31/08/2015

Aristocratie financière et prise de pouvoir

jean-claude-juncker.jpeg?1435581175

Dans l'interview qu'accorde l'économiste Marc Chesney à "Swissinfo" et dont j'indique le lien ci-dessous, Yanis Varoufakis ne manquerait sans doute pas de se reconnaître.

J'ai indiqué, dans un précédent sujet*, le lien au discours que l'ancien ministre grec de l'économie a tenu à Frangy-en-Bresse, dimanche 23 août dernier.

Dans ce sens, il apparaît que le point de vue du franco-suisse et du grec se rejoignent sur au moins un point, le déficit de démocratie qui domine tant de décisions prises par la troïka. 

A cela s'ajoutent les contradictions de Jean-Claude Juncker dont Marc Chesney se demande comment il peut intimer à la Grèce l’ordre de réduire son déficit, alors qu’il a dirigé pendant des années un pays - le Luxembourg -, qui a permis à des sociétés actives en Grèce de pratiquer l’évasion fiscale aux dépens de la République Hellénique?

Cela tourne à la farce, conclut-il. 

Oui, sauf que ladite farce est de très mauvais goût. Pis, elle s'impose au menu de toutes les négociations si elle en sont.

Que la toxicité des produits mijotés par la troïka s'avère nuisible à la démocratie n'est plus à démontrer.

Reste qu'à ce jour, aucun antidote n'a encore été trouvé pour neutraliser le poison.

http://www.swissinfo.ch/fre/marc-chesney--économiste-en-rupture_la-grèce--victime-parmi-d-autres-de-la--dictature-financière-/41624910
 
* http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/28/le-livre-des-psaumes-de-l-austerite-de-la-troika.html
 

Commentaires

Juncker c'est: "faites ce que je vous dit ne faites pas ce que je fais" célèbre phrase que bon nombre d'élus ou non, mettent en application.

L'équipe Tsipras et Varoufakis sont des bizarres, des originaux pour faire allégeance à l'église Orthodoxe, une des plus grandes richesses du pays, richesse bien mal acquise. Ils sont de l'extrême gôôche.

L'aristocratie financière a les moyens de faire tourner une girouette. Il suffit de le regarder 4 minutes, on pourrait en écrire un livre:

https://youtu.be/PbCjx38f_xM

Le seul antidote pour chaque pays européen c'est de quitter le navire eurabia, tout juste bon à recevoir des immigrés musulmans en majorité. La suite est très claire, il n'ira pas jusqu'au bout à moins de payer grassement l'équipage?

Écrit par : Pierre NOËL | 31/08/2015

On aurait moins ou pas parler de la Grèce si ce pays était resté en dehors de l'UE et encore plus de la zone euro. Et si ce pays n'avait pas eu un passé dépassé depuis des siècles.
La démocratie grecque a sa légitimité. Cette légitimité a pour limite les frontières de ce pays comme c'est le cas de tous les Etats-membres de l'UE et de la zone euro qui sont également des démocraties (et je préfère ne pas me lancer dans des comparaisons sur les mérites respectifs de ces différentes démocraties et sur leur fonctionnement).
Quant aux "institutions" (terme juridiquement utilisé), elles fonctionnent selon des règles que des démocraties ont arrêtées.

Écrit par : Christian Casper | 31/08/2015

Les démocraties sont représentées par des gens élus par le peuple. Le mensonge est roi depuis des millénaires. (enfer, paradis, jugement dernier) C'est élus sont à virer lorsqu'ils font le contraire de ce qu'ils promettent, avec perte et fracas, lorsqu'ils trompent sciemment le peuple. C'est ce qui se passe à l'échelle européenne. L'amour de l'islam et des pétro-dollars y est peut-être pour quelque chose?

Cette institution européenne dispose de hauts fonctionnaires -non -élus pour élaborer des lois reflétant des politiques non choisies, mais imposées. Le mot démocratie est bafoué par des élus.

Définition du mot à laquelle j'adhère, mais ça reste un point de vue personnel:

"Suivant l'étymologie la démocratie est opposée à l'oligarchie et à la monarchie, les trois grandes familles de systèmes politiques définies et vécues par les grecs :

Mono (origine monos) = seul / monocoque, monocycle, mais aussi monopole, monoculture et monarchie.
Oligo (origine oligos) = en petite quantité, en petit nombre / oligo-éléments, mais aussi oligopole et oligarchie.
Demo (origine dèmos) = peuple, par extension le plus grand nombre / démographie et démocratie."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal

Écrit par : Pierre NOËL | 31/08/2015

L'antidote... si ! Faire péter l'UE.

Écrit par : xénia | 31/08/2015

Certains sur le navire vont prendre leur part, à ce rythme on peut fermer boutique, à moins d'un sursaut populaire après le réveil.

