29/08/2015

"Le Temps" édition en ligne de ce 29 août, à Michel Danthe, journaliste

logo-les-sens-des-mots.jpg?w=700

Monsieur Michel Danthe cite mon sujet de blog:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/23/legion-d-honne...

dans un article mis en ligne sur le site du grand quotidien suisse "Le Temps" de ce 29  août 2015.

Sa lecture particulièrement orientée et tendancieuse de mes propos m'a obligée à y réagir. Ainsi lui ai-je écrit ce qui suit:

Monsieur,

Je vous remercie de me citer. La moindre des politesses eût été de m'en informer comme je m'y emploie moi-même lorsque je cite les propos d'une personnalité quelconque.

Quant à votre lecture de mon sujet, elle découle d'une grille qui vous arrange.

La nuance que j'apporte vous échappe à l'évidence mais lorsque l'on veut faire dire à autrui ce qu'il n'a pas dit, les moyens justifient la fin.

Bien à vous,

Hélène Richard-Favre

 

Monsieur Danthe m'a alors répondu qu'il ne voyait pas "ce que la politesse viendrait faire là-dedans".

Outre une nouvelle incompréhension de sa part des démarches que je poursuis pour tout sujet qui évoque une personnalité que j'estime légitime d'informer des propos que je tiens sur elle, il ajoute ses propres déductions.

Le voici donc qui m'écrit que je prendrais peut-être "peur" de mes "propres idées" et de "l'écho qu'elles peuvent légitimement susciter dès lors elles sortent (sic! Je cite) du cercle sans doute plus confidentiel qui est le sien habituellement"

Et comme il ajoute que "c'est avec plaisir que je lirai sous votre plume l'explication de la nuance qui m'aurait échappé", je la lui ai indiquée. La voici:

Merci de votre réponse rapide, Monsieur.

Quand j’évoque la règle de politesse, je ne songe à rien d’autre qu’au fait que si je parle d’une personne, je l’en informe car j’estime juste de procéder ainsi.

Je ne vois donc en rien de quoi je devrais « prendre peur ». Je constate par contre fort bien que vous déformez le sens de mon propos. Car le fait d’avoir exposé une difficulté à "adhérer à ce qui a été raconté » n’a strictement rien à voir avec une perception complotiste de l’événement dont il est question.

Si vous n’établissez aucune nuance entre une difficulté à adhérer à un récit et son rejet pur et simple en tant qu’il serait « complotiste », j’en suis navrée pour vos compétences linguistiques.

Car si vous aviez lu mon sujet comme il se doit, vous auriez compris que cette difficulté que j’expose est conséquente à l’embrouillamini des versions livrées par les médias. Elle ne tombe dès lors pas d’un ciel duquel pleuvraient les complots comme vous voulez le laisser entendre au public qui vous lira.

Quant à votre manière de faire se rejoindre mon sujet et les commentaires qui le suivent, elle démontre bien dans quel esprit particulièrement orienté vous l’avez lu. 

Détourner son sens vous décrédibilise vous et ne saurait, dès lors, vous honorer.

Bien à vous,

Hélène Richard-Favre

Commentaires

Et PAN ! ... dans les dents ...

Besoin d'un dentiste ???

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 29/08/2015

Toutes les informations sur les sujets dramatiques de l'actualité sont bonnes à recevoir. Les avis différents sont tout aussi intéressants, pour peu que leur véracité soit avérée. On peut aussi tout dire, la langue française est assez riche pour le faire. Mais diable, il y a façon de l'écrire, avec courtoisie. Je m'étonne qu'Hélène Richard-Favre soit si souvent agressée. Mais elle en a vu d'autres. Il me semble aussi que l'on peut consacrer la correction à l'écriture et non-seulement à l'orthographe. Enfin c'est ce qui se pratiquait autrefois, me semble-t-il ? Ce que résume Victor-Liviu Dumitrescu fort justement ...

Écrit par : Gérard BIENVENU | 29/08/2015

Corto,

J'ai supprimé le lien à la video que vous avez posté en commentaire car ce qui y est évoqué n'a pas de rapport avec le sujet traité ici.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/08/2015

Pour qui voudrait se faire une idée de la prose de Monsieur Danthe, rédacteur en chef adjoint au journal "Le Temps", voici en copié-collé, l'extrait de son article qui me vise:

"Hani Ramadan loin d’être seul

On aura reconnu là le mouvement argumentatif privilégié des frères Ramdan, Tariq aussi bien que Hani. Elle consiste à reprocher aux médias occidentaux de décontextualiser les faits et de n’en pas en interroger la chaîne des causes. Ainsi, sur sa page Facebook, Tariq Ramadan publiait, le 24 août cette citation posée comme un aérolite : «L’instantanéité et la communication de masse est la mère de la naïveté de masse». A quoi Hani Ramadan fait écho dans la Tribune de Genève: «N’y a-t-il pas là une forme de manipulation qui domine largement la presse et les médias occidentaux, nous conduisant à des raccourcis pervers, qui cachent des drames humains autrement plus conséquents ?»

