21/09/2015

Information, guerre suicidaire

information-guerre-totale.jpg?w=1178&h=760

Les informations sur l'état du  monde se suivent et se ressemblent ou non, rien de très original à cela. 

L'intérêt visé par la désinformation n'est plus à démontrer. Mais celui de soutenir des sources d'information opposées?

La question peut se poser si l'on se réfère aux propos de George Friedman tenus lors de la conférence de presse dont j'ai indiqué le lien dans mon précédent sujet:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/09/19/etats-unis-voi...
 

En effet, lorsqu'il rappelle la stratégie adoptée par Ronald Reagan envers l'Iran et l'Iraq qui a consisté à financer les deux camps, de sorte qu'ils se battent entre eux afin de ne pas nous combattre, la logique est claire.

Le fait est que si elle devait aussi s'appliquer à l'information, y céder signerait son accomplissement.

 

Commentaires

Un seul mot: créer la confusion pour continuer à régner en paix à moindre coût.

Écrit par : Johann | 20/09/2015

En France, le mutisme est à peu près complet. L'intérêt de l'affaire est de ne pas dire de bêtise et de ne pas prendre de mauvaise décision. Tout ceci pourrait se conjuguer au pluriel, plutôt qu'au singulier. Mais, lorsqu'on ne sait rien faire, on laisse le temps s'écouler sans en jouer dans la phrase. On attend, en priant des dieux que l'on voulait ignorer. Sans savoir que ne rien faire est déjà quelque chose, une chose que l'on fait aussi mal si on la fait que si on le fait pas. Et pendant ce temps ...

Écrit par : Gérard BIENVENU | 20/09/2015

Rappelez-vous: les États-Unis ont aussi approvisionné les deux camps lors de la seconde guerre mondiale.

Écrit par : Charles | 22/09/2015

C'est ce qu'ils appellent : " Semer la démocrtie "

Un jour il y aura un Président Américain musulman, il voilera la planète grâce à Mme Clinton que l'on devrait mettre en conserve dans un bocal avec les cornichons.

L'occidentalopithèque devrait s'installer en Afghanistan, en Irak, en Syrie et en Afrique du nord; avec son génie, les migrants regagneraient leurs pays en retrouvant le bien être et le savoir faire.

Écrit par : Pierre NOËL | 22/09/2015

....et cela s'appelle semer le désordre :

https://www.youtube.com/watch?t=7&v=0iATr4Vfc2s

Écrit par : Corélande | 22/09/2015

Ban ki-moon vient de rappeler à l'ordre les dirigeants des pays des occidentalopithèques afin que ceux-ci respectent les lois internationales sur l'immigration. Sont exclus les monarchies et pays musulmans signataires des contrats juteux avec nous.

Chacun doit comprendre que le moment est très grave, il faut réagir avec fermeté avec ces détraqués corrompus en allant dans toutes les réunions politiques, et ce, quelque soit la couleur et l'odeur afin de les interpeller sur leurs politiques désastreuses.

Ils nous prennent pour des billes, des moutons, des chèvres, des enfants et des veaux.

*L* pardon Hélène, je n'ai rien trouvé d'autre en ce mardi de deuil chez Volkswagen-merkel ou le mensonge à grande échelle bat son plein.

Écrit par : Pierre NOËL | 22/09/2015

La suite des opérations en Syrie pour ceux que ça intéresse! http://www.voltairenet.org/article188739.html
Espérons que Thierry Meyssan ait raison et que ce pays martyre connaisse la paix délivré des américano-nazis, leurs larbins et des islamo-barbares, mais bien avec Le Président Assad à sa tête! Et vous avez vu que le criminel de guerre Nethanyau est allé gentiment demander à V. Poutine de ne pas descendre ses avions survolant illégalement la Syrie!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 22/09/2015

Pas vu à la tv, la réponse du président Assad aux américano-nazis et à leurs petits roquets: http://fr.sputniknews.com/international/20150916/1018192014.html

Écrit par : Gabor Fonyodi | 22/09/2015

"pour ceux que ça intéresse"

Beaucoup moins de monde que vous n'imaginez, mais on ne voudrait pas vous priver de ce plaisir.

