15/07/2016

14 juillet, la France et la terreur.

promenade-des-anglais-la-nuit-nature-paysages--f4fa21T650.jpg

 

La terreur a encore frappé.

On aurait identifié le responsable de ce carnage qui endeuille non seulement des familles et des proches mais une ville, Nice et un pays, la France.

En France mais aussi ailleurs, dans tant d’autres pays visés par la mort, les réactions s’ajoutent les unes aux autres, toujours les mêmes.

Entre effroi et indifférence, entre plus jamais ça et on n’a pas peur, les discours et autres déclarations s’enchaînent et se ressemblent ou pas.

Entre recueillement et condoléances, la France poursuit sa politique.

Laquelle qui soit lisible à tant de vies sacrifiées?

Condoléances à autant d’êtres en deuil et en souffrance.

13:28 Publié dans Air du temps, Avaries, France, Terrorisme | Tags : nice, 14 juillet, terrorisme, france | Lien permanent | Commentaires (36) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

"Entre recueillement et condoléances, la France poursuit sa politique."
Voilà une phrase bien ambiguë qui mériterait un petit éclaircissement.

Écrit par : Boccard | 15/07/2016

On entend beaucoup dire que la France est en guerre. C'est vrai. Et une guerre implique toujours des pertes. Malheureusement, les victimes de cet attentat ne sont que des victimes innocentes d'une guerre que livre la France. Il faut s'y habituer, ils ne sont ni les premiers ni les derniers.

Mais ce qu'on doit aussi se demander, c'est: "Qui a déclaré cette guerre ?" Autrement dit: que fait la France en Irak, en Afghanistan et en Syrie ? Que faisait-elle en Libye ? Que des pays qui n'avaient jamais menacé la France. La seule présence légale de la France dans un pays tiers est celle au Mali, puisqu'elle a été demandée par le gouvernement légitime. Mais même cette guerre-là n'aurait pas été nécessaire si on n'avait pas transformé la Libye et tout le Sahara en zone de non-droit.

J'ai entendu un responsable socialiste dire que les Jihadistes ont déclaré la guerre à la France et ça par contre c'est un mensonge éhonté. Comme vous le dites, ce qui se produit n'est que la conséquence d'une politique dont ces imbéciles sont seuls responsables.

Écrit par : Kad | 15/07/2016

Ne croyez pas toutes les conneries que disent les complices du régime de Olaznd (il en dit encore à l'heure où je parle. D'ailleurs, a-t-il jamais dit autre chose que (...)) Quand on est en guerre, on ne met pas en branle la panoplie de la police et du renseignement intérieur, mais on fait parler les armes déployées par l'armée et le renseignement stratégique. La FRANCE, si elle est en guerre, est dans une guerre CIVILE, que le régime de OLAND' aura déclanchée lui-même, avec le soutien complice, voire l'encouragement des médias, à la solde, eux-aussi, d'une puissance étrangère.

Écrit par : Christian Bitard | 15/07/2016

@Kad,

Je vous rejoins dans votre analyse:""Que des pays qui n'avaient jamais menacé la France. La seule présence légale de la France dans un pays tiers est celle au Mali, puisqu'elle a été demandée par le gouvernement légitime. Mais même cette guerre-là n'aurait pas été nécessaire si on n'avait pas transformé la Libye et tout le Sahara en zone de non-droit"

Sarkosy en faisant la peau à la Libye "grâce" à son intervention, dit il en 2016, a laissé les combattants Anti Khaddafi dits "Combattants de la Liberté" (sic et SVP ne pas trop rire...)s emparer des casernes de l ancien Etat de Khaddaffi, casernes bourrées d armes et depuis les quelles ces combattants de la "liberté" se sont servis à gogo. Puis, une fois, leur sale besogne est finie en Libye ou qu il n y a plus rien à détruire en Libye et que leur date d obsolescence programmé en Libye est échue, il fallait que ces mercenaires se cassent ailleurs. Alors en tant que mercenaires, ils avaient été déplacés soit au Mali soit en Syrie . Au Mali, il fallait que la France intervienne sur demande du Gvt et peut être de l ONU et cerise sur le gâteau que le voisin de palier du Mali,le Niger commençait à s agacer du prix bradé des matières radio-actives et vendus à la France, un prix lance pierre et le même et inchangé qu en 1950. De telles matières nucléaires alimentent les centrales nucléaires en France qui fournissent 75% de l électricité pour le Hexagone. Comprendra qui pourra!

L autre groupe de ces "combattants de la Liberté" ont été transportés par des gros cargos de l Otan et la France, vers un peu plus à l Est, c à d en Syrie pour installer la "démocratie" là bas. Où le bât blesse est que la France a juré mordicus vouloir éradiquer les terroristes au Mali (et Bravo) mais elle a couché et couche toujours avec leurs frères clones en Syrie. Cherchez l erreur.

@Mme H.R.-F:j ai essayé de rester courtois et neutre en transmettant ces info tout en espérant ne pas me faire censurer.
Bien à vous.
Charles 05.

Écrit par : Charles 05 | 15/07/2016

Un texte bien écrit mais qui effectivement laisse planer un certain flou sur sa signification.

