29/07/2016

Notre-Dame, hommage et polémiques

1315125854_B979295976Z.1_20160726170919_000_GS979SBRJ.1-0.jpg

Et les polémiques de s’enchaîner.

Alors qu’à Notre Dame de Paris, hommage a été rendu au prêtre égorgé à Saint-Etienne-du-Rouvray tandis qu’il célébrait la messe, les uns et les autres s’emparent, qui de propos: 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/07/28/indignat...

qui d’images:

https://fr.news.yahoo.com/françois-fillon-bernard-cazeneu...

Et pendant ce temps-là, on continue de prôner le rassemblement.

Et pendant ce temps-là, des familles, des proches, des fidèles, des villes sont en deuil.

 

 

 

14:42 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Vous faites bien de rapporter les réactions de ces dames sur le « mariage » entre personnes de même sexe. C’est en effet Eve qui a fait chuter Adam. Il en est toujours ainsi aujourd’hui… Mais cette chute est la seule explication de la mort.

Écrit par : Michel Mottet | 29/07/2016

Répondre à ce commentaire

D'ici le 15 août, je pense que ces pontes religieux se seront souvenu que les condamnés à mort, même auto-condamnés, ont une mère innocente : "Je vous salue Marie, pleine de grâces, etc."

Écrit par : Christian Bitard | 29/07/2016

Répondre à ce commentaire

J’habite Nice. Le samedi 23 juillet était prévu une marche blanche pour manifester notre solidarité aux familles des victimes. Elle devait avoir lieu sur la promenade des anglais au départ de la place Masséna à 11h du matin. Cet évènement a été annulé sous le fallacieux prétexte que cela risquait de choquer les familles des victimes. On a reporté cette marche blanche au dimanche 31 juillet, elle a de nouveau été annulée. Seul l’évènement suivant est prévu : « accrocher un ruban blanc » à sa fenêtre le dimanche !!!

C'est le règne de l'inversion du langage de George Orwell dans son livre «1984 » ! Pour avoir assisté à la fameuse "minute de silence" du lundi 18 juillet où les sifflets ont fusé en direction du chef du gouvernement ; pour avoir également manifesté ma colère contre l'horreur en allant souvent me recueillir sur les lieux du drame où j'ai rencontré de très nombreuses personnes qui comme moi désiraient apporter un témoignage de soutien par une présence silencieuse, je peux vous assurer que les personnes sont restées très dignes, à aucun moment il n'y a eu de cris ou d’invectives. Seul le silence - dans ce lieu qui aurait dû à pareille époque témoigner de la joie et de la vie - était audible. Aucune haine, aucune hystérie, seulement de la dignité.
Il est honteux que certains média aient voulu monter en épingle une altercation soi-disant raciste entre un groupe de personnes et une française d'origine musulmane, afin de permettre aux politiques de trouver une parade face à la colère du peuple qui sourd à chaque instant des rassemblements que ce soit sur la promenade ou lors des obsèques des massacrés du 14 juillet.

Passé la sidération, les citoyens ont besoin de se regrouper pour faire peuple afin de reprendre confiance en la nature humaine. Alors pourquoi n'y a-t-il pas eu un « 13 Janvier 2015 » : "Je suis..."? Pourquoi n'y a-t-il pas eu une longue marche blanche comme celle faisant suite à l'assassinat d’Hervé Gourdel, décapité dans les Aurès en septembre 2014? Pourquoi rien n’est prévu ?
Je propose une possible explication :
Suite aux sifflets du 18 juillet, les politiques ont peur, peur de dévoiler les raisons qui mènent à cette situation, et elles sont nombreuses. Allant de la politique étrangère soumise honteusement aux intérêts de l'étranger (USA, UE, ...), au saccage de l'indépendance de la France (mort de l'industrie, mort de l'agriculture, mort de l'armée de la nation, mort de l'école de la République, mort du pacte républicain, mort du modèle social français issu de la Résistance, mort de la diplomatie française, etc...), au bénéfice de la gouvernance mondiale des banksters de l'oligarchie.

Écrit par : Lucien Pons | 29/07/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.