Écrit par : Plouf I, Plouf II, Plouf III, Plouf IV, Plouf V, Plouf VI, etc | 22/09/2015

Et en voici des infos que j'avais aussi entendues une seule fois, en fait dans la horde sauvage, il n'y a qu'un quart de syriens, par contre il y a en tout 15% d'albanais et de kosovars. Ils fuient qui ceux-là? Al-Assad aussi? http://www.bvoltaire.fr/videos/robert-menard-sexplique-au-grand-journal,206163

Écrit par : Gabor Fonyodi | 22/09/2015

@Plouc,

Je n'imagine rien, par contre les gros neuneus de votre famille nombreuse peuvent s'abstenir, car il y a un vrai risque de surchauffe mononeuronal!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 22/09/2015

Il semble que la guerre lancée contre l'Europe, et particulièrement contre l'Union Européenne, vient de commencer. Cette guerre prendrait la forme d'un envahissement humain par des exodes continus. Des gens qui cherchent d'autres terres plus vivables donc plus sécurisées. Pour les plus modestes il s'agit d'être encore vivant au point du jour, et pour ceux qui ont toujours su tirer partie du chaos de la société, ce sont des affaires et du commerce bienvenus en perspective.

En sommes-nous en 10è de finale de ce match mal-visible? Qui peut dire le nombre de manches avant la finale?
Si j'ai bien appris la leçon de nos champions, ce serait: "si nous ne pouvons pas vaincre, nous détruisons". "Si nous ne ne pouvons conquérir, nous semons le chaos"
Dans ce cas, souhaitons nous un bon voyage à travers l'inconnu!
C'est quand-même plus optimiste que le suicide ou le naufrage.

....................................................................

Ceci peut itéresser vos lecteurs.

Interview donnée par Andrew Korybko à l'agence iranienne FARS sur les origines de la guerre Syrienne, de la crise migratoire en Europe et sur l'intérêt US à produire des radicaux qui infiltrent l'Europe.


Quelles sont les raisons d'une telle crise humanitaire dans les pays du MO comprenant Syrie/Libye? Qui/Quels pays/Quelles justifications ou politiques sont-ils derrière les raisons d'une telle crise?


Le déclenchement de cette crise peut être clairement tracée depuis le "Printemps Arabe" théâtre- des grandes Révolutions de couleur et des guerres US en Libye et en Syrie (l'une ouverte, l'autre couverte). Ces offensives ont aussi vu la participation de l'UK, la France, la Turquie et les Monarchies du Golfe, et il s'y trouve quelques motivations derrière le pourquoi ils voulaient initier leurs opérations de changement de régime.

Les US, pour leur part, imaginaient voir une élite transnationale des Frères Musulmans arriver au pouvoir de l'Algérie à la Syrie, fonctionnant comme une sorte de guerre froide du parti communiste international en version Arabe. Cela voudrait dire que le groupe aurait des cellules secrètes dans toute la région, vouées à gagner en puissance, le groupe serait financé par un patron international conséquent (les USA, Qatar et Turquie dans ce cas) qui l'utiliserait comme une force intermédiaire de contrôle.

En ce qui concerne les Monarchies du Golfe, (y compris le Qatar), elles voulaient se débarraser du Président Assad et du Pipeline de l'Amitié qu'il avait conclu avec l'Iran et l'Irak dans le but de vendre leur propre gaz directement à l'Union Européenne, tandis que la Turquie exprimait sa nouvelle idéologie agressive de Néo-Ottoman. France et Grande Bretagne, pour leur part, voulaient simplement ré-affirmer leurs anciennes sphères coloniales d'influence. La leçon qu'on peut apprendre est que les tentatives des puissances extérieures, de bricoler de façon militante les travaux internes d'un état souverain conduiront inévitablement à un désastre humanitaire, là. où on s'y attend le moins au départ (le boomerang des réfugiés en Europe, par exemple).

Quelles sont les principales raisons qui font que des gens fuient la Syrie ou tout autre pays déchiré par la guerre, souffrant de la vie désastreuse, et prennent le risque d'aller en Europe?

Les gens quittent leur pays quand leurs maisons sont détruites et qu'ils ne se sentent plus en sécurité, mais cela aide certainement qu'il y ait une communauté d'ancrage et/ou que des membres de la famille à l'étranger puissent les assister en les logeant quand ils finissent par fuir. Cependant, cela doit être tendu qu'une vaste majorité de réfugiés Syriens soient des réfugiés internes, cela veut dire qu'il quittent un endroit de leur pays pour une autre région et qu'ils ne l'ont pas fait pour aller à l'étranger. Ceci est très important parce ça montre le patriotisme de la plupart de la population syrienne, qui veut toujours vivre dans sa patrie en dépit du danger évident pour sa vie. Par exemple, Lataquié a absorbé beaucoup de réfugiés internes et un bon boulot a été fait pour s'assurer qu'ils vivent dans la dignité et avec le respect de soi.

