10/02/2016

Entre vérité, vérités et Vérité

hqdefault.jpg

Souvent -et récemment encore sur ce blog- est évoquée la vérité.

D'aucuns lui ajoutent même une sorte d'absolu en l'affublant d'un L et d'un V majuscules.

Décréter de la vérité, qu'elle existe est une manière générale de l'appréhender.

Car si, en effet, la vérité peut apparaître dans une situation donnée, dans d'autres, elle peut ne rester qu'une vérité, sinon échapper.

Alors, affirmer que La Vérité existe peut, certes, tenir lieu d'assertion. Mais sa quête implique l'absolu.

Or se pose la question de savoir dans quelle mesure un absolu se vit. 

 

Commentaires

La Vérité au sens "populaire" du terme ne peut exister que si elle est ancrée dans la réalité factuelle et matérielle... Ma Vérité n'est pas La Vérité ce n'est que mon point de vue...

Écrit par : Geai_Pie | 10/02/2016

La Vérité de tel fait, évènement existe toujours, c'est d'une pure logique.
Là ou la question devient cornélienne est:

Est- ce que je la détiens?
Qui la détient?
Qui fait quoi de la vérité? et c'est là que tout se complique, car il n'y a guère plus que la vérité qui est manipulée, utilisée.bafouée au nom de de n'importe qui prétend la connaître, la politique, l'économie, la religion et finalement l'intérêt personnel.
La vérité est un objet réel, au fond fragile, très fragile et souvent malheureusement dangereuse dans certaines mains et certains esprits.
Inutile d'en rajouter, je cautionne sans réserve les 2 dernières phrases de Mme Favre.

Écrit par : Jacques André | 10/02/2016

« Ce que nous entendons n’est qu’une opinion ; non un fait.
Ce que nous voyons n’est qu’une perspective ; non une vérité. »
Marc Aurèle

Écrit par : BN | 10/02/2016

@BN.
Certes, je suis d'accord avec vous. Mais la vérité existe réellement.Une opinion est déjà une image subjective de la vérité, donc sujette à interprétation, déformation.

Écrit par : Jacques André | 10/02/2016

Disons qu'il y a les vérités objectives et des vérités subjectives. Est-ce une vérité que la Terre autour du soleil et non le contraire? Est-il vrai que nous sommes des primates? La vérité, c'est l'objet de la recherche scientifique. Comprendre plutôt que croire.
Il y a aussi l'envers de la vérité, c'est-à-dire le mensonge. Hier à la radio (je ne sais plus quelle chaîne) une émission sur le mensonge. Il a été dit que les hommes mentent 3 fois par jour et les femmes 6 fois. En fait l'expert invité nous disait: beaucoup plus!
Aujourd'hui une image de vérité m'a interpellé. De vérité, car c'était une film depuis l'espace. On voyait ce qu'on voyait. Ce furent les dernières images du téléjournal de 20H sur France2.
"On se quitte avec le spectacle de la Terre sous l'orage"... à partir de 40m30sec (pour moins de 30 secondes):
http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-mercredi-10-fevrier-2016_1298011.html
Maintenant comparez avec les photos et autres vidéos soi-disant prises depuis la lune ou depuis son orbite.
Le mensonge gouverne le monde. La vérité est révolutionnaire.

Écrit par : Charles | 11/02/2016

Je pense que quand une femme est enceinte, c'est une Vérité, car elle ne peut pas être qu'un peu enceinte et elle va vivre cette vérité là absolument...