Écrit par : Frédérick van Gaver | 15/07/2016

Les mots "terreur" et "terrorisme" ont été vulgarisées par George Bush à la demande d'Ariel Sharon pour créer une communauté de langage dans la communauté internationale autour du thème de la victimisation.

Les Français, toutefois, ont le terrible souvenir que ce mot était systématiquement utilisé par les nazis pour désigner toute forme de résistance à leur oppression.

En conséquence, il serait plus judicieux d'appeler les choses par leur nom véritable, et de parler d'horreur plus que de terreur (car en fait : qui est terrorisé ? la plupart des gens s'en foutent un peu) et parler davantage d'assassinats massifs que d'attentats de masse, SAUF dans le cas où les victimes de telles attaques sont des représentants de l'ordre établi, auquel cas l'on pourra parler de crimes de guerre, de résistance, ou de rebellion, que sais-je ? notre dictionnaire ne manque pas de mots pour désigner ces actes plus horribles les uns que les autres. Gardons le terme de terrorisme pour désigner l'attaque d'une force armée contre une population sans défense, comme l'armée nazie l'a fait si souvent au cours de la Seconde Guerre mondiale, et ce ne sont pas les seuls à l'avoir fait : les bombardements Alliés des villes de Hambourg et de Dresde ou de Hiroshima et de Nagasaki sont à mettre au rang des attaques terroristes notoires, au même titre que les bombardements aveugles de Londres ou d'Anvers par les V1 et V2 allemands.

Écrit par : Christian Bitard | 15/07/2016

Christian,

J’entends bien la nuance que vous tenez à apporter aux termes.

Si j’ai tenu à celui de terreur, c’est en relation avec la symbolique du 14 juillet, de la période qui l’a suivie et à laquelle il a été octroyé un T majuscule.

Selon certains historiens, la Terreur remonte au mois de juillet 1789, selon d’autres, à 1792, voire 1793.

Le fait est que le terme n’a donc pas été choisi au hasard ni selon les volontés de tel ou tel dirigeant du monde.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 15/07/2016

"Laquelle qui soit lisible à tant de vies sacrifiées?"

Être lisible à une vie sacrifiée ? En Français, ça veut dire quoi ?

Écrit par : Hannah Kolütt, Antho Nihmy et Perry Fraze | 15/07/2016

"Hannah Kolütt, Antho Nihmy et Perry Fraze", alias le bien connu Plouf et sa compagnie,

Votre remarque fait donc l’impasse sur autant de « vies sacrifiées » que sont celles de blessés sinon de mutilés et autres survivants endeuillés, merci pour elles.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 15/07/2016

Qu’un camion de gros tonnage ait pu arriver sur la Promenade des Anglais, en pleine nuit, lors d’un feu d’artifice attirant des dizaines de milliers de spectateurs, laisse songeur…

Écrit par : Michel Mottet | 15/07/2016

D'accord avec Kad sauf sur un point. Ce n'est pas la France qui est en guerre, mais son oligarchie. Qui n'a consulté personne pour faire la guerre. On remarquera que tous les dirigeants qui s'opposaient parfois férocement aux islamistes ont été renversés ou éliminés, en commençant par l'Afghanistan, en continuant par Arafat, puis l'Irak, puis la Libye avant de terminer le "bon" boulot par la Syrie qui heureusement et grâce à la Russie résiste. Même que le régime actuel voulait aller bombarder Damas pour parfaire le "bon" boulot. Et laisser la place à Daech. On notera que tous ces dirigeants du Moyen-Orient étaient considérés comme une menace par un certain pays qui se frotte les mains et poursuit ses annexions sans que personne ou si peu trouve à y redire sinon à s'y opposer.

Peut-on se poser la question de la compétence des services de sécurité français? Ils n'ont pas réussi à infiltrer les différentes filières?

Je n'ai pas peur. Malgré le déluge d'informations inutiles et en boucles destinées à générer ce climat de peur. Au profit de qui? Un qui a l'air ridicule est celui qui a annoncé la fin de l'état d'urgence et qui veut le prolonger de trois mois moins de 24 heures plus tard. Celui qui a aussi dit il n'y a pas si longtemps: "Ca va mieux." Au fait, il a servi à quoi l'état d'urgence?

Et pendant ce temps aucun journal ne parle de ce qui se passe en Ukraine et au Donbass, qui est autrement dramatique. Oui, j'ai peur pour le Donbass et sa vaillante population.

Écrit par : Charles | 15/07/2016

Charles,

Pour info:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/07/14/entre-guerre-et-paix-l-ukraine.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 15/07/2016

"Qu’un camion de gros tonnage ait pu arriver sur la Promenade des Anglais"
Une Promenade fermée au trafic automobile donc...

Écrit par : Charles | 15/07/2016

@Charles

Oui mais pas au trafic des camions, à voir, surtout, si ils ne comportent aucune inscription publicitaire sur les côtés...et le pare brise criblé de balles, mais seulement du côté opposé au conducteur (comme ça, ils évitent les bavures)...ah là là, ces gendarmes tireurs d'élite ne sont plus ce qu'ils étaient...et évidemment cerise sur le gâteau, l'inévitable carte d'identité dans l'habitacle...c'est une habitude, que dis-je, une signature...

Écrit par : Gabor Fonyodi | 15/07/2016

"Pour info:"
Oui, sauf vous-même, cela va sans dire...

