16/08/2016

Une journaliste arrêtée en démocratie...

Capture d’écran 2016-08-16 à 17.26.41.png

Burkini par ci, burqa par là, l’actualité se poursuit avec son lot d’informations passées sous silence, c’est selon.

Il faut dire que ce qui semble plus que tout passionner les foules se déroule en bord de mer ou en vue de prochains scrutins.

En Ukraine, pendant ce temps-là, mieux vaut ne pas s’opposer à la Voix de son Maître.

Et comme ledit Maître a conquis le pouvoir au nom de la démocratie, largement soutenu par l’Occident des droits humains, autant ne pas être trop bavard sur ce qui se passe dans ce pays où règne enfin la liberté d’expression.

L’info a été relayée sur quelques sites en russe et en anglais, on la trouve ci-après en français:

http://alawata-rebellion.blogspot.ch

Pour avoir osé dénoncer les crimes commis par des néo-nazis ukrainiens, cette femme publiciste, journaliste et écrivain a été arrêtée.

Il faut dire, aussi, qu’elle défend le statut officiel de la langue russe en Ukraine et s’est montrée favorable au retour de la Crimée à la Russie.

Dans cette démocratie que serait devenue l’Ukraine grâce au Maïdan, cette manière de penser ne semble donc pas recommandable.

 

Commentaires

Tout ce que l'homme fut de grand et de sublime

Sa protestation ses chants et ses héros

Au dessus de ce corps et contre ses bourreaux

A Grenade aujourd'hui surgit devant le crime



Et cette bouche absente et Lorca qui s'est tu

Emplissant tout à coup l'univers de silence

Contre les violents tourne la violence

Dieu le fracas que fait un poète qu'on tue



Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange

Un jour de palme un jour de feuillages au front

Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront

Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche



Ah je désespérais de mes frères sauvages

Je voyais je voyais l'avenir à genoux

La Bête triomphante et la pierre sur nous

Et le feu des soldats porté sur nos rivages



Quoi toujours ce serait par atroce marché

Un partage incessant que se font de la terre

Ente eux ces assassins que craignent les panthères

Et dont tremble un pognard quand leur main l'a touché



Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange

Un jour de palme un jour de feuillages au front

Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront

Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche



Quoi toujours ce serait la guerre la querelle

Des manières de rois et des fronts prosternés

Et l'enfant de la femme inutilement né

Les blés déchiquetés toujours des sauterelles



Quoi les bagnes toujours et la chair sous la roue

Le massacre toujours justifié d'idoles

Aux cadavres jeté ce manteau de paroles

Le bâillon pour la bouche et pour la main le clou



Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange

Un jour de palme un jour de feuillages au front

Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront

Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche



LOUIS ARAGON

Écrit par : Christian | 16/08/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai trouvé l'information « officielle » la plus complète vers cette heure-ci, sur le site ukraina.ru (internet-média qui serait contrôlé par la RT « Russia Today)

En fait, on y trouve plusieurs petits articles concernant la prétendue arrestation de Miroslava Berdnik

Celui qui a été publié à 20:00 s'intitule :

« SBU nie la détention de Berdnik »

Source en russe :
« СБУ отрицает задержание Бердник»

L'article fait référence à la page officielle de SBU dans Facebook :

https://www.facebook.com/SecurSerUkraine/posts/1805751042988226

L'annonce faite par la SBU commence par :

« Les informations diffusées par certains médias au sujet de la prétendue détention du blogueur Miroslava Berdnik, sont fausses».

Sources en ukrainien.
« Інформація, розповсюджена деякими ЗМІ щодо нібито затримання блогера Мирослави Бердник, не відповідає дійсності »

http://ukraina.ru/news/20160816/1017272035.html

PS : je pense personnellement que Miroslava Berdnik a été seulement interrogée et relâchée le soir même tandis qu'une perquisition a eu lieu dans son appartement à Zaporoj'ie

Écrit par : Vladimir Trofimov | 16/08/2016

Répondre à ce commentaire

Aucune confirmation de libération n’existe à l’heure qu’il est.

Mais une proposition d’échange de sa libération contre les saboteurs qui ont sévi en Crimée:

http://svpressa.ru/society/article/154543/

L’information figure sur la page Facebook de Miroslava Berdnik:

https://www.facebook.com/profile.php?id=100007350133796&hc_ref=SEARCH

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/08/2016

Répondre à ce commentaire

L'interview ci-dessus avec Miroslava Berdnik, faites après son interrogatoire, montre qu'elle est libre.

J'utilise toujours le même internet-ressource ukraina.ru


http://ukraina.ru/exclusive/20160817/1017279852.html

Écrit par : Vladimir Trofimov | 20/08/2016

Répondre à ce commentaire

Merci de l’info, Vladimir Trofimov.

Le titre de l’article est éloquent tout de même:

« On m’accuse de terrorisme, j’ai simplement dit ce que j’en pense ».

A noter aussi la forte mobilisation de soutien en sa faveur.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/08/2016

Très joliment exprimé:"« On m’accuse de terrorisme, j’ai simplement dit ce que j’en pense ».

Au moins, elle n est pas corrompue car si c était le cas, elle aurait dit:""Je ne pense pas ce que je dis et je ne dis pas ce que j en pense""(Machiavel).

Autre ancien acteur français :) (je ne sais plus son nom! hélas!)a dit:""Vous savez, quand on voit ce qu on voit et on entend ce qu on entend, nous sommes en droit de penser ce qu on en pense..."

Bien à Vous
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 20/08/2016

Répondre à ce commentaire

Ce n est pas très important mais ça me revient, celui qui a dit cette phrase:"Quand on voit ce qu on voit...etc.." est de Pierre Dac qui l avait dite au début puis plus tard c est Coluche qui l avait répétée et l avait mise à jour ...

Écrit par : Charles 05 | 20/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.