09/03/2016

Lettre à une femme journaliste

 

Madame,

Vous exercez une profession que vous êtes peut-être certaine de pratiquer au mieux et vous avez sans doute raison. 

Car votre évocation des droits des femmes dans le monde a été lumineuse.

Par les propos que vous avez tenus, hier soir au téléjournal de la RTS, c'est la mise en scène de l'information que vous avez illustrée:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/03/08/les-droits-des...

Etre reconnu pour service rendu à son employeur est un honneur.

Qu'il vous grandisse ou non, c'est l'information et le public auquel vous la destiniez que vous avez méprisés.

Bien à vous,

Hélène Richard-Favre

  

Commentaires

Voici sans doute d'où Madame Magali Rochat, pour ne pas la nommer, tient ses informations:

http://www.themoscowtimes.com/news/article/russian-women-barred-from-456-jobs-world-bank-says/529986.html

Et quand on y lit que le journal d'opposition "Kommersant" est cité et que ledit journal écrit que l'interprétation est interdite aux femmes russes, on comprend de quoi il retourne...

On croirait rêver mais non!

http://www.kommersant.ru/doc/2807079

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 09/03/2016

"Etre reconnu pour service rendu à son employeur est un honneur."

Ca dépend de l'employeur, vous pensez pas ?

Écrit par : Zozo le zozo | 09/03/2016

Zozo le zozo,

L'honneur dépend de la conception qu'en ont les concernés...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 09/03/2016

"L'honneur dépend de la conception qu'en ont les concernés..."

Oui, donc l'honneur dépend de n'importe qui, voir de n'importe quoi.

J'aime bien votre réponse.

Écrit par : Zozo le zozo | 09/03/2016

Encore et encore taper sur la Russie, toujours mentir et tout décrier, tout salir, pour un jour l'implorer, la supplier de sauver le monde occidental et surtout leur petite personne!
Tous ces pleutres méritent ce qui les guette, je ne pleurerai pas pour eux!

Mais outre le fait de mentir, ils omettent de dire certaines vérités lamentables, comme par exemple le fait que dans certains pays de l'UE on fait travailler, bien sûr seulement quelques heures par semaine, des femmes en plein hiver à moins quinze degrés avec un gilet réfléchissant et un balai de cantonnier pour déblayer la neige et nettoyer les trottoirs et ce, sans salaire, juste pour mériter les 30 Euros mensuels de cotisation de sécurité sociale que l'état doit verser pour leur couverture maladie... Là, et là seulement, elles sont à parité avec les hommes!

Écrit par : Christian Occitan | 10/03/2016

Quand on commence à parler des injustices faites aux femmes, sans doute serait-il sage de ne pas stigmatiser à outrance tel ou tel pays ou telle ou telle profession, sous de futiles prétextes. Pointer du doigt les excès commis ailleurs permettent, en toute bonne conscience, d'occulter ce qui se passe chez nous.

Quant au fait d'avoir cité le permis de conduire des Saoudiennes au TJ l'autre soir, je n'y vois pas matière à s'étouffer d'indignation. Il ne s'agissait après tout que de l'illustration d'une injustice crasse quand bien même il en existe de nombreuses autres plus insidieuses et plus graves.

Écrit par : Michel Sommer | 10/03/2016

Dans le même ordre d'idée du choix, pardon du tri, pardon de la hiérarchisation de l'information, nous avons ceci:
http://www.tdg.ch/monde/europe/sauveraton-soldate-nadiya-savchenko/story/27791562
Soit la mobilisation pour "sauver" une criminelle de guerre.
Et dans le même temps notre journal aux ordres "oublie" de publier en une de son site ce témoignage d'un crime contre l'humanité en le reléguant dans la page "monde":
http://www.tdg.ch/monde/oubliez-nihad-survivante-daech/story/24224101

Écrit par : Charles | 10/03/2016

Les commentaires sont fermés.