28/03/2016

Torture, le récit à Charline, Suissesse de la Croix-Rouge

cvnvtkzuaaadxqj.jpg

La torture, où qu'elle se pratique mobilise nombre d'organisations gouvernementales ou pas.

Certains pouvoirs en place sont pointés du doigt, certains procès qui s'y déroulent sont médiatisés, les choix qui sont opérés pour traiter de tel ou tel sujet relèvent de critères variables.

Le fait est qu'où qu'elle sévisse, la violence aveugle choque.

Ci-dessous, un entretien avec un prisonnier, réalisé par Laurent Brayard, interviewé ici à diverses reprises pour son engagement dans le Donbass.

L'homme qu'il interroge lui fait part de ce qu'il a vécu. A la fin de son récit, il évoque une Suissesse prénommée Charline.

Cette femme l'a questionné sur les conditions de sa détention, il lui a tout raconté, déclare-t-il à Laurent Brayard. Et de préciser que Charline travaille à Donetsk pour la Croix-Rouge.

Puisse le récit de Vitali à Charline avoir déjà trouvé son écho en Suisse! Car de précédents prisonniers torturés et libérés lui avaient aussi parlé de leurs conditions de détention...

https://dnipress.com/en/posts/lukraine-des-tortures-abjec...

 

Commentaires

Merci Madame Hélène Richard-Favre de nous donner connaissance de ces atrocités qui nous révèlent - une fois de plus - la monstruosité des autorités qui sont parfaitement au courant de ces pratiques barbares et démoniaques et non seulement les permettent mais les aggravent par leur non-dénonciation. Bien plus, elles deviennent les complices des bourreaux. Viendra un temps où il faudra rendre des comptes et à ce moment-là mieux vaut être du côté des torturés que de celui des bourreaux !

Écrit par : Michel Mottet | 28/03/2016

Les hommes sont si bêtes qu'une violence répétée finit par leur paraître un droit.
(Helvétius 1715 - 1771)

Écrit par : Michel Sommer | 28/03/2016

M. Mottet

On s'arrangera pour demander des comptes aux bourreaux. Tôt ou tard. Comme disent les "Anonymus": "on n'oublie rien, on ne pardonne rien". Pour le moment on ne peut que les dénoncer sur le net, on ne peut que les dépeindre tels qu'ils sont, des infréquentables, les dignes héritiers des SS, de Himmler et de Hitler, mais ça ne fait rien , il y a un début à tout.

Écrit par : Gabor Fonyodi | 28/03/2016

""(...)Tôt ou tard. Comme disent les "Anonymus": "on n'oublie rien, on ne pardonne rien". Pour le moment on ne peut que les dénoncer sur le net(...).

Et au moins que l Histoire ne serait pas écrite pour nos enfants à 100% comme on entend ces temps-ci comme un cheni, un tas de mensonges, d hypocrisies, des contre vérités voire des ânneries : Poutine=Hitler, Assad a créé et soutenu Daech, Hollande combat le terrorisme dont Al Qayda/ Al Nosra dite du bon boulot à la fabiusienne, l Armée gouvernementale syrienne a laissé Daech, il y a 10 mois, prendre Palmyre en otage..etc... Tiens, au sujet de la reprise et la libération de Palmyre faites avec l appui de l armée de l air Russe, le Kremlin vient d annoncer que le Musée de Ptersbourg va contribuer activement à la réfection de ce site de Palmyre (tadmor) classé parmi les monuemnts de l Humanité et des vivres ont été parachutés autant à Palmyre qu à Deir Ezzor..

Écrit par : Charles 05 | 28/03/2016

En tant que catholique, je crois au Jugement dernier où chaque individu sera jugé par le Juste Juge qu’est le Christ. Ceux qui ont fait le bien jouiront de la vision béatifique et ceux qui ont torturé leurs semblables seront précipités dans le feu qui brûle sans consumer. Ce ne sont pas les vrais catholiques qui recherchent leurs ennemis avec une haine inextinguible et veulent les condamner ici-bas.

Écrit par : Michel Mottet | 28/03/2016

Vous avez raison M. Michel Mottet!
Néanmoins, ce n est nullement pas moi qui vous dira que les paroles suivantes sont très justes et re-dites une fois de plus il y a 3 jours, le Vendredi saint :""Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font !».

"Notre" souci et notre problème ne sont pas qu "ils" ne savent pas tout le mal qu ils font aux autres mais bel et bien qu ils savent très bien et doublement l atrocité, la mort infligée aux autres "là bas" et tout ce qu ils font subir aux pays qui sont les plus faibles ou affaiblis volontairement et dans un état (ou Etat=Pays?.. au choix..) lamentable..Il n y a ka..

""Ne devrions nous pas aider un peu Dieu pour qu il nous aide encore plus afin qu on se débarrasse de ces vilains mondiaux et planètaires? (Paroles d un Jésuite dont j ai oublié le nom..)

