31/07/2015

JOJ à Lausanne en 2020, "parler aux jeunes"...

Capture d’écran 2015-07-31 à 13.55.31.png

 

La joie est de mise et il y a de quoi. Lausanne vient d'être choisie, ce vendredi 31 juillet, pour organiser les Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ) en 2020.

L'idée de créer des JO pour la jeunesse remonte à 1998 mais n'a pu être validée qu'en 2007. 

Il est heureux de constater le souci de Jacques Rogge de parler aux jeunes alors que c'est certainement dans ce sens que le président russe avait prononcé cette phrase qui, selon un tweet adressé à Darius Rochebin, aurait fait le buzz mondial.

Si certains ont carrément ridiculisé le président russe alors qu'il déclarait que ce serait à des gens comme Sepp Blatter que le Prix Nobel devrait être remis, c'est dire leur aptitude à vouloir comprendre le rapport qu'entretient Vladimir Poutine au sport.

Mais quand l'aveuglement commande, quand on ne veut plus voir, de cette discipline, que ses dérives financières et non pas ce qu'elle apporte de positif et de constructif à maints égards, il va de soi que la cible était toute trouvée. 

Voici, à lire, pour qui ne s'en souviendrait plus:

http://www.purepeople.com/article/vladimir-poutine-tres-e...

 

13:59 Publié dans Air du temps, Avaries, Finance, Medias, Politique, Pouvoirs, Pratiques, Suisse | Tags : joj, cio, fifa, poutine, medias, sport | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

30/07/2015

Cervantes, esclave à Alger.

rais_mr.jpg

Ils étaient entassés, pouvant à peine bouger dans la saleté, la puanteur et la vermine, et beaucoup mouraient avant d'atteindre le port.

Il ne s'agit là d'aucun migrant fuyant le régime ou la misère de son pays. Il s'agit de Chrétiens - de Juifs parfois aussi- que leurs maîtres musulmans avaient capturés et ramenaient avec eux:  http://library.flawlesslogic.com/slavery_fr.htm

Si l'esclavagisme des Blancs fut maintes fois évoqué, il n'en va pas de même de celui dont ils furent, eux aussi, les victimes.

Trois siècles durant, des centaines de milliers d'Européens furent réduits à l'esclavage.

Pour en savoir d'avantage sur le sujet, la lecture de l'ouvrage du Professeur Robert C. Davis, Christians Slaves, Muslim Masters: White Slavery in te Mediterranean, the Barbary Coast and Italy, 1500-1800, est instructive.

On y apprend, par exemple, comment le prix d'un Chrétien avait chuté alors qu'après une expédition menée par les Algériens dans le Sud de l'Italie, on pouvait troquer un Chrétien pour un oignon.

De ces années sombres de l'Histoire, on a peu témoigné.

Les conditions dans lesquelles étaient détenus les Chrétiens sont bien décrites dans cette video qui évoque aussi les cinq ans de bagne de Miguel de Cervantes:

https://www.youtube.com/watch?v=ol0ud_fHvjc
 

29/07/2015

Rochebin-Poutine, et après?

2402657_pic_970x641.jpg

L'interview que Vladimir Poutine a accordée au journaliste de la RTS, Darius Rochebin, constitue, à l'évidence, un nouveau temps fort du journalisme: 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/10/02/un-temps-fort-...

Le journaliste suisse est connu pour son audace, relevée par nombre de commentateurs alors qu'il s'adresse ainsi au Président russe:

Il y a ceux qui disent, après tant d'années de pouvoir, Monsieur Poutine est devenu fou.

Et Vladimir Poutine de rétorquer: Et vous, au terme de notre interview, je vous parais fou? Réponse du journaliste: En tout cas, vous souriez.

S'il est judicieux, en effet, de relever ce fait, il l'eût été tout autant de constater la liberté de ton qu'a laissée le Président russe au journaliste suisse.

Alors que tant de ses confrères ne savent plus qu'inventer pour stigmatiser Vladimir Poutine, Darius Rochebin a néanmoins eu le mérite de dépasser les a priori et d'aller jusqu'au bout de sa volonté d'interviewer le Président russe.