Voilà pourquoi tant de millions d'autres ont quitté, il est difficile de généraliser, mais une partie de la raison est dans la rumeur sur l'attractivité de l'étranger (tel que le rêve de gagner des euros) qui, d'une certaine façon, est utilisée pour attirer les syriens hors de leur état dans le but d'affaiblir celui-ci démographiquement.
La construction d'installations pour loger les réfugiés en Turquie avant la guerre en Syrie est une question et selon les écrits de Ghatissan et Intibah Kadi pour le Saker, Ankara a finalement permis aux réfugiés de quitter les campements dans lesquels ils étaient retenus de force, formant ainsi la dernière vague migrante pour des raisons qui doivent encore être pleinement expliquées. Peut-être comme ils l'ont suggéré, pour accroître l'influence de la Turquie vis-à-vis de l'EUrope lorsque le moment où le ton montera dans les discussions. Toujours est-il clair que les réfugiés sont politisés, et dans certains cas, armés. N'oubliez pas que ces individus doivent payer des sommes d'argent délirantes à leurs contrebandiers pour naviguer jusqu'en Grèce, ainsi la supposition qu'ils sont les plus désespérés des désespérés n'est tout simplement pas vrai pour la plupart d'entre eux.
A considérer qu'ils avaient été coincés dans les camps en Turquie pendant quelques années, soulève la question de comment ils reçoivent de l'argent, a-t-on essayé d’imaginer qu'ils pouvaient avoir emporté avec eux autant d'argent qu'ils avaient déjà épargné il y a quatre ans et demi, jusqu'au moment où ils allaient devoir quitter, ce qui arriva finalement ?


Il est aussi curieux que beaucoup de ces individus sont d'âge relativement jeune et en bonne forme, ce qui veut dire, tel que Kadis l'avait aussi écrit, qu'ils auraient pu défendre leur patrie et et qu'ils n'auraient pas fui. Beaucoup de ceux qui ont quitté étaient des gens anti-gouvernement de première ligne et qu'ils ont dû avoir joué un rôle et c'est pourquoi ils ont pris la décision de partir à l'étranger, peut-être bien avant que l'Armée Arabe Syrienne n'ait regagné le contrôle de leur voisinage, éliminant la crainte d'avoir des troubles à cause de leurs sympathies terroristes. Ce qui pourraient aussi expliquer qu'ils avaient reçu de l'argent pour faire leur voyage en mer. Ceci est communément reconnu que ces terroristes anti-Syriens sont actifs dans ces camps basés en Turquie.

En répondant à une question dans une interview que j'avais eu avec un journaliste Macédonien Slobodan Tomic, j'avais aussi observé combien cela était étrange que beaucoup de réfugiés soient des hommes qui, entrant en Europe, étaient sans leurs familles, postulant par là-même que certains pourraient avoir évidemment des intentions abominables. Cela ne veut pas dire que la plupart d'entre eux ont ces pensées ou sont coupables de quelque mal, mais cela ne saurait être écarté de manière aveugle par la rhétorique humanitaire générale et les bonnes intentions de la part des pays d'accueil.

Que cachent les politiques que l'UE a prises qui mènent à la récente démonstration d'accepter des réfugiés? Est-ce que l'UE est-elle maintenant unie pour accepter les migrations?

Je ne pense pas que l'UE soit tout-à fait unie en tant qu'une dans l'acceptation des réfugiés. La Hongrie, par exemple, construit un mur à la frontière avec la Serbie pour les empêcher d'entrer sur son territoire, alors que l'Autriche et l'Allemagne ont une approche opposée et elles accueillent activement les réfugiés dans leur pays. Le sujet est très diviseur et il n'y a pas de quoi pour le pays d'en discuter quand vous avez différentes fautes des gouvernements qui ont créé la crise, vous avez maintenant les citoyens innocents à l'intérieur des états de l'UE, qui ont naturellement leurs propres légitimes inquiétudes à ce propos. Il est très difficile de corriger ces différences, par conséquent , le sujet génère un tel tollé et une telle division politique interne. Les gens ne veulent pas voir des inconnus souffrir dans les rues, mais en même temps ils hésitent quant à accepter des individus culturellement différents dans leurs communautés. Ce n'est pas la panacée pour ce problème et peu importe comment il est abordé, c'est sûr, il bouleverse beaucoup de gens qui estiment que cela ne va pas assez loin (les uns acceptent, les autres rejettent les réfugiés).