Écrit par : Charles | 15/07/2016

condoléances aux familles, à ces personnes dans une impasse de douleurs incontournables

Écrit par : divergente | 15/07/2016

@ Charles,

«Peut-on se poser la question de la compétence des services de sécurité français? Ils n'ont pas réussi à infiltrer les différentes filières?»

Pourquoi seulement français ? Et les récents attentats à Bruxelles, Istanbul, Bagdad ?
Vous devriez leur proposer à tous vos méthodes forcements innovantes d'infiltration dans les réseaux flous et complexes de type Daech.

«Et pendant ce temps aucun journal ne parle de ce qui se passe en Ukraine et au Donbass, qui est autrement dramatique.»

Comment savez vous que la situation en Donbass est plus dramatique que celle que la ville de Nice a du affronter hier soir si vous n'avez aucune info en provenance de l'Ukraine ??

Ne pensez vous pas que pendant ces journées du deuil national votre phrase frise une indécence ?

Écrit par : Vladimir Trofimov | 15/07/2016

Et maintenant une tentative de coup d'État en Turquie.
Et l'hypocrisie de certains de se manifester immédiatement en réclamant le respect des institutions démocratiques. Que ne l'ont-ils fait lors du coup d'État de Kiev!

Écrit par : Charles | 16/07/2016

Que et quoi faire après le malheureux carnage à Nice et ne craignons nous pas à l avenir d autres attentats encore plus horribles et bien plus violentes que celui de la pauvre Nice?

John Kerry a dit hier à son homologue Lavrov:""Vous et moi, nous pouvons faire beaucoup contre le Djihad qui n existe presque plus qu en Syrie". C est partiellement exact mais les attentats de Charlie, du Bataclan et Nice ont été commis par des monstres de nationalité française, non? Et quand Daech serait éradiqué complètement (je l espère et vite )en Syrie/Irak, pensez vous que d autres citoyens ne passeraient plus à l acte puisque les viviers du terrorisme n ont pas été asséchés?

Où j aimerais arriver est de dire que le Gvt/Pouvoir français n a pas encore ni désigné ni connu son ennemi et ne se RE-connaît pas en lui-même. Je vous mets en vrac ces déclarations qui n ont pas, à priori ni l air ni la volonté d aller à la source du Terrorisme c à d sécher les Viviers du Terrorisme:

1--Mr Cazeneuve, ministre de l Intérieur Français a déclaré:"Le Djihad n est pas en soi un délit."(sic)

2--Mr Fabius, ex-ministre des Affaires Etrangères (ou étranges?)/AE: "Al Nosra, (ie branche principale de la ténébreuse Al Qayda en Syrie) fait du bon boulot, quand même" .A noter que malgré de telle déclaration, Sieur Fabius a été gradé dès début 2016 et il occupe un poste de Président de la plus haute instance juridique en France, c à d Le Conseil Constitutionnel).

3--Mme Elisabeth Guigou (charmante, honnête et ancienne femme socialiste), actuelle Présidente de la Commission des AE de l Assemblée Nationale a répondu ainsi au sujet des agacements médiatiques quant à la responsabilité des Rois-Emirs comme éventuels viviers du Terrorisme:""J ai demandé cela aux instances concernées dans les pays principaux du Golfe et s ils le soutiennent ou pas, directement ou indirectement et elles m ont répondu que NON".(sic)

4--Mr Sarkosy qui "doit trouver" n importe quelque chose pour critiquer la présidence de Mr Hollande a dit dans ce sens: Moi, j ai eu ma Guerre (ie Libye) et ce "bon" résultat de ce que j ai fait en Libye aurait dû être fait par Hollande en Syrie. Au fait, Mr Sarkosy veut il raviver encore le terrorisme car nous avons vu le poudrier ouvert en Libye et comment il s est propagé dans toute l Afrique (Mali, Centrafrique et même qu une partie des Djihadistes "Anti-Khaddafi" ont débarqué en Syrie une fois leur date d obsolescence programmée en Libye était échue...)

5--Mr Hollande qui a déclaré:"En Syrie, nous avions le choix entre "Dach"(sic)et le Tyran Assad, alors entre ces deux, nous avons choisi les "Rebelles Modérés". C est quoi les rebelles modérés? Par rapport à ceux de Daech, ces rebelles modérés ne sont ils pas un PETIT PEU: moins islamisants, moins Salafo et un poil moins "Chariaa" et surtout un poil moins autant égorgeurs que décapiteurs que Daech ". (A la Bonne Heure!)

Comprenne qui voudra et qui pourra.
Bien à vous.

Écrit par : Charles 05 | 16/07/2016

La "barbarie" s'est-elle arrêtée un jour depuis mai 1945 ?

Il faut lire l'excellent livre de Keith Lowe "L'Europe barbare" de 1945 à 1950 : la violence a toujours existé qu'elle soit venue de l'extérieur d'un pays ou pire encore à l'intérieur d'un pays. L'EI n'a rien inventé si ce n'est la manière de procéder : attaques surprises auxquelles on s'attend mais quand et comment, personne ne le sait, on ne fait que des suppositions.

