27/08/2016

Russie-Occident, la peur n’a pas changé de camp.

Capture d’écran 2016-08-27 à 13.58.57.png

                    capture d’écran de l’article*: https://www.letemps.ch/monde/2016/08/15/cote-sympathie-vl... 

 

La poutinomania médiatique occidentale semble battre son plein.

Il faut dire qu’en veille d’élections législatives dont La Tribune de Genève nous précise que Le Kremlin verrouille le débat, le sujet mobilise les rédactions de nos quotidiens ou autres magazines.

A tort ou à raison, voici que le correspondant du journal Le Temps, nous raconte que La cote de sympathie de Vladimir Poutine serait en baisse*.

Ouf, de quoi rassurer les inquiets et tant d’autres qui s’évertuent à nous expliquer comment ce tsar gouverne:

http://www.lexpress.fr/actualite/vladimir-poutine-nouveau...

Il est assez remarquable de noter comment les uns et les autres estiment bon de livrer leurs appréciations sur le gouvernement d’un pays -sinon sur le pays lui-même- en l’occurrence, le plus vaste du monde.

Au nom de critères qui doivent sans doute leur apparaître universels, les voici qui se posent en juge et censeurs.  

Du temps de l’ex-URSS déjà, il était d’usage sinon de bon ton de critiquer un système dont on distillait à l’envi le risque.

Or à lire le correspondant du Temps à Moscoucité ci-dessus*, qui, après avoir interrogé différentes personnes conclut de leurs témoignages, Toujours cette peur des ennemis encerclant la Russie, c’est à se demander si la célèbre peur des rouges ne lui rappelle rien.

 

16:52 Publié dans Information, Medias, Occident, Politique, Pouvoirs, Russie | Tags : medias, occident, information, russie, poutine | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Au moins Vladimir Poutine ne laisse-t-il personne indifférent.Alors, selon les pays et les calendriers, on le montre sous l'angle qu'on veut bien le montrer, sans connaître son pays et l'état d'esprit de ses habitants. Il ne faut parler que de ce que l'on connaît ou chercher à apprendre, à comprendre. En la matière, Hélène Richard-Favre apporte bien des informations sur la Russie, ce pays méconnu et très stigmatisé. Sur le vieux continent, dans des provinces françaises à peine unifiées dans le temps, où la mémoire humaine aurait à peine besoin d'écrits, il n'y a guère d'analyse, seulement des réactions, parfois brutales, souvent inconséquentes. Au delà de montagnes blanches, dans des neutralités, il semble que les mêmes manipulations manquent d'exhaustivité. « Attendez-vous à savoir », disait Geneviève Tabouis. Tôt ou tard, Europe géographique et Europe politique auront besoin de se superposer, sur des calques et pochoirs plus ou moins bien dessinés, mais qu'il faudra bien admettre. Merci Hélène Richard-Favre pour vos analyses toujours pertinentes, dont chacun fera ce qu'il veut bien en faire ...

Écrit par : Gérard BIENVENU | 27/08/2016

Au moins que la popularite de la methode de Poutine et de la Nouvelle Russie a gagne enormement en Europe apres leur intervention des septembre 2015 en Syrie. Ce qu ils ont fait en une seule semaine contre Daech et Al Qayda a largement depasse ce que la coalition internationale "Anti"(?) Daech geree par les USA (5% de participation, a tout casser, de la France) n en a fait en 18 mois...comprenne qui pourra et qui le voudra bien!
Bien a Vous.

Écrit par : Charles 05 | 29/08/2016

Hélène Richard-Favre,

« Il est assez remarquable de noter comment les uns et les autres estiment bon de livrer leurs appréciations sur le gouvernement d’un pays -sinon sur le pays lui-même [Russie]- en l’occurrence, le plus vaste du monde » - écrivez-vous.

Je pense que l'argument de taille d'un pays n'est pas suffisamment pertinent. C'est le nombre de ses habitants qui doit être pris en compte avant tout. De ce point de vue, le cas chinois peut paraître exemplaire.

Voici la taille de la population telle qu'elle était à 2013 :

La Chine – 1,3 milliards
La Russie – 143 millions
Le Japon – 127 millions.

Les chiffres sont sans appel. La Chine fait 10 plus que la Russie et le Japon, les deux derniers étant presque ex æquo entre eux.

Mais tandis que la Chine (toujours « communiste » !) et le Japon représentent un succès indéniable dans leur développement intérieur, il paraît que la Russie continue de vivre essentiellement sur les revenues des ventes des hydrocarbures.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 27/08/2016

Vladimir Trofimov,

Vous avez raison de noter que la taille d’un pays n’est pas ce qu’il y a de plus relevant pour en parler. Cet aspect, d’ailleurs, ne l’est pas non plus dans le cadre du sujet traité ici.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 28/08/2016

Les commentaires sont fermés.