22/07/2016

De la décision du Tribunal arbitral du sport à Dostoïevski...

topelement.jpg

             http://www.tdg.ch/sports/actu/maintenant-cio-peut-punir-s...

La photo ci-dessus et le lien à l’article qu’elle illustre figure en bonne place dans La Tribune de Genève de ce 22 juillet.

Il y est question de la décision du Tribunal Arbitral du Sport -TAS- de rejeter l’appel des soixante-huit athlètes russes qui demeurent donc exclus des JO de Rio.

Or voici que le journaliste qui en parle entraîne son public dans une projection assez singulière.

En effet, convoquer Dostoïevski pour lui prêter une hypothétique oeuvre que lui aurait été inspirée cette Russie du sport en proie à toutes les turpitudes, est une perception de l’écrivain que Daniel Visentini n’hésite pas à partager avec ses lecteurs.

A toutes fins utiles, ces deux articles indiqués en lien ci-dessous permettront à chacune et à chacun d’apprécier l’envolée lyrique -si elle en est- de l’auteur de l’article consacré à la décision du TAS d’exclure les soixante-huit athlètes russes des JO de Rio.

https://www.lepetitlitteraire.fr/analyses-litteraires/fed...

http://la-philosophie.com/crime-chatiment-dostoievski-res...

Commentaires

"cette Russie du sport en proie à toutes les turpitudes", c’est écrit noir sur blanc ! On se demande si cet individu sait ce que signifie le mot « turpitude ». Question idiote évidemment car le but est d’injurier un pays entier par tous les moyens y compris les plus vils.

Écrit par : Michel Mottet | 22/07/2016

Qui ne connait pas Paul Graig Roberts?
-----------------
Voilà ce qui nous dit sur la Russie vue par les USA(sport inclus?)

""Selon les USA, la guerre avec la Russie est notre avenir, à moins que la Russie n’accepte de devenir un État vassal comme TOUS les pays d’Europe, le Canada, l’Australie, l’Ukraine et le Japon. Sinon, les néoconservateurs ont décidé qu’il est impossible pour les Américains de tolérer de vivre avec un pays qui prend ses décisions indépendamment de Washington. Si l’Amérique ne peut pas être la puissance unique qui dicte sa loi au monde, mieux vaut tuer tout le monde. Au moins cela donnera une bonne leçon aux Russes.""
-----------------
La Russie n’a attaqué personne, excepté le groupe terroriste ISIS. Washington prétend être opposé au terrorisme, mais il a utilisé ISIS dans ses tentatives de renverser le gouvernement syrien par le terrorisme. La Russie a mis un terme à cela. La question qui se pose maintenant est de savoir si le gouvernement russe est si désireux d’être accepté par l’Occident pour que Poutine vende la Syrie au démembrement voulu par Washington/Israël afin de montrer que la Russie est un bon partenaire pour l’Occident.

Lien:

valmy.org/spip.php?article7190
-------------------
Bien à vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 22/07/2016

Voici en effet la citation complète de Daniel Visentini :

« Le Tribunal arbitral du sport a rejeté l’appel des 68 athlètes russes, ils demeurent exclus de Rio. Le CIO se réunit dimanche afin de décider s’il élargit la sanction, pour des JO sans Russie.

Dostoïevski en aurait fait un roman, façon Crime et châtiment, pour dépeindre cette Russie du sport en proie à toutes les turpitudes.»

On voit que le journaliste maîtrise le raisonnement imagé et associatif.

Or je crois que non seulement le ministre russe des sports et -il parait- en même temps l'ami proche du président Poutine n'a pas vraiment lu « Crime et châtiment » de Dostoïevski, en plus, à cause de son français absent il n'osera jamais aller sur la Tribune de Genève, ni sur ses blogs.

De toutes façons, je pense qu'en ce moment les Russes et leur Russie ont plus besoin des remakes du « A qui la faute » de Herzen et surtout du « Que faire » de Lénine.

Car si l'on comparait les JO du 1980 à Moscou, jeux boycottés à l'époque par l'Occident, si on les comparait avec ceux du 2014 à Sotchi, on se rendrait vite compte que l'URSS au moins a payé pour son intervention en Afghanistan – intervention controversée mais parfaitement cohérente avec ses idées et son idéologie.

