• Pour le bien de l'humanité

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-30 à 02.32.27.png

    capture d’écran de: https://fr.sputniknews.com/caricatures/201509211018292766/

    Certains s’offusquent encore du deux poids-deux-mssures de certaines instances.

    Par exemple, pour ce qui concerne Mossoul et Alep, on relève ici ou là que dans le premier cas, il est bien précisé que les civils sont pris comme boucliers humains par les terroristes tandis que pas dans le deuxième cas.

    Ou alors, s’agissant d’hôpitaux, que s’ils sont bombardés par les Etats-Unis, il s’agit de dommages collatéraux quand, au contraire, la Russie viserait sciemment des centres de soins.

    Bref, ne serait-ce pas plus simple de comprendre une fois pour toutes que les combats menés par les forces de la coalition le sont pour le bien de l’humanité?

    Preuve en est la candidature rejetée de la Russie au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

    Car comme l’explique Le Monde qui rapporte les propos tenus par la directrice adjointe de Humain Right Watch pour l’ONU à New-York, il est difficile de croire que les gens qui ont voté aujourd’hui n’avaient pas en tête la situation à Alep.

    Pour sûr que la Syrie leur a tant pris la tête que le Yemen n’y a pas eu le moindre accès. Autant pour l’Arabie saoudite, avec son score de 152 voix!

     

  • Clinton-Trump, la campagne présidentielle américaine vue d’ici et là

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-28 à 14.05.38.png

                                                   capture d’écran de: http://clusternews.fr/rdc-six-millions-morts-sous-silence/

    Quand la politique américaine est abordée par telle ou telle femme ou groupe de femmes, cela donne à peu près ce qui suit:

    https://www.youtube.com/watch?v=cqAk98drPXM 

    et:

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/10/28/97001-20161028FILWWW00010-usa-les-pussy-riot-s-en-prennent-a-trump.php

    Ainsi semble aller le monde.

    Pendant ce temps-là, en Syrie, au Yemen et dans tant d’autres régions du globe, on meurt.

    En silence, surtout et de préférence médiatique:

    http://clusternews.fr/rdc-six-millions-morts-sous-silence/

     

     

  • Que la musique est belle! Nouvelle performance d’un groupe aux mille soutiens de par le monde

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-26 à 17.16.58.png

    capture d’écran de: http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/decouvrez-nouvel-hymne-feministe-straight-outta-vagina-pussy-riot/

    Vous aviez aimé les performances des Pussy Riot, vous apprécierez leur nouvelle création ou production, comment appeler ce chef d’oeuvre d’esthétique?

    Après Bob Dylan, sacré Nobel de littérature 2016, il n’y a plus qu’un pas vers la gloire pour ce groupe dont l’histoire a tant ému!

    Rappelez-vous, c’était en 2012, leurs soutiens se trouvaient dans le monde entier et l’affichaient, comme ci-après, à Paris:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/02/08/paris-saccage-en-soutien-aux-pussy-riot.html

    Au nom des valeurs que véhicule ce collectif et de tout ce qu’il a eu à subir comme épreuves, il est à n’en pas douter, le candidat idéal pour un Comité aussi inventif que connaisseur en matière de talents.

    Sauf qu’en l’occurrence, c’est peut-être Bob Dylan qui ferait ombre au tableau mais rien n’est jamais certain tant la solidarité entre poètes-chansonniers peut prévaloir sur tout autre forme de rivalité déplacée.

    A chacune et à chacun d’en juger, sans omettre d’avoir en tête le titre de la prestation, Straight outta vagina. Ca peut aider à saisir le sens de la video que le site Les Inrocks vous invite à découvrir ici:

    http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/decouvrez-nouvel-hymne-feministe-straight-outta-vagina-pussy-riot/

  • Monde, la France entre choix et limites

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-25 à 13.10.11.png

    Un autre article publié sur le site Magistro interroge la place de la France au regard de la géopolitique mondiale.

    Il n’est plus question, ici, de la Russie, perçue avec quelques approximations sinon erreurs discutables, évoquées dans le précédent sujet de ce blog par un terme qui a été sujet à débat:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/10/23/entente-entre-les-peuples-quel-espoir-encore.html

    Or s’il a été fait mention de détails, c’est que l’essentiel à retenir était l’importance, pour la France, de ne pas se désolidariser de la Russie. 

    Il ne s’agissait donc pas de dire ce qu’était ou non ce pays mais de manifester la prévalence des relations à préserver avec lui.

