09/04/2016

Turquie ou pas, Russie ou pas, la guerre

arton124142-480x322.jpg

Mais quoi, face aux guerres, ne reste-t-il que les yeux pour pleurer, faute de mains encore à même d'arracher à la mort ses victimes?

Le Haut-Karabagh, appelé aussi Nagorno-Karabagh, connaît un regain de violence depuis le début de ce mois d'avril.

L'image ci-dessus en témoigne et d'autres encore, prises par Hakob Poghosyan dans le village de Talyche où les forces armées de l'Azerbaïdjan n'ont pas ménagé leurs efforts, encore moins, leur cruauté:

https://civilwarineurope.com/2016/04/04/haut-karabagh-les...

Nombre d'observateurs s'accordent à voir la Turquie attiser les tensions demeurées latentes dans le Caucase du Sud quand d'autres, au contraire, y verraient plutôt la Russie.

La situation est analysée au regard des derniers événements qui ont vu se dégrader de manière notoire, les relations entre Turquie et Russie.

Quelles que soient les revendications et autres prétentions des uns et des autres, leur coût est élevé.

Il se chiffre, certes, en millions ou milliards de dollars mais en autant de tragédies humaines.

Les commentateurs n'y changeront rien, la sauvagerie a pignon sur Terre.

https://www.opinion-internationale.com/2016/04/07/harold-...

 

Commentaires

Le regain de violence dans le Haut Karabagh n'a jamais cessé depuis plus de 20 ans et il est la conséquence de plusieurs facteurs historiques, le Haut-Karabagh a été artificiellement annexé à l'Azerbaïdjan il y a plusieurs décennies. Staline en 1921 en a fait cadeau aux turcs espérant que la Turquie allait s'engager dans la voie du communisme. Dans ce processus, le passé historique de l'oblast (la province), sa constitution ethnique, la volonté de son peuple, ou ses intérêts économiques n'ont pas été pris en considération. Les décennies ont passé, et le problème du Karabagh continua à créer des désordres et l'hostilité entre les deux peuples, qui sont liés par une amitié ancienne. Le Haut-Karabagh (dont le nom en arménien est Artsakh) aurait du devenir une partie de la République Soviétique Socialiste Arménienne. Du point de vue du droit, le problème aurait été résolu.
Sauf qu'il n'y eut aucune action, aucune volonté politique.
En l'espace de dix ans, le conflit allait refaire surface avec tous les attributs d'une guerre.. qui n'est pas prête de s'arrêter...
Que les uns et les autres découvrent ce conflit... y fantasment ... est une chose.
L'histoire en est une autre. La voici :
http://www.haut-karabagh.eu/book_08.html

Écrit par : xénia | 09/04/2016

Bien sûr, Xenia ...

Et cependant, l'Histoire ne se distingue pas pour autant des "fantasmes" des uns et des autres puisqu'elle n'est que la résultante de ce qui fut, en ses temps respectifs, "actualité"

L'Histoire complexe de cette région est certes capitale à connaître pour saisir le sens de la situation mais le contexte actuel y rajoute sa touche explosive...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 09/04/2016

@Xénia
Comme vous le dites "Que les uns et les autres découvrent ce conflit... y fantasment ... est une chose.L'histoire en est une autre."

C est exact. Mais Ré-Ecrire l Histoire à "SA" manière est encore une autre affaire et un procédé bien connu et répandu... On disait dans le passé que l Histoire est toujours écrite selon la "version" qui convienne au plus fort donc le gagnant autant guerrier-agresseur que barbare, amorale et féroce qu il est est. Ceci est toujours valable mais s ajoute à cela dans ce 20-21ème siècle une autre guerre qui est celle mé(r)diatique et mensongère. L "Info" mé(r)diatique arrive à inverser la vérité même à 100% tout en faisant beaucoup de bruit (mais parfois pour rien..) qui est autant redoutable que les bruits des armes alors que le nombre des destructions et des morts ne fait plus de bruit et il rentre dans al catégorie de la pure statistique ...et encore... .

Des exemples, il y a en à la pelle, en gros et en détail...(Poutine= Psychopathe, cancéreux en stade final et Stalinien par dessus le marché, Daech et ses combattants de la liberté, Politique de la France à l égard d Al Nosra qui fait du Bon boulot en Syrie, Coalition USA "Anti" Daech dont 5% de participation est fourni par la France Pays des Droits de l homme 24/4 et 7/7, Ukraine et la Crimée "annexée honteusement" par la Russie, le Haut Karabagh, le génocide arménien....etc...)