Il s'est exprimé à cet égard dans Le Matin* et dans Bilan*.

Puisse son initiative ne pas en rester à un seul coup médiatique ou autre scoop mais contribuer à dessiller certains regards encore trop lourds de préjugés sur la politique du Kremlin.

http://www.lematin.ch/monde/L-Elysee-etait-plus-enquiquin...
 
http://www.bilan.ch/entreprises-plus-de-redaction/darius-...
 

11:49 Publié dans Air du temps, Information, Medias, Politique, Pouvoirs, Russie, Suisse | Tags : poutine, rts, russie, ue, usa | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

28/07/2015

Qui a volé qui et depuis quand?

eugene-delacroix-prise-constantinople.jpg

 

Le 12 avril 1204, la quatrième croisade, en manque de fonds pour rejoindre l'Egypte et la Palestine pour libérer Jerusalem des Musulmans, se dirige vers Constantinople.

Autant les marchands vénitiens -au service desquels se sont mis les Croisés- que ceux-ci, voient l'occasion de briser la puissance commerciale et religieuse de Byzance.

La rivalité entre Latins et Grecs, entre la Rome catholique et la Byzance orthodoxe -qui fut à l'origine du schisme d'Orient- se concrétise là de la manière la plus sinistre qui soit.

http://www.guillaume-villeneuve-traducteur.fr/spip.php?ar... 

 A chacune et à chacun d'en tirer les conclusions souhaitées. Le fait est que dans la mémoire grecque, ce passage occidental en leurs terres n'a pas été oublié.

Car il a tant affaibli l'empire romain d'Orient qu'il a permis sa chute, en 1453.

La suite, on la connaît, quatre cents ans de domination ottomane et une guerre pour l'indépendance soutenue par les Puissances dont les intérêts ont été évoqués ici:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/20/pas-de-testicu...

Dire que l'Histoire se répète est, pour certains, un euphémisme. Le fait est que le besoin de puissance ne lésine jamais sur les moyens.

 

27/07/2015

Dostoïevski

analyse-holbein-le-christ-mort.jpg

Invitée à parler de Dostoïevski dans le cadre de Journées qui lui sont consacrées chaque année à Saint-Pétersbourg, outre son bref séjour à Genève, j'ai évoqué comment ce qui a été appelé "haut mal" ou "mal sacré" -je veux parler de l'épilepsie-  travaille et tisse son oeuvre. 

Certains critiques ont mis en relation le déclenchement de l'épilepsie de l'écrivain avec l'assassinat de son père par ses serfs mais d'autres le font remonter à son enfance. Ce serait, en effet, à l'âge de 7 ans que Dostoïevski aurait été frappé par sa première crise.

Il n'est pas difficile d'imaginer la souffrance que ce mal a pu engendrer chez lui, sachant combien la violence de certaines crises peut terrasser et surtout, comment celles-ci peuvent aussi être perçues par l'entourage.

Plusieurs personnages de l'oeuvre de Dostoïevski sont épileptiques, dont le Prince Mychkine et Smerdjakov, fils bâtard de Fiodor Karamazov.

Cela dit, tout distingue ou presque ces deux personnages et c'est là une des raisons qui a motivé mon choix d'en parler.

Si Dostoïevski est mort à Saint-Pétersbourg peu de temps après avoir écrit "Les Frères Karamazov" sous la forme que nous lui connaissons alors qu'il la considérait inachevée, c'est à Genève que Dostoïevski a écrit en grande partie, "L'Idiot".

Or de passage à Bâle, l'écrivain s'est rendu au Musée des Beaux Arts où il s'est très longuement attardé devant le Le Christ au tombeau, de Hans Holbein le Jeune et dont la reproduction figure en illustration de ce sujet.

