13/01/2016

Syrie, terrorisme et résistance

417688_1.jpg?w=500&h=281

La Syrie, comparée à Stalingrad, telle est la vision d'Andre Vltchek.

Certes, son point de vue n'est pas celui qui domine nos médias. Quoi qu'on en pense, il vaut la peine d'être lu:

http://lesakerfrancophone.fr/la-syrie-est-le-stalingrad-d...

Dans un article paru en janvier 2014, ce journaliste d'investigation s'exprimait aussi sur l'islam et les pratiques terroristes de certains de ses courants les plus radicaux.

Qu'on partage ou non cette approche, elle offre un éclairage non dénué d'intérêt.

A lire, toutefois, la haine qui s'étale contre telle ou telle religion sinon toutes, il va de soi que la nuance n'accède plus à certains esprits échauffés.

L'aveuglement des uns comme celui des autres est des plus préjudiciables pour le monde entier.

Cependant, la naïveté n'est pas non plus à entretenir.

Dans ce sens, reconnaître la voracité et la cupidité dénuées de toute humanité de nombre de nos compatriotes occidentaux serait tout aussi judicieux.

C'est ainsi que, selon Andre Vltchek, prêts à tout pour arriver à leurs fins, ils n'hésitent pas à recourir aux services d'extrémismes religieux, laissant impuissants tout autre courant de pensée:

http://www.legrandsoir.info/terrorisme-musulman-a-qui-la-...

 

 

Commentaires

"Le christianisme a pillé et brutalisé le monde entier".

Lorsque la haine du Christ et du Christianisme grec, romain et orthodoxe atteint un tel sommet, il n’y a plus qu’une seule réponse à formuler : QUE LE CHRIST REVIENNE AU PLUS TÔT POUR LE JUGEMENT DERNIER. « AMEN. VENEZ, SEIGNEUR JÉSUS ». C’est le dernier souhait de l’Apocalypse et le mien.

Écrit par : Michel Mottet | 13/01/2016

par le manque de nuance, le tout et n'importe quoi on comprend et partage votre indignation, Monsieur Mottet.


Mais faut-il attendre un hypothétique retour du Christ?


Agir, un simple exemple, à propos des célébrations et autres apparitions "rehaussant le niveau de François Hollande" (un ou deux commentaires sur le blog de Jean-Noël Cuénod). Les Français, avec raison, sont mécontents. Pourquoi participent-ils aux célébrations mentionnées alors qu'ils peuvent, par le refus, l'abstention pleurer leurs morts (par qui et pourquoi?) chez eux?! Agir de façon non violente n'est en aucun cas lâcheté ou démission.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/01/2016

Chère Madame, si vous en êtes au doute systématique, je vous conseille sagement de lire la parabole des vierges sages et des vierges folles. Il faut prendre sa décision avant ce retour, car n’entrent dans le Royaume de la félicité éternelle que celles et ceux qui y croient.

Écrit par : Michel Mottet | 13/01/2016

Ce billet est équilibré.
Dommage cependant de limiter la voracité et la cupidité aux seuls occidentaux ce qui affaiblit cet équilibre.

Écrit par : Christian Casper | 13/01/2016

@ Michel Mottet,

Il est dommage de ne pas préciser à qui l'on s'adresse!

En fait de "doute systématique" n'a-t-il pas été écrit tellement justement que "le doute aiguise la foi"(Jean-Noël Cuénod)?

A quelqu'un qui faisait remarquer à Guy Gilbert (prêtre éducateur des rues, Paris) qu'en voyant toutes les souffrances il est difficile de croire en Dieu Guy Gilbert a répondu qu'il ne faut pas regarder ainsi mais voir Dieu en sa propre vie.

Réponse remarquable, certes, mais, pour Guy Gilbert comme pour cet homme ls la vie semblait aller plutôt bien que mal.

Il y a les autres...


Dans les évangiles on lit que Jésus félicite la Cananéenne pour sa foi mais nulle part qu'il "impose" la foi.

Ce qu'il condamne est... la "mauvaise foi", l'hypocrisie.
L'attachement insensé aux tradition.
La "sclérose" du cœur.

Bonne journée, Monsieur.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 14/01/2016

@C. Casper

Méthode occidentale bien connue, qui renvoie victimes et bourreaux dos à dos. Non Monsieur, les vrais salopards dans tout cela sont le tandem judéo-américano-nazis. De quoi faire réfléchir nos concitoyens: http://chantal-dupille.eklablog.com/ regardez bien les statistiques des agressions de l'Empire, on voit tout de suite qui sont les vrais salopards et qui sont les victimes. Donc, votre équilibre, c'est juste une sale propagande. Il fut un temps béni pour vous et vos amis, où n'existait aucun moyen d'expression populaire pour contrecarrer vos mensonges continuels, ce temps est heureusement révolu!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 14/01/2016

Charles05,

J'ai bien reçu votre commentaire qui reprend mot pour mot l'article que j'ai cité dans mon sujet et dont j'ai indiqué le lien.

