23/09/2016

Heureuse initiative d'un Conseil administratif

Capture d’écran 2016-09-23 à 17.08.43.png

Une telle initiative prise par le Conseil administratif d’une ville est à souligner.

Et c’est le quotidien genevois Le Courrier qui l’évoque ce 23 septembre:

http://www.lecourrier.ch/142704/la_ville_ecrit_a_la_direc...

Dans ce sens, une pétition a été lancée et est à signer pour qui souhaite ne pas voir s’amenuiser sinon disparaître deux des principaux titres de la presse suisse française:

https://www.change.org/p/tamedia-non-au-sabordage-de-la-p...

Tandis qu’une affaire d’enfant hors mariage mobilise nombre de journalistes, peut-être que celle qui risque de voir sacrifié le sort d’autant de leurs confrères les mobilisera tout autant.

Il ne s’agit pas, par là, de minimiser une affaire au profit de l’autre. Il est juste question de manifester un soutien à autant de vies menacées par la nécessité de bénéfices jamais assez élevés à réaliser.

Après tout, l’affaire Darbellay a été réglée, sur le plan financier, en tous les cas et selon les propres déclarations de l’intéressé.

Dans ce cas, pourquoi Infrarouge, pour ne citer que cette émission qui a consacré sa dernière édition à la vie privée d’élus ne s’occuperait-elle pas aussi de la vie menacée d’autant de collaborateurs de La Tribune de Genève et de 24 heures?

Commentaires

Petit extrait de l article chapeau:"(...)Dans ce sens, une pétition a été lancée et est à signer pour qui souhaite ne pas voir s’amenuiser sinon disparaître deux des principaux titres de la presse suisse française (...)"

Adhérer et signer cette pétition est louable car plusieurs centaines de postes voire bien plus seront menacés de disparaître sur un total de 3400 postes, nous dit-on, chose qui fait très mal certes. Hormis ce dernier point capital et humain, est ce que les infos et les analyses de cette presse vont ils nous manquer? Pas si sûr que ça, hélas!

Le talon d Achille de cette "affaire de la presse romande" est, on imagine, que c est la chute autant de la vente de ces journaux dits en support papier que des recettes publicitaires. Bien que ce point pourrait être imaginable et vrai mais il faudrait que les Big Boss concernés et leurs actionnaires nous le disent clairement même si une augmentation des dividendes des actionnaires (et non pas le salaire des leurs employés voire le contraire!) est recherchée.

Et pourquoi donc, ces "supports papiers" suisses romandes se vendent de moins en moins? La réponse simple est que les lecteurs ne trouvent pas ce qu ils attendent de ces journaux qui ne font que réchauffer aux micro-ondes les nouvelles et leurs "analysettes". Pire encore, ces médias sont devenus autant les ministères de la Pensée Unique que des "soldats" qui peuvent plus tuer des vies, hélas, que de les sauver" en ne dénonçant pas les agresseurs, entre autres. La complicité et le silence des soldats-journalistes dans cette vraie guerre médiatique sont engagés et les lecteurs ont le droit de bouder ces plats congelés souvent frelatés.

Bien à Vous.

Écrit par : Charles 05 | 24/09/2016

Répondre à ce commentaire

"Dans ce cas, pourquoi Infrarouge, pour ne citer que cette émission qui a consacré sa dernière édition à la vie privée d’élus ne s’occuperait-elle pas aussi de la vie menacée d’autant de collaborateurs de La Tribune de Genève et de 24 heures?"

Mais simplement parce que le papier n'intéresse pas autant que le sexe et que les médias sont obnubilés par les taux d'audience. En outre la profession de journaliste n'étant plus vraiment en odeur de sainteté - les rédacteurs/trices sont souvent vilipendés sans la moindre nuance. il n'y a dès lors aucun intérêt particulier à s'occuper de collaborateurs de deux journaux pareillement vilipendés mais dont les contempteurs sont bien contents d'utiliser les blogs pour déverser leur fiel !

Écrit par : Michel Sommer | 24/09/2016

Répondre à ce commentaire

Michel Sommer,

Vous faites bien d’évoquer les blogs qui permettent à vous autant qu’à tout autre de ces « contempteurs » de « deux journaux pareillement vilipendés » que vous citez, de s’exprimer.

S’agissant du blog qui vous accueille, je tiens à préciser que les sujets qui ont visé certains médias ou les journalistes qui les employaient ont toujours été transmis aux concernés. Celui-ci, en l’occurrence aussi. Car je pense de l’échange de points de vue qu’il est nécessaire.

Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’un media tiendrait une ligne éditoriale qui ne rejoindrait pas des vues personnelles qu’il serait à condamner sans rémission et ses collaborateurs avec lui.

En l’occurrence et dans le cas traité ici, il s’agit de rendement qui exigerait quelque restructuration.

Soutenir des personnes qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes à leur profession est un acte humain et légitime et dans ce sens, ne peut que mobiliser.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/09/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.