Il n'est pas impossible que la très forte émotion que Dostoïevski a ressentie à la vue de ce tableau ait pu constituer un des éléments déterminants de l'écriture de "L'Idiot".

http://pl.spb.ru/events/?ELEMENT_ID=2988

26/07/2015

La haine, politique de croissance?

europe_et_zeus_2.jpg

Les détracteurs de la Grèce y vont bon train pour juger un pays dont on se demande bien ce qu'ils en savent ou en ont compris.

Plusieurs sites se sont satisfaits de relayer le point de vue d'Edmond About, mishellène notoire et auteur d'un ouvrage intitulé La Grèce contemporaine. 

Paru en 1854, il sert de référence opportune à qui le veut bien pour montrer que la Grèce ne serait qu'un pays de profiteurs sinon de voleurs ou pis encore.

Boulevard Volaire, Le Monde, L'ObsRue89 en citent de larges extraits évidemment choisis. Car les passages décrivant le système mis en place par les puissances de l'époque pour profiter elles-mêmes des crédits alloués à la Grèce sont soigneusement omis par leurs émérites journalistes.

Le cadre ainsi posé, les commentateurs s'en donnent à coeur joie pour distiller leur venin et égrener leurs certitudes ainsi référencées.

En réaction à cette déferlante haineuse -qui ne date toutefois pas d'hier- Michel Bouillet avait publié, en 2012, un ouvrage intitulé Non! Les Grecs ne sont ni des voleurs ni des menteurs.

L'auteur y explique comment le levier de l'emprunt a toujours été utilisé pour infléchir la politique grecque à l'avantage des Puissances.

Le contribuable Bonnal de Boulevard Voltaire a dès lors et en effet de quoi s'inquiéter.

Car loin du romantisme de quelques philhellènes du XIXe siècle dont il conclut dans son article, qu'il coûte toujours cher au contribuable, les méthodes appliquées par leurs contemporains banquiers ont trouvé leurs émules aujourd'hui.

 

 

25/07/2015

La Russie au-delà des clichés et du système: deux initiatives

0_16459f_e34e7388_orig.jpg

L'initiative prise par Thierry Mariani, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, de se rendre en Crimée avec une délégation de parlementaires français n'a, bien sûr, pas l'heur de plaire à Laurent Fabius.

Pas davantage, non plus, n'est-elle du goût de Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale.

Rien d'étonnant à cela dès lors que celui-ci figure parmi les 89 personnalités européennes interdites de territoire russe suite aux sanctions européennes émises à l'encontre de la Russie.

Cependant, qu'à cela ne tienne, une autre initiative intitulée “Pour un nouveau dialogue avec la Russie” a été lancée, cette fois, par un groupe formé au Parlement Européen pour effectuer un voyage officiel à Moscou l'automne prochain.

Le magazine Le Point, outre la réaction offusquée de Bruno Le Roux, rend aussi compte d'un point de vue qui dénote un esprit d'ouverture plus marqué et qui tranche avec tout ce qui a pu être énoncé contre la Russie et son Président:

http://www.lepoint.fr/chroniques/tribune-renouer-avec-la-...

 

Sinon, une analyse plus poussée est proposée, ici:

http://www.dedefensa.org/article-une_br_che_dans_la_formi...
 
Son intérêt est loin d'être moindre et laisse envisager mieux qu'un simple coup de chaleur qui aurait saisi quelques parlementaires...
 

24/07/2015

La vie, détail de l'Histoire

 

559269b0c46188cb2a8b4608.jpg

Alors que le feuilleton grec n'en finit pas de se dérouler, la guerre dans le Donbass n'a pas cessé pour autant.

Hier, 23 juillet à Donetsk, une manifestation a eu lieu devant l'hôtel des délégués de l'OSCE et du CICR:

https://www.youtube.com/watch?v=whwwngUyaEo&feature=y...

Certes, toute la misère du monde ne peut être traitée. 

Mais quand cette misère est créée de toutes pièces?

Quand cette misère met en pièce des pays?

Quand on parle de réfugiés à accueillir alors que nombre d'habitants tentent encore de se battre sur place?

Quand nos gouvernements sont concernés par les options politiques qu'ils ont cru bon de privilégier?

Quand nos médias ne privilégient qu'un seul point de vue?