Écrit par : Gabor Fonyodi | 11/02/2016

C'est un sujet qui ne se démodera jamais, car les interprétations mélangent allègrement toutes sortes de niveaux de perception et de connaissance.
En dehors du champ religieux, dans lequel il existe une Vérité révélée par des textes inspirées directement de paroles ou de vision divines, il ne peut y avoir que des vérités humaines, soumis par essence aux lois mouvantes du temps et de l'espace.
Les Vérités divines peuvent éventuellement, cela dépend des religions, faire l'objet d'interprétations et de commentaires, mais cela n'enlève rien à leur caractère absolu dans leur essence.
Les vérités humaines sont diverses selon les cultures et les personnes. Elles évoluent et se discutent en toute légitimité, dans les régimes démocratiques du moins. En science elle reflètent l'état de la connaissance expérimentale ou théorique à un moment donné, au point que l'on s'abstient généralement d'utiliser le terme. Impossible néanmoins, dans une société ou une partie de la société instruite et laïque, de ne pas considérer que la théorie héliocentrique est vrai et que le soleil ne tourne pas autour de la Terre. Impossible aussi, pour une personne honnête, de ne pas avoir en point de mire, dans sa propre conduite et l'éducation de ses enfants, par exemple, ce qui est vrai.
Etre conscient que nous vivons selon des conceptions relatives de la vérité et que nous acceptons cela intellectuellement, cela ne devrait donc pas non empêcher de rechercher la vérité dans notre vie et de concilier cette nécessité avec l'impossibilité intellectuelle de connaître une Vérité absolue en dehors du champ religieux.

Écrit par : Mère-Grand | 11/02/2016

Parmi les autres Vérités, en voici une: Thierry Meyssan avait annoncé plusieurs mois à l'avance le départ de Laurent Fabius, j'en avais parlé ici, l'homme su sang contaminé, ami d'Israël et des terroristes (pléonasme) pour cause de Parkinson. Le mensonge par omission des merdias mainstream était de ne pas l'annoncer!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 11/02/2016

"Dire la vérité" a rapport avec ce que je crois vrai et pas forcément à ce qui est vrai. Au même titre, mentir a trait à ce que je crois et pas à ce qui est.

Hier soir la météo a dit qu'il y aura du soleil ce matin. Ce matin j'ouvre un oeil dans mon lit, volets encore fermés et je dis à mon conjoint "chouette, il y a du soleil". Or la météo s'est trompée et il pleut. Je n'ai pas menti puisque j'ai dit ce que je croyais vrai. Par contre si j'avais dit "il pleut", j'aurais menti en disant ce qui est vrai puisque j'étais persuadé du soleil.

Pire, la réalité perçue n'est pas forcément la réalité.

Mon fils de 5 ans a bien enfoncé et rayé la portière droite de ma voiture flambant neuve avec le chariot métallique du supermarché. Un copain passe à ce moment par la gauche et dit "wouah la belle bagnole". Il est rejoint par son épouse par la droite qui dit "mon pauvre, elle est un peu la honte, votre voiture".

Les deux disent la vérité découlant de leur réalité perçue.

Ce sont là des cas binaires d'une grande simplicité. Maintenant, si on passe aux conflits qui déchirent le monde....

Écrit par : archi-bald | 11/02/2016

Exactement. Encore faut-il que les faits soient avérés, ce qui demande souvent toute une procédure ( soit cela requiert un jugement dans le cadre d'une procédure judiciaire, ou une responsabilité dans le cas par exemple d'une vérification journalistique).
Donc toute vérité a tendance à être asymptotique, y compris les vérités scientifiques

Écrit par : GERONIMO | 25/02/2016

Je sens une certaine confusion...il y a les faits et il y a la perception des faits. On assassine devant vos yeux votre fils ou on viole votre femme, ça ce sont des faits. Si ça vous fait marrer, ou si du coup vous essayez de tuer le criminel, ça dépend de vos convictions personnelles. Ce que des témoins peuvent en penser, dépent des témoins eux-mêmes, mais votre fils est mort et bien mort, et votre femme a bien été violée, ceci sont des faits incontestables!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 11/02/2016

Vérité à Moscou, mensonge à Washington. Nous avons l'habitude.
http://fr.sputniknews.com/international/20160211/1021651931/syrie-usa-revelations-russie.html
On se rappellera que les États-Unis il y a plusieurs semaines avaient déjà bombardé un site de production d'électricité dans la région d'Alep. Crimes de guerre, comme en Afghanistan, comme à Belgrade, crimes pour lesquels ils n'ont jamais été condamnés.

