04/11/2016

Merci pour ce moment?

Capture d’écran 2016-11-04 à 11.14.52.png

                            capture d’écran de: https://www.youtube.com/watch?v=XVoiy-nJITw

Monsieur Cohen, nous ne sommes pas là pour faire la pause dit Dominique de Villepin à Patrick Cohen qui l’interrogeait ce 3 novembre dernier.

Comme traitement d’un ouvrage et de son auteur, cette émission -dont le lien figure sous la capture d’écran qui illustre ce sujet- en est un exemple éloquent.

Le fait est que l’Ancien Premier Ministre français ne s’en laisse pas conter et reste fidèle à lui-même contrairement à ce que ce journaliste voudrait nous faire croire.

Par exemple lorsqu’en tout début démission, Patrick Cohen lance un: On se dit en vous lisant, heureusement qu’il est plus au pouvoir et de bémoliser ensuite par un ou bien c’est parce que vous n’êtes plus au pouvoir que vous dites qu’il ne faut jamais utiliser la force.

Villepin réplique et rappelle, à juste titre, qu’il a sans cesse défendu cette même position. 

Il suffirait à Patrick Cohen de lire ou de relire Le Requin et la mouette, paru en 2004, un an après que Dominique de Villepin a tenu son célèbre discours à l’ONU.

Mais on comprend d’autant comment le fondateur de République Solidaire a été empêché de se présenter à l’élection présidentielle de 2012:

https://www.payot.ch/Detail/eclipse_dun_poete_solidaire-h...

Ce genre d’interview n’est qu’une illustration de plus de la manière torve qu’ont certains journalistes d’interroger.

11:47 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

La liberté d'expression est un droit inaliénable, et chaque journaliste doit avoir le droit de poser les questions qu'il veut et comme il le veut; mais il est normal qu'une personne d'une certaine éducation se comporte comme elle a été éduquée, et il est normal qu'un (...) pose des questions de (...) Donc, pour que les moyens d'information s'ajoutent aux trois autres pouvoirs constitutifs de la démocratie et ne deviennent pas un outil de propagande ou d'influence des opinions, et donc qu'il conserve sa liberté d'expression, il faudrait soit des quotas de journaliste en fonction de critères d'appartenance communautaire, ce qui est impossible à faire en toute justice pour l'instant vu que toute la population n'est pas entièrement communautarisée; soit établir des certificats d'aptitude à l'exercice de la profession et un service de police pour contrôler tout ça, ce qui n'est pas davantage possible dans l'état actuel de l'opinion --que contrôlent ces mêmes médias-- qui sont pourtant les premiers à nous faire savoir que la police est là pour défendre nos libertés. Eux, bien entendu, se considèrent tellement au-dessus de tout ça, qu'il ne reste plus qu'à les ignorer ou à les éliminer.

Écrit par : christian bitard | 04/11/2016

Répondre à ce commentaire

La France des Lumières écrivait-elle, disait-elle tout et/ou n'importe quoi?
Il y a une question d'éducation mais une indispensable sensibilité qui permettrait aux journalistes de poser les questions qui conviennent ce qui implique un travail important de préparation, de connaissance du sujet, du thème, de la conjoncture, du contexte. etc.
J'apprécie, en cas de questions franchement indiscrètes, le refus de répondre des personnes concernées en souhaitant qu'elles croissent en nombre, qu'elles osent... dire "non"!

Une femme de radio d'antan, Marie-Claude Leburgue, Genève et Lausanne, è la voix soleil attendait réponse à sa première question pour poser non une nouvelle question préparée à l'avance mais une question directement à partir de la réponse de l'interlocuteur/trice

et c'était tellement au point qu'ensuite Mme Leburgue ne posait pratiquement plus aucune question ses invités s'exprimant selon leurs vies, expériences, croyances, activités, etc.

Il ne saurait y avoir pouvoir sans risque d'abus.

Inoubliable discours à l'ONU de Dominique de Villepin.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/11/2016

Répondre à ce commentaire

Mais qu'attendre d'un Patrick Cohen... ma chère Hélène !!!

Écrit par : xénia | 05/11/2016

Répondre à ce commentaire

Effectivement ! Biaiser est un art et certains l'exercent à la perfection.

Écrit par : Michel Mottet | 05/11/2016

En regardant la video ci-dessus, je suis certain que
De Villepin ferait un excellent (et d'ailleurs a été) un excellent diplomate ou ministre, car il a pour philosophie de garder contact avec les ennemis de son pays en toute circonstance, comme le ferait un bon chrétien.
Cependant pour accéder à un poste de diplomatie aussi élevé il faut être un menteur professionnel. Si ce ne sont pas des mensonges directs, ce sont des mensonges par omission, c'est-à-dire qu'il cache sans arrêt des vérités imporatantes à son peuple, se cachant par exemple derrière l'excuse de : secret d'état .
Ce qui me fait penser qu'il a toujours espoir de retrouver un bon poste dans le gouvernement, c'est qu'il ne dénonce pas, comme dans le cas la Syrie, les activités de déstabilisation de son pays à l'encontre de la Syrie, comme l'a fait à sa manière Roland Dumas qui, n'ayant plus rien à perdre, a montré du doigt le principal bénéficiaire, (et responsabe ?) : Israël.

