05/10/2016

Russie-Etats-Unis pour les nuls

Capture d’écran 2016-10-04 à 23.29.25.png

capture d’écran de   http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/relations-russie-et...

 

La Russie est une puissance régionale tandis que les Etats-Unis sont une puissance vraiment globale, rappelle David Silvan, reprenant, il le dit, les propos de l’encore actuel président américain.

Invité à s’exprimer sur la situation en Syrie dans le cadre du téléjournal de la RTS, ce professeur de relations internationales insiste sur les différences entre la Russie et les Etats-Unis, ce qu’on lui accorde volontiers.

Sauf que ces différences, il ne les envisage qu’en termes de puissances: lrégionale, russe, la globale, états-uniennes.

Aucune autre différence entre les Etats-Unis et la Russie n’est mentionnée.

Culturelle, par exemple...

Non, la Russie est tout simplement considérée comme puissance régionale.

L’assurance avec laquelle s’exprime ce Professeur est telle qu’elle ne nous laisse aucun doute, c’est l’évidence qu’il nous sert là.

 

 

00:01 Publié dans Air du temps, Etats-Unis, Information, Politique, Russie | Tags : russie, etats-unis, médias | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Je donnerais plutôt deux autres mots pour définir ces deux puissances militaires : La Russie est une puissance défensive, son armement étant plutôt tournée vers la protection de son territoire, les Etats-Unis sont une puissance d'invasion, impérialiste, car son armement est entièrement dévolu à la projection de ses forces armées partout dans le monde.

Écrit par : Kad | 05/10/2016

Répondre à ce commentaire

Le simple fait que le puissance des USA soit décrite comme globale alors que celle de la Russie locale, révèle la nature des intentions (voulues ou supposées) des uns et des autres. L'anglais répandu, les bases américaines aussi, ce sont bien eux qui veulent s'imposer, et pas les Russes.

Écrit par : Eddy | 05/10/2016

Répondre à ce commentaire

Si les Etats-Unis avaient le réel sentiment de "patriotisme" tel qu'il existe en Russie, alors le monde serait infiniment plus beau, plus calme et plus tranquille.

La régionalité de la Russie démontre bien sa priorité, tandis que la globalité des Etats-Unis prouve ses ambitions quérulentes.

Écrit par : Sylvia | 05/10/2016

Répondre à ce commentaire

La performance économique du "paraître".

Écrit par : Chuck Jones | 05/10/2016

Répondre à ce commentaire

Les américains restent partout où ils passent et tendent à influencer via leurs ONG des zones où ils ne sont pas toujours les bienvenus. Cela sans parler du soft power hollywoodien et googlien... En ce sens les russes influencent moins et ne sont pas autant présents.

Mais qu'en est-il des pays voisins de la Russie? Car leur point de vue est largement différent. Quasi tous ont subi des invasions russes, souvent très violentes. Les polonais en savent quelque chose!

Au final les propos de M. Silvan tiennent la route.

Écrit par : Riro | 06/10/2016

Répondre à ce commentaire

Je vous trouve trop exigeante à l'égard de David Silvan, Hélène Richard-Favre.
Car en espace de seulement de deux minutes il a réussi d'aborder plusieurs sujets.

La question de la culture qui vous est apparemment très chère, emmènerait ce politologue trop loin car la Russie telle qu'on connait aujourd'hui n'existe que très peu de temps - juste 23 ans, une seconde à l'échelle d'histoire.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 06/10/2016

Répondre à ce commentaire

La dimension culturelle à laquelle je fais allusion, Vladimir Trofimov, vous avez su, en d’autres temps et sur ce blog même, la rappeler vous aussi.

Ainsi, votre remarque au sujet de la Russie "telle qu'on connait aujourd'hui n'existe que très peu de temps - juste 23 ans, une seconde à l'échelle d’histoire. » indique-t-elle une méprise quant au sens de mon propos.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/10/2016

Répondre à ce commentaire

Rassurez-vous, Hélène Richard-Favre, il n'y a rien de méprisant dans mes propos, loin s'en faut.

Quant à "en d’autres temps" je ne sais pas de quel temps exactement parlez-vous, mais de toutes façons, à la différence de la plus part des citoyens lambda de leur républiques respectives, républiques stables et joyeuses, je me sens en permanente quette d'identité qui est rentrée dans sa nouvelle phase au mois de février 2014 juste un mois avant le référendum en Crimée (sans que je sache encore qu'il aura eu lieu)

Naturellement ma vision de certaines choses et ma grille de lecture de certains événements a évolué avec le temps.

Dans le cas où il existe un malentendu quelque part dans nos écrits croisés je suis bien sur disponible pour le résoudre.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 06/10/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.