Vous aurait-il échappé pour que vous me le soumettiez alors que je l'évoque au début même de mon sujet?

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/01/2016

@HRF

Je voulais encore dire que je vous remercie vivement pour le lien vers le "sakerfrancophone.fr", car ce texte est fantastique et combien bien vu! Bien sûr, que V. Poutine et Assad sont de grands bonhommes (et ils resteront comme tels dans l'Histoire) et c'est pour cette raison qu'ils ont le soutien de leur population et ça rend dingue l'Empire et ses laquais...Le premier président presque noir, le gros bouffon, lui finira juste dans les ch...., de la même Histoire!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 14/01/2016

Mon post est un peu tardif, peu importe, Karim Akouche décrit mieux que quiconque le portrait de l'islamiste fanatique. Sans doute pour en avoir vu de tout près et d'avoir eu à leur résister puis à les combattre. Toute l'Algérie a dû, comme aujourd'hui la Syrie, se démener seule contre cette terreur devenue internationale, terreur nourrie et armée par l'Occident au détriment de tous les peuples.

Il est temps pour les citoyens de tous pays de faire le procès des gouvernements qui ont créé, participé, utilisé ou soutenu le terrorisme sous les divers noms. Et c'est avec l'argent des citoyens qu'ils ont fait naître et croître les monstres qui les tuent là où ils croient vivre en paix.
............................................................
Ci-dessous, le texte de Karim Akouche.

Après les horreurs du vendredi 13, la France de demain ne sera plus comme avant. Elle ne sera ni la France d’hier, ni celle d’aujourd’hui. Elle sera semblable, à quelque chose près, à l’Algérie des années 90. Paris sera Alger. Toulouse, Blida ou Média. Lyon, Ain Defla. La Kabylie, la Bretagne.

Ce n’est pas difficile à prédire. C’est même une évidence pour celui qui, comme moi, a vécu la guerre civile, côtoyé la violence aveugle des fous de Dieu, marché sur des flaques de sang et des morceaux de chair.

Ça a débuté comme ça : en bruit de pantoufles avant que ne retentissent les kalachnikovs et les bombes.

On pensait que c’était un jeu. Comme ces pétards que les enfants faisaient exploser lors de l’aïd et de l’anniversaire de la naissance du Prophète.

On riait des qamis et des barbes hirsutes des intégristes. C’étaient nos pères Noël. Ils n’apportaient pas de cadeaux, ne distribuaient pas de bonbons, mais ils aimaient nous raconter des histoires obscures sur l’enfer et le jugement dernier.

On trouvait leur façon de s’habiller exotique. Car, à la fin des années 80, rares étaient ceux qui portaient ces accoutrements importés d’Afghanistan et d’Iran.

Puis ça a continué comme ça : par l’intimidation. Avec des mots qui, certes, étaient trop violents pour mes oreilles d’enfant, mais c’était de simples mots. Les islamistes harcelaient les femmes libres, les démocrates et les laïques. Ils traitaient les progressistes de dépravés, de suppôts des croisés.

Parfois, ils donnaient des coups de poing, de simples coups de poing. Puis ça a progressé. Ils utilisaient des objets, de simples objets : des galets, des cordes, des seringues d’acide, des couteaux, des haches…

Ensuite ça a basculé : les islamistes ont embarqué le peuple dans un bateau ivre, pour un long voyage au bout de la nuit…

Sans crier gare, ils ont sorti les armes à feu, les fusils à canon scié, les bonbonnes de gaz et tout leur attirail de guerriers.

Ce n’était plus un jeu. C’était sérieux. C’était la folie des hommes.

Les barbus tuaient les poètes, les fonctionnaires, les enseignants, les médecins… puis les gens ordinaires, le « petit » peuple.

Les journalistes rasaient les murs, ils étaient devenus des nécrologues. Ils n’écrivaient plus d’articles, ils comptabilisaient les morts. Les cafés et les trottoirs se vidaient, les gens se donnaient rendez-vous aux cimetières et parfois on enterrait à la pelleteuse.

Grisé par le sang, l’islamiste a redoublé de violence. On l’a vu éventrer les femmes enceintes, jeter des bébés dans des micro-ondes, égorger des villages entiers : Bentalha, Beni-Messous, Larbaa, Raïs… des toponymes qui donnent encore froid dans le dos.

L’islamiste est partout le même. Il carbure à la haine. Son vocabulaire est pauvre. Il ne maîtrise que quelques verbes, souvent équivalents : tuer, exécuter, massacrer, violer, brûler, détruire… Il ne lit qu’un seul livre, le coran. Il n’obéit qu’aux seules lois d’Allah et de son Prophète. Il dort avec un seul mot dans la bouche : vengeance. Il ne se réveille qu’avec un seul désir : éliminer un maximum de mécréants.