    De même, dans l’article ci-après, même si l’essentiel du propos concerne les Etats-Unis, son impérialisme et sa politique subséquente, est-ce le rôle que la France pourrait sinon devrait jouer qui est interrogé et soumis à réflexion.

    Certes, de tels regards portés de manière globale sont toujours un peu abstraits.

    Il paraît important, néanmoins, de les prendre en considération, ne serait-ce que pour tenter une vision d’ensemble d’une situation qui concerne le monde entier:

    http://www.magistro.fr/index.php/template/lorem-ipsum/de-par-le-monde/item/2851-ou-va-le-monde-et-nous-francais

     

  • Entente entre les peuples, quel espoir encore?

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-23 à 18.49.27.png

    capture d’écran de: http://www.laprocure.com/monde-guerre-clefs-pour-comprendre-renaud-girard/9782355362033.html

    Il est courant de lire ici et là comment la Russie serait l’alliée sinon carrément le soutien, en Occident, de partis de droite, en général qualifiée d’extrême ou de conservatrice.

    En même temps, on ressort tel un joker, le passé kagébiste de Vladimir Poutine, cherchez l’erreur mais elle ne semble pas trop perturber nos zélés commentateurs et autres experts et spécialistes invités à s’exprimer dans les colonnes de tel ou tel journal ou sur les plateaux de telle ou telle chaîne de télévision.

    Quoi qu’il en soit, il existe, bien sûr, des points de vue qui tranchent un peu avec celui, si souvent consensuel et rabâché à l’envi, sur la Russie de Poutine.

    Renaud Girard est un reporter de guerre français, géopoliticien et auteur de différents ouvrages dont le dernier, Le monde en guerre, est paru en février de cette année.

    Dans l’article ci-après, il enjoint à ramener la Russie dans ce qu’il appelle la famille européenne:

    http://www.magistro.fr/index.php/template/lorem-ipsum/avec-l-europe/item/2847-russie-la-famille-europeenne

    En dépit de quelques points de détails discutables -comme par exemple sa perception des victoires russe sur Napoléon et soviétique sur Hitler- le sujet est riche de pistes de réflexion.

    Puisse les gouvernement français actuel et, si nécessaire encore, le prochain, méditer le risque encouru à poursuivre une politique aussi hostile envers la Russie, c’est ce qu’on peut souhaiter de mieux pour l’entente entre les peuples.

    Et en pensée avec autant de personnes victimes d’une guerre dont elles se seraient volontiers passé, ce rappel:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/24/l-espoir-meurt-en-dernier.html

     

  • De la fonction présidentielle

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-22 à 13.49.27.png

    Et si ce qui est considéré comme livre bombe de l’année par le site d’information espagnol El Confidencial révélait bien davantage que ce qu’on veut en retenir?

    Un président ne devrait pas dire ça, ouvrage paru chez Stock et signé par les journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet indique, par le choix de son intitulé, ce qui convient ou non à la fonction présidentielle.

    Autrement dit et à suivre ce raisonnement, tout ancien ou futur président serait en droit de s’exposer comme l’a fait l’actuel locataire de l’Elysée.

    Si ce cadre posé permet de fustiger le livre, soit.

    Il semble néanmoins aisé d’exclure de ce genre de pratique à laquelle s’est livré François Hollande, tout président potentiel ou passé.

    Car à observer le niveau de la campagne présidentielle américaine, on aurait bien de quoi s’interroger.

    Qu’il s’agisse de la candidate démocrate Hillary Clinton ou du républicain Donald Trump, le spectacle offert par leurs ébats reflète l’état de nos démocraties occidentales,

    Dans ce cas, estimer du président français qu’il discréditerait la fonction présidentielle n’apporte qu’une preuve de plus de la tendance qui se profile.

    Au nom de la transparence, c’est le tout-à-l’égout qui se déverse et l’entraîne au-delà d’elle-même.

     

  • Paris, inauguration du Centre culturel et spirituel russe

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-20 à 00.02.54.png

    Libre à chacune et à chacun de penser ce qu’elle ou il veut de Nicolas Sarkozy. Le fait est que Paris lui doit d’avoir favorisé la Russie plutôt que l’Arabie Saoudite pour y ériger un lieu de culte et de culture.

    Il va de soi que si l’on se réfère à son encore actuel successeur à l’Elysée qui a décoré de la Légion d’Honneur le Prince héritier Mohammed Ben Nayef, on comprend bien que les préférences du premier ne rejoignent pas celle du second.