La vie n'a plus les mêmes contours pour tous.

 

13:08 | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

23/07/2015

Merci, Jacques Sapir!

Capture d’écran 2015-07-23 à 21.08.18.png

 

Qu'un journal comme Le Le Temps dont on ose encore penser qu'il est de bon niveau, publie un article de la plus haute fantaisie, interpelle.

L'état du journal ou plutôt du cerveau de sa rédaction devrait inspirer Olivier Delamarche, lui qui a diagnostiqué celui d'Alexis Tsipras...

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/20/pas-de-testicu...
 

J'ai soumis à Jacques Sapir, économiste de renom, la réflexion que m'a inspirée l'article publié par Le Temps et les conclusions de son journaliste:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/22/poutine-meille...

Sa réponse figure en capture d'écran ci-dessus.

 

Poutine, meilleur soutien de Merkel ou comment alimenter le feuilleton grec

EDA8IcO.jpg

Il ne serait pas étonnant que ce qui est présenté comme information au conditionnel ne vise qu'à créer une nouvelle rumeur.

Ce d'autant qu'elle est relayée par le grand quotidien suisse, Le Temps, peu connu pour sa russophilie...

L'article fait référence au journal grec To Vima, selon lequel Alexis Tsipras aurait demandé à la Russie un prêt de 10 milliards de dollars pour imprimer de nouvelles drachmes.

Néanmoins, le fait que Vladimir Poutine n'ait proposé qu'une avance de 5 milliards de dollars au Premier Ministre grec fait écrire le journaliste du Temps que:

Dans ces conditions, malgré l’appui du peuple grec, Alexis Tsipras n’aurait plus eu d’autre choix que d’accepter le plan d’austérité des créanciers.

Et l'auteur de l'article de se référer, cette fois à Zerohedge pour annoncer que ce serait «l’information la plus sous-estimée de l’année qui suggère que la perpétuation du rêve d’unité de la zone euro, cher à Angela Merkel, n’aurait été possible qu’avec l’aide de Vladimir Poutine».

Le journalisme doit-il vraiment se transformer en relai de rumeurs?

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/5127e0b8-3095-11e5-903f-5...
 

20/07/2015

"Pas de testicules, pas de cerveau"

ScioDelacroix.jpg

                                                        Massacre de Chio, 22 avril 1822 peint en 1824 par Eugène Delacroix

 

Tels sont les propos d'Olivier Delamarche au sujet de ce pauvre Tsipras.

http://www.agoravox.tv/actualites/europe/article/la-minute-d-olivier-delamarche-50525

Michel Onfray, lui, résume Tsipras, à de la com'.

Mieux, il parle de l'existence, en Grèce, d'un foyer fasciste et s'ébahit qu'en Europe, cela existe encore...

A se demander s'il a suivi l'actualité de l'Ukraine! Sait-il seulement qui a été élu Premier Ministre? 

A l'aune de telles appréciations diffusées sur un media de grande audience, on mesure son orientation et les limites de son horizon.

En 1832, la Grèce est transformée en royaume par les grandes puissances qui ont oeuvré à son indépendance.

C'est un roi bavarois qui est placé à la tête du pays à peine sorti de quatre siècles de tutelle ottomane.

Après le roi de Bavière, c'est un roi du Danemark qui lui succède.

Ensuite, quelques dictatures plus tard, la Grèce devient une démocratie.

Qui a une idée de ce que fut la guerre d'indépendance avec ses 200.000 morts?

Qui a une idée de ce que fut la guerre civile qui sévit juste après la deuxième guerre mondiale et qui fit 150.000 morts et une centaine de milliers de réfugiés?

Ceci n'est pas une excuse, diront en choeur les financiers et leurs alliés.

Non, c'est de l'Histoire.

 

Sujet paru en page 19 de l'édition papier de La Tribune de Genève du 23 juillet 2015 sous le titre "Grèce: le poids de l'histoire"

19/07/2015

Islam, faux débat

quran-2-islam.jpg

 

Il a été énoncé ici ou là que la pauvreté matérielle et -ou- le besoin de spiritualité favorisaient conversions et autres radicalisations.