Autre cas où il est pris des libertés avec la vérité:
http://fr.sputniknews.com/international/20160211/1021651300/video-falsification-france-russie-syrie-ambassadeur-reportage-operation-terroriste-arme-guerre.html

Quant à la vérité économique cela fait longtemps qu'on la cherche... en vain:
http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/la-bourse-de-paris-recule-dans-le-sillage-du-petrole-4922705
Tout est fait à rebours du bon sens, parce que les seules valeurs dominantes à l'heure actuelles sont basées sur le profit immédiat et individuel. Les plus forts en... profitent. Les mêmes causes produisant les mêmes effets attendons-nous au pire.

Écrit par : Charles | 11/02/2016

Je crois que Gabor a compris ce que je voulais exprimer. Les faits d'un évènement, et seulement de n'importe quel évènement, sont la Vérité.
Il s'agit d'un élément indubitable.
A ce moment:
Soit on n'est pas informé de la vérité, c'est disons un fait divers.
Soit on connait la vérité.
A partir de là, si nous sommes vraiment informés de la vérité, il faut savoir ce que l'on en fait, cela devient, "ma vérité, "une opinion", c'est l'interprétation, et finalement la déformation, où l'on déforme la vérité inconsciemment ou consciemment pour l'adapter à notre esprit.

Cela étant, puisque certains évoquent le système solaire, sachez que la terre n'est pas ronde, elle subit des déformations et est plutôt ovale.

Écrit par : Jacques André | 11/02/2016

"et est plutôt ovale"
Non. Ellipsoïdale. L'activité scientifique ne s'accommode pas de termes approximatifs ou mal définis.
http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/histoire-forme-Terre.xml
https://fr.wikipedia.org/wiki/Terre#Forme

Écrit par : Charles | 11/02/2016

Cela dit, je tiens à relever la qualité de vos interventions à tous, en relation avec ce sujet.

Merci à vous.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 11/02/2016

Merci à vous pour permettre ce genre de réflexions.
Un domaine à ne pas négliger quand on s'intéresse à l'étude du réel: l'épistémologie.
http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/

Écrit par : Charles | 11/02/2016

@Gabor Fonyodi @Jacques André
Vous avez, bien sûr, raison ... dans la plupart des cas seulement. Cependant les "faits" et "ma vérité" soulèvent plus de problèmes qu'il ne peut y paraître dans un premier temps, si l'on veut approfondir quelque peu les choses.
Tout d'abord l'observation de la réalité a ses limites, comme le remarquent les enfants qui voient pour la première fois le fameux bâton (apparemment) cassé lorsqu'on le trempe dans l'eau. Il est bien évident aussi que nombre de "faits" ne peuvent être observés directement, alors même que leur réalité nous apparaît par les effets qu'ils produisent.
En ce qui concerne "ma vérité", il est bien connu que rien n'est aussi incertain que le sont les témoignages sur lesquels la police et les juges aimeraient pourtant pouvoir s'appuyer. De nombreuses études en psychologie cognitive attestent de la fragilité des nos observations. Tantôt nous ne voyons rien, tantôt nous voyons quelque chose d'inexistant, tantôt nous ne voyons que ce que nous voulons. Ainsi des témoignages de bonne foi ont été responsables d'exécutions dans les cas les plus dramatiques.
Je n'ai pas le loisir de développer le sujet plus avant, mon épouse étant très désireuse de couper la connexion Wi-Fi pour que les enfants laissent leur tablettes de côté, mais je pense que ces quelques remarques suffisent à montrer que tout n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît dans le domaine des vérités.