    Et ce d’autant moins que celui-ci a appelé à traduire en justice le président de la Fédération de Russie pour crimes de guerre.

    On conçoit dès lors les contorsions avec lesquelles la bien-pensance médiatique commente l’inauguration du Centre culturel et spirituel russe, ce 19 octobre à Paris.

    Mais heureusement, les vieilles recettes sont là, toutes prêtes à concocter le plat à servir. Ainsi donc, ce lieu de culture ne serait-il, en réalité, qu’une officine de plus du Kremlin qui y aurait installé un centre d’écoutes.

    Cette fiction, augmentée des commentaires éclairés de Galia Ackerman, spécialiste du monde russe, nous est rapportée par le Huffington Post avec, en conclusion et en image, l’inévitable rappel du Président Poutine, ancien agent du KGB:

    http://www.huffingtonpost.fr/2016/10/18/comment-russie-reussi-construire-eglise-orthodoxe-tour-Eiffel/

     

  • A propos du Nobel de la Paix 2016

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-19 à 16.37.58.png

    capture d’écran de: http://www.lorientlejour.com/article/976184/i-liban-non-pas-un-pays-mais-une-mission-ou-camp-perpetuel-pour-refugies-.html

    Une organisation non gouvernementale libanaise, AMEL de son acronyme, a concouru pour le Prix Nobel de la Paix 2016 dont le lauréat, on le sait, a été le Président colombien.

    Fondée en 1979, laïque, cette association a mis l’être humain au coeur de ses préoccupations avant tout autre considération culturelle ou confessionnelle quelconque.

    Sans cesse menacée d’être récupérée sinon contrôlée par telle ou telle communauté, AMEL a su résister et faire face sans dévier des objectifs fixés.

    Alors qu’elle a contribué à venir en aide à autant de maux et de souffrances que la Syrie, pour ne citer qu’elle, connaît depuis cinq (trop) longues années, sa candidature pour le Prix Nobel de la Paix 2016 n’a pas été retenue.

    Sans remettre en cause ce fait, on peut tout de même relever que la honte, qui a fait débattre les invités de l’émission de la Radio Télévision Suisse Infrarouge sur la Syrie, aurait eu là de quoi être démentie.

    L’oeuvre accomplie par AMEL l’honore à défaut d’avoir retenu l’attention ailleurs:

    http://www.lorientlejour.com/article/990853/amel-postule-pour-le-prix-nobel-de-la-paix.html

     

  • La résilience du peuple syrien

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-18 à 00.57.37.png

    Après une introduction relative à un marathon en faveur des Chrétiens d’Orient, organisé dans différentes villes dont celle de Damas,  les témoignages livrés ci-après par deux volontaires en Syrie brisent bien des images diffusées en Occident:

    http://fr.aleteia.org/2016/10/17/video-au-coeur-dalep-avec-sos-chretiens-dorient/

    Tandis qu’on nous présente le peuple syrien divisé, on découvre, au contraire, comment il est soudé et comment ses différentes communautés religieuses sont solidaires les unes des autres.

    Tandis qu’on nous parle d’hôpitaux détruits à Alep Est, on apprend combien d’hôpitaux ont été visés par des tirs à Alep Ouest.

    A entendre la Syrie décrite ainsi, on se rappelle ce qu’en disait la journaliste britannique, citée par un des intervenants de l’émission Infrarouge et dont il a été question ici-même:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/10/13/syrie-une-journaliste-britannique-explique-ce-qu-elle-a-vu-a-alep.html

    Elle aussi a insisté sur le fait que le peuple était avant tout syrien et solidaire. 

    Elle aussi a montré comment toutes les communautés religieuses cohabitaient en Syrie.

    Elle aussi, par son témoignage, est venue bousculer nombre d’images diffusées par autant de médias dominants.

    La video dure un peu moins de 50 minutes, elle vaut la peine d’être visionnée:

    http://fr.aleteia.org/2016/10/17/video-au-coeur-dalep-avec-sos-chretiens-dorient/

     

  • Ces enfants d’Alep...

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-17 à 13.25.39.png

    capture d’écran de http://www.asianews.it/news-en/Vicar-of-Aleppo-says-rebel-rockets-against-Christian-quarter-hit-school,-killing-four-children-38851.html

     

    Et de ces enfants-là, qui en diffusera la photo dans le monde entier?