En vérité, cela tourne à la foire d'empoigne pour les 22 de l'UE, celui qui ne joue qu'en faveur des US, est celui qui est naturellement intéressé à introduire le plus possible de divisions internes pour leurs fins politiques. Ceci leur permet de garder un haut niveau le contrôle sur les élites de l'UE comme Merkel, dont la puissance dépend des caprices démocratiques d'une majorité facilement manipulable. Avec tout ce que l'on sait de la NSA, il est tout-à fait concevable de déduire que l'information glanée auprès de millions de citoyens de l'UE avait nourri la bouche des programmes de Big Data, à partir desquels des analyses de méga-tendances sont recrachées pour le bénéfice politique des US.

Le principal avantage ici est que les US comprennent les courants politiques de fond des masses européennes plus que leur gouvernements nationaux respectifs ne le comprennent, ce qui est une vulnérabilité stratégique, qui a été, est, et sera exploitée dans le futur prévisible. Sa pertinence dans la crise des réfugiés, est ce qui donne aux US la haute main sur le pilotage des mouvements de population pour ou contre ce thème politiquement mobilisateur, avec l'intention finale d'exercer pression sur des élites nationales non complaisantes en leur faisant peur avec des allusions au spectre de Révolution-déstabilisation de couleur (similaire dans la forme générale, mais avec moins d'intensité et pas jusqu'au changement de régime au final).

Les mesures politiques suivraient elles l'humanité ou davantage des intérêts nationaux?

Pour poser cette question, on a besoin de regarder les deux identités que revêt cette Union Européenne - celle d'organisation supra-nationale comme un projet social/humanitaire. C'est indubitablement une combinaison complexe des deux, mais l'importance ment en ce qui est prédominant en eux sur le moment. Si l'UE s'identifie elle-même comme une organisation supra-nationale quand elle et ses membres laisseront leurs intérêts nationaux dicter leur réponse sur la crise des réfugiés; de même si elle se voit elle-même davantage comme un projet social-humanitaire, à ce moment là, suivra la logique libérale de permettre à chacun et à tous les réfugiés de venir dans le bloc de leur pays. Une autre question est qu'il n'y a pas de consensus à l'intérieur de l'UE elle-même sur ce qui est particulièrement en vogue sur les deux identités, d'où les intérêts nationaux menant évidemment la Hongrie à prendre la décision de construire une barrière à sa frontière, tandis que le libéralisme (y compris la bonté économique) est derrière la décision de l'Autriche et l'Allemagne qui invitent chaleureusement des réfugiés à entrer dans leur pays (ce qui satisfait finalement une demande de main d’œuvre bon marché au milieu de populations grisonnantes. Ceci doit être relevé)

C'est vraiment dur à dire, que des réfugiés ont été transformés en patates chaudes politiques par les US, alors qu'on a le potentiel de les armer stratégiquement et démographiquement pour les utiliser contre les intérêts de l'UE. S'ils n'avaient retenu que le thème humanitaire, peut-être qu'il serait plus facile de proposer des mesures que l'UE pourrait théoriquement prendre, tel que permettre à certains d'entre eux d'entrer dans le pays et finalement d'être assimilés. A partir du moment où la Turquie a ouvert les vannes, pour ainsi dire, et qu'elle a permis à beaucoup de réfugiés Syriens de son pays à quitter pour l'Europe, on doit avoir présent à l'esprit combien les autorités hôtes allaient être débordées, et combien cela est évident qu'il y a des conséquences sur sa capacité à gérer avec des arrivées en masses.

