05/06/2015

Paris, de l'amour cadenassé au provisoire Street Art

ufunk-street-art-pont-des-arts-paris-6.jpg

Vous avez aimé le Ponts des Arts à Paris, avec ses "cadenas d'amour"?

Vous aimerez peut-être un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout ces fresques qui les remplacent:

http://www.ufunk.net/artistes/street-art-pont-des-arts/

Certes, il est bien précisé que cet art, connu sous le nom de Street Art, n'est exposé là que le temps nécessaire au remplacement des anciennes rambardes par de nouvelles.

Ainsi, ces parois resteront-elles en place jusqu'au mois d'octobre pour être ensuite remplacées par des panneaux vitrés.

Néanmoins, la transition ne manque pas d'interpeller.

Cela étant, ces oeuvres sont inaugurées ce vendredi midi par Bruno Julliard, oui, celui qui s'était fait connaître en mars 2006, lors des manifestations contre le CPE. Cet ancien de l'UNEF est désormais adjoint du PS en charge du Patrimoine.

A ses côtés, se trouveront Mehdi Ben Cheikh, directeur de la galerie Itinérance et Brusk, artiste de rue.

 

 

 

Commentaires

Impossible d'appréhender le pourquoi d'une focalisation sur cet accident "CPE" dans le CV de monsieur Julliard,dans votre sujet consacré à Rue art.

Ou parce que vous avez repris la poésie, madame ? Il était temps!

Écrit par : vlad | 05/06/2015

Je vous cite: "Néanmoins, la transition ne manque pas d'interpeller".

En quoi cela vous interpelle-t-il? Ce serait intéressant que vous élaboriez votre point de vue.

Cdlt.

Écrit par : Déblogueur | 05/06/2015

Déblogueur,

"Ce serait intéressant que vous élaboriez votre point de vue."

Le sujet du blog est un fait qui "interpelle" et que je signale.


Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/06/2015

Quant à votre "Cdlt", Déblogueur, on sait la pratique du sms avoir favorisé les abréviations.

Voici qui interpelle tout autant alors que "Cordialement" écrit en toutes lettres ne semble pas impossible à écrire dans le cadre de cet "Espace-commentaires" comme l'a dénommé une intervenante de ce blog.

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/06/2015

Dommage que ça soit temporaire, car c'est une excellente image de notre société "civilisée". Les siècles de sauvages avaient Michel Ange, Rembrand ou Gauguin et nous nous "laisserons" comme héritage le street art! Alleluia!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 05/06/2015

Tiens,après le "plug anal" , encore une version parisienne et édulcorée du Tittytainement , par ce génial créateur qu'est Brzezinski...
Je crois que la nausée est de plus en plus contagieuse en France. Il faut avouer qu'il y a de quoi
http://www.altermedia.info/france-belgique/gnral/les-outils-du-mondialisme-le-tittytainment_25419.html

Écrit par : Jocegaly | 05/06/2015

Une société torturée. Voilà ce que la Street Art laisse comme impression.
Proche du graphiti et du gribouillage, elle envahit tout l'espace public, d'une laideur chargée de précarité et d'indigence, elle étouffe celui qui y porte son regard, elle vicie l'air qu'on respire. Non! Elle ne fait pas rêver. Elle n'inspire pas à la poésie, elle n'offre pas de sérénité, non plus.

L'imagination a déserté les esprits, la jeunesse et même la vieille garde qui y recourent en tant que "faire-valoir" aux côtés d'une jeune clientèle politique choyée par les subventions et les promesses de notoriété. Ceci nous fait comprendre qu'il y a quelque chose de cassé dans la société, comme un sillon du disque de notre histoire civilisationnelle qui se serait corrompu ou perdu.

Le coup de crayon, le sens des couleurs et du dosage des lumières, le goût des contrastes sans sacrifier l'harmonie ou le langage, sont absents.
Toute la production de cette espèce démontre une population de re-producteurs formatés au nouveau standard culturel fortement au rabais, surtout fait d'impostures de bluffs et d'agressivité. Au lieu d'activer le rigueur, et l'observation, bases de l'inventivité et de la créativité.

Il y a des règles d'or dans toute production plastique à ne pas négliger. Même le stylisme ne peut pas se passer des notions élémentaires de base: du savoir dessiner, de la maitrise du trait à main-levée, les formes, les proportions, les matériaux, les rendus d'effets etc... A partir de cette maîtrise on peut ensuite parler et se permettre l'exagération, la déformation, le grossissement de loupe, le naïf, l'épurement, la fiction ou l'extrapolation.

