demandé à chacun de verser les mêmes 3 livres sterling que lui avait offertes le SDF et a récolté plus de 30.000 livres sterling.

http://gogetfunding.com/project/help-robbie-preston-s-hom...

Voici une histoire qui tranche avec celle qui a mobilisé l'actualité des ces derniers jours à Angoulême.

21:57 Publié dans Air du temps, Avaries, Etre, Humanité, Pratiques, société | Tags : sdf, royaume-uni, crowfunding | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

En effet, rien à voir avec une fable...

Écrit par : Jocelyne | 28/12/2014

Rien à voir avec une fable pas plus que les chômeurs français parvenus en fin de droit et qui se retrouvent à sec... sans plus rien.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/12/2014

Donner et recevoir : les deux facettes d'un même geste.

Merci pour ce beau tableau, ce récit qui illustre un moment de grâce.
Ce SDF est un grand seigneur.

Savoir recevoir est parfois aussi compliqué que de savoir donner.
Ces deux personnes ont su inverser un schéma traditionnel lors de cette rencontre de celle qui normalement avait de quoi et celui qui normalement n'a rien.

Peut-on tirer un enseignement quelconque de ce fait divers ? Je demande cela pour aller dans le sens de Myriam Belakovsky, car il reste des milliers de personnes dans les rues du monde ...

Écrit par : Calendula | 28/12/2014

Donner un poisson (de l'argent) c'est rendre la personne par défaut dépendante de ce don, car après l'avoir mangé, cette personne aura fin de nouveau et reviendra vers toi de nouveau. Par conséquent les chinois considèrent un acte pareil, comme un acte de cruauté, et disent qu'il vaut mieux donner une canne a- pèche et aider la personne a pêcher le poisson...

Écrit par : ANNA | 28/12/2014

C'est normal parce que c'est humain. Donner et ne pas s'attendre a une recompense. On est la pour ameliorer ce monde petit a petit, tous les jours. Celui qui ne le realise pas n'est pas susceptible de sentir la vrai joie de vivre, ma foi. Bien que ce choix ne soit pas toujours facile.. Mais sinon, il nous reste un consumerisme primitif et, ce serait ennuyant.

Écrit par : vitaly korneev | 28/12/2014

Nous venons nus,
Nous repartons nus...

Inutile de nous encombrer trop les bras avec ces objets dorés et lourds dans le corridor de notre existence...

Nous sommes toujours obligés de tout déposer avant le passage de la prochaine porte.

Bravo à ce SDF et bravo à cette jeune fille.
Il suffit parfois d'une seule manifestation que l'Amour est le plus fort pour que cette planète soit sauvée.

Écrit par : Keren Dispa | 28/12/2014

C'est beau....

https://www.youtube.com/watch?v=DNv5ZvzTGJw

Écrit par : Pierre NOËL | 28/12/2014

Savoir recevoir est tout un art.

Écrit par : Vincent | 29/12/2014

Un Art que ne connaît pas l'islam en conquête.

Écrit par : Pierre NOËL | 29/12/2014

Anna,

Je comprends votre raisonnement mais le don pur existe.

L'accepter est un art.

Pierre,

Dans pareille situation, les religions ne jouent plus de rôle. On est dans la grâce qui peut toucher n'importe quel être au même titre, d'ailleurs, que la misère morale ou matérielle.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/12/2014

Hélène, plutôt d'accord avec vous ou dans ce monde, la remise en cause nécessite une force personnelle, (n'ayant rien à voir avec les religions) permettant de changer de "statut" dans l'objectif de s'adapter à une nouvelle situation.

C'est tout un Art avec une -certaine éducation...

Écrit par : Pierre NOËL | 29/12/2014

Ceci n'est pas un conte de Noël, car c'était écrit.
Cela n'était pas écrit pour le compte de Noël.
Qu'il blasphème les rois maudits!

Pourquoi toujours suivre une idée fixe?
Tel un addict regarder des films X.
Pourquoi aller chercher des noises aux religions?
A tort et à travers.
Quand on sait que chacun vit dans sa région
Du monde; et dans son Univers.

Pourquoi vouloir rester toujours condescendant?
Par rapport à l'entourage
Qui se révélera un jour transcendant.
Il suffira juste d'avoir le courage!

J'ai vécu une histoire semblable et peux confirmer à quel point ces gens méritent à tous égards notre estime...

Écrit par : vlad | 29/12/2014

Vous me forcez à être un peu hors sujet, même si je ne suis pas l'objet du sujet, ce sera le dernier.

Les royautés religieuses, accompagnées de leurs "monseigneurscardinaux" véritables maîtres à penser et de certains chefs d'entreprises, fabriquent des pauvres. Pour se donner bonne conscience elles ont formaté des gens pour s'occuper du pôôvre, ce qui participe à donner la bonne image et détourner l'attention sur le paradis et l'enfer. Les Pharaons et les Sumers avaient déjà inventé le concept du bien paraître.

Paperon blanc a même recommandé aux monseigneurs de paraître plus pauvres, être plus humble et d'arrêter de se la péter. Ca vous concerne. Je suis en phase avec ce qu'il a dénoncé, la chrétienté perd des parts de marché des ouailles.Cela dit, il y a plusieurs chrétientés; celle dépendant du vatican, se regarde dans les palais des glaces. Le terme condescendant vous va très bien.

Vous jouez le pôôêt-poêt pour ne pas dire grand-chose. je n'ai pas de leçon à recevoir sur l'estime qu'il faut porter aux mendiants. Vous avez tous la même démarche pour casser du bois....

Ce n'est pas comme cela que vous gagnerez des parts de marché; quant aux mendiants, il faut craindre le pire les compteurs s'emballent, sauf en Suisse?

Écrit par : Pierre NOËL | 30/12/2014

« Pour lui venir en aide et lui assurer un retour sans risque, un SDF lui a offert les 3 livres sterling qui lui restaient. »
http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/12/27/ceci-n-est-pas-un-conte-de-noel.html

« je n'ai pas de leçon à recevoir sur l'estime qu'il faut porter aux mendiants » - un commentateur de passage

Ca fait déjà un moment qu'il est hors sujet, notre héros
Son nombrilisme démesuré lui fait croire qu'on le prend pour l'objet
Du sujet.
Et qu'on l'invite à prendre l'apéro
Hélas, la vie n'en a fait qu'un gadget.
Sans un grand budget.
Dans le meilleurs des cas, un widget.

Heureusement encore interactif
Quoi que pas vraiment très vif
Se tendant vers le passif
Mais évitant déjà les manifs
Au pif.

Un logiciel socialisant
On dirait même bienfaisant
Capable de dire «Allez-vous en»
Aux Zélites partisans,
Et aux paroissiens

Mais qui lit mal le sujet, le vrai
Et prend un noble SDF pour un mendiant perdu dans un pré
Lui refusant un crédit de confiance, un tout petit prêt
Sans intérêt.

PS: quand, dans mon précédent commentaire, j'écrivais « J'ai vécu une histoire semblable et peux confirmer à quel point ces gens méritent à tous égards notre estime... », je m'adressais à l'ensemble de lecteurs de ce blog - une évidence biblique, qui ne l'est pas pour certains.

Écrit par : vlad | 30/12/2014

Témoignage saisissant d'une jeune femme qui a vécu six ans dans la rue.

Interviewée ce soir dans le cadre du 20 heures de France 2, elle a publié un livre:

http://www.amazon.fr/Plus-forte-que-Fiona-Thibeaux/dp/2369170271

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 30/12/2014

Les commentaires sont fermés.