02/04/2015

La faim

images?q=tbn:ANd9GcR0EDkfnqezTCLiZBjnpYVqho9NbgpL_HaCIqwIVYAYG2zvW32E

Sur le site du Programme Alimentaire Mondial on trouve, exposé en dix points, l'essentiel des faits et chiffres en relation avec la faim dans le monde.

Cette manière d'aller à l'essentiel de l'information est plus qu'indispensable..

Que la faim soit une arme de guerre explique sans doute comment elle tue davantage encore que tout conflit ou autres maladies réunies, pour ne citer que ce qui est sans cesse porté à la conscience des populations.

Mourir de faim n'est plus une expression pour qui laisse ses jours après quelques années de vie, tels ces enfants à peine mis au monde. Mourir de faim est une réalité qui se rappelle toutes les dix secondes au moins à qui veut bien en avoir connaissance.

Financer des programmes de lutte contre la faim ne semble pas même suffire à infléchir certaines politiques.

A cet égard, un des dix points énoncés par le PAM interpelle:

Si les agricultrices avaient le même accès aux ressources que les hommes, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde pourrait diminuer de 150 millions.

A écouter aussi,sur le sujet:  http://www.rts.ch/espace-2/programmes/babylone/


 

12:58 Publié dans Avaries, Humanité, Information, Politique, Pouvoirs, Pratiques | Tags : pam, faim, politique, agricultrices | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Les agricultrices qui auraient le même accès aux ressources que les hommes? Le nombre d'affamés dans le monde pourrait diminuer de 150 millions. De même, un vaste programme mondial d'information active non seulement sur la contraception avec "dons universels" pour ses moyens mais une éducation à la responsabilité individuelle: je ne mets pas, je ne mettrai pas ou plus au monde des êtres vivants sans avoir les moyens de les nourrir, cultiver, soigner, entretenir... quitte, en attente de nouveaux préservatifs, ou autres formes... de patienter une heure, un jour, une nuit... Quelle belle tâche qui pourrait être celle de jeunes soudain plus attirés vers du solide, du valable, que, notamment,l'initiation au djihadisme!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/04/2015

Plus la vie s'écoule, et plus je me dis qu'une société matriarcale nous aurait évité bien des déboires et des désillusions...

L'Amour est maternel. La guerre est masculin, malgré ce qu'on croit.

Écrit par : Keren Dispa | 02/04/2015

La guerre n'est pas masculin, les collabos des hommes sont aussi des femmes en mal d'amour et de pouvoir c'est un constat.

Le problème d'une majorité de femmes, est le manque de responsabilité, l'histoire confirme également ce fait.

La faim est un fléau dans les pays pauvres ou les croyances vont bon train. Il n'y a rien à manger à par les racines de manioc, par contre ils ont des armes et des bottes pour s'entre tuer.

Cela dit des organisations vertueuses font un très bon travail en Afrique, en Inde et ailleurs, en créant des petites fermes indépendantes, avec eau, gaz, électricité, l'énergie étant fabriquée avec les déchets animaux et humains.

Là encore, dieu hibou est absent, les fables n'apportent rien d'autre que la guerre et la misère. L'enfer pour les gamins de ces pays, est sur terre....
Les hommes ou les femmes avec leurs bouquins , n'apportent rien; ils feraient bien de rester chez eux et laisser les peuples réfléchir, décider et agir à la place des despotes que nous finançons.

Écrit par : Pierre NOËL | 03/04/2015

Toujours ce fiel... je ne dirai pas à qui je m'adresse.

"Bergères de l'apocalypse" fait référence à une époque de matriarcat où les femmes vis-à-vis des hommes furent atroces et atroces de façon telle que FRANCOISE D'AUBONNE nous apprend que certains psys ont expliqué la misogynie masculine par une peur atavique qui daterait de l'époque en question.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/04/2015

La vérité a toujours été combattue par les religions, leurs rois, seigneurs et monseigneurs, devant lesquels se prosternent tous les clients et collègues des religieux.

Soyons plus émerveillés par la vie, que par les fables royales, empêchant les jeunes pour une majorité de se réaliser, la minorité ayant les parents derrière eux. Cette minorité commandera la majorité sous des étiquettes différentes et des couleurs, également différentes.

Ils sont reconnaissables à leurs belles voitures, le croco mis en évidence sur les pulls et tee-shirts, ils vont au ski en 4x4, ils étudient dans les grandes écoles de la médiocrité, on les retrouvent en politique ou dans les entreprises après quelques stages bidon. Des gamins qui crèvent de faim ils s'en tapent.