Écrit par : Pierre NOËL | 01/09/2015

La prise de pouvoir (sur les peuples !?) comment? on commence à l'observer et à en tirer quelques leçons. Mais la prise de pouvoir pour qui et à quelle fin, amène des réponses toutes aussi aberrantes que déconcertantes. Pourquoi aucun gouvernement (occidental) ne tente-t-il pas de sonner l'alerte pour que chacun (état) puisse retrouver ses facultés à préserver son autonomie, son indépendance et sa souveraineté, par là-même à protéger son économie, les hommes, les biens matériels et immatériels créés, produits par son peuple?

Un billet ici qui fait donc un point provisoire sur ce chemin.

http://la-sociale.viabloga.com/news/vers-une-guerre-totale-selon-les-theories-de-carl-philipp-gottlieb-von-clausewitz

Un autre ici qui explique comment et quelles conséquences dans une fiction du réel aussi difficile à saisir que le trou noir lui-même, celui, non de l'espace sidéral mais de la finance.
Se peut-il que ce trou noir nous fasse tous disparaître et faire disparaître lui-même?
C'est une mise en scène très pédagogique avec des tournures inter-réactionnelles très didactiques.
Sommes-nous au bord ou encore sur la plage attractive loin du bord du trou?

http://lesakerfrancophone.net/le-trou-noir-financierorigine-et-destinee/

Soumettre le monde entier, lui confisquer tout ce qu'il a, ressort d'une pathologie, d'un glissement psychiatrique que seul l'internement (pour les individus) le largage (pour les pouvoirs supra-étatiques et pour les états contaminés) est la seule solution qui permettra au reste de la planète de reprendre ses droits à la vigueur, et à sa regénérescence.

Écrit par : Beatrix | 01/09/2015

"L'antidote... si ! Faire péter l'UE."

Quel extraordinaire programme de xénia !

Imaginons : on fait tout exploser. On regarde ce qui reste et ensuite ?

Écrit par : Michel Sommer | 01/09/2015

Mais ça va exploser, mon ami !
On a pas à regarder ce qui reste... puisque, soit il ne restera rien ou si restes il y a... il y a l'incinération, méthode efficace et qui ne pollue pas.
Ensuite... on dégage ceux qui étaient, on laisse les pays redevenir des états souverains et on essaie de ne pas faire trop de conneries en s'associant intelligemment.

Écrit par : xénia | 01/09/2015

En d'autres termes : y'a qu'à ! J'ai quelques doutes...

Écrit par : Michel Sommer | 02/09/2015

Hélène,

Votre «Que la toxicité des produits mijotés par la troïka s'avère nuisible à la démocratie n'est plus à démontrer. » m'a fait rire :-)

Il faut reconnaître que le français de Yanis Varoufakis est très non conventionnel et assez imagé.

Dans son discours à Frangy-en-Bresse, discours qui fera date (j'essaierai d'y revenir dans les commentaires du sujet de votre blog qui lui est consacré), il a utilisé le terme « remède  toxique » en l'opposant à un « remède » tout simplement « amer » . Je me permets donc un grand extrait de son merveilleux discours (voir le lien sur votre blog) :

« Se pourrait-il que la Troïka soit simplement en train d'essayer de faire prendre à la Grèce un remède amer mais nécessaire? Et que les Grecs ne veuillent pas prendre leur médicament ? Qu’ils ne veuillent pas « faire leurs devoirs », comme pourrait le dire Mme Merkel?
Ce sont des questions cruciales. Pour vous, pour le peuple de France. Pourquoi? Parce que si nous, Grecs, sommes responsables de nos propres problèmes, et s'il est vrai que nous soyons gâtés, paresseux, refusant de faire nos devoirs et de prendre notre remède amer, alors vous n'avez rien à craindre. Vous ne devriez pas perdre de temps à écouter des gens comme moi.
Mais si, en fait, le remède que l'on nous demande de prendre encore et encore est toxique, si nous avons fait nos devoirs mais que le maître ne veut même pas les lire, alors ce qui arrive dans des endroits comme la Grèce n'a rien à voir avec la Grèce. Cela concerne la politique de l'Europe et en particulier celle de la France.
Aussi soyons  clairs: le remède n'est pas seulement amer, il est toxique. Un médecin délivrant une telle potion à un patient serait arrêté et radié de l'Ordre des médecins ».

Tandis que dans le sens classique du terme « toxique », celui utilisé par Marc Chesney, il s'agirait des produits toxiques genre produits financiers dérivés …

Quant à l'antidote, la longue et riche histoire hellénique nous apprend qu'est-ce qui peut arriver à quelqu'un qui possède trop d'antidotes dans sa boite à outils :-)
Ainsi, le roi Mithridate VI (né 132 av. J.-C., mort en 63 av. J.-C.) , dans sa guerre contre les Romains , trahis par tous, encerclé dans son palais et craignant d'être livré aux Romains essaya d'absorber du poison mais n' arriva pas à se suicider car, dés l'enfance il était immunisé contre les poisons en les absorbant en petites quantités. Il fut obligé alors de demander à l'un de ses gardes de corps de l'achever .
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mithridate_VI

Par ailleurs , l'un des imposants monuments dans la ville Kertch en Crimée , monument qui atteste de l'époque de Mithridate, est justement le mont de Mithridate.