Pas seulement cela, un tel flux sans précédent d’individus dans certains petits états de transit plus petits tels que la Macédoine et la Serbie, a le potentiel de remuer les citoyens sans répit, et ceci n'est pas sans inquiétude pour l'état de destination aussi comme cela a été vu d'ailleurs chez les protestataires en Allemagne par exemple. Sous de telles conditions, il n'est pas réaliste de proposer un type d'approche de "Y vient un" "Y viennent tous", sans tenir compte de comment le droit moral pourrait être compris sur le moment. Si des membres de l'UE veulent prendre un certain nombre de réfugiés chez eux, qu'ils le fassent, cela est de leur choix souverain, mais étant donné le nombre qui y afflue, c'est impossible de les loger tous de manière adéquate, et il était tout aussi impossible de les renvoyer en arrière vers la Turquie ou la Syrie. Comme je l'avais noté auparavant, c'est un vrai dilemme d'empoignades des 22 de l'UE.

Une telle entrée en masses élèvera-t-elle le niveau de risque pour la sécurité avec la crainte de l'entrée des extrémistes qui se fondent parmi les réfugiés innocents?

Absolument, Cela n'est pas qu'un doute à ce propos. Comme je l'avais mentionné dans l'interview de fin juillet avec Marija Kotovska, une journaliste macédonienne basée à Athènes:

"La Hongrie faisait état d'au moins 90'000 personnes qui sont entrées illégalement dans le pays depuis cette année, et qu'elle s'attend à un total de 300'000 en fin d'année. La plupart d’entre eux vraisemblablement arrivaient par la route du sud, c'est-à-dire qu'ils ont traversé la Macédoine à un moment ou à un autre. Prenant en compte une estimation extrêmement prudente de 1% parmi eux qui pourraient être des terroristes, cela donne un calcul de jusqu'à près de 1000 terroristes (et jusqu'à 3000 en fin d'année) entrant en Macédoine pour une durée de temps non précisée."

Ce calcul est vraisemblable pour tout pays où s'introduisent les réfugiés, même si 1% d'entre eux sont des terroristes comme je l'avais estimé avec une extrême prudence, alors, le continent va au devant d'une déstabilisation majeure dans le proche futur.

En outre, il y a une dynamique contraire qui pourrait entrer en jeu de la part de certains états plus actifs dans l'OTAN tel que la France. Ce n'est pas un secret qu'elle et les US veulent entraîner le plus de Syriens possible pour le redéploiement d'un changement de régime à leur retour au pays, et des centaines de milliers de jeunes Syriens, anti-gouvernement, qui marchent vers l'Europe, constitue un excellent marché de recrutement selon leur perspective. Certaines de ces recrues pourraient même être promises à une vie future en Europe ( avec des bénéfices sociaux inclus) s'ils acceptent de s’entraîner et de retourner combattre un certain temps. Ce qui a pour effet de transformer la crise de réfugiés en problème circulaire, de plus, cela perpétue le flux de gens hors du pays ( privant ainsi la Syrie d'autant de main d’œuvre nécessaire dans le combat pour sa lutte anti-terroriste) et donne simultanément à l'Occident davantage de recrues qui prolonge indéfiniment la crise provoquant un exode plus grand.

Le terrorisme engendre encore plus de terrorisme, mais ça n'est juste que ça pour l'Occident, ceux-là sont de bon terroristes jusqu'au moment où il commencent à opérer en Europe, en Amérique du Nord, Dans la Péninsule Arabe, ou en Turquie. A ce moment là, ce sont de mauvais terroristes et le blâme est retourné contre le Président Assad de manière manipulée et fausse, et ces acteurs qui le clament ridiculement, sont ceux qui sont derrière la monté du terrorisme dans le pays. Cela ne pouvait être un constat plus que faux fait sur la Syrie alors même que le Président Assad est le leader avant-gardiste de la lutte mondiale anti-terroriste et elle n'est pas la moindre, cela vient justement montrer comment les thèmes de la migration et des terroristes politisés sont devenues ce que les US et leurs alliés exploitent pour leurs intérêts propres et pour leurs gains géopolitiques.

Quand on joue avec des terroristes, on est prêt à se faire mal tôt ou tard, et c'est exactement ce qui vient d'arriver avec ISIL, la Fausse Armée Syrienne (FSA), et d'autres qui utilisent la crise des réfugiés comme une couverture plausible pour infiltrer le coeur de l'Europe. Comme c'est toujours le cas, toute future explosion de terrorisme aurait lieu exactement dans les intérêts des US qui cherchent à diviser l'Europe et à justifier simultanément son occupation militaire du continent.