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28/03/2016

étant l'auteur de l'article originel, je peux dire que j'ai aussi appelé cette femme, Charline, très effrayée par mon appel et qui m'a éconduit vers un service de presse local de la Croix rouge à Donetsk, nous étions à Donetsk en décembre 2015 et je cherchais à la rencontrer et à savoir après l'interview d'une série de prisonniers torturés et emprisonnés ce qu'il ferait de tout cela, plusieurs mois plus tard, je tombais sur cet autre prisonnier, Vitali, avec des révélations encore plus terribles

Écrit par : Laurent | 28/03/2016

« Ce qui suit devient alors scandaleux : « Nous étions 13 dans quelques mètres carrés dans une prison qui se trouve à Kharkov dans le bâtiment du SBU et du Ministère de l’Intérieur. ….Nous n’avons jamais eu de fruits ou d’autres choses, pas de télévision, ni de téléphone, interdiction de communiquer avec nos familles qui n’ont jamais su où nous étions ».

Effectivement, sans fruits, donc sans vitamines, les prisonniers risquaient des problèmes graves de santé. Des violations des droits humains étaient donc sans appel.

Mais pourquoi alors ne pas essayer de mettre au courant directement les Russes ? A quoi bon de passer par une obscur Croix rouge ?
Mon Dieu mais DoniPresse a-t-l ses relais à Moscou ?

D’ailleurs il y a juste quelques jours John Kerry a eu des entretiens avec Vladimir Poutine et Sergeï Lavrov au Kremlin. Avec ce témoignage poignant de Vitali, ils auraient eu des arguments de choc dans leur négociations pour la levée des sanctions américaines.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 28/03/2016

@M. Mottet

Le problème avec ces terroristes islamistes, c'est qu'eux commettent leurs atrocités au nom de Dieu, alors qui détient le bon modèle? Et je ne parle pas du Dieu des juifs, encore un autre, le Dieu du seul "Peuple Elu"...et les Nazis avec le "Gott mit uns", et les Yankees, criminels de guerre universels avec leur "In god we trust", etc, etc...

Écrit par : Gabor Fonyodi | 29/03/2016

Sur ce site très sourcé et documenté, on y cite des cas similaires et l'implication de la politique US dans la crise en Ukraine.

http://www.globalresearch.ca/us-congress-urges-president-obama-to-provide-ukraine-with-more-weapons-encourages-torture/5439160

Écrit par : EIO | 29/03/2016

La Torture est "normale" surtout dans les pays se déclarant haut et fort garants de la Démocratie et des droits de l Homme. Dites donc, et pourquoi c est normale ? Parce que, c est simple, ils ont reçu l étiquette ou l homologation comme démocrates et basta. Point à la ligne et circulez, rien à voir.

Par contre, malheur de chez malheur à ceux qui ne sont pas homologués comme démocrates par washington, Bruxelles ou Paris. Ils n ont la patence et c est tout! Si de telle torture (comme dans l excellent article chapeau ci dessus)avait eu lieu en Russie...misère de misère, le ciel leur serait tombé sur la tête de ces Russes "staliniens" et surtout sur Poutine"=Hitler". (..)

Écrit par : Charles 05 | 29/03/2016

Le CICR existe depuis 1863, il a été créé à Genève et a son siège dans cette ville. Nous sommes ici sur la plateforme de blogs de la Tribune de Genève et visiblement, aucun participant - et pas davantage l'auteur du billet - ne semble avoir le début du commencement d'une idée du fonctionnement de la Croix-Rouge internationale...
La règle n°1, c'est accès aux victimes en échange d'une discrétion absolue. Le délégué du CICR (le seul délégué est le chef de délégation, les autres sont des aides qui n'ont aucun droit de parler à la presse, évidemment) va négocier avec les autorités les conditions de détention, le respect des conventions de Genève.
S'il livre ces informations, le CICR est expulsé, comme l'a été MSF en Ethiopie.
Quand on est expulsé, les prisonniers n'ont plus aucune visite. Pas sûr que cette solution ait leur préférence. Je suis même sûr du contraire.

Écrit par : Géo | 29/03/2016

"Puisse le récit de Vitali à Charline avoir"...

Eh bien, vous pouvez toujours contacter Charline et lui demander si elle souhaite faire un commentaire. C'est la moindre des politesse lorsqu'on évoque une personne réelle dans une publication.

Écrit par : Plouf Ploufovitch se fait peu d'espoir d'être entendu | 29/03/2016

Plouf Ploufovitch "se fait peu d'espoir d'être entendu", ajoutez-vous à votre pseudo de référence...

Non seulement vous l'êtes, entendu mais vous ne pensiez sans doute pas avoir visé juste.

J'ai, en effet, comme vous, pensé qu'il serait non seulement poli mais bienvenu de joindre "la personne réelle" que je cite en titre de ce sujet de blog.

Et vous qui n'êtes jamais en manque de remarques ou autres conseils à m'adresser, sachez que toute personne que je cite dans mes sujets de blog en est informée.