    Qui devrait avoir honte, pour reprendre la question posée par l’émission Infrarouge diffusée par la Radio-Télévision suisse le 12 octobre dernier?

    Nous autres qui devons subir ce que nos médias relaient de prises de positions politiques?

    Qui contribue à ne donner de cette guerre que la vision qui lui sied?

    Le magazine français Marianne publie un article qui sort des sentiers battus par la bien-pensante classe médiatico-politique.

    A signaler, tant il est rare de trouver un autre point de vue parmi les journalistes qui se satisfont, le plus souvent, de relayer ce qui doit l’être au nom de l’information.

    Merci à Jack Dion:

    http://www.marianne.net/les-djihadistes-alep-ne-sont-pas-gentils-rebelles-100247131.html

     

  • Que les représentants de pays qui ne comptent aucun bourreau dans leur Histoire se lèvent!

    Imprimer Pin it!

     

    Capture d’écran 2016-10-16 à 16.13.25.png

    capture d’écran de: https://www.youtube.com/watch?v=bv5MqIhiEAg

     

    J’aime la Russie, le rappeler est un euphémisme. Et pourtant, il semble important de préciser encore et encore pourquoi et comment je puis aimer ce pays dont le Président a désormais été présenté comme le boucher d’Alep.

    On constatera également, dans les propos de cet élu, la même invite au boycott du Mondial 2018 qui a valu cet appel lancé par un lecteur auquel j’ai répondu dans un précédent sujet de ce blog:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/10/14/de-la-liberte-d-expression-a-l-outrance.html#comments

    Alors oui, je réitère.

    Car loyale à mes pays d’origine que sont la Suisse et la France, sans aucun angélisme je refuse qu’on diabolise la Russie.

    Cependant, bien sûr qu’entretenir un climat haineux vis-à-vis d’un pays et/ou de son président sous toutes sortes de prétextes, est une stratégie connue.

    Admettre, au contraire, quels intérêts on poursuit et avec l’aide de quels bourreaux et autres égorgeurs d’innocents, un ancien ministre français s’y est quand même risqué en reconnaissant le bon boulot d’Al Nosra en Syrie.

    Dans ce cas, s’élever contre tel ou tel propos simplificateur sinon simpliste qui masque une réalité autrement plus complexe, est un devoir. Et là, on n’est plus dans l’amour d’un pays ou d’un autre.

    On est dans le rejet d’abus relayés avec la complicité de médias complaisants sinon malfaisants.

     

  • La politique russe au Moyen-Orient, analyse sans complaisance

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-15 à 13.08.18.png

    Au-delà de toute propagande, voici le point de vue d’un analyste -et d’autres qu’il cite- dont on peut encore espérer qu’ils soient susceptibles d’inspirer un regard moins orienté sur la Russie de Poutine.

    Il va de soi, néanmoins, que juger et se la jouer droitdel’hommiste semble être la préférence instituée par nombre de représentants du monde politico-médiatique occidental.

    Le point de vue exposé ci-dessous par Roland Lombardi, lui, ne s’encombre pas de considérations ou autres ménagements. Il expose des faits avec lesquels, bien sûr, on peut être en désaccord.

    Son analyse, cependant, a au moins le mérite de trancher avec la doxa de juges et censeurs assermentés à délivrer la bonne parole.

    Non, la Russie de Poutine n’est pas ce qu’on nous en rabâche à longueur de colonnes ou autres plateaux médiatiques.

    La Russie de Poutine est ce qu’elle est et s’inscrit dans une Histoire dont Roland Lombardi sait rappeler quelques dates.

    A lire, ci-après, son éclairage sans complaisance ni idolâtrie quelconque:

    http://www.atlantico.fr/decryptage/comprendre-vraiment-politique-russe-en-mediterranee-et-au-moyen-orient-roland-lombardi-2847543.html

      

  • De la liberté d’expression à l'outrance

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-14 à 12.39.26.png

    La Tribune de Genève publie ce jour, dans sa rubrique Courrier, une lettre du jour et deux autres dont une que j’ai signée.

    Je tiens à préciser, ici, que tous les sujets que j’ai proposés ont reçu bon accueil et dans ce sens, je suis profondément reconnaissante à qui les publie.

    La liberté d’expression exige que toutes sortes de points de vue soient exposés et c’est aussi bien ainsi.

    En l’occurrence, ce 14 octobre, le point de vue émis par l’auteur de la lettre qui paraît en Lettre du jour et qui est toujours accompagnée d’une photo, l’est de celle du Président russe.