Écrit par : Richard Kohler | 05/11/2016

Répondre à ce commentaire

Hélène Richard-Favre,

"lorsqu’en tout début démission, Patrick Cohen lance un:
"On se dit en vous lisant, heureusement qu’il est plus au pouvoir" et de bémoliser ensuite par un "ou bien c’est parce que vous n’êtes plus au pouvoir que vous dites qu’il ne faut jamais utiliser la force."

Villepin réplique et rappelle, à juste titre, qu’il a sans cesse défendu cette même position.", écrivez-vous.

Et pourtant à l'époque vous avez dû sans doute regarder attentivement une intervention de Dominique de Villepin sur France 3, à savoir le 4 mars 2012 -juste 11 jours avant ses "sauf un miracle républicain" dans le journal télévisé du TF1- quand l'Ancien Premier Ministre appelait aux "frappes ciblées contre les institutions civiles et militaires syriennes"

("Au "soir 3" du 04-03-2012, Villepin appelle à la GUERRE à la SYRIE"

https://www.youtube.com/watch?v=4001ogEah-w&feature=youtu.be )

Je crois que cela ne sert pas à grande chose d'écrire "Mémoire de Paix" quand on a des trous de mémoire concernant la Guerre.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 06/11/2016

Répondre à ce commentaire

Vladimir Trofimov,

Non seulement j’avais vu cela mais j’en avais même traité ici en rappelant l’évolution de la position de Dominique de Villepin:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/08/28/temp-d23a74c79050df03a7969d42f7ef4acd-246192.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/11/2016

Répondre à ce commentaire

Donc, Hélène Richard-Favre, on pourrait arriver à une conclusion que si Dominique de Villepin était élu Président en 2012, Bachar Ier aurait peut-être déjà cessé de régner sur la Syrie, tout comme Mouammar Ier avant lui avait cessé de régner sur la Libye pendant la règne de Nicolas Ier sur la France.

Et c'est peut-être en royaume russe qu'il faut aller chercher l'explication de l'énigme "j'ai été empêché" de Dominique de Villepin ?

Si cette hypothèse de travail s’avérait vraie, quatre ans après, en 2016, juste dans deux jours maintenant, on entendra peut-être Hillary Clinton prononcer presque les mêmes paroles pour les mêmes raisons ? :-)

Écrit par : Vladimir Trofimov | 06/11/2016

Répondre à ce commentaire

Vladimir Trofimov,

Je vous laisse à vos hypothèses bien hasardeuses...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/11/2016

Répondre à ce commentaire

Un contributeur collègue, Valdimir Trofimov, cite "le règne des prénoms (pourquoi?)de Bachar, Mouammar et Saddam".

Est ce que ces trois pays ne regrettent-ils pas ces "règnes" mille fois qu aujourd hui et il faudrait leur demander ce qu ils en pensent et ne disent ils pas que c était bien bien meilleur avant et vivement l époque de ces dictateurs? A quoi sert elle cette médecine administrée par les "libérateurs" si en fin de course, elle ne conduirait qu à la mort des "patients"? Au fait, c est quoi cette médecine du 21 ème siècle soi dite "civilisée et à la pointe du progrès de l Humain"?

Écrit par : Charles 05 | 06/11/2016

Répondre à ce commentaire

Charles 05,

Vladimir Trofimov «  cite », comme vous le faites remarquer. Mais lance une hypothèse fort hasardeuse.

Or le propos du sujet publié ici est l’attitude du journaliste Patrick Cohen pour ne pas le nommer. Merci, dès lors, de rester dans le sujet proposé ici.

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/11/2016

Répondre à ce commentaire

Hélène Richard-Favre,

Quand le 6 novembre 2016 j'écrivais ici

"Si cette hypothèse de travail s’avérait vraie, quatre ans après, en 2016, juste dans deux jours maintenant, on entendra peut-être Hillary Clinton prononcer presque les mêmes paroles [ « j'ai été empêché » ] pour les mêmes raisons ? :-)", vous m' avez laissé à mes "hypothèses bien hasardeuses...".

Avec un petit retard, mais Hillary Clinton aurait finalement prononcé "presque les mêmes paroles".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/11/13/97001-20161113FILWWW00011-clinton-accuse-le-directeur-du-fbi-d8217etre-responsable-de-sa-defaite.php

CQFD :-)

Personnellement, je suis content de cette « issue » qu'on peut interpréter de différentes façons, au moins, espérons que cela fera revenir d'avantage l'inspiration à « notre » « poète solidaire » national :-).

Ainsi je pense que qualifier -après coup- Donald Trump d'un « empereur fou » n'est pas mal comme départ:

http://www.non-stop-politique.fr/actu/deja-vu/election-americaine-pour-dominique-villepin-donald-trump-est-empereur-fou-clown-winner

PS : suite à vos conseils, j'aurais préféré de mettre le mot « notre » en italique au lieu de le mettre entre guillemets, mais malheureusement le système des commentaires de la « Tribune de Genève » ne le permet pas.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 13/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.