Mais quand on ne sait même pas dessiner une main, encore moins une main tremblante portée à ses lèvres émues...`Où sont ces talents qu'on suggère, à demi formule, cachés ou enfouis dans la pudeur ou l'humilité de l'"Artiste"?

On nous propose un art vers l'indigence auquel on offre les murs de la ville et l'ensemble de ses espaces. Est-ce cela la ré-appropriation de l'espace public dont les associations "socio-culturelles" parlent tant? Des communautés fermées et protégées par les représentants des pouvoirs publics?
Mais ces murs et ces espaces, l'élite au pouvoir se l'est accaparés pour les transformer en droit exclusif qu'elle peut réattribuer comme podium éphémère ou durable à sa clientèle choisie. Une monnaie omise à la quantification.

Il faut une législation qui régule la jouissance des espaces publics. Il y a vide juridique actuellement et c'est le citoyen non client politique qui s'en trouve privé. Alors que toute la propagande en la matière est faire en son nom pour son bénéfice.

Aussi,il y a inégalité de traitement en matière de promotion des talents, la discrimination formant le principe, le privilège apparaissant comme un mérite naturel, le privilégié qui (s')expose (lui plus que) ses gribouillis, parait être l'élu d'un jury quelconque ou d'un jury populaire ou encore d'un heureux bénéficiaire du tirage au sort. Alors qu'il est simplement un choisi de la famille politique au pouvoir.

Une tromperie intellectuelle relevée nulle part, par personne.

Personne n'y prend garde, et pourtant, ce phénomène s'active à la manière d'un rouleau compresseur qui ne laisse aucun gratton disgracier la brillante et inoffensive surface lisse d'une gouvernance réformée sur laquelle nos dirigeants-laquais posent leur fessier.
Nos gouvernements assistés dans leur propre changement de mentalité, appelés du vœux de la NED, ont la mission de former des élites fiables pour qu'elles conduisent les masses populaires vers l'indigence intellectuelle, vers la soumission, et vers l'idiotie institutionnelle, garante de mouvements à l'unisson au premier coup de sifflet; Qu'elles procèdent aux tris des citoyens et qu'elles prennent des mesures contre ceux qui n'abondent pas dans cette forme de pacification. La nouvelle guerre des cerveaux, depuis 1970, continue ses exploits.

Il y a un dressage pseudo culturel supra-national dit de modernité qui est en train de triturer les nations occidentales. le degré de conscience n'a nulle part la possibilité de se traduire. En Amérique latine, on échappe pour l'instant à l'extase devant les déficiences mentales. Les petits pays d'Asie et africains semblent aussi épargnés, mais pour combien de temps?

Écrit par : Beatrix | 05/06/2015

Votre Altesse,

« cdl »t, c'était une fôte de frappe dûe à un bug du débloggage. Normalement il fallait abrévier avec CDT

http://fr.wikipedia.org/wiki/CDT

Cdt Trofimov

Écrit par : vlad | 05/06/2015

Quelque soit l'abréviation, bug ou non, elle dénote un rapport significatif à la langue et à son usage.

Les commentaires déposés sous ce sujet et à dérouler, sont explicites:


http://www.meltingmots.com/2105-abreviations-de-cordialement.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/06/2015

@ Hélène - Avez-vous un coup de chaud?

A vous lire, je ne sais pas pas davantage en quoi la disparition des cadenas au bénéfice du street art VOUS interpelle...

Il semble que ce qui interpelait les autorités de la Ville De Paris était la fragilisation des balustrades du pont, par le piods de ces symboles somme toute assez touchants...

Il m'aurait intéressé que, pour une fois au lieu d'insinuer, vous exprimiez votre opinion sur ce sujet qui ne devrait pas créer la discorde habituelle chez vos commentateurs, tant il est éloigné de la Russie, de l'Ukraine et du Donbass.

Quant au "Cdlt", j'espère que vous arriverez à me le pardonner, il était du à une légère distraction.

Bien à vous, et bon weekend.

Écrit par : Déblogueur | 05/06/2015

Déblogueur,

J'ai certes un prénom, que vous utilisez alors que j'ignore tout du vôtre.

Je vous ai répondu.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/06/2015

Quant au reste, Déblogueur, et pour ce qui serait d'"insinuer", je pense ne rien avoir à vous envier en la matière.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/06/2015

Ça se passe pas a Paris, mais quelque part en occident :

http://www.youtube.com/watch?v=9ZuyqvGI6cs

*a noter que il y a plein d'enfants autour de cette monstruosité, et il ont l'air apprécier ce STREET ART. Le fameux "Plug anal" c'est le pipi du chat a coté de ça...