A cet égard, les explications et les commentaires apportés par tel ou tel philosophe, connaisseur ou spécialiste, se suivent et ne se ressemblent pas forcément.

Pendant ce temps-là, des têtes continuent d'être tranchées, des vies et des pays, d'être saccagés.

Or si le débat sur l'islam occupe les esprits quand il ne les échauffe pas, son instrumentalisation serait tout autant à prendre en considération.

A lire Georges Corm, en effet, tout laisse à penser que les discussions sur l'islam ne seraient que leurre. 

Selon lui, elles ne serviraient qu'à masquer la véritable géopolitique du déploiement impérial américain dans le monde. 

A lire ici, dans le cadre d'un entretien publié sur le site Les clés du Moyen-Orient: 

 http://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-George...

  

17/07/2015

Syriza et Soros

4391787_3_5952_les-chaines-de-mails-relayant-de-fausses_592b38b3dbfd4b4e74515725af81da71.jpg

Dire qu'il est toujours bon de vérifier ses sources est un euphémisme.

Hier, une information circulait sur différents sites et réseaux sociaux selon laquelle le Premier ministre grec, Alexis Tsipras aurait été Juif sépharade, fils d'un milliardaire esclavagiste ami du multimilliardaire Georges Soros.

Aujourd'hui, un site évoque le sujet de manière controversée sinon prudente, indiquant sources et rectifications de ladite "information":

http://mai68.org/spip/spip.php?article9013

Le fait est que le besoin de contre-informer quand il ne s'agit carrément pas de diffamer ne date pas de nos jours ni même d'hier. 

Quant aux réseaux sociaux, ils ne sont que le relai de ce qui fait la part belle à la rumeur.

Cela dit, cette fois en Italie, l'info circule selon laquelle l'ex-ministre des finances, Yanis Varoufakis aurait été associé à un plan de sortie du Grexit élaboré par Georges Soros.

http://www.giornalettismo.com/archives/1859981/tspiras-pi...

Vrai ou faux, le fait est qu'une conférence a été donnée à Paris par l'ancien ministre grec des finances dans le cadre d'un forum du think tank Institute for New Economic Thinking, fondé par Geroges Soros:

http://www.euractiv.fr/sections/euro-finances/varoufakis-le-ministre-des-finances-star-de-lanalyse-economique-313667
 
 
 

16:42 Publié dans Air du temps, Europe, Finance, Grèce, Information, Politique, Pouvoirs, Pratiques | Tags : grexit, soros, tsipras, intoxe | Lien permanent | Commentaires (32) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Nucléaire iranien, douze ans de négociations

 

topelement.jpg

Le Figaro publie un article qui ne manque pas d'intérêt.

Son auteur est l'ancien ambassadeur de France en Hongrie et en Iran, François Nicoullaud.

Celui-ci relève le rôle majeur joué par trois personnalités dans le cadre des négociation conclues autour du nucléaire iranien.

Les trois hommes qui, selon lui, ont permis qu'un accord soit trouvé, sont Dominique de Villepin, Barack Obama et Hassan Rohani.

Il rappelle comment les discussions avec l'Iran ont été entamées, leurs aléas et leur conclusion.

La lecture de cet article met bien l'accord trouvé en perspective. François Nicoullaud montre, en tous les cas, que rien ne se réalise sans endurance ni volonté.

Certes, celles-ci ne suffisent pas non plus pour aboutir. Et bien des obstacles se sont dressés qui auraient pu ne jamais être surmontés.

Les circonstances ont permis qu'ils le soient, du moins, est-ce ainsi que le récit de l'ambassadeur nous est présenté:

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/07/16/31002-2015071...
 

01:20 Publié dans Air du temps, Etats-Unis, Politique, Pouvoirs, Pratiques | Tags : iran, nucléaire, etats-unis | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

15/07/2015

"L'adversaire", du Bourget à l'Elysée

XVM1b171104-2a2f-11e5-ac0f-4d13fb802b48.jpg

Hier, lors de la traditionnelle interview du 14 juillet, François Hollande s'est félicité du compromis trouvé entre la Grèce et ses créanciers.