Vladimir Trofimov a raison : la violence dans les pays baltes, on n'en parle pas pour ne pas froisser une personnalité qui fait peur à tous puisque l'OTAN a pris la décision de renforcer sa présence en Europe de l'Est. Entre 1945 et 1950, les peuple de ces pays ont vécu l'horreur, comme tant d'autres : on chassait, plus exactement on massacrait les habitants, on brûlait des villages entiers, on tuait femmes - après les avoir violées -, enfants et vieillards et on emmenait les hommes valides pour leur faire faire des sales besognes puis on les tuait froidement.

Dans les autres pays, la violence et la barbarie ont également été monnaie courante : les enfants nés de pères allemands ont été taxés de "débile, etc..." et ont subi des violences physiques, psychiques, etc... Ces enfants n'étaient pas responsables de leur sort et pourtant ils ont été/sont des victimes : qui en parle ?

Bonne journée à tous

Écrit par : Marie | 16/07/2016

Marie,

Vous écrivez "Vladimir Trofimov a raison : la violence dans les pays baltes, on n'en parle pas pour ne pas froisser une personnalité qui fait peur à tous puisque l'OTAN a pris la décision de renforcer sa présence en Europe de l’Est »

Où aurait-il été question, ici, de tels propos en relation avec la « violence dans les pays baltes » ?

Merci de vos précisions.
Bien à vous

Bine à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/07/2016

C est un peu délicat de mettre cette lettre adressée à Mr Hollande, elle est très dure voire impitoyable mais elle contient quelques vérités et un autre son de cloche. De ce fait, je prends un risque raisonnable pour une éventuelle non-publication.
--------------
Lettre ouverte à François Hollande, par Bruno Guigue, ancien élève de l’École Normale Supérieure et de l’ENA, Haut fonctionnaire d’État français, essayiste et politologue, professeur de philosophie dans l’enseignement secondaire, chargé de cours en relations internationales à l’Université de La Réunion, est l’auteur de cinq ouvrages, dont « Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002 », et de centaines d’articles.
**************
Après ce nouvel attentat terroriste qui frappe cruellement notre pays, vous avez exprimé au nom de la nation tout entière, avec émotion et dignité, votre compassion pour ses victimes. Désignant aussitôt le coupable, et nous vous supposons bien informé, vous avez appelé les Français à faire preuve d’unité et de solidarité face au « terrorisme islamiste ». Vous nous avez conviés à serrer les rangs et à faire face, en mobilisant toutes nos énergies contre cette terrible menace.
Mais cet appel légitime à la cohésion nationale en ce moment où le pays entier se sent meurtri ne saurait interdire aux citoyens d’interroger la politique qui est la vôtre. Depuis votre élection, vous prétendez lutter sans ménagement contre les organisations terroristes. Mais, en réalité, tout donne à penser que vous avez fait exactement le contraire. Car au lieu de combattre le mal, vous avez concentré vos efforts contre ceux qui tentaient de le terrasser. Vous nous disiez que vous combattiez le terrorisme, mais vous n’aviez de cesse de diaboliser et de combattre la Syrie de Bachar Al-Assad.
Cet État souverain, détesté de vos amis américano-sionistes parce qu’il refuse de se plier à leur diktat, vous l’avez sciemment désigné à la vindicte des mêmes criminels que ceux qui mitraillent les terrasses de nos cafés. Les mercenaires du djihad cherchaient une cible, et vous avez cyniquement désigné Damas. Oui, des milliers de jeunes ont été encouragés, par votre propagande de guerre, à aller se battre contre cet État honni que vous rêviez d’anéantir sous les bombes. Et c’est votre ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, qui donna le signal de cette curée, lorsqu’il déclara que Bachar Al-Assad « ne méritait pas de vivre » et que la branche syrienne d’Al-Qaida faisait du « bon boulot » en Syrie.
Vous aurez beau tenter d’occulter vos responsabilités, chacun voit que les attentats commis en France sont le résultat de votre politique. Pourquoi n’y a-t-il aucun attentat en Italie, en Argentine, au Japon ? Les Français ont-ils pris la mesure de votre refus de coopérer avec les services syriens afin d’identifier les djihadistes français susceptibles de revenir en France ? Nos compatriotes savent-ils que vous interdisez tout transfert de fonds au profit de cette majorité de Syriens vivant dans les régions sous contrôle gouvernemental ? Réalisent-ils que vous n’avez jamais eu un mot de compassion pour les nombreuses victimes syriennes des attentats d’Al-Qaida, et que vous persistez à infliger des sanctions économiques à ce peuple victime du terrorisme de masse ?
Vous étiez décidé à prendre parti dans le conflit syrien, et vous l’avez fait sous des prétextes humanitaires qui se sont effondrés comme un château de cartes, exhalant surtout un âcre parfum d’hydrocarbures. Vous embourbant, et nous avec, dans cette ornière qu’il eût fallu éviter avec prudence, vous avez exposé les Français à un effet boomerang dont on mesure à peine le potentiel destructeur. Cette violence que vous avez déchaînée chez les autres par votre politique néo-coloniale, vous l’avez ramenée à domicile !
Je doute que les Français vous en remercient, surtout lorsqu’ils auront renoué les fils de cette dramatique affaire. Au lendemain de ce drame, M. Hollande, passé le moment de la compassion devant les caméras et de la célébration de l’unanimité patriotique, allez-vous remettre de nouvelles médailles aux banquiers de la terreur ? Condamnant le crime terroriste côté cour, irez-vous encore dîner, côté jardin, avec ses sponsors saoudiens ? Avec George W. Bush, les USA ont eu leur Dr Frankenstein, l’apprenti-sorcier de la géopolitique du chaos. Avec vous, c’est match nul. Les Français ont désormais le leur.
En rangeant la France du côté d’une rébellion sectaire, mafieuse et manipulée, en vous croyant habile alors que vous n’êtes qu’un semi-habile, vous avez nourri le monstre qui nous frappe aujourd’hui de ses tentacules. Allié objectif de Daech tant qu’il combattait Assad, vous avez juré sa perte après les premiers assassinats d’Occidentaux en Irak, nourrissant alors le ressentiment de cette mouvance criminelle dont vous attendiez sans doute davantage de compréhension !
Conseillé par de pseudo-experts dont l’indépendance intellectuelle est proportionnelle au chèque que vous leur versez, vous êtes désormais condamné à persévérer dans l’erreur faute de pouvoir vous déjuger. Vous allez continuer à nous jeter de la poudre aux yeux avec l’état d’urgence et à faire des moulins avec vos petits bras. Mais, à neuf mois d’une élection présidentielle où vous allez faire de la figuration, vous nous léguez surtout les fruits pourris de votre politique de gribouille, les manifestations d’incompétence d’un ministre qui confond Saddam Hussein et Bachar Al-Assad ne parvenant même plus à nous faire rire en ce jour de malheur.

