17/04/2016

La France aurait-elle scellé son destin en mai 1968?

charles-de-gaulle-nicloae-ceausescu-roumanie-.jpg

Voici un article qui avait été mis en ligne le 31 janvier 2010 et qui a été repris par différents sites dont celui-ci:

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article497

Son auteur, Morgan Sportès, revient sur les événements de Mai 1968 et propose un éclairage qui, selon lui, aurait été masqué par les médias.

A la lecture de son propos, force est de constater que celles et ceux qui appellent de leurs voeux une France forte sinon souveraine, ont certes de nombreux adhérents mais autant de souci à se faire.

Car qui s'oppose à la volonté de toute puissance -ou peu s'en faut- s'expose à quelque déconvenue...

L'espoir fait vivre, dit le proverbe. 

Certes!

Et l'art d'en user n'échappe pas à qui promet ce qui semble bel et bien s'être enlisé dans les sables de l'Histoire.

 

Commentaires

Pour bien illustrer les propos de l'article où il est dit que De Gaulle, visionnaire, a rapatrié son or, pendant que la BNS bradait le nôtre à vil prix aux yankees, je vous rappelle que Saddam Hussain a signé son arrêt de mort, le jour où il avait annoncé sa volonté de vendre le pétrole irakien en euros! Ne jamais oublier que l'Empire du chaos veut nous imposer sa fausse monnaie qu'il imprime par wagons. Je rappelle à ceux qui réfléchissent par eux-mêmes que la seule et unique valeur financière est l'or! Le dollar vaut le prix du papier et l'encre qui est dessus. Et at last but not least, la FED, "banque centrale" yankee est une banque privée, qui appartient entre autres aux Rothschilds, Rockefeller et autres J.P. Morgan! N'attendez pas que les merdias mainstream vous en parlent...

Écrit par : Gabor Fonyodi | 17/04/2016

@Gabor Fonyodi,

Vous exagérez quand vous dites,

« Je rappelle à ceux qui réfléchissent par eux-mêmes que la seule et unique valeur financière est l'or! »

Le monde n'est pas aussi « or » et blanc comme vous semblez nous le faire croire, et la table périodique des éléments de Mendeleïev nous enseigne plutôt le contraire.

Ainsi par exemple, le palladium, l'élément avec le numéro atomique 46, tout en faisant partie des métaux précieux, est côté à la bourse, au même titre que l'or, le platine ou l'argent.

Après la lecture (« entre lignes » bien sur) de cet article vous comprendrez comment Poutine, encore tout jeune Président russe et -selon la mythologie moderne russe- l'ex-agent des renseignements soviétiques, a fait perdre aux usines Ford un milliard de dollars en 2001 en provoquant une baisse significative du prix du palladium (dont la Russie détiendrait 60% des réserves mondiales)

http://www.orobel.biz/info/actualite/orobel/l-histoire-de-la-russie-et-de-la-folle-speculation-sur-le-palladium.html?contact_ajax=4651131456299230&ctajax_modid=318

Et ce n'est pas pour rien que, le 3 décembre 2015, tout à la fin de son allocution devant la Chambre haute du Parlement russe, il citait le nom de Dimitri Ivanovitch Mendeleïev. Voir à partir de 1h 02'45'' de la séquence vidéo:

https://youtu.be/k5dBklU78T8

Car tous les gens qui s'intéressent au phénomène russe savent que quand il suivait ses cours à l’École supérieure du KGB, en bon élève qu'il était, il a bien appris la légende selon laquelle Mendeleïev non seulement était un grand chimiste russe mais également un pionner d'espionnage industriel à travers les sources ouvertes. En particulier, il lui appartiendrait un mérite d'une appropriation de la formule ( secrète pour l'époque) de la poudre sans fumée inventée par l'ingénieur français Paul Vieille, et cela à partir d'une analyse très fine et savante des données du trafic ferroviaire des marchandises aux alentours d'une usine chimique française.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 17/04/2016

Quoiqu'il en soit Vladimir toute votre sciences n'empêchera pas que la référence en la matière est l'or!! Le passé de Poutine vaut bien celui de la plupart de nos hommes politiques en france et aussi,il faut bien le dire et l'avouer,celui de bien d'autres dans le monde...Cordialement

Écrit par : papy | 19/04/2016

Merci de votre réaction, papy !

Mais ne vous vous trompez pas d'un combat. Le mien est pour le monde en couleurs. Il y a 50 ans en 1966, on assistait à la sortie d'un magnifique film de Claude Lelouche, « Un homme et une femme » qui n'était déjà pas entièrement en noir et blanc malgré son épisode finale :

https://youtu.be/ph_ehpxZMWU

Votre attirance pour l'or comme « la référence en la matière » est humainement compréhensible surtout si l'on prend en compte le fait que l'astrologie, l'alchimie et d'autres « sciences » d'avant la révolution industrielle ont toujours toute leur place dans la patrimoine culturelle d'humanité.

Si toutefois, c'est le numéro 46 (qui est égal à 2 x 23 et qui donc n'est pas le nombre premier) du palladium -vs. 79 pour l'or- qui a fait dévier votre réflexion dans une direction fort incertaine, je vous propose alors de vous pencher sur 23, le numéro atomique de vanadium, dont le nom « vient de Vanadis, « Dís des Vanir », autre nom de Freyja, déesse scandinave de la beauté, car celui-ci présente des composés chimiques très colorés. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vanadium

Ensuite, si l'on prend en considération un autre axe dans l'espace multidimensionnel des valeurs financières -celui des devises- alors là aussi rien n'est si simple. A partir du 1er octobre 2016, yuan rejoindra le dollar, l’euro, la livre sterling et le yen dans « le panier de devises servant à fixer la valeur des droits de tirage spéciaux (DTS) – l’actif de réserve international du FMI »

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/11/28/le-fmi-met-le-yuan-dans-son-panier_4819623_3234.html

Donc ici aussi on passe de 4 devises à 5 en élargissant ainsi le spectre des objets à traiter. Remarquez que la notion du « panier » dans ses deux contextes est essentielle car vous connaissez sans doute l'adage qu'il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier.

Enfin, Poutine nous intéresse ici avant tout non par son passé d'un ex- sous-colonel opportuniste, un déserteur de l'armée rouge en 1991, mais par son avenir, plutôt même par le nom de celui qui viendra après.
Car vous serez sans doutes d'accord avec moi que tout le monde s'en fiche royalement de savoir qui sera le successeur de David Cameron ou de Barack Obama par exemple (*) ?

(*) Pour être honnête, il faut reconnaître que la France, avec son éternelle exception française, à toute sa place à part dans cette épineuse question de savoir de quoi adviendra notre planète. Comme vous voyez j'essaie toujours de ne pas trop m'éloigner du sujet de blog.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 19/04/2016

Les commentaires sont fermés.