Par contre, aujourd'hui, la Russie post-soviétique se trouve au centre d'un scandale qui pue l'urine. Elle n'a aucun idéal, la pauvre.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 23/07/2016

Cette décision qui vient de tomber d'exclure les athlètes russes des Jeux Olympiques est intéressante sous certains angles. Elle est prévisible et chacun, pro ou anti-russes s'y attendait avec un fond de certitude.
Comment pourrait-on attendre autre chose que cette sanction différée dans le sport de compétition internationale?

N'est-ce pas depuis 1999/2000 avec l'arrivée de Poutine à la tête du pays? On ne nous fait voir que du noir, du néfaste, des défauts, des carences, des manquements... Un vocabulaire particulièrement riche pour désigner du doigt l'indésirable?
AH! Si on pouvait repeindre le passé de la Russie, le noircir, pourquoi pas?
La dénégation et l'accablement deviennent un exercice jouissif. Il faut que nos occidentaux puissent assouvir leurs frustration et amertume, il faut les amener à la curée sur le terreau des conflits conjoncturels tout préparé à les accueillir.

Ce qu'il faudra retenir, c'est son anniversaire, cette date de juillet ou d'août 2016, ces prochains jours, lorsque la déclaration sera faite de la définitive exclusion de la fédération russe des tous jeux olympiques. Et cela ne s'arrêtera pas là. Les Citoyens Russes en Russie et en Occident auront de quoi craindre. Leur tranquillité sera mise à prix et elle ne sera plus épargnée.

Le TAS accompagné du silence du CIO vient de fournir un formidable outil aux diplomaties occidentales - un succédané de transparence - (Russes et Chinois, eux, ne tombent pas de nues, la série de sanctions qui avait commencé concrètement en 2011 avec l'agression coalisée contre la Syrie et avec le couronnement de l'Ukraine Kiévienne, les avait déjà mis au parfum et elle n'est pas terminée)- pour exclure un pays entier de l'ensemble des activités et intérêts économiques et culturels, il sera désormais aisé de frapper à sa tête en frappant ses institutions et ses célébrités dans tous les arts, celles qui représentent leur pays. Ce n'est plus un athlète ou un coureur cycliste qui est exclu, mais c'est toute l'organisation en tant qu'institution officielle d'envergure qui sera retranchée de la mondialité, qu'elle soit soutenue par des acteurs politiques et économiques majeurs, du publics ou du privés.

La Russie ainsi affaiblie dans sa représentation, par ricochet, deviendra un soutien faible pour les économies émergentes, un partenaire à problèmes pour la Chine.

Le TAS est conscient qu'il vient de rendre un immense service aux gouvernements agresseurs et provocateurs en leur forgeant le judicieux outil servant à ostraciser un pays et cet outil est déjà pré-démocratisé par la fabrique médiatique du consentement populaire: le sentiment du bien-être dans la complicité.

On ira, comme pour le Brésil, rechercher les fautes commises par les anciens gouvernements pour juger... Non pas les auteurs de fraudes, mais la présente Présidente du pays et lui faire porter le poids du lointain passé en la destituant. C'est re-écrire l'histoire d'un pays dans la chair-même de ses enfants.
N'est-ce pas criminel?

Pour ce service rendu dont l'outil va entrer dans l'arsenal des guerres économiques, cela m'étonnerait que le TAS et le CIO ne reçoivent pas un retour d'ascenseur en reconnaissance. Le retour d'un dû délicat à ne pas oublier dans les futures comptabilités.

Quant à Dostoïevki, l'auteur de ce billet dans la TDG, en juge suprême qui méprise les doutes et les enquêtes, se sert d'un de ses titres d'ouvrages pour salir Poutine et faire apparaître comme vraisemblable la contagieuse corruption qui aurait largement consommé le Chef de l’État en évoquant un ministre corrompu à ses côtés à un moment ou à un autre.
L'analyste manque, tout simplement, d'arguments valides ou acceptables.

Mais à sa décharge, la grosse majorité d'intellectuels auto-proclamés, une génération vibrionnant dans le vide, aujourd'hui, usurpe, imposte, plagie, mais ne réfléchit plus ni ne respecte plus rien. C'est du journalisme de la dépression.

Écrit par : Beatrix | 23/07/2016

Les commentaires sont fermés.