Sources:

http://arretsurinfo.ch/lettre-ouverte-a-francois-hollande-le-frankenstein-de-la-republique/

http://reseauinternational.net/lettre-ouverte-a-francois-hollande-le-frankenstein-de-la-republique/

Écrit par : Charles 05 | 16/07/2016

Je suis très curieux de voir ce que va sortir Charlie-Hebdo la semaine prochaine. A défaut d'un avion, un camion peut certainement aussi stimuler l'imagination. Pour rappel:
https://fr.sputniknews.com/international/201511061019333641-charlie-crash-caricature/
Ou alors?

Écrit par : Charles | 17/07/2016

Pour rendre hommage aux familles de victimes de l'attentat du 14 juillet sur la Promenade Des Anglais à Nice, un certain Bruno Guigue a publié sa lettre ouverte qu'il avait adressée à François Hollande.
Vraisemblablement, les questions de Bruno Guigue au Premier de la Nation pourraient déclencher un réquisitoire sur son incohérence et sa servilité. Les familles déjà touchées par le deuil, devaient elles encore surmonter l'imposture et l'hypocrisie d'un François Hollande exaspérant d’innocence adolescente.

Lire la lettre ouverte de Bruno Guigue: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7377

Écrit par : Beatrix | 17/07/2016

Oui, Beatrix, merci de nous avoir indiqué une nouvelle référence de publication de cette lettre ouverte que Charles 05 a, lui aussi, transmise dans son commentaire ci-dessus.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/07/2016

Où est le problème de la France ou plutôt son Oligarchie dans sa Guerre contre son Ennemi, nous dit on, et l ennemi de nous tous,le Terrorisme qui est principalement Daech?

- Tout d abord c est seulement Daech qui est nommé et non pas, hélas, Al Nosra branche principale de la ténébreuse Al Qayda de Ben Laden créé par la CIA et vomis après coup mais verbalement par ces mêmes, nous dit on.Quant aux actes, elle n est pas combattue aujourd hui ni par la France ni par les USA non plus.
--Me diriez vous que par ailleurs, la coalition USA anti-Daech (inclus 5% de participation de la France) n avaient que cosmétiquement combattu Daech et ceci n est pas pour rien, cherchez l erreur.
- Le traité de "L'Art de la guerre" a été écrit au 6ème siècle avant J.-C. par Maître Sun. Sa stratégie militaire est basée sur des thèses originales qui s inspirent de la philosophie chinoise. Ce traité dit, entre autres:"Si tu veux gagner la guerre, il faut bien connaître ton ennemi et aussi que tu te connais ou te reconnais toi-même".
Pour la France, elle ne connait pas encore ou qu elle ne veut pas ou qu elle ne peut connaitre ni l un ni l autre. Comprenne qui pourra.

Bien à Vous.

Écrit par : Charles 05 | 17/07/2016

--Tout d abord, Merci ++ Mme H.R.-F, pour votre travail et vos compétences sur ce blog.

--Puis, je suis un peu doublement "bête" car au fait y a t il une grosse différence entre Daech, Al Qayda/Al Nosra du bon boulot et enfin les dits Rebelles Modérés soutenus publiquement et avoué par Mrs Hollande et Obama?

"Oui", il y a une différence entre Daech et ses 2 confrères sus cités: les Al Nosra et Rebelles Modérés (ou Soft/Mild) sont un petit poil moins islamisants et pro-chariaa (moi, je crois qu ils sont tous et réellement des Anti-Islam?) que le "Hard" Daech. Et surtout qu ils sont un poil moins égorgeurs et moins décapiteurs que Daech...Ce n est bô tout cela..
-----------------
**Syrie: Al-Nosra menace les Etats-Unis et la coalition anti-Daech( ndr:donc Al Nosra et Daech sont copains comme cochons dans le sens propre et/ou figuré?!)

