24/12/2015

Cette "culture" dont on parle tant...

politique_culturelle.jpg

 

On lit, ici et là, toutes sortes de propos tenus sur la culture sans jamais que le sens dans lequel ce concept est utilisé ne soit précisé.

A croire que tout le monde s'entendrait sur ce à quoi renvoie le terme de culture.

Que de malentendus, au contraire, cet usage lexical indéfini ne présente-t-il pas!

Et combien d'erreurs d'appréciation ne s'éviterait-on à en préciser le caractère!

Autant dire que récupérations tacites émaillent tout débat autour de la culture.

Et très vite, l'embrouille est assurée alors que l'implicite règne en maître.

Genève, ces jours-ci, vit au rythme de querelles sinon davantage encore, qui ont pour enjeu la culture.

Celle des uns dressée contre celle d'autres, c'est la politique qui mène le jeu. 

Avec pour enjeu, désormais, une tête à couper.

 

Commentaires

«La culture nous apporte ce qui fait souvent défaut à la politique: une espérance»,

un très beau texte dans Le Temps signé Dominique de Villepin.

https://www.letemps.ch/culture/2015/12/21/culture-apporte-souvent-defaut-politique-une-esperance

Écrit par : Vladimir Trofimov | 25/12/2015

C'est précisément ce texte de Dominique de Villepin paru dans le quotidien suisse "Le Temps" qui, ajouté au contexte polémique que connaît Genève en ce moment en relation avec "la culture", démontre combien ce terme mérite d'être défini et précisé dans son usage.

Le titre retenu par l'entretien qu'a accordé Dominique de Villepin au "Temps" est repris de la réponse que l'ancien premier ministre donne à la question qui lui est posée:

"Quand on est comme vous impliqué dans la vie citoyenne, politique du monde, de la France, comment cette fraternité nous nourrit? Comment se fait le passage d’un monde à l’autre?"

Réponse de l'intéressé:

"La politique, si elle n’est pas irriguée, perd de sa force. Il y a une insatisfaction au cœur du travail de la création qu’on devrait retrouver davantage au sein de la politique. Si l’on n’essaie pas en permanence d’apporter de meilleures réponses plutôt que de s’enfermer dans les rites de la politique, on se coupe de la réalité, de l’insatisfaction des autres qui doit nourrir notre propre recherche. La culture nous apporte ce qui fait souvent défaut à la politique, un espoir, une espérance. Je pense souvent à cette phrase de Churchill qui au milieu de la guerre alors qu’on lui demandait de couper les crédits de la culture répondait: «Mais alors pourquoi nous battrons-nous?». Je pense que c’est plus que jamais vrai. Nous avons besoin de retrouver confiance dans le monde, dans les hommes, confiance en nous-mêmes. Et la culture nous permet ce travail formidable tout en éloignant les démons, la peur qui trop souvent en politique assèche, asphyxie, pousse à l’intolérance, au rejet de l’autre."

Le point de vue de Dominique de Villepin lui appartient et ne manque pas d'intérêt.

Il n'en demeure pas moins qu'au regard de nombreuses situations, ce qu'il attribue à "la culture" ne s'oppose pas de manière aussi nette à ce qu'il estime relever de "la politique".

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 25/12/2015

Dans la langue française "la culture" était d'usage considéré comme le phénomène individuel. En tant que tel "la culture" est en relation complexe, soit juxtaposé, soit même opposé à "la civilisation", ce phénomène collectif et social. Dans ce contexte l'emphase mise sur "la culture" dans le discours social dominant est riche de conséquences. Car, si seule "la culture" individuelle qui compte, quid de "la civilisation" ? N'est elle pas subrepticement exilé au désert, et ne vivons nous dans les sociétés de moins en moins soucieux d'entretenir "la civilisation", qui n'ose plus même dire son nom, c'est à dire dans les sociétés les plus en plus barbares ? "En attendant les barbares" (Cavafy), porteurs "des multiples cultures", dont nous sommes d'avance conditionnés à respecter, car chaque "culture" individuelle vaut une autre dans l'idéologie du multiculturalisme, dominante les restes de la civilisation chrétienne.

Écrit par : Pavel KATCHALOV | 25/12/2015

Les commentaires sont fermés.