Écrit par : Mère-Grand | 11/02/2016

Monsieur Mère-Grand,

Je vous renvoie aux deux catégories citées précédemment: vérité objective et vérité subjective. Les témoignages, les récits d'histoire sont des vérités subjectives. Souvent il y a un enjeu, un intérêt qui implique le sujet lui-même: il fait partie de la scène observée ou de l'histoire. La vérité objective résulte généralement d'une expérience ou d'observations qui peuvent être reconduites. Un exemple de vérité objective est la chute des corps dans le vide ou dans l'atmosphère. A propos du bâton dans l'eau, chacun sait que les apparences peuvent être trompeuses et que la réfraction de la lumière dans l'eau est parfaitement comprise, à tel point que les pêcheurs au harpon savent à quoi s'en tenir pour ne pas revenir bredouille. Disons à titre d'exemple que la théorie de l'évolution est une vérité objective par l'accumulation des évidences génétiques et paléontologique (et que seul son mécanisme détaillé fait l'objet de débats [= vérité subjective en donnant plus ou moins d'importance à certains facteurs]) alors que celle du bigbang est subjective, les phénomènes observés dépassant d'une part l'échelle humaine et d'autre part étant susceptible d'autres interprétations.
Enfin je pense que c'est moins la recherche d'une vérité avec un grand V que la recherche d'une compréhension dans un monde en perpétuelle transformation et - dans certains domaines comme les sociétés humaines - très, très complexe. A mon avis le plus grand problème est le manque de sagesse et d'harmonie qui en découle. L'être humain n'est guère "sapiens" dans son ensemble et surtout pas dans ses dirigeants, ni dans ses "philosophes".

Écrit par : Charles | 11/02/2016

Vérité, mensonge, propagande: un exemple concret:
http://www.lemonde.fr/europe/reactions/2016/02/11/l-inquietante-propagande-russe-sur-la-crise-des-refugies-en-europe_4863070_3214.html
C'est vrai (?) que nous savons tous combien de migrants ("réfugiés" = mensonges pour nombre d'entre eux: albanais, kosovars déguisés en syriens, voir lien posté à l'occasion d'une précédente contribution sur la composition de ces migrants) sont entrés dans nos pays grâce à des comptes-rendus détaillés de nos journaux objectifs et jamais inquiétants. C'est vrai (?) qu'aucun cas de viol, de violence ou de vol commis par des migrants n'est caché aux citoyens. N'est-ce pas?

Écrit par : Charles | 12/02/2016

Vérité, mensonge, propagande: un exemple concret de vérité scientifique, la présence de nanothermite dans les décombres des tours, non pas le "smoking gun", mais le "gun itself":
http://www.informationclearinghouse.info/article35595.htm
La preuve que quand on (la commission d'enquête officielle) ne cherche pas, on ne risque pas de trouver.

Écrit par : Charles | 12/02/2016

Merci à Charles pour ces liens fort utiles que j'ai réutilisé dans un courriel envoyé à D. Rochebin. A part ça, je persiste et signe la Vérité, c'est la vérité des faits et eux ils sont têtus et incontestables. D'ailleurs les merdias mainstream, avec leur flot ininterrompu de mensonges, cherchent justement à occulter les faits, à mélanger le vrai et le faux, pour pouvoir propager des rumeurs et à taire les informations dérangeantes pour le système!!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 12/02/2016