Écrit par : ANNA | 05/06/2015

@ Madame Richard Favre, il n'y a pas de pire sourde que celle qui ne veut rien entendre...

Ca doit être la chaleur.

Bien à vous.

Écrit par : Déblogueur | 05/06/2015

Monsieur -ou Madame?- Déblogueur,

Il n'y a pas pire aveugle que celui qui refuse de lire.

Et je ne m'aventurerais pas, comme vous vous y employez, à en supputer les causes.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/06/2015

Pouf pouf.

Écrit par : Déblogueur | 05/06/2015

"on sait la pratique du sms avoir favorisé les abréviations."

Ca, ça doit venir de la pratique de l'anglais...

Écrit par : Un pour Plouf, Plouf pour un ! | 05/06/2015

Président - Présidente
Bloguer - Blogueuse
Déblogueur - Déblogueuse....

Votre Altesse, l'avantage indéniable de la forme "Cdt" sur "Cdlt" est que je peux signer avec si je le vaux bien

Cdt Trofimov

PS: sinon il existe des prénoms assez bizarroïdes dans la nature: Mégane, Renaud, Vladilène (contracté de/le (virus) (de) Vladimir Lénine) etc...

Écrit par : vlad | 05/06/2015

Bonjour

ANNA est de retour, je suis content :-)

Écrit par : absolom | 05/06/2015

Bonjour, absolom !

Merci, c'est sympa...
Vous êtes bien le seul a être content :-)

Sur "Le Figaro", ils ne sont pas contents du tout ! :-)

http://s013.radikal.ru/i323/1506/e7/435927ba442f.jpg

1. mon commentaire, est t-il hors sujet ? NON
2. mon commentaire est il insultant pour quiconque ? NON
3. mon commentaire appelle t-il a la haine ou au mépris de quiconque ? NON
4. mon commentaire bafoue t-il la "charte" journalistique du Figaro ? NON
5. mon commentaire est t-il irrespectueux envers quiconque ? Non

Mais il est REFUSE a la publication...en France, soi-disant le pays de la liberté d'expression

Écrit par : ANNA | 06/06/2015

Bonjour ANNA

Cela fait longtemps que je suis vos commentaires et je dois avouer que certains m'ont bien fait rigoler, notemment votre "lettre" à l'américaine. Votre franc-parler y est pour quelque chose aussi bien sûr :-))

Vous dire que je connais la Russie et son histoire serait mentir. Je l'aime par instinct et si j'avais une vingtaine d'années de moins je m'y serais probablement aventuré. Ma grand-mère côté paternel maîtrisait sa langue, oral/écrit, et en était très fière. Mon père s'y rendait souvent d'ailleurs :-)

La vie m'ayant "façonné" à la dure et réservé pas mal de turpitudes, je comprends peut-être mieux que d'autres la mentalité de ce magnifique pays et de son peuple...d'autre part, j'aime bien Monsieur Poutine. Il a un côté rassurant, surtout par les temps qui courent...il est une foto de lui marchant torse nu le long d'une rivière qui lui sied à merveille.

Qu'il ne lâche surtout pas une once de terrain :-)

En ce qui concerne la France (j'y ai quelques amis proches), le problème semble venir de la difficulté extrême qu'éprouve cette nation à retrouver son "identité" depuis la 2ème mondiale. Bien sûr, leurs médias et chefs actuels ne les aident d'aucune façon, bien au contraire :-)

Peut-être qu'un jour l'Hélvétie et sa "Tribune de Genève" sera l'un des derniers bastion(s)occidental(aux) de la liberté d'expression...bien que, et c'est amusant, les blogs soient logés sur la plateforme "BlogSpirit", plateforme qui vous renvoie invariablement au 3, rue Danton, 92240 Malakoff - France,...si je questionne l'une de ses adresses IP :-)

J'espère sincèrement que le peuple suisse saura résister à la vilainie annoncée, et s'il est vrai qu'on le considère comme discret voir timide, il est tout aussi vrai que lorsqu'il le faut et qu'il n'existe plus d'alternative, il sait se lever et se battre (enfin, je le crois encore)... :-)

Sur ce je vous laisse ANNA, du moins pour l'instant, n'ayant que trop "papoté" aujourd'hui :-))

ps: le billet de Madame Richard-Favre "Liberté d'expression ici et là"...

Écrit par : absolom | 06/06/2015

Une excellente contribution de Beatrix, tout y est!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 06/06/2015

Les commentaires sont fermés.