    Visage presque glabre sur fond bleu-nuit, il est sensé illustrer le propos tenu par l’épistolier du jour qui ne ménage pas sa peine pour dire tout le bien qu’il pense de Vladimir Poutine.

    Exposer en quelques lignes autant d’assertions sans le moindre début de preuve fiable pour appeler au boycott du Mondial 2018, couvert de sang innocent, c’est émettre une opinion, bien sûr et la liberté d’expression y encourage.

    Dans ce cas et puisque l’auteur de cet appel sollicite, entre autres ONG ou personnalités de tous bords pour dire « non », j’y réponds.

    Mais pour vous dire, Monsieur Stefano Pesaresi, qu’au nom des mêmes valeurs que vous défendez, je refuse votre point de vue.

     

  • Syrie, une journaliste britannique explique ce qu’elle a vu à Alep

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-13 à 15.17.57.png

    Donc on l’a bien compris, la honte préoccupe certains journalistes comme en témoigne le titre retenu pour l’émission  diffusée ce 12 octobre par la radio télévision suisse.

    Il n’est pas vain d’y revenir tandis que le précédent sujet de ce blog y a fait référence:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/10/13/syrie-la-honte-en-question.html

    Les invités se sont exprimés selon leurs convictions dont il est inutile de dire qu’elles se rejoignaient sur la dénonciation de crimes de guerre.

    Elles divergeaient, par contre, sur les responsabilités des uns et des autres.

    L’un des intervenants, Gabriel Galice, a rappelé une chronologie d’événements que d’aucuns préfèrent masquer sinon négliger.

    Il a aussi évoqué le nom d’une journaliste britannique. Elle s’appelle Vanessa Beeley et ce qu’elle dit de la situation en Syrie vaut d’être entendu:

    https://www.youtube.com/watch?v=R87yEY_s2xk

    A quand une interview de cette femme sur nos chaînes d’information dites encore publiques?

     

  • Syrie, la honte en question

    Imprimer Pin it!

     

    Capture d’écran 2016-10-13 à 01.32.23.png

    Capture d’écran de: http://www.rts.ch/emissions/infrarouge/

    Au-delà des invités qui ont tous donné un éclairage susceptible de compléter celui de l’autre, c’est le titre retenu pour cette émission qui surprend: Syrie, notre honte?

    Formulé sous forme de question qui s’adresse à un ensemble indéterminé, qui concerne-t-il? 

    Lequel d’entre nous serait-il responsable de ce qui se passe en Syrie? Lequel d’entre nous aurait-il contribué à détruire ce pays? 

    Un tel titre vient interroger et faire répondre à partir d’informations dont on sait qu’elles sont partiales et partielles.

    Un titre ainsi libellé est d’ordre axiologique. Or quelle guerre se soucie de morale?

    Ce n’est pas d’appel au sentiment dont la situation a besoin, c’est de lisibilité pour tous.

    En l’occurrence, on est loin du compte.

    Car présenter systématiquement les parties en présence de manière telle que le public comprenne qui est la gentille et qui, la méchante, c'est se moquer du monde.

     

  • En Syrie, Dieu...

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-12 à 13.26.07.png

    Bien sûr qu’on a décrété, un jour par la voix d’un célèbre  philosophe que Dieu était mort.

    Et encore, n’a-t-on sans doute pas toujours pris la mesure de ce que concevait Friedrich Nietzsche tandis qu’il évoquait cette mort de Dieu. A cet égard, Wikipedia renseigne de manière intéressante:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dieu_est_mort_(Friedrich_Nietzsche)

    Quoi qu’il en soit, la problématique de Dieu et de Son existence demeure un sujet de réflexion à laquelle chacune et chacun apporte sa réponse ou son absence de toute réponse possible, c’est selon.

    Mais quand vous entendez ce choeur chanter, quand vous songez à autant de vies semblables à celles dont les voix s’élèvent ici, en Géorgie:

    http://www.koreus.com/video/choeur-chante-arameen-pape-francois.html

    vous ressentez une émotion ou non, c’est selon, encore une fois.

    Le fait est que le bon boulot accompli en Syrie a permis de tuer, d’égorger autant de réfractaires aux rebelles modérés.

    Alors oui, on peut penser tout ce qu’on veut du christianisme, on peut estimer que Dieu est mort mais on ne peut ignorer le sang versé par autant d’innocents dont bien peu se sont préoccupés du sort.