La vérité doit être dite mieux que la messe. L'Afrique est la honte de la chrétienté et des multinationales depuis des siècles.

Après coup, c'est toujours facile de jouer les mères machins hallucinées, enjouées pour soigner et venir en aide à des populations rendues esclaves d'un capitalisme sans foi ni loi. Ne nous étonnons pas des catastrophes.

Allez poser la question aux gamins blessés par la guerre des adultes ou mourant de faim à cause des adultes hommes et femmes et leurs croyances venimeuses.

Bonne méditation........

Écrit par : Pierre NOËL | 03/04/2015

Toujours ce fiel... je ne dirai pas à qui je m'adresse.

Une logorrhée, une dissonance cognitive également...; la mort frappe les gens sans distinction d'age...

Écrit par : vlad | 03/04/2015

La croyance religieuse, ceux qui cheminent pour de bon, de vrai, parviennent tôt ou tard à maturité mais ceux qui s'obstinent à démolir sans tenir compte du vécu, de l'expérience de leur prochain lui faisant courir, selon les circonstances de vie, le risque de désespoir absolu... ces personnes portent de lourdes responsabilités.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/04/2015

La vraie question n'est pas de savoir pourquoi les gens meurent de faim, il s'agit "juste" de savoir ce que nous voulons faire pour y porter remède définitivement. Un devoir absolu, en somme.

Écrit par : Michel Sommer | 03/04/2015

On parlera partage équitable des biens et des ressources, certes, mais qui sera d'accord, Monsieur Michel Sommer?
Faudra-t-il prendre de force ces biens et ces ressources?
Si oui, comment?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/04/2015

@ Myriam "ceux qui s'obstinent à démolir sans tenir compte du vécu, de l'expérience de leur prochain lui faisant courir, selon les circonstances de vie, le risque de désespoir absolu... ces personnes portent de lourdes responsabilités."

hélas, ces personnes n'en tiendront pas compte, elles sont dans leur délire, dans leur folie meurtrière.

Regardez les fameux Bouddhas de Bamyan en Afghanistan : ils ont été dynamités.
Voyez les musées en Irak : ils sont anéantis au marteau-piqueur.

Pire : beaucoup plus pire et infiniment plus grave : le sort de ces populations éparpillées en Syrie, en Irak, dans ces zones où sévissent les criminels islamistes extrémistes.

La faim ? Elle a été également une arme utilisée par les anglais, lorsqu'ils ont voulu anéantir la population irlandaise.

Porter remède au problème de la faim, ce sera avant tout régler le problème des conflits. Après, la faim pourra être traitée.

Écrit par : Keren Dispa | 03/04/2015

Sans se changer soi-même. Keren Dispa, croyez-vous que l'on règlera le problème des conflits?
Tous, partageons-nous volontiers?
Apprécions-nous l'autre que nous-même plus riche, plus doué, plus chanceux?

Ce qui te choque, enseignait Krisnamurti t'interpelle!

Accuser les autres, façon comme une autre de se donner à soi-même bonne conscience.
Ne jamais reconnaître ses propres erreurs désigne la vanité.

N'est-ce pas en visant aux pieds que raccourcissant l'autre on parvient à paraître plus grand soi-même?!

Pour l'immédiat Albert Jacquard n'a-t-il pas dénoncé la compétitivité démente de notre temps en annonçant le pire?

Le monde de la finance l'emportant, les marchés souks mondiaux en guise d'idéal...

Que montrons-nous qu'enseignons-nous (à commencer par l'exemple) aux jeunes générations?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/04/2015

Vos affirmations ne sont pas confirmées Myriam, regardez ce monde, informez-vous du mensonge royal.

Tout est dans l'éducation et la Culture, mais là, seuls les initiés savent. Les croyants aiment rester dans leurs fables, certains par paresse, d'autre par idéologie, d'autres raisons peuvent être évoquées comme la joie d'aller dans un paradis fantôme, inventé par les rois et leurs prêtres. Les non-croyants n'ont pas à apporter la preuve de leur honnêteté et leur grandeur de pensée et de coeur.

Les croyances de toutes sortes ont fait des millions de victimes, ce n'est pas fini.