Aurait-il donc vaincu son adversaire

Son véritable adversaire?

Qui n'a pas de nom? 

Pas de visage? 

Pas de parti?

Qui ne sera pas élu et qui, pourtant, gouverne?

Cet adversaire, c'est le monde de la finance, déclarait le candidat Hollande le 22 janvier 2012 au Bourget.

https://www.youtube.com/watch?v=lh2JVxt6Ga8

Si le Président qu'il est devenu estime avoir mené ce combat qu'il annonçait pour être élu, cet adversaire peut le remercier.

Au peuple grec de savourer.

 

 

14/07/2015

L'offensive européenne

Odysseas_Elytis_1974.jpg

Grec, Prix Nobel de littérature en 1979, Odysséas Elytis s'était un jour exprimé sur l'avenir de l'Union Européenne.

C'était au début des années 1980, à Rome: 

Nous savons que l'idéal européen ne pourra pas se réaliser s'il ne prend pas appui, clairement, sur son socle spirituel, sur les bases des civilisations grecque et romaine, c'est-à-dire la Démocratie et le Droit, à quoi il faut ajouter l'esprit apporté par le christianisme.

Décédé en 1996 à Athènes, le poète aura sans doute déjà pu mesurer le peu d'écho que ses mots rencontraient auprès des instances de l'Union Européenne.

La voix d'Odysséas Elytis, comme celle de tant d'autres humains, a été étouffée.

Il appartient désormais à ses compatriotes d'affronter l'idéal européen qui leur est proposé.

A lire l'article ci-dessous, on peut conjecturer de diverses manières.

Il n'en demeure pas moins vrai que le peuple grec n'a pas encore capitulé.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/14/2143483-la-cri...
 

 

13/07/2015

"La crise grecque", fin et suites

1047479_1430298771_1045987-1429716749-1045056-1429273582-1043891-1428937770-1040254-1427267550-1040154-1427214168-grece-europe-drapeaux.jpg

 

On a tout lu, tout entendu, tout vu ou sans doute pas.

L'essentiel est qu'on nous l'ait fait croire. 

Car ce qui devait arriver semble bel et bien arrivé, la Grèce restera dans l'Union Européenne.

Avoir rendu le monde témoin, des semaines durant, de prises de têtes médiactico-lobbyistes, est-ce cela, la transparence de l'information?

Les avoir complétées d'interviews au sein de la population grecque, est-ce cela, la démocratie?

Le fait est que ce qui a été communiqué ce 13 juillet comme issue à la crise grecque ne libérera, au mieux, qu'un espace médiatique.

Et encore, rien ne l'assure.

A Delphes, la Pythie livrerait-elle déjà quelques bribes de réponses?

A suivre...

 

 

12/07/2015

"Le président de la République française est le Président de tous les Français, y compris des djihadistes."

2253101-jeune-demoiselle-recherche-un-djihadiste-mortel.jpg

 

Difficile de donner tort à Boualel Sansal, écrivain algérien dont l'interview est à lire ici:

http://www.leprogres.fr/lyon/2015/01/29/la-france-doit-se...

C'est au coeur même de nos démocraties qu'oeuvrent ces apôtres de la terreur. 

Partout, ils appliquent leurs principes et leurs lois si elles en sont.

Bien sûr qu'on peut toujours dire qu'à eux seuls, ils ne représentent pas "le mal".

Bien sûr que "le mal" est incarné par de nombreuses autres pratiques, nul n'est assez naïf pour croire que quelque régime que ce soit incarne le bien à lui seul.

Il s'agit toutefois de savoir quelles valeurs nous souhaitons.

Si celles portées par les djihadistes vous enchantent, dans ce cas, rien à dire.

Et ce ne sont pas les "larmes" de Bertrand Cazeneuve qui y changeront quoique ce soit.