    Merci, encore une fois à Jean-S.Gowrié d’avoir publié en commentaire au précédent sujet de ce blog, la video de ces choristes.

     

  • Syrie, Ukraine, le monde comme il va

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-11 à 22.03.47.png

    capture d’écran de: http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/vladimir-poutine-a-annule-sa-visite-a-paris?id=8083729

    Et voilà!

    On a à nouveau eu droit à l’annexion illicite de la Crimée et à l’implication de la Russie, tant en Syrie qu’en Ukraine.

    A Strasbourg, devant l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, François Hollande n’a pu s’empêcher de pointer la responsabilité de la Russie dans deux guerres dont les victimes, à l’entendre, seraient presque toutes à lui être imputées.

    Il faut lire le sujet que Jean-S. Gowrié a publié sur son blog, hier 10 octobre, sur le bombardement de l’hôpital d’Alep:

    http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2016/10/07/bombardement-de-l-hopital-m10-a-alep-au-paroxysme-de-l-arnaq-279285.html:

    Et puis, se rappeler comment ce Président, soutenu par l’Occident, a été perçu par autant de victimes dont Monsieur Hollande estime qu’elles seraient le fait de son homologue russe:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/07/13/pourquoi-est-ce-que-notre-president-assassine-notre-propre-peuple.html

    Après quoi, on se dira qu’on a de la chance de vivre dans des pays où n’existe aucune propagande mais une véritable information.

     

    Sujet paru en page 13 de l'édition papier de La Tribune de Genève du 14 octobre 2016 sous le titre: « Comment parler du conflit syrien? » 

  • L’Elysée, du Palais à la Cour pénale internationale?

    Imprimer Pin it!

    ©Jean-Claude-Coutausse-French-Politics.jpg

    Or donc, on s’apprête à confier les clés de la gouvernance mondiale à l’un(e) ou l’autre des deux principaux candidats à la Maison Blanche que sont Hillary Clinton et Donald Trump.

    Soit.

    Pendant ce temps-là, en France, se prépare aussi, pour l’an prochain, l’élection du remplaçant de François Hollande, peut-être par lui-même lorsqu’il aura décidé de présenter sa candidature ou non.

    Pour l’heure, c’est l’attente et elle ne dérange pas outre mesure ni n’empêche celui qui s’est fait connaître par sa désormais célèbre anaphore, Moi Président de se poser en juge et censeur.

    Il est souvent plus facile de désigner un coupable, dans une affaire quelconque, que de s’interroger sur la responsabilité que l’on porte soi-même. Ce fait est courant, sinon devenu banal et sans doute normal, pour celui qui s’est ainsi présenté au peuple français.

    En l’occurrence, une guerre dont les responsables sont loin de ne se résumer qu’aux seuls désignés par l’Elysée, rend criminelles toutes les forces qui s’y sont livrées.

    Inutile de dire que lorsqu’on a eu un ministre des Affaires étrangères qui a émis de tels propos:

    https://www.youtube.com/watch?v=g9FiUF7N-PA on se sent légitimé à envisager des poursuites « y compris devant la Cour pénale internationale »:

    http://www.leparisien.fr/politique/visite-de-poutine-a-paris-fillon-est-pour-jadot-contre-le-kremlin-se-prepare-10-10-2016-6190951.php

     

     

     

  • Cynisme et crimes de guerre

    Imprimer Pin it!

    IMG_1003.jpg

    Le Prix Nobel de la paix vient d’être remis au Président colombien qui, a risqué tout son capital politique pour mettre fin à un demi siècle de guerre fratricide selon ce qui est rapporté par le grand quotidien français Le Monde de la décision prise par la Fondation pour honorer Juan Manuel Santos.

    Le bilan actuel de cette guerre fratricide est de plus de 260’000 morts, 45’000 disparus et 6 millions 900’000 déplacés, toujours selon Le Monde.

    En Syrie, dont Wikipedia nous dit qu’il s’agit d’une guerre civile ou révolution qui a débuté en 2011 dans le contexte du Printemps arabe, c’est, toujours selon l’encyclopédie en ligne, près du double de morts et de disparus que l’on compte.

    S’exprimer sur ce conflit ravageur et se risquer à refuser le point de vue manichéen qui classe dores et déjà les bons et les méchants, est devenu presque impossible tant les sensibilités se sont aiguisées.