Écrit par : Charles 05 | 10/04/2016

La Turquie d'Erdogan a montré plus d'une fois son attitude traitre, promptement dénoncée par la Russie de Poutine.
Quand on observe les arguments des deux côtés, le mal est fait mais les coupables sont dévoilés.
Encore faut-il regarder avec un peu de cœur et de bon sens.

Écrit par : EIO | 09/04/2016

Mme Hélène Richard Favre écrit :""Nombre d'observateurs s'accordent à voir la Turquie attiser les tensions demeurées latentes dans le Caucase du Sud quand d'autres, au contraire, y verraient plutôt la Russie""

Je pencherais plutôt pour la première supposition en incriminant la Turquie.

Ce n est pas parce que la Turquie d Erdogan a une stratégie "fine et maligne" mais bien parce que le Sultan du Bosphore est en même temps le Sultan de la CIA. Quand on voit avec quelle "aisance" le Fiston d Erdogan, Bilal, a fait commercialiser le pétrole Irakien et Syrien volé par Daech, il faudrait croire qu Exxon Mobile, le Texan, est mouillé jusqu au cou dans ce trafic.

Tout comme pour chaque exécutant de la politique hégémonique des USA via soit l Otan, le bras armé des USA, soit via l Union Européenne( j aurais dû appeler ce dernier l Outil de la Désunion Européenne), ils ont en fin de compte une date d obsolescence programmée.

Écrit par : Charles 05 | 09/04/2016

Je me permets d ajouter à mon texte ci dessus un "bémol" supplémentaire, oh combien d actualité!, sur la Turquie de M. Erdogan et son Fiston Bilal Erdogan, présumé être LE Ministre du Pétrole de Daech.

Avons nous entendu dans les Révélations des Panama Papers (ou d autres info de ce genre...)un mot ou une ligne sur les transactions financières certainement très louches entre la Turquie et Daech via le rejeton de M. Erdogan et le Papa? Non, silence Radio à ce sujet! Comme quoi autant la Compassion que la Vérité sont toutes deux très sélectives.
-----------------------------
Le fils d'Erdogan, ou le "ministre du Pétrole de Daech"
06.12.2015
L'Occident refuse d'avouer que la Turquie est impliquée dans des transactions financières dangereuses avec Daech. La Turquie a gros à perdre dans son conflit avec la Russie.
Bilal Erdogan faisait également passer le pétrole volé par des terroristes de Daech dans des pays asiatiques, stipulent d'autres accusations, d'où le surnom de "ministre du pétrole de Daech" qu'il s'est mérité auprès des médias.
Le quotidien allemand Handelsblatt a déniché deux ou trois ombres au tableau de la biographie bien esquissée de Bilal Erdogan, rejeton du président turc Recep Erdogan.
En 2013, le parquet a soupçonné Bilal Erdogan d'avoir blanchi l'argent de son père. L'accusation était fondée sur un dossier comprenant des photos ainsi que l'enregistrement de conversations téléphoniques entre le père et le fils. Premier ministre à cette époque, Recep Erdogan aurait chargé son fils de "se débarrasser de tout l'argent de la maison", révèle l'édition fédérale.

Lien:
https://fr.sputniknews.com/international/201512061020091771-daech-petrole-turquie/
---------------------------------

Écrit par : Charles 05 | 10/04/2016

@xenia,

Comment peut-on s'intéresser et faire valoir ici une page internet prétendument historique ( «  L'histoire en est une autre. La voici :
http://www.haut-karabagh.eu/book_08.html  ») quand on y « fantasme » sur les intentions de Staline au moment de la crashe historique des empires russes et ottomans, et quand on y cite -dans le pire style des dissertations soviétiques- les extraits des Minutes du Presidium du Conseil des Ministres de l'URSS du 1977.

En particulier vous nous les récitez avec« le problème du Karabagh continua à créer des désordres et l'hostilité entre les deux peuples, qui sont liés par une amitié ancienne. »

De quelle amitié ancienne pourrait-il bien s'agir ?

Écrit par : Vladimir Trofimov | 10/04/2016

Les commentaires sont fermés.