A l'endroit de la ville de Kertch actuelle se trouvait alors l'ancien cité Panticapée et sur le mont de Mithridate - l 'acropole du cité
https://fr.wikipedia.org/wiki/Panticapée

Écrit par : vlad | 01/09/2015

Oui, l'exemple de Mithridate est très connu.
La Grèce contemporaine est mithridatisée face aux réformes et Varoufakis, en bon démagogue, renverse la charge de la preuve en imputant la piteuse situation de son pays à "la politique de l'Europe".
Son apparition très médiatisée auprès de Montebourg a immédiatement été oubliée dès l'extinction des écrans.

Écrit par : Christian Casper | 01/09/2015

Christian Casper,

Votre intervention est stérile et autosuffisante comme d'habitude.

Vous avez fait votre déplacement ici uniquement pour nous montrer que vous appréhendez le verbe "mithridatiser".

Heureusement que je pars pour Sotchi en très bon humeur car Président Poutine, en se rendant en Chine pour les festivités liées à la victoire dans la deuxième guerre mondiale , m'a invité chez lui à Sotchi pour garder sa maison :-)

Donc cela permet de me tenir et de ne pas vous humilier comme je l'ai fait déjà maintes fois sans que Hélène Richard-Favre juge nécessaire de me modérer.

Bien à vous

Écrit par : vlad | 02/09/2015

Vlad,

"La fatuité s'accompagne toujours d'un peu de sottise"

André Gide

Écrit par : Christian Casper | 02/09/2015

Christian Casper,

Vous n'êtes même pas capable d'avoir le dernier mot car en l'occurrence c'est celui d'André Gide

Écrit par : vlad | 02/09/2015

Vlad,

Il y a chez vous une faille narcissique (que vient faire ici l'allusion à votre séjour à Sotchi?). Dans un sens,l'annonce de ce séjour est une bonne nouvelle car, si je vous ai bien lu, à défaut, vous m'auriez "humilié". Quelle arrogance!
Derrière ce genre de comportement, il y a nécessairement beaucoup de doutes et de complexes . On rencontre fréquemment des gens qui se comportent ainsi, en particulier dans des blogs.
Je ne tiens pas, loin de là, à avoir le dernier mot non seulement par modestie (d'où mon recours à André Gide), mais parce qu'il serait vain d'essayer. Je vous laisse donc très volontiers ce plaisir.

Écrit par : Christian Casper | 02/09/2015

Je rappelle, si besoin était, que le sujet traité ici ne concerne ni vlad ni Christian Casper ou Gide.

Merci de ne pas transformer les commentaires en duels ou autres pseudo analyses psychologiques.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/09/2015

Madame, "vlad", ne serait-il pas coutumier des "duels" que vous évoquez ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 02/09/2015

Victor-Liviu Dumitrescu,

Merci de ne pas en rajouter et de vous exprimer, vous aussi, sur le sujet traité.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/09/2015

Christian Casper,

"Je vous laisse donc très volontiers ce plaisir", m'écrivez-vous.

Alors mon dernier mot sera le suivant:

Votre stanza

"La Grèce contemporaine est mithridatisée face aux réformes et Varoufakis, en bon démagogue, renverse la charge de la preuve en imputant la piteuse situation de son pays à "la politique de l'Europe" "

est très méprisant à l'égard des Grecs tout comme à l'égard de la personne de Monsieur Varoufakis, ce dernier étant indéniablement quelqu'un de très brillant.

Ce n'est pas votre cas car pour pouvoir être qualifié de brillant, il est indispensable de maîtriser sinon mithridatiser le discours au minimum en/ contre deuxième degré tout en sachant que les gens de ma pointure ( tel Varoufakis, Poutine ou autres Coluches) le comprennent / mithridatisent carrément en / contre 360ième degré ; c'est pour cette raison d'ailleurs qu'on m'a invité à Sotchi :-) ) .

Et enfin, vous ne comprenez même pas qu'on se moque tout simplement de vous, cher Monsieur.

Quel cas d'école antinationale d'administration ( EANA)!!!

Écrit par : vlad | 03/09/2015

Les aristocrates ayant dilapidé leurs fortunes étaient bien content de pouvoir compter sur de véritables hommes d'affaires.

Saviez-vous, Madame, qu'en Allemagne on ne dit pas "être riche comme Crésus", mais, "riche comme un Fugger" ?

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/14/jacob-fugger-le-riche-banquier-des-habsbourg_3461170_3234.html

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 03/09/2015

Dans la série "pas vu à la télé", grâce à cet article, vous allez tout de suite comprendre qui dirige la Grèce, depuis un bon moment. http://www.voltairenet.org/article188612.html
Juste en passant, une remarque liminaire : La Tchécoslovaquie était un protectorat hitlérien, il paraît que l’Histoire ne se répète jamais, c’est vrai qu’aujourd’hui L’Allemagne n’est plus dirigée par Hitler, mais par Merkel…

Écrit par : Gabor Fonyodi | 06/09/2015

Les commentaires sont fermés.