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/syrie-al-nosra-menace-les-etats-unis-et-la-coalition-anti-daech_1579922.html

**Al-Qaïda (Al NOSRA, sa branche principale) en Syrie, menace de représailles les pays de la coalition Anti-Daech

http://www.lalibre.be/actu/international/al-qaida-en-syrie-menace-de-represailles-les-pays-de-la-coalition-5426d6c4357030e61042a137

**Depuis décembre 2015 à avril 2016, les États-Unis auraient délivré, selon Jane's, 3 000 tonnes d'armes et de munitions à des groupes rebelles, infiltrés, sur le terrain, par la branche syrienne d'el-Qaëda.(25/04/2016)

http://www.lorientlejour.com/article/982771/al-nosra-piece-centrale-de-la-guerre-dusure-americaine-en-syrie-.html
-----------------

Bien à Vous et Merci.
Charles 05.

Écrit par : Charles 05 | 17/07/2016

Le message de Hollande comme une signature d'un attentat sous fausse bannière :

NOUVELLEAKS par Slobodan Despot
LE CAMION BLANC
A 3 h 52 du matin, le 15 juillet, le président de la République française publiait via son compte Twitter un message prévisible, mais à tout prendre stupéfiant :

"Nous allons intensifier nos frappes en Syrie et en Irak. Nous continuerons de frapper ceux qui nous menacent." #Nice (15.07.16 03:52)
Que signifie cette prise de position ?