Les talibans sont de grands croyants, comme les islamistes, ils appliquent leurs concept à la lettre en démolissant les idoles, les statues des civilisations et tout ce qui est non conforme à leurs croyances débiles et leurs bouquins. Ce n'est pas d'aujourd'hui, au temps des Pharaons certains groupes coupaient les nez, les oreilles ou des bouts de pieds des statues. Le christianisme n'est pas en reste. Je ne donne pas de liens allez sur votre ordinateur.

Il n'y a pas le bien d'un côté et le mal de l'autre la terre n'a pas 6000 ans comme vous l'ont expliqué vos maîtres à penser. Les non-croyants ne sont pas communistes loin sans faut!

Les gamins ne se nourrissent pas de prières et de systèmes racontant des fables. La nourriture intellectuelle c'est la Culture, l'Art et leur pratiques. Il y a plus d'argent pour les conflits religieux et royaux que pour les gamins de la planète. Les financiers sont aux ordres des systèmes. Moïse comprend cela mieux que vous racontez-lui. (Comment va-t-il?)

La fin de ce monde avec son système économique ou 2 % de gens ont la même richesse que les 98 % se termine. La dé-construction est commencée, ça va faire des dégâts même en Suisse. les gamins et leurs parents n'ont pas fini de souffrir. Vous prierez? très bien, ils seront heu-reux. Allez louya....

Écrit par : Pierre NOËL | 03/04/2015

Allez, on eu une logorrhée, une dissonance cognitive. Quoi d'autre?

"La nourriture intellectuelle c'est la Culture, l'Art et leur pratiques." ?

"Les non-croyants ne sont pas communistes loin sans faut!" ?

Un baratin sans fautes!

Écrit par : vlad | 04/04/2015

@ Pierre NOEL Mes affirmations sont confirmées par les informations de la presse concernant le monde des marchés mondiaux, y compris le mot "souk"!

Ma formation professionnelle étant d'abord la psychopédagogie (Ecole de formation sociale (années 1950) section éducatrices puis par concours de circonstances la psychanalyse Freud Jung et Dolto. Par nature sensible dès l'enfance aux sens pluriel des mots proche, sans plus, de Lacan.
1969 intensément Paul Diel. Multiples autres approches d'autres et séminaires. Dès 1981 initiée au Sahaja yoga.

Quant à Albert Jacquard, je vous laisse le soin de parcourir ses livres. Vous y découvrirez non seulement la dénonciation de la compétition qui mène le monde à sa perte mais également celle, la dénonciation, toujours des barrages d'accès destinés aux classes qui "ne sont pas de notre monde" sans oublier une "sélection sournoise", le mot est de lui, concernant les élèves n'y comprenant soi-disant rien aux maths en répétant deux ou trois fois la même explication puis s'éloignant n'"y pouvant rien si l'enfant n'est pas apte à comprendre" au lieu de chercher une ou plusieurs autres explications.

A propos du mal d'un côté et du bien de l'autre non mes maîtres à penser mais nos maîtres à penser nous ont toujours enseigné qu'en nous règnent les deux bien et mal. Ainsi en nous en conflit les deux Abel, le spirituel: signification "ce qui monte" et Caïn, le matériel: signification "j'ai acquis"! pour ce qu'il en est de l'Ancien Testament biblique. Selon les évangiles l'homme qui marche mais qui ne voit pas le matériel, l'autre qui voit mais ne marche pas, le spirituel. Il faut donc que celui qui voit guide celui qui marche, certes, mais qui ne voit pas.

Soyez assuré, Pierre NOEL qu'aucun psy contredirait cet enseignement notamment en provenance des évangiles.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/04/2015

"Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu'ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent."

Évangile selon Matthieu, 7.6

Écrit par : vlad | 04/04/2015

J'attends le jour où Michel A. Sommer nous dira qu'avec 7 milliards d'êtres humains sur Terre nous sommes juste un peu trop nombreux.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/04/2015

Mourir de faim, madame, ce n'est vraiment pas nouveau.
Le Holodomor n'est pas arrivé en Ukraine, baptisée "grenier de l'Europe" pour rien.
Si seulement c'était la seule famine que le Monde ait connu ... que dire de la faim dans le Maghréb, en 2011, suite à la sécheresse de 2010 ?

La sécheresse provoque la famine dans le Monde.
Mais qui en est encore conscient de la nécessité de partager l'eau ?

Partager l'eau est bien plus important que toute autre chose.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/04/2015

Les commentaires sont fermés.