29/11/2016

Fourest-Shevchenko, même inculture assassine de mémoires.

Capture d’écran 2016-11-29 à 13.47.27.png

 

Quand Caroline Fourest s’exprime, c’est tout en finesse et en doigté.

La voici qui monte au créneau de la laïcité pour tacler la porte-parole de François Fillon.

Il est vrai qu’en tant qu’ancienne compagne de la scieuse de croix, devenue Marianne du Président encore en place en 2013, Caroline Fourest supporte mal ce signe:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/07/14/temp-e02b65eb6...

Or si elle avait, au préalable, pris la peine de s’entretenir avec Valérie Boyer, celle-ci aurait sans doute pu lui expliquer le sens de cette croix qui renvoie à un pan d’Histoire.

Cette croix, Valérie Boyer la porte en mémoire du génocide des Arméniens que la Turquie s’obstine à ne pas reconnaître.

Alors Madame Fourest, grande défenderesse de droits d’humaines personnes, devrait se réjouir de trouver en Valérie Boyer une femme du même bord.

Au lieu de quoi, comme son ancienne compagne qui avait scié la croix érigée en mémoire des victimes torturées et assassinées par la TCHEKA-NKVD entre 1920 et 1930,  Caroline Fourest vilipende celle qui tient à la mémoire du peuple arménien.

Triste inculture ou triste femme ou les deux ensemble.

 

Commentaires

Il est bien dommageque Valérie Boyer ait, paraît il retiré sa jolie croix arménienne après les aboiements de C. Fourest.
Il est vrai que cette dernière ne tolère que les femmes au torse nu, paré de la seule inscription "f..k God". La classe quoi !

Écrit par : Marie | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

A l’image, on voit le pull de Valérie Boyer sans la croix qui s’affichait dessus. Ce qui ne signifie pas forcément qu’elle l’ait retirée mais tout simplement recouverte par le pull.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Hélène Richard-Favre,

Merci pour ce développement fort intéressant mettant en scène trois femmes et un homme.

Un seul bémol, c'est votre phrase « victimes torturées et assassinées par la TCHEKA-NKVD entre 1920 et 1930 » où vous manifestez votre méconnaissance de l'histoire de PCUS, tout à fait pardonnable compte tenu du fait que le russe ne sera jamais votre langue maternelle:-)

Donc pour vous corriger cette petite erreur factuelle, sachez que «  TCHEKA » (plus exactement « 'TCHE' 'KA' » ) et NKVD étaient deux entités différentes opérantes dans les périodes historiques différentes. En particulier, NKVD a été créé le 10 juillet 1934 par le décret du Comité Central Exécutive de l'URSS et donc n'avait rien à voir avec les « victimes [supposées ou réelles] torturées et assassinées... entre 1920 et 1930 ».

http://www.memo.ru/history/nkvd/stru/prikazy1.htm

Quant au fond de ma critique concernant votre mise en scène, je préférerais, et de loin, une autre distribution des protagonistes -plus clivant certes- mais en même temps permettant de protéger d'avantage les mémoires contre toutes sortes d'agissements.

Tout d'abord, évidemment que Rémy Pflimlin, l'ex-patron de France Télévision est très mal placé dans le contexte des idées sinon d'idéologie que vous me semblez d'être en train de promouvoir. Logiquement il serait plus juste sinon pertinent de le remplacer par sa « successeuse » (attention à bien articuler !:-) ) Delphine Ernotte, une féministe enragée, parait-il.

En procédant de la sorte, on aurait quatre femmes, trois femmes passablement moches et insignifiantes vs. magnifique Valérie Boyer, telle Angélique des Anges, avec Jésus dans son cœur, et l'on pourrait s’arrêter là.

Mais je pense que ce serait injuste de plusieurs points de vue, et en particulier, vis-à-vis d' -aussi très belle- Nathalie Poklonskaja, Députée fraîchement élue de Chambre Basse du Parlement russe  (Douma)

Car ce qui c'est passé ce 9 mai 2016 lors du « défilé du Régiment Immortel » (*) en Crimée a dû laisser perplexe un grand nombre d'observateurs russes y compris un certain Édouard Limonov.

http://www.svoboda.org/a/27725608.html

Nathalie est vraiment très belle (la seule chose que j'ai pu dire à l'époque à son sujet à mon collège-contributeur Charles 05).

Sur la photo du défilé du 9 mai 2016 à Simphéropol elle porte, d'un côté, l'uniforme blanche (qui lui va à merveille d'ailleurs) du « général de justice » (elle était la procureur de la République de Crimée à l'époque des faits), et de l'autre côté, elle porte dans ses mains une icône de Nicolas II, martyre Sacré promu au rang des Saints par l’Église Orthodoxe Russe. C'est pour ça que l'article dans « Svoboda » s'intitule « La petite fille de Nicolas II.