L’islamiste joue au sourd et au muet. C’est un dictateur. Il a raison même s’il a tort. Toute tentative de dialogue avec lui est vouée à l’échec. Il préfère le monologue. Il refuse le débat d’idées. Car il sait qu’il va perdre. Il préfère le terrain de la menace. Gare à celui qui le contredit.

L’islamiste n’a pas d’arguments, il a des versets. Il n’a pas de cœur, il est une hydre. Il ne connaît pas la peur, il marche avec dédain. Si les balles tombent sur lui, il les affrontera avec le sourire. Sa devise : la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la mort. Pour lui, la mort, c’est l’éternel bonheur : il s’y abreuvera aux rivières de vin  interdit sur terre !  et à la tendre chair des houris.

L’islamiste n’est pas un animal de compagnie. On ne doit pas le caresser dans le sens de la barbe, ni lui faire confiance. Il a le cerveau malade. Les crocs acérés. La gâchette facile. Son entreprise s’appelle la terreur.

L’islamiste ne réfléchit pas, ne recule pas, il fonce. Il ne rafistole pas, il achève. Son objectif : soumettre l’humanité à la Oumma, la nation islamique mondiale. Son droit chemin lui a été tracé par Allah et Mahomet. Les autres voies lui sont impénétrables.

Jouer avec lui, c’est comme badiner avec un serpent. Il glisse. Il mord. On ne peut pas le dompter, il tue. En voulant l’instrumentaliser dans leur stratégie contre les démocrates, les dirigeants algériens l’ont payé cher lors de la décennie noire. Le serpent leur a échappé des mains. Bilan : plus de 200 000 morts.

L’islamiste est perfide. Il affectionne la ruse. Il brouille les pistes. Il peut être un loup solitaire, mais il chasse souvent en meute. Il n’aime pas la démocratie, mais il s’en sert. Il déteste la liberté, mais il en abuse pour propager son idéologie. Il n’aime pas les technologies, mais il en détourne l’usage afin de faire avancer sa cause.

L’islamiste a repéré les failles des démocraties occidentales. Il sait qu’il est un bourreau, mais il joue à la victime. S’il brandit le spectre de l’islamophobie, c’est pour culpabiliser le démocrate et le pousser à céder du terrain où il sèmera ses graines.

L’islamiste gagne chaque jour des batailles contre l’Occident. Il a réussi à restreindre la liberté de pensée, à séparer les femmes des hommes dans les piscines, à halaliser les menus scolaires, à fragiliser la laïcité, à ouvrir des mosquées dans les universités, à gagner des procès contre des États, à verrouiller plusieurs institutions internationales…

L’islamiste a deviné le gouffre spirituel dans lequel est plongé l’Occident. Il compte le combler. Il sait que le capitalisme sauvage crée des solitudes et que celles-ci tuent dans les villes. Il a trouvé un remède au stress et à l’ennui : son prosélytisme et sa fausse fraternité.

L’Occident est en train de perdre sa guerre contre l’islamisme.

Sans courage et lucidité, il perdra aussi son âme.

La France, quant à elle, risque de devenir très vite l’Algérie des années 90.
http://www.causeur.fr/islam-daech-algerie-36188.html

Écrit par : Beatrix | 17/01/2016

Autant la politique de la France (guerre contre le terrorisme, Charlie, Bataclan...)que l Allemagne (Affaire de Cologne du nouvel an)se sont toutes deux prises en otage (arroseur arrosé) par leurs propres politiques. Ces politiques sont ambigües et de double face choses que ces deux pays ne veulent nullement le reconnaître..Par ailleurs, ces deux graves situations précitées (Paris et Cologne) sont très incompréhensibles par les citoyens des deux côtés. Ces citoyens ignorent totalement les activités secrètes de leurs gouvernements dans le monde arabe, leurs alliances louches et contre-nature avec les pays du Golfe voire mêmes leurs complicités avec le terrorisme international. Ceci est plus appliqué par les services secrets français que les allemands dans le monde arabe. Et en contre partie et au niveau de l Europe, les services allemands brillent et ils sont très actifs dans l espionnage de L Elysée et des Industries françaises...etc..voire même à abriter le Centre d Espionnage et surtout la Gestion des drones USA et Otan pour la moitié Est de la planète et ceci depuis Ramstein en Allemagne. Ce n est pas faux de dire que la GB est depuis toujours le 51 ème Etat des USA et l Allemagne est devenu le nouveau 52 ème Etat USA. Cela a comme but d imposer les règles du jeu à l UE et d éviter que cette UE devienne une force concurrente (ensemble avec la Russie?) de l Hégémonie uni polaire américaine..On voit aujourd hui que la GB et l Allemagne se permettent de faire éclater Schengen (à tort ou à raison, qui sait??)

Jamais ces politiques précitées n ont été révélées aux citoyens carte sur table et les médias n ont jamais osé non plus ni en parler ni en discuter même que les Parlements successifs, dits représentants de ces peuples.

Écrit par : Charles 05 | 17/01/2016

Les commentaires sont fermés.