    N’a-t-on mieux à faire que de s’accuser de tel ou tel parti pris? N’a-t-on mieux à penser que de considérer d’emblée les uns du bon côté parce qu’ils auraient compris l’inhumanité de ceux qui sont de facto, du mauvais côté?

    N’y aurait-il pas plus urgent à réaliser comment pareil carnage a pu dégénérer tandis que l’on brandissait la démocratie bafouée et qu’on incitait à se révolter contre celui qui tenait le pays d’une main de fer?

    Combien de fois n’a-t-il pas été recouru à ce scénario du président abusif ou corrompu pour mobiliser des foules?

    Le résultat?

    Autant de démocraties nouvelles que d’espoirs déçus sinon en attente de se voir concrétisés. Mais l’essentiel a été accompli, le cynisme a oeuvré.

     

  • L’enfant, de Dieu ou de l’homme...

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-08 à 12.41.16.png

    capture d’écran: http://www.etreproactif.com/wp-content/uploads/2014/09/Être-proactif-Amour-Equation.jpg

    Avec la publication des lettres de François Mitterrand à Anne Pingeot, on a déjà droit à tout et son contraire. 

    Normal.

    Justement, à propos de ce Président qui s’est présenté tel, François Mitterrand n’a pas été tendre:

    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/francois_mitterrand_n_etait_pas_fan_de_francois_hollande_374733

    Pour le reste, lire ses lettres ou lire le blog de la mère du quatrième enfant de Christophe Darbellay donne un aperçu -sinon une idée- de situations qui ont pu être comparées mais qui ne semblent pas vraiment avoir de quoi l’être:

    http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/13170351

    Entre l’enfant de Dieu dont s’estime être la mère, cette femme rencontrée un soir d’hiver à Berne et l’enfant présenté comme seul vrai cadeau fait par François Mitterrand à celle qui l’a connu dès son plus jeune âge, on peut, certes, se désintéresser de ces publications.

    Elles sont néanmoins là, reflets d’une condition humaine sans cesse recommencée:

    http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-pingeot-et-francois-mitterrand-l-histoire-d-un-amour-cache_1859149.html

     

  • L’Ukraine et le Donbass, regards sur une guerre qui n’en finit pas

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-06 à 15.55.57.png

    capture d’écran de: http://www.investigaction.net/entretien-avec-petro-simonenko-le-processus-de-fascisation-et-de-de-communisation-de-lukraine-1ere-partie/

    Voici que l’on reparle du sud-est de l’Ukraine dans quelques médias mainstream.

    Il semble que le point de vue soit soudain plus nuancé.

    C’est, à en croire Xavier Moreau, analyste français vivant à Moscou, que le narratif occidental qui a dominé jusqu’à maintenant, serait mis à mal.

    Le fait est que la libération du journaliste Ruslan Kotsaba qu’il évoque dans cet interview accordée au Think Tank Katehon est révélatrice:

    https://www.youtube.com/watch?v=9ka1FXW1M1M

    Menacé d’une peine susceptible d’aller jusqu’à 22 ans de prison, le journaliste ukrainien s’était exprimé sur l’image que son pays donnerait de son arrestation. Il en avait été question ici:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/17/la-democratie-des-uns-et-des-autres.html

    Sur l’ensemble de la situation, le point de vue de Petro Symonenko indiqué en lien sous l’image qui illustre ce sujet ne manque pas d’intérêt non plus.

    L’interview de ce secrétaire général du parti communiste d’Ukraine se déroule en deux parties.

    A lire pour comprendre comment l’ensemble des enjeux a été escamoté sinon masqué par nombre de médias occidentaux.

    Le rappeler n’est certes qu’un euphémisme.

  • Russie-Etats-Unis pour les nuls

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-04 à 23.29.25.png

    capture d’écran de   http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/relations-russie-etats-unis-entretien-avec-david-silvan?id=8066632

     

    La Russie est une puissance régionale tandis que les Etats-Unis sont une puissance vraiment globale, rappelle David Silvan, reprenant, il le dit, les propos de l’encore actuel président américain.

    Invité à s’exprimer sur la situation en Syrie dans le cadre du téléjournal de la RTS, ce professeur de relations internationales insiste sur les différences entre la Russie et les Etats-Unis, ce qu’on lui accorde volontiers.

    Sauf que ces différences, il ne les envisage qu’en termes de puissances: lrégionale, russe, la globale, états-uniennes.

    Aucune autre différence entre les Etats-Unis et la Russie n’est mentionnée.