Cette vision des choses rencontre de nombreux échos auprès de toute une partie de l’opinion publique et de l’intelligentsia européenne. En témoigne le texte, publié sur la plateforme de blogs de la Tribune de Genève, de l’écrivaine, linguiste et slaviste suisse Hélène Richard-Favre: «Embrouillé dans sa narration, truffé d’heureuses coïncidences, le scénario du train reliant Amsterdam à Paris a été rejoué en diverses versions jusqu’à celle qui vaut décoration. Avec tout le respect dû aux passagers du Thalys et à leurs sauveurs, il semble tout de même difficile d’adhérer à ce qui a été raconté». On reconnaît ici la variante conspirationiste de l’événement et les commentaires qui font écho à ce poste regorgent de textes qui vont dans le même sens."

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/44b933b8-4e45-11e5-81d9-3af08ac280c8/Hani_Ramadan_à_propos_des_Légions_dhonneur_du_Thalys_De_qui_se_moque-t-on

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/08/2015

Merci de d'avoir complété une information insuffisante en nous donnant un large extrait des propos incriminés.
Il est curieux qu'un (grave) fait divers, qui a fait l'objet d'une instruction par des magistrats, puis à une mise en examen et à une mise en détention du suspect en attendant un procès qui risque de susciter peu d'intérêt, puisse donner lieu à des interprétations et à des confrontations individuelles compte tenu précisément de leur maigre connaissance de ce dossier.

Écrit par : Christian Casper | 29/08/2015

"une personnalité dont j'estime légitime d'informer des propos que je tiens sur elle" => "une personnalité que j'estime légitime d'informer"

Écrit par : Plouf Ploufovitch | 30/08/2015

Plouf Ploufovitch,

En effet, merci. Corrigé.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 30/08/2015

"Le droit de savoir du public" droit sur lequel s'est peut-être appuyé ce journaliste (?) n'interdit ni la courtoisie ni la politesse. C'est une question de Culture personnelle.

Egalement, il n'est pas interdit à ce journaliste de respecter -plus que d'autres, la grammaire et la conjugaison même pour le verbe "embrouiller" dans ce cas, il aurait dû écrire "embrouillée" s'agissant de Hélène Richard-Favre.

Insidieusement, Mr Danthe joue le rôle de commercial au rabais pour le compte de la multi-nationale ISLAM & C°, dans notre jargon cette fonction cachée porte le nom suivant: "Idiot-utile" aucune qualification n'est exigée il suffit de collaborer.

Et paf, un coup de pied dans son popotin inférieur!

Besoin d'un coussin?

Écrit par : Pierre NOËL | 30/08/2015

Madame,

Vous omettez de reproduire la fin du paragraphe de l'article de Michel Danthe, au demeurant publié après vos échanges épistolaires:

"Difficile de ne pas reconnaître ici la variante conspirationiste de l’événement, même si, dans un échange de courriels survenu depuis la première parution de notre article, Madame Hélène Richard-Favre se défend d’un tel amalgame. Il n’empêche: les commentaires qui font écho à ce post regorgent de textes qui vont dans le sens conspirationiste".

On ne peut qu'adhérer à la dernière phrase de cet article. Certes, vous vous défendez de l'amalgame évoqué, mais les commentateurs et autres habitués de votre blog eux, n'y vont pas avec le dos de la cuillère.

Vous évoquez vos doutes, eux, ils affirment de manière péremptoire, reléguant ceux qui pourraient les contredire au rang de délinquants d'opinion avec quelques insultes bien senties au passage... Comme à chaque fois que vous publiez un texte d'ailleurs. Ne devrait-on pas voir, dans cette systématique du déni, du dénigrement et de l'injure, une certaine tendance?

Écrit par : N. D. Chauvet | 30/08/2015

Monsieur Chauvet,

"Vous omettez de reproduire la fin du paragraphe de l'article de Michel Danthe, au demeurant publié après vos échanges épistolaires:...", écrivez-vous.

Vous-même, omettez de constater que ma réaction aux propos plus que tendancieux de Michel Danthe l'a amené à les rectifier.

A l'évidence, Monsieur Danthe ne sait communiquer car il eût très bien pu me prévenir de ce rectificatif à son article. Cela vous aurait, à vous, évité de me mettre en cause.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 30/08/2015

Oyez, oyez, conspirationnistes de tous les pays, sachez-le une fois pour toute: il n'y a jamais de conspirations. Jamais. Les pays du bien ne conspirent JAMAIS. Les actions sous faux-drapeau sont des hallucinations d'esprits dérangés. Tenez le vous pour dit.

Écrit par : Charles | 30/08/2015

Hélène Richard-Favre, votre réponse à Danthe est parfaite.

Écrit par : Kasperle | 30/08/2015

Les commentaires sont fermés.