@Charles
"la théorie de l'évolution est une vérité objective par l'accumulation des évidences génétiques et paléontologique (et que seul son mécanisme détaillé fait l'objet de débats [= vérité subjective en donnant plus ou moins d'importance à certains facteurs]) alors que celle du bigbang est subjective"
Vous reprenez, avec raison et pertinence, certains des éléments que j'ai mentionné, dont celle du bâton dans l'eau. Vous êtes, me semble-t-il trop confiant dans le capacité de discrimination des êtres humains. Lorsqu'il s'agit d'une question de survie, comme dans l'exemple de la pêche à la baleine, une "évidence" s'impose très vite, sans qu'elle rejoigne nécessairement celle que nous livre le savoir scientifique.
Comme le montre Lévi-Strauss dans son magnifique ouvrage "la Pensée sauvage", le savoir peut être très fin et tout à fait efficace tout en faisant référencer à ce que nous appelons, dans notre monde moderne imprégné de culture scientifique (même superficielle) des croyances, organisées souvent en récits mythologiques. On peut ainsi semer au moment opportun du point de vue climatique pour obéir à une tradition qui tire son origine d'un événement qui se serait passé dans un couple mythique de l'origine du monde.
Ce savoir est alors confirmé chaque fois par la réalité de l'éclosion des semences et leur récolte ultérieure. Souvenons-nous aussi du rite illustré dans le film de Marcel Camus "Orpheu Negro", dans lequel un enfant est persuadé que c'est un air et un chant accompagné à la guitare qui fait lever le soleil chaque matin. Cela se vérifie, évidemment, chaque jour pour lui.
Laissons de côté les croyances religieuses et mythologiques, nous pouvons aussi avoir à faire à des hallucinations, personnelles ou partagées, induites par des substances externes ou internes, qui laissent l'observateur face à une "vérité" particulièrement subjective du point de vue de l'observateur extérieur, mais totalement objective pour celui qui en fait l'expérience.
En ce qui concerne la théorie de l'évolution, vous entrez dans le domaine des vérités dites "scientifiques". Malgré les diverses méthodes de vérifications proposées dans ce domaine, notamment celle déjà ancienne de Popper, qui devrait nous mettre en garde contre l'usage du terme de "vérité" (même avec minuscule), nous ne pouvons évidemment pas nous empêcher de penser qu'il est "vrai" que la Terre toute autour des Soleil, et que d'ajouter l'adjectif "provisoire" au terme de "vérité" est une précaution inutile.
Je ne peux m'empêcher de mentionner, en passant, le fait que selon un recensement récent 40% des Américains du Nord pensent que Dieu a créé l'homme tel qu'il est, conformément au récit biblique. Les chiffres doivent être encore plus décourageants (pour moi du moins) dans les parties du monde soumis aux "Vérités" énoncées par le Coran.
Cela dit, restons entre nous autres modernes et examinons dans quelle mesure ces vérités confirmées par l'observation méritent d'être qualifiées de subjectives ou d'objectives. Notons tout d'abord qu'elles font de plus en plus appel à des instruments ou des données scientifiques autrefois hors de notre portée ou hors champ d'application, comme c'est le cas de la génétique et de son utilisation de l'ADN pour affirmer ou clarifier des données paléontologiques. Le pouvoir d'observation directe est alors de plus en plus éloigné de la portée des sens de l'individu et la foi en l'efficacité des mesures de ses instruments est de plus en plus importante.
Ainsi, la distinction entre les théories de l'évolution et celle du Big Bang devient de plus en plus floue, la différence de plus en plus minime, non pas du point de vue de ce que nous pouvons observer directement, mais du point de vue de ce qui permet d'affirmer que nous avons à faire à une "vérité". Plus nos connaissance scientifiques dépendent donc de technologies qui nous éloignent de l'application directe de nos sens (à moins que l'observation d'un écran d'ordinateur qui réplique en la modélisant le choc des particules élémentaires dans l'accélérateur du CERN soit vue comme une observation directe) et plus la limite entre l'objectif et le subjectif devient difficile à tracer.
Je me rends compte, en relisant votre phrase qui fait ici office d'introduction, que je me suis peut-être trop hâté en faisant tout de suite appel à un ensemble de faits et de considérations qui ne répondent pas assez directement à votre affirmation sur la distinction en être objectif et subjectif.
Ainsi votre affirmation que la théorie de l'évolution repose sur des "évidences (me dirais plutôt "preuves" en français) génétiques et paléontologiques" donnent ces preuves comme des faits, alors que tout montre que ces preuves reposent elles-mêmes sur des théories non moins abstraites du point de vue intellectuel et non moins éloignées du pouvoir d'observation d'un observateur ordinaire que celles celles qui fondent la théorie du Big Band. Il est vrai que l'homme de la rue est plus familier de ce qui touche au domaine de la Biologie qu'à celui de la Physique des particules. Mais je ne suis pas certain qu'à l'heure actuelle les dernières théories de la génétique soient plus accessibles ou mieux connue que celles de la naissance de la matière.
Quoi qu'il en soit, l'expansion de l'Univers, conséquence du Big Band se mesure aussi avec des instruments à portée de mains des observateurs et les restes ou traces d'anciens événements qui ont eu lieu lors de la formation de notre Univers s'observent et se quantifient comme s'observent et s'analysent le restes humains dispersés à travers le monde, même si c'est avec un coût infiniment supérieur.