    Culturelle, par exemple...

    Non, la Russie est tout simplement considérée comme puissance régionale.

    L’assurance avec laquelle s’exprime ce Professeur est telle qu’elle ne nous laisse aucun doute, c’est l’évidence qu’il nous sert là.

     

     

  • Droits humains, la belle affaire

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-03 à 00.45.50.png

    capture d’écran de: * http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/02/26/31002-20150226ARTFIG00150-genocide-des-chretiens-d-orient-o-sont-passes-les-defenseurs-des-droits-de-l-homme.php

    La nouvelle est tombée ce jour, le Pape a donné son accord pour l’ouverture accélérée d’une procédure de béatification du Père Hamel, égorgé alors qu’il célébrait une messe en l’Eglise de Saint-Etienne en Rouvray.

    De la cérémonie religieuse qui s’est tenue, ce dimanche 2 octobre suite à la réouverture de l’Eglise, il ne sera pas question ici, les médias en ont rendu compte.

    Ce qui motive ce sujet est une pensée pour les Chrétiens d’Orient.

    Dans un silence médiatique confondant, un nombre incalculable d’entre eux a été massacré.

    Il existe, heureusement, des personnes qui n’ont jamais ménagé leurs efforts pour rappeler le sort d’une communauté en voie de disparition.

    Ainsi en est-il, par exemple, de Patrick Karam qui ne cesse d’alerter sur les conditions dans lesquelles se trouvent autant de Chrétiens.

    Honneur soit rendu à son combat contre l’indifférence avec laquelle l’Occident laisse mourir des milliers d’être humains.

    L’an dernier,  Jean d’Ormesson s’est exprimé, lui aussi, sur ce qu’il n’a pas hésité à appeler génocide*.

    Pour tant de défenseurs de droits humains qui ne manquent jamais une occasion de s’élever contre qui les bafoue, on admire leur précipitation à dénoncer l’insoutenable: 

    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/08/15/31002-20160815ARTFIG00051-chretiens-d-orient-la-tragedie-des-derniers-oublies-de-l-histoire.php

     

  • Alep autrement

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-01 à 21.20.58.png

     capture d’écran de: http://www.tdg.ch/monde/moyen-orient/Le-principal-hopital-d-Alep-encore-bombarde/story/14299018

     Dans le précédent sujet de ce blog, un extrait de propos tenus par l'islamologue Bassam Tahhan sur Alep a été cité.

    En commentaire, a été posté l’ensemble de l’entretien accordé par cet homme de Lettres qui revient, entre autre, sur l’appellation de boucher attribuée au Président syrien.

    Il est important de suivre ces quelques vingt minutes que dure l’interview de Bassam Tahhan.

    Ne serait-ce que pour saisir la complexité d’enjeux qui obligent à une prise en considération moins partielle et partiale que celle qui est ressassée par les représentants de la communauté internationale:

    https://www.youtube.com/watch?v=Awe2ASdZExs

    Dans ce sens, quand nombre de commentateurs dénoncent la propagande qui caractériserait l’information livrée par certains pays, on se demande si la conscience de leurs semi-vérités à eux -sinon de leurs mensonges- les effleure.

    Au bénéfice du doute, ils ont droit.

    Mais le public auquel ils s’adressent est lui aussi en droit de savoir ce qui se passe et non ce qu’on lui impose de savoir.

     

  • Alep, rappel et autres considérations

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-10-01 à 00.07.32.png

                                                      capture d’écran Twitter #bassamtahha

    Certains le connaissent, il est islamologue, politologue et professeur de Lettres arabes.

    Bassam Tahhan est Franco-Syrien.

    Alors que la situation à Alep alerte tant de médias, voici ce qu’il en dit:

    https://twitter.com/hashtag/bassamtahhan?src=hash

    Mais qui ignorerait, encore, que l’information, pis, l’émotion soit sélective?

    A leur corps défendant ou pas, les journalistes qui contribuent à répercuter des points de vue orientés vont au-delà de l’information. 

    Ils jugent et décident qui est victime de qui et comment.

    Pendant ce temps-là, la vie s’en va mais comme ils savent à cause de qui et pourquoi, ils continuent de montrer du doigt les mêmes.

    Puisse ce sinistre procédé cesser avant qu’il ne soit trop tard, c’est ce qu’il ne reste plus qu’à souhaiter à autant de martyres en Syrie et partout ailleurs où l’innocence est prise en otage.