1) Que l’Elysée, quelques heures à peine après l’attentat, sait déjà tout — ou prétend déjà tout savoir — des mobiles, des soutiens et des réseaux de l’homme qui a commis l’attentat de Nice (identifié comme un Tunisien résidant en France).
2) Que l’Elysée établit un lien direct entre cette tragédie et l’Etat islamique (puisque c’est officiellement l’EI que visent les « frappes » de l’aviation française en Irak et en Syrie).
3) Que l’Elysée pense (ou semble implicitement penser) qu’en « intensifiant les frappes » contre l’EI on pourra remédier au problème des tueries de masses en France, assimilées à du terrorisme islamique lié au courant salafiste.
Ce simple tweet véhicule une telle charge de contradiction, d’ineptie et de scandale qu’on se prend à trembler pour peu qu’on réfléchisse à ses implications.
Mais où est passé Padamalgam ?
Comment peut-on savoir d’emblée qu’un tueur de masse est un agent de l’Etat islamique, alors qu’il n’était même pas fiché « S » par les renseignements et qu’aucun élément connu de sa vie antérieure ne parlait en faveur d’un tel ralliement ?
Où est passée la prudence scrupuleuse que les pouvoirs politiques et médiatiques imposent à leurs opposants et à la population sous le slogan Padamalgam ? Au nom de quoi la Présidence française a-t-elle évacué a priori l’hypothèse du fait divers violent mais apolitique ? Après tout, n’a-t-on pas relevé, dans les premiers commentaires, que Mohammed Laouej Bouhlel était un voyou violent et qu’il avait des problèmes familiaux ? Après une telle prise de position du sommet de l’Etat, quel juge, quel policier, quel profiler oserait affirmer que le geste de Bouhlel n’était pas motivé par le fanatisme islamique ? Et si d’aventure il l’affirmait, comment les médias traiteraient-ils cette voix dissonante ?
Mais soit : admettons que l’Elysée ait raison, que cet homme ait effectivement agi pour le compte de l’Etat islamique. Quel rapport y aurait-il alors entre les frappes contre l’EI au Moyen-Orient et un geste comme le sien ? Les revers subis récemment par l’EI seraient plutôt de nature à favoriser un déplacement de la guerre sur le terrain de l’adversaire, autrement dit sur le territoire des pays qui le combattent.
Auquel cas, pourquoi la France est-elle la principale, pour ne pas dire la seule cible des terroristes de l’EI ? La contribution de la France aux opérations de la coalition occidentale dans la région est symbolique. D’ailleurs, cette coalition a nettement moins endommagé l’EI que l’alliance de l’aviation russe avec l’armée syrienne. Pourquoi l’EI n’a-t-il pas envoyé un camion blanc rouler sur des civils russes ?
En admettant même que la France soit un sérieux adversaire pour l’EI (ce qu’elle n’est évidemment pas), comment pourrait-elle à la fois combattre l’EI sur le terrain et poursuivre une idylle ostentatoire avec les créateurs et les sponsors de cette créature monstrueuse, à savoir les pétromonarchies du Golfe, les néocons américains et les stratèges de l’Etat d’Israël, qui admettent explicitement (Voir Antipresse 30) favoriser l’EI, lequel en contrepartie ne s’en est jamais pris aux intérêts israéliens ? La France n’a-t-elle pas été ces dernières années l’adversaire le plus acharné de Bashar el-Assad, allant jusqu’à souhaiter sa mort, et le protecteur explicite des islamistes (prétendument « modérés ») en Syrie ?
Voici donc réunis en 140 caractères le scandale (via l’amalgame établi dans les premières heures suivant l’attentat entre l’origine arabe du tueur et le terrorisme islamique), la contradiction (entre les gesticulations et la réalité du terrain) et l’ineptie (consistant à penser que des bombardiers envoyés au Moyen-Orient pourraient empêcher les camions blancs d’écraser le public du Quatorze-Juillet à Nice).
Une démence délibérée ?
De fait, Ineptie, Contradiction et Scandale sont les trois muses de toute la politique islamique de la France, que ce soit sur le plan intérieur ou à l’étranger.
A l’étranger, elle participe à des opérations coloniales qui rendent inhabitables des régions entières et transforment des Etats peu démocratiques mais paisibles en chaudrons de la souffrance, de la haine et du fanatisme. Ces ingérences criminelles sont à la fois l’alibi et la cause réelle du flux de réfugiés qui envahit l’Europe.
A l’intérieur, elle interdit tout débat de fond sur la cohabitation entre la population de souche chrétienne-laïque et le modèle de société islamique et protège la prédication d’un islam littéral, régressif et violent soutenu par les intouchables monarchies du Golfe.
Si le terrorisme islamique était vraiment, aux yeux du pouvoir français, l’ennemi prioritaire qu’il fait semblant de combattre, il ferait fermer les mosquées salafistes, enfermerait ou expulserait sans merci les imams prônant la haine, la violence ou des mœurs contraires aux lois françaises. Il l’a promis au lendemain de Charlie et du Bataclan, il n’en a rien fait. Une mesure évidente consisterait aussi à interdire au titre d’incitation au meurtre les ouvrages religieux qui incitent au meurtre. Cela dégarnirait sérieusement certaines bibliothèques de « centres culturels islamiques ». Cela ne suffirait pas à éradiquer le problème, mais ce serait un signe bien plus clair qu’on s’en occupe que l’envoi de bombes abstraites dans les déserts de Mésopotamie. Plus claire encore serait une action diplomatique, voire militaire, contre le « Daech qui a réussi », autrement dit l’Arabie Séoudite. Bref, comme le dit un chef d’Etat très populaire dans le reste du monde, il s’agirait de « traquer les terroristes au fond des chiottes ». Ce n’est peut-être pas une bonne méthode pour éradiquer le phénomène, mais c’est la seule connue à ce jour.
Mais le pouvoir français ne fait rien de tout cela. Il fait tout le contraire. Il laisse champ libre aux fanatiques et combat ceux qui les combattent tant à l’étranger qu’à domicile. Les circonstances des grands attentats terroristes relèvent à chaque fois des si criantes de sécurité ou d’information — comme la passivité des militaires de la force Sentinelle présents devant Bataclan, la censure des sévices horribles subies par les victimes, ou simplement la non-démission des ministres responsables qui contemplent ces tragédies en observateurs passifs et pleurnichants — qu’on en vient à soupçonner une vile alliance, en France, entre le pouvoir et le chaos.
La fabrique des tueurs
La tuerie de la Promenade des Anglais condense toutes ces aberrations en une scène proprement onirique. Un rêve éveillé — un cauchemar plutôt. La Promenade des Anglais est l’un des hauts lieux de l’Europe civilisée et décadente. Elle était fermée pour accueillir, sous régime d’état d’urgence, la foule des badauds du Quatorze-Juillet. La France sortait d’un mois d’attroupements à haut risque — l’Euro — où il ne s’était absolument rien passé, comme si les terroristes avaient tous été amateurs de football. Et soudain l’on a vu débouler sur ce boulevard inondé de bermudas un camion entièrement blanc — le blanc, couleur de l’Ihrâm, de la sacralisation et de la mort — qui allait tuer au hasard, roulant parfois au pas, comme en slow motion. Sur deux kilomètres, personne n’a pu l’arrêter, aucun des policiers présents (dont un motard héroïque) ne semble avoir eu l’idée de lui tirer dans les pneus. Pas de herse non plus pour protéger efficacement cette zone sensible sous état d’urgence contre les incursions motorisées. Sur deux kilomètres, le camion blanc a roulé dans du beurre. Puis il s’est immobilisé, on ignore encore pourquoi. La cabine fut alors arrosée de balles. C’est là que le terroriste d’un seul soir, tiré du néant tel un agent dormant, le présumé Mohammed Laouej Bouhlel, a trouvé la mort. Comme les frères Kouachi, les tueurs de Charlie Hebdo. Comme Abdelhamid Abaaoud et sa cousine, mitraillés de 5000 cartouches (contre 11 ripostes seulement) dans un appartement de Saint-Denis le 18 novembre 2015. Comme Amedy Coulibaly. Tous ont emporté leurs motifs et leurs carnets d’adresses dans la tombe. La terror-sphère franco-islamique est une sphère du silence.
N’est réelle et incontestable dans cette affaire que la mort. La mort des victimes et celle de leurs bourreaux, et avec elle l’épouvantable souffrance des milliers de survivants. Au-delà de cette réalité qui ne mérite que le recueillement et la compassion, tout est onirique, trouble et déroutant. Et c’est voué à le rester. Les médias de grand chemin y veillent, en commercialisant la souffrance des innocents jusqu’à l’obscénité totale, tout en évitant avec la plus grande pudeur de tourner leur regard du côté où la curiosité professionnelle, le bon sens et le besoin de justice devraient le diriger.
Le lendemain du massacre, une vidéo partie des réseaux israéliens circulait en viral sur l’internet. On y voyait les policiers, à l’arrière du camion blanc, qui terrassaient, battaient puis emmenaient un homme en t-shirt gris après la « neutralisation » du chauffeur. Pour le pouvoir et les médias français, à l’heure où j’écris (soit 26 heures après l’événement), cet homme et cette vidéo n’existent toujours pas. Peut-être n’existeront-ils jamais. Le camion blanc doit demeurer une apparition mystérieuse et intimidante à l’instar de Moby Dick, la mythique baleine blanche de Herman Melville. Le pouvoir français et ses relais médiatiques, pour justifier leurs opérations criminelles au Moyen-Orient, ont besoin de scénarios simples et de consommateurs simplets.
Ce qu’ils ne voient pas — ou qu’ils ne voient que trop bien —, c’est qu’à force de fabriquer des abrutis sans pensée et sans racines, ils fourniront toujours plus d’agents dormants à l’Etat islamique, qui pourra les activer d’un claquement du doigt et qui le fait déjà. Le « recrutement » de Bouhlel ne tient peut-être qu’à la conjonction de ses frustrations conjugales avec le visionnage d’une vidéo de l’EI sur l’emploi des camions comme armes de guerre. Quoi de plus simple que d’enrober une vindicte suicidaire de nobles alibis religieux ? Contre cette démocratisation du fanatisme, ni les « frappes » dans le désert ni l’état d’urgence ne pourront rien.