Écrit par : Mère-Grand | 12/02/2016

Vérité, mensonge, propagande: qui va publier le résultat de cette enquête qui a duré deux ans:
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6837
Réponse: chez nous, personne!

Écrit par : Charles | 12/02/2016

On pourrait aussi dire, en reprenant Jules Lagneau, « il n'y a qu'une vérité absolue, c'est qu'il n'y a pas de vérité absolue ». Et si c’est une assertion, il n'en est pas moins vrai que ce n'est pas une raison pour qu'untel clame une contre vérité en affirmant que c'est la vérité absolue.
Une vérité, sa vérité, la vérité, la vérité absolue, il n'y en aurait donc pas qu'une seule, mais il semblerait plutôt qu'il y en ait plusieurs, plus ou moins vraies. Étrange vérité qui se joue du réel, un peu comme un silence absolue, qui n'existe jamais. La vérité est définie comme étant « la conformité aux faits ou à la réalité ». Certains disent aujourd'hui qu'il n'y a pas de réalité vraie, seulement des perceptions et opinions. A contrario, d'autres défendent qu'il y a des réalités absolues ou vraies. A la question de savoir s'il est une vérité absolue s'oppose des positions diamétralement opposées. D'autres arguent au contraire qu'il y a des réalités absolues ou standard, qui définissent ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas, les actions pouvant être jugées bonnes ou mauvaises en comparaison à ces standards absolus.

Le fait même de déclarer qu'il n'y a pas de vérité absolue est illogique. Peut-on en être certain ? Tous les humains ont une connaissance limitée. Alors il n'y aurait rien de fondamentalement juste ou mauvais ? Ce qui peut être vrai pour les uns ne l'est pas forcément pour les autres. Toutefois, dans chaque propos, il faut intégrer une notion de tolérance et surtout ne pas clamer des contre-vérités et les annonçant comme vraies. C'est un travail sur soi-même dont certains n'ont pas la volonté clairvoyante. D'autres s'y refusent, embastillés dans leur prosélytisme.

Référons nous à Pascal. « Dans toutes les matières dont la preuve consiste en expériences et non en démonstrations, on ne peut faire assertion universelle que par la générale énumération de toutes les parties et de tous les cas différents ». Cette pensée, que l'on pourrait réserver à des expériences matérielles, s'applique également à ce qui touche à l'esprit, à la raison. Les raisons qui, comme nous dit Malebranche, dans le fond ne sont pas toujours raisonnables, lorsqu'elles ne sont pas conformes à la souveraine raison, ou à la raison universelle que tous les hommes consultent. Ou encore Nietzche : « connaître, c'est toujours entrer en relation avec quelque chose ». Faut-il encore chercher à le faire, non-pas pour convaincre, mais pour se rapprocher de la vérité.

Terminons par Bertrand Russel. Aucune de nos croyances n'est tout à fait vraie. Toutes ont eu au moins une ombre d’imprécision et d'erreur. On connaît bien les méthodes qui accroissent le degré de vérité de nos croyances. Elles consistent à écouter tous les partis, à essayer d'établir tous les faits dignes d'être relevés, à contrôler nos penchants individuels par la discussion avec des personnes qui ont des penchants opposés et à cultiver l'habitude de rejeter toute hypothèse qui s'est montrée inadéquate.