Article lu ici:
http://www.globalresearch.ca/us-seek-to-control-the-eu-elites-via-refugee-crisis/5476541?utm_source=Global+Research+Newsletter&utm_campaign=6c17e5ac74-Newsletter_17_09_159_17_2015&utm_medium=email&utm_term=0_0ec9ab057f-6c17e5ac74-81297985&ct=t%28Newsletter_17_09_159_17_2015%29&mc_cid=6c17e5ac74&mc_eid=fa3df1f2a9

Écrit par : Beatrix | 22/09/2015

Chère Hélène,

« ... l'intérêt à soutenir des sources d'information opposées? ... »

Concrètement, ca veut dire quoi ?

Pour l'analyste, des sources d'information opposées, ca n'existe pas. Elles sont caractérisées "distinctes", simplement parce qu'elles publient indépendemment l'une de l'autre.

Écrit par : Chuck Jones | 22/09/2015

Relevé dans le texte de Beatrix : "La construction d'installations pour loger les réfugiés en Turquie avant la guerre en Syrie" Alors, il paraît que les complots n'existent pas...pour les naïfs, les comploteurs eux-mêmes et autres idiots plus ou moins utiles...

Écrit par : Gabor Fonyodi | 23/09/2015

Ils sont sympas ces réfugiés, quand même! Comment ne pas les aimer? Faire un croche-pied à un terroriste d'Al-Nosra, vous n'y pensez pas! http://fr.sputniknews.com/international/20150924/1018365242.html
Et voilà encore une nouvelle que vous ne verrez pas dans les merdias mainstream!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 24/09/2015

http://www.veteranstoday.com/2015/10/16/direct-intelligence-from-syria-and-lebanon/

Bon, je ne vais pas faire une confiance absolue à ce site, il y a parfois des "analyses" qui me laissent un peu pantois. Mais si l'information précédente est vérifiable et vérifiée, ça craint. Cela implique qu'Israël instrumentalise les usa pour se débarrasser des chefs d'Etats ou carrément des pays que les sionistes considèrent comme dangereux: Kadhafi, Saddam Hussein, El-Assad, l'Iran. Et d'y mettre le chaos. Déjà trois coups réussi sur 4. Le troll sioniste ne vous le dira jamais. Il vous enfumera comme toujours. (On comprend la rage de certains devant l'accord usa-Iran.)

Comment cela est-il possible? Parce que jusqu'au 30 septembre et depuis ce jour funeste de 1990 il n'y avait plus de contre-pouvoir au niveau mondial à la clique sioniste. Les Russes ont certainement compris. Et ils sont en mesure d'y mettre le holà, à moins du déclenchement d'une guerre nucléaire. Mais dans ce cas-là, pas sûr qu'Israël en sorte gagnant, pas sûr que qqn de qq bord qu'il soit en sorte gagnant.

Écrit par : Johann | 16/10/2015

Le but fondamental: "neutraliser l'Iran".

https://youtu.be/ak43aCg5Cjo

Ou comment accuser son chien d'avoir la rage. En fait l'Iran n'a jamais voulu avoir la bombe atomique.

Écrit par : Johann | 16/10/2015

La presse pourrie vendue n'en parle pas:

http://www.veteranstoday.com/2015/10/16/yemeni-missile-attack-kills-66-saudi-officers-destroys-17-fighter-jets-9-apache-helicopters/

Silence on tue au Yémen!

Écrit par : Johann | 16/10/2015

Voici encore un article qui donne à penser et qui apporte beaucoup de sens à certaines informations. It is allowing to connect some dots.

http://www.veteranstoday.com/2015/10/16/khazar-world-order-in-the-headlights/

Plusieurs liens fournis dans cet article sont très intéressants. Par exemple:

http://www.globalresearch.ca/secret-history-the-u-s-supported-and-inspired-the-nazis/5439236

Mais le plus intéressant est que la majorité des juifs d'israël ne sont pas des sémites, mais des turcs d'origine. Pas que cela change grand chose, mais il faut le savoir. Cela fait écho à Shlomo Sand et à son "invention du peuple juif". Et c'est connu, les turcs n'aiment pas les arabes et réciproquement. Enfin sauf quand il faut faire alliance avec les plus intégristes. Comme pour agresser le Yémen.

Écrit par : Johann | 16/10/2015

@Johann

Le site "veteranstoday.com" est bourré d'infos utiles!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 18/10/2015

Les commentaires sont fermés.