Écrit par : Michel Mottet | 17/07/2016

Avez-vous remarqué qu'il n'y a pas eu de grandes manifestations de la part du monde musulman en France, contre la violence islamiste, après le le massacre du Bataclan ?
Si dans un proche avenir il n'y aura pas de soulèvement massif des arabes de France suite aux événements de Nice, pour protester contre ces actions, il faudra en prendre acte.. et en déduire selon ce que dit l'adage : qui ne dit mot, consent.

Écrit par : Richard Kohler | 17/07/2016

Intéressant commentaire:
http://alanganey.blog.tdg.ch/archive/2016/07/18/les-bons-et-les-mauvais-terrorismes-277699.html

Pour mémoire: 294 morts sur les routes françaises en mai 2016. Et 281 en juin 2016.
http://www.securite-routiere.gouv.fr/la-securite-routiere/l-observatoire-national-interministeriel-de-la-securite-routiere

Écrit par : Charles | 18/07/2016

Et ça continue:
https://fr.sputniknews.com/international/201607181026790757-allemagne-hache-train/

Écrit par : Charles | 19/07/2016

Slobodan Despot a fait des constats très pertinents et s'est posée de bonnes questions. Je pense que nous avons été et sommes très nombreux à se les poser.
Le Président Hollande a été, par son adresse à la nation, stupéfiant. Et son Premier Ministre, tout simplement, terrorisant. Tous deux sont en train de préparer l'installation des Français dans le bain de sang et dans leur guerre protéiforme et omniprésente.

Les Français doivent s'y habituer selon Valls.
Les Ministres et le Présidents ont la morgue criminelle pour eux.
Les parlementaires ne sont plus que des figurants bien drogués et pacifiés (neutralisés par anesthésie).
La grande presse propagandiste sert la messe avec zèle et docilité.

Fin du spectacle.

http://www.les-crises.fr/le-camion-blanc-par-slobodan-despot/

Écrit par : Beatrix | 21/07/2016

Voici l'interview accordée par l'ancien Premier Ministre François Fillon à l'Europe 1, l'interview où, entre autre, il était question de la lutte contre l’État islamique.

https://www.facebook.com/fillon.francois/videos/vb.19341852532/10154361868462533/?type=2&theater

On y voit un homme placide et réfléchi. Dommage qu'il ait si peu de chances d'emporter les primaires à droite.

Qui plus est, sans compter bien sûr Marine Le Pen, parmi toutes les personnalités politiques de poids, François Fillon entretient les meilleurs relations avec la Russie.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 21/07/2016

Pour la terreur made in France c'est ici:

Syria: Over 100 Civilians Killed in French Airstrikes in ISIL-Held Manbij
TEHRAN (FNA)- More than 100 civilians were killed and many more were wounded in the French fighter jets' blind bombardments on ISIL positions in residential areas of the town of Manbij in Northeastern Aleppo.
(...) lien du site et chacun pourra choisir de voir ou de ne pas voir:
http://en.farsnews.com/

Écrit par : Charles | 21/07/2016

Une demande hautement suspecte.

Par le biais du parquet de Paris, la SDAT (Sous Direction Anti-terroriste) demande à la ville de Nice de détruire totalement ses 24 heures d'enregistrements de vidéo-surveillance de la journée du 14 juillet sur la Promenade des Anglais.


Pourquoi?

http://www.globalresearch.ca/nice-attacks-destroying-evidence-at-crime-scene-french-government-orders-destruction-of-cctv-video-footage/5537290

D'autres observateurs constatent le comportement très trouble de ce gouvernement.

http://www.les-crises.fr/video-attentat-de-nice-responsables-et-coupables-lanalyse-de-francois-asselineau/

Écrit par : Beatrix | 24/07/2016

"Pourquoi?"
Parce que voilà:
https://fr.sputniknews.com/france/201607241026950463-nice-attentat-police-pression/
Et éviter la démission du ministre de l'intérieur.

Écrit par : Charles | 24/07/2016

Les commentaires sont fermés.