Ce ministre a beau avoir été ému à l'enterrement d'Hervé Cornara, décapité le 26 juin dernier sur sol français, il n'en a pas moins déclaré que prôner le djihad n'était pas un délit.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/06/27/ce-n-est-pas-u...

 

11/07/2015

La réponse qui terrorise...

000_Nic6467901.jpeg

Le Consulat d'Italie au Caire, victime d'une explosion, ce matin, la réaction n'a pas tardé.

Calquée sur toutes les précédentes, elle a de quoi terroriser les terroristes.

Le ministre italien des affaires étrangères réagit sur Twitter par la formule habituelle ou une de ses variantes, "L'Italie ne se laisse pas intimider".

A l'évidence, de telles déclarations vont limiter les risques de prochaines agressions.

Quant à la France du Quai d'Orsay qui se tient "aux côtés de l'Egypte et de l'Italie", il est certain qu'elle offre par là un très puissant secours.

Combien de victimes, encore, pour que ces mouvances extrémistes agissent en toute impunité?

http://www.leparisien.fr/international/video-egypte-le-co...

 

NB: A l'instant, on apprend que l'Etat islamique revendique l'attentat: 

http://www.francetvinfo.fr/monde/attentat-au-caire/egypte...

 

10/07/2015

1905-2015

image_preview

 

Il suffit d'écrire quelques lignes où apparaissent les termes d'"islam" ou de "ramadan" pour constater combien les réactions fusent quand elles ne sont pas orientées.

Alors que plusieurs sujets que j'ai traités évoquaient le principe de laïcité, voici que se dressent d'ardents défenseurs de je ne sais trop quelle cause pour accuser et agresser.

On comprend mieux comment des plans d'Etat se confectionnent, soudain, pour protéger certaines communautés au détriment d'autres. 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/04/18/christianophob...

Depuis que la loi de 1905 a séparé le pouvoirs des Eglises de celui de l'Etat, force est de constater, en effet, que certaines confessions religieuses parviennent mieux que d'autres à s'emparer de l'Etat pour faire valoir leurs droits.

Ainsi observe-t-on une religion se muer en "race" pour, ensuite et selon les besoins, en voir certaines pratiques relever du "patrimoine culturel français".

Non!

La langue est une institution sociale. En bafouer les fondements, c'est mépriser ses garants.

Oeuvrer à la paix inter-religieuse, c'est considérer islam, judaïsme et christianisme comme des confessions et non comme des "races" dont les pratiques relèveraient de quelconques "patrimoines cultuels".

Les mots ont un sens. 

 

09/07/2015

Le ramadan, une fête culturelle française...

Capture1.png

 

Depuis ce 8 juillet, le ramadan serait une fête.

C'est Anne Hidalgo, Maire de Paris, qui l'a déclaré, hier, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV.

Elle balaie donc toute polémique relative à cette célébration offerte avec les deniers publics.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/06/hotel-de-ville...

Et pour expliquer la générosité de la Mairie de Paris, elle ajoute que ladite fête ferait partie du patrimoine culturel français, tout comme Noël et Hanoucca.

Glisser du cultuel au culturel, ne cause ainsi aucun problème à Madame la Maire.

La différence entre cultuel et culturel est pourtant essentielle.

Mais il est vrai que le seul ajout d'un "r" à cultuel suffit à justifier une politique.

Avec un tel usage de la langue, c'est la culture qu'on détruit.

Et son patrimoine.

 

06/07/2015

Hôtel de Ville de Paris: "A 21h56, la rupture du jeûne sera célébrée autour d'un cocktail d'amandes et de lait".

dm_img_secondaire_hdv3_2.jpg

Ladite rupture du jeûne est donc celle du Ramadan.

Car c'est bien elle que la Mairie de Paris a décidé d'honorer.

Mettre des lieux et des fonds publics à disposition d'une manifestation de type religieux signe néanmoins une autre rupture.

Celle d'un principe édicté et confirmé par la loi du 9 décembre 1905 instaurant la laïcité de l'Etat.

Décidément, Paris vaut bien une nuit...

Et 450 invités.

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75004/nuit-du-ram...