Mais, pour qui ne voudrait pas en faire la démarche ...

Écrit par : Gérard BIENVENU | 12/02/2016

@Charles,
Au sujet de la Ghouta Orientale en Syrie/Armes Chimiques.
Voici 3 liens supplémentaires pour 2 versions: D une part, le Point et Mediapart accusent plutôt la Turquie.D autre part, la DGSE (services secrets français pour l étranger) ainsi que le Quai d Orsay (Ministère des Affaires Etranges de la RF accusent le "Dictateur Syrien". Laquelle reflète la vérité ou le mensonge ou la propagande?

-1-La turquie responsable de l'attaque au gaz de la Ghouta Orientale?
https://blogs.mediapart.fr/pascal-eychart/blog/281015/la-turquie-responsable-de-lattaque-au-gaz-de-la-ghouta.
-2-A l'époque, seul le Point avait courageusement relayé l'information dans l'omerta généralisée de la mafia médiatique (notons tout de même les contorsions acrobatiques de l'article qui finit par conclure que, oui, les attaques ont été lancées depuis une zone rebelle, mais c'est quand même l'armée de Bachar qui l'a fait. Que voulez-vous, les consignes sont les consignes...)
http://www.lepoint.fr/monde/attaque-chimique-en-syrie-le-rapport-qui-derange-19-02-2014-1793755_24.php
-3-L'utilisation des armes chimiques par le régime contre les femmes et les enfants" basée sur la version officielle de DGSE et quai d'Orsay sans même vérifier...

Écrit par : Charles 05 | 12/02/2016

Entre vérité, vérités et Vérité? Laquelle est la bonne?

Est ce que la "v"érité est celle des empires territoriaux ayant une Démographie galopante (Chine, Inde, monde arabe...Afrique?) ou celle des Territoires et Empires financiers qui imposent leurs "v"érité(s)"?

--Il y a ceux qui prêchent en faveur d UN "idéal" concernant le nombre de la population de la planète-terre qui serait une population de 300 millions d habitants qui seront plus faciles à contrôler et à soumettre, chose plus facile qu avec 7 ou 10 milliards d habitants. Un empire de 300 millions est "faisable" mais non pas de 10 milliards! La planète terre avait 0.5 milliard d habitants en 1500, 6 milliards en 1999, 7 milliards en 2011, 8 milliards en 2020 et 9 milliards en 2050!

--Il y a ceux qui ne cautionnent plus l empire de 1000 ans basé sur la démographie galopante car de tel empire est physiquement et matériellement inconcevable et incontrôlable. Alors, ils penchent pour les empires financiers ce qui est le cas aujourd hui, c a d que plus il y a du monde plus il y a autant du fric à ramasser que de la manipulation, des contre-vérités et des mensonges qui règnent au stade qu ils arrivent à nous faire détester les opprimés et à aimer ceux qui les écrasent. Un monde sur-peuplé est le rêve des "dominants financiers très forts".

Entre Vérité et Sincérité et de ne pas tenir compte de la Philosophie et de la Justice, un chat ne trouverait plus ses chattons...

Écrit par : Charles 05 | 12/02/2016

Monsieur Mère-Grand,

Je crains de n'avoir pas été suffisamment clair quant à la différence entre vérité subjective et vérité objective. La vérité s'établit dans une relation entre un sujet qui étudie et un objet qui est étudié.

Le sujet, c'est vous, c'est moi, c'est n'importe quelle personne, peu importe son mode d'appréhension du monde. L'objet, c'est ce qui est étudié et qui peut l'être indéfiniment pour parvenir à des conclusions identiques, reproductibles. L'étude d'un objet nécessite un certain nombre de précautions comme le recours à la logique, à la raison, au principe de non contradiction, à une méthodologie, etc.