En l'occurrence, Geo rappelle à juste titre -non s'en m'adresser lui aussi un compliment dans son précédent commentaire- que le CICR travaille dans la discrétion.

Or contrairement à ce que ce que ce même Geo estime de mes connaissances en matière de confidentialité du CICR, il se trouve que je n'en suis pas aussi ignorante.

Donc contacter Charline -dont le nom de famille m'est inconnu- contacter donc cette "personne réelle" serait la mettre dans un embarras que je ne lui souhaite pas.

Informer, par contre, qui est toujours prêt à dénoncer les abus de droits et autres violations de droits humains ici et là, oui.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/03/2016

Si le CICR est au courant, ça veut dire que les politiques et les journalistes sont au courant aussi! Mais par leur silence coupable ils sont complices des atrocités, comme ils l'ont été tout au long de l'Histoire! Reste à savoir si ces tortionnaires ne travaillent pas aussi pour l'Occident?! Personnellement j'ai ma réponse, connaissant ce dont est l'Occident est capable!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 29/03/2016

"Donc contacter Charline -dont le nom de famille m'est inconnu- contacter donc cette "personne réelle" serait la mettre dans un embarras que je ne lui souhaite pas."

Des Suissesses prénommées Charline qui travaillent pour le CICR, il n'y en a pas trente-six. Ca prend deux minutes à trouver. Vous n'embarrasserez personne en lui envoyant un courriel, auquel elle est libre de répondre ou non. En tout cas, vous ne lui créeriez pas davantage d'embarras que vous ne le faites déjà en la mentionnant ici.

Écrit par : Plouf Ploufovitch se tire la paupière | 29/03/2016

"il se trouve que je n'en suis pas aussi ignorante"
Peut-être, mais alors pourquoi n'avoir pas exprimé l'impossibilité de Charline dans votre billet ? Elle n'a aucun droit de s'exprimer face à la presse et vous le saviez...
"Si le CICR est au courant, ça veut dire que les politiques et les journalistes sont au courant aussi!"
Ben non, justement.
Et pour les Dupont/Dupond de ce blog :
https://www.youtube.com/watch?v=VW188SVN5UU

Écrit par : Géo | 29/03/2016

L'humanitaire complice par défaut?

C'est peut-être un paradoxe inhérent à la situation réelle, voyant tout humanitaire non-neutre expulsé de son champ d'action. On dit de même de la neutralité de la Suisse: elle est complice par abstention. C'est la situation de toute personne ou entité qui veut aider toute personne qui en a besoin. Si la priorité du CICR est de secourir les individus indépendamment de leur bord, il entre dans cette "zone grise". On offre bien des avocats aux meurtriers, donc accuser le CICR de complicité est peut-être une énergie bien intentionnée mais dirigée vers la mauvaise cible.

Dans ce sens il est vain d'accuser le CICR, mais il faudrait plutôt pointer du doigt les causes de ces malheurs et désigner ceux qui ne font pas leur travail d'information partiale.
Tous ces gens sont connus, il manque encore l'énergie des groupes politiques, des nations de s'imposer et oser dire stop aux grandes puissances invasives qui ne s'arrêteront pas tant qu'une limite ne leur sera pas imposée.

Écrit par : EIO | 29/03/2016

Géo se fatigue à nous mettre du Dutronc en lien...ce que nous pouvons connaître à travers le net, n'importe quel grelu peut le faire, donc par extension, homme politique, journaliste, etc...ce qu'ils feignent d'ignorer, c'est tout ce qui ne va pas dans le sens de leur propagande de m....autant leur dire: "un pour tous, tous pourris" et géo fait le bouffon pour ces guignols, bien sûr, sans oublier l'indispensable (pour lui-même) plouc aux très nombreuses déclinaisons plus débiles les unes que les autres...!

Écrit par : Gabor Fonyodi | 29/03/2016

@EIO
Vous parlez à juste titre de l "information partiale" qui devait être le cas. Mais les médias n osent pas s y mettre ou ne veulent pas car leurs patrons ceux sont de grands financiers, de grands multi nationales et dont une partie est consacrée aux armements, aux grands pétroliers...etc...Sinon, un journaliste honnête n en est un qu au chômage!
C est fini l époque qu un journaliste avait une Mission et/ou un Sacerdoce...il ne faut pas se leurrer quand même...

Et la définition des évènements, est elle la même chose pour tous? Non. On nous dit maintenant qu autant les attentats du Bataclan que tout récemment ceux à Bruxelles avaient comme buts de nous "priver de nos valeurs et de nos libertés et notre mode de vie", soit, tandis que ces mêmes assassins font du "bon boulot" lors des attentats quasi quotidiens à Damas, par exemple.

Quand on commence à céder sur le sens des mots, on cédera sur tout après, disait Albert Camus d après son père ...

Écrit par : Charles 05 | 29/03/2016

Les commentaires sont fermés.