J'ai été aussi imprécis dans ma formulation précédente: l'évolution est un fait objectif et la théorie de l'évolution est une série d'hypothèses sur les modalité de cette évolution. L'évolution se déroule sur une échelle de temps qui nous dépasse. De ce fait les preuves de sa modalité sont très difficiles à établir alors que les causes de l'évolution sont certainement multifactorielles (= hypothèse également), ce qui débouche sur des interprétations différentes des données observées.

La théorie du bigbang n'est pas autre chose: une interprétation (à mon avis erronée) des données observées. Quand on ne connaît pas la géométrie de l'univers, il est prématuré de vouloir donner un sens plutôt qu'un autre aux données observées. Quelle preuve avons-nous que ce qui est valable localement l'est aussi à l'échelle de l'univers? Ce qui est gênant intellectuellement, c'est que cette théorie replace notre galaxie au centre de l'univers. Les ondes gravitationnelles viennent d'être mises en évidence... Quelle est leur influence sur la lumière? Nous savons déjà que la lumière est déviée. Seulement déviée?

Ce qui m'étonne le plus c'est que si l'on accepte le postulat "propriétés locales de la physique = propriétés universelles" (ce qui est fait pour la lumière), la théorie du bigbang s'effondre d'elle-même. Il suffit d'un peu de réflexion.

Pour aller plus loin:
http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/05/14/le-modele-du-big-bang-est-fragile/

Écrit par : Charles | 14/02/2016

"la théorie du bigbang s'effondre d'elle-même. Il suffit d'un peu de réflexion."
Je connais les affirmations Jean-Marc Bidault, que j'ai vu à la télévision ou lu dans une revue il y a quelque temps déjà. Il est bien possible qu'il ait raison contre tous ceux qui pensent que la théorie du Big Bang, sous une ou l'autre de ses formes (début de l'Univers, rebond de muletiers, etc.) reste une des meilleures pour rendre compte des faits observés et des théories qui les soutiennent actuellement.
Il est aussi possible qu'il fasse partie de ceux qui aiment se distinguer et se mettre en avant, souvent en dénigrant toute pertinence aux autres.
Quoi qu'il en soit, votre dernière phrase fait passer une grande partie, sinon la majorité, des autorités scientifiques mondiales pour des imbéciles sans réflexion. C'est le genre de démarche qu'il vaut mieux éviter si on veut rester soi-même crédible.

Écrit par : Mère-Grand | 14/02/2016

Monsieur Mère-Grand,

Vous savez certainement ce qu'est un "argumentum ad populum". Ce genre d'argument n'a aucun intérêt, comme l'histoire des sciences en donne plusieurs exemples (Ératosthène, Aristarque, Darwin, Wegener, etc.). Et je ne peux que regretter que vous ne teniez pas compte de la première partie de mon avant-"dernière phrase". Voyez-vous il semble parfois que l'histoire se répète. Ptolémée pour faire tenir debout la théorie qui voulait que la Terre soit au centre du monde et pour tenir compte des observations de l'évolution des planètes, compliquait son modèle en ajoutant des épicycles. Aujourd'hui pour faire tenir la théorie du bigbang on ajoute de la matière noire et de l'énergie noire en attendant autre chose. Par conformisme. L'important au contraire est de garder un esprit ouvert. Comme vous le mentionnez vous-mêmes un grand nombre de personnes suit la doxa du jour. C'est sans doute plus confortable d'un certain point de vue. L'histoire est remplie de tels exemples et pas seulement dans le domaine scientifique.

C'est gentil de votre part, mais qui se préoccupe de ma crédibilité? Le problème est que la géométrie de l'univers est inconnue. Et sans cette connaissance, j'affirme que prétendre que l'univers est en expansion est une absurdité. A moins de vouloir encore une fois ajouter des épicycles. Il serait à mon humble avis plus honnête d'admettre notre ignorance. Mais ça certaines personnes n'arrivent pas à s'y faire.

Une démarche incohérente n'est pas scientifique.

Écrit par : Charles | 14/02/2016

Les commentaires sont fermés.