Donc, dans cette répartition des quatre femmes, pour Valérie Boyer et Natalie Poklonskaja il s'agirait bien du même combat -:)

Bien à vous

(*) cf le sujet de votre blog où il était question du même défilé à Genève

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/05/14/ce-14-mai-a-geneve.html

Écrit par : Vladimir Trofimov | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Vladimir Trofimov,

"Cette croix avec le crucifix catholique a été installée en 2004 lors de la « révolution orange » par les uniates de Transcarpathie en mémoire des victimes—les personnes torturées et assassinées en 1920-1930 par la Tchéka-NKVD. » est-il écrit dans cet article:

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/societe/201208181022451817-les-militants-du-femen-ont-scie-la-croix-catholique-a-kiev/

Peut-être devriez-vous écrire à vos compatriotes russophones et leur signaler ce que vous estimez être une erreur.

Il ne suffit pas de s’amuser à retourner à votre hôtesse certaines de ses formulations, même de manière sympathique :-). Aller au-delà du simple retour à l’envoyeuse permet de s’épargner temps et énergie!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Merci Hélène Richard-Favre de votre invitation de contacter mes "compatriotes russophones ".

Sauf qu'il faut déjà bien préciser de quelle "russophonie" parlez- vous. Car en Russie multinationale et multiconfessionnelle la langue russe n'est pas une langue d’État, me semble-t-il, et de toutes façons elle ne pourrait pas donner lieu à une caractérisation juridique de mes « compatriotes ».

Par contre, on peut et il faut bien parler de la Francophonie en tant qu'événement, en tant que nation, voir en tant que civilisation. Ainsi par exemple, au Canada il existe actuellement un poste de ministre du Développement international et de la Francophonie ou bien, la dernière intervention publique digne d’intérêt de François Hollande, le président normalement sortant, était celle qu'il a faite au dernier sommet de la Francophonie, sommet qui a eu lieu les 26-27 novembre à Madagascar.

http://www.rfi.fr/afrique/20161127-madagascar-hollande-sommet-francophonie-france-coloniale-crimes-independance

Quand à votre citation du « Sputnik » « francophone », citation qui apparaît d'ailleurs sans guillemets dans votre sujet de blog, sachez que ce « Spoutnik » que j'ai qualifié l'autre jour sur votre blog d'être un générateur quasi-automatique voir robotique du vide abyssale et du néant, donc sachez que très bientôt les forces vives de la Russie procéderont à un remplacement tranquille mais méthodique de ces nuls par des gens compétents et réellement loyales à la Russie. Et ce restera vrai pour tous les autres domaines de l'activité humaine s'inscrivant dans le cadre social.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Vladimir Trofimov,

Pour votre information, puisque vous insistez décidément, je n’ai pas cité l’article de « Sputnik » dans mon sujet de blog sans quoi, je l’aurais indiqué en référence.

Et si vous aviez un peu mieux prêté attention au propos de mon sujet et à celui de mon commentaire, vous vous seriez à nouveau épargné temps et énergie à commenter en vain.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Hélène Richard-Favre,

Si une partie de phrase « en mémoire des victimes torturées et assassinées par la TCHEKA-NKVD entre 1920 et 1930 " tirée de votre sujet de blog n'est pas une citation sans guillemets d'un morceau « choisi » de cette phrase du "Sputnik":

"Cette croix avec le crucifix catholique a été installée en 2004 lors de la « révolution orange » par les uniates de Transcarpathie en mémoire des victimes—les personnes torturées et assassinées en 1920-1930 par la Tchéka-NKVD", phrase que vous citez par la suite dans votre commentaire, alors c'est quoi ?

Du plagiat ?

Ce matin, à tête reposée, je me pencherais plutôt pour cette dernière version.

Car en omettant «  - les personnes » du texte original du « Sputnik », soit vous tentez de nous faire croire qu'il s'agirait en réalité de vos propos authentiques, soit vous commettez une faute -subtile certes mais quand-même- de style et/ou de sémantique (français(e)).

Car à vous lire, on arrive très difficilement à comprendre « « victimes » » de quoi et de qui étaient vos « victimes ». La seule chose qu'on peut dire c'est que vos « victimes » non identifiées ont été en plus « torturées et assassinées par la TCHEKA-NKVD entre 1920 et 1930 ", tandis que dans la version authentique du « Sputnik » cette partie de phrase « —les personnes torturées et assassinées en 1920-1930 par la Tchéka-NKVD » sert justement pour préciser l'ensemble des victimes dont il est question.

Hélène Richard-Favre, sachez qu' en général, je n'ai rien contre le plagiat mais à condition que ça ne nuit pas directement à l’intérêt général ou bien sauf s'il est utilisé, dans le premier temps, pour duper les services de renseignements des puissances étrangères, comme c'était manifestement le cas avec le plagiat prétendument fait par Vladimir Poutine dans son projet de thèse en économie thèse écrite définitivement à l'époque quand il travaillait encore dans l'équipe du Maire de Saint-Pétersbourg Anatoli Sobtchak, dans les années 90 du siècle dernier.

Ce plagiat s'est avéré, in fine, d'autant plus « anodin » pour l'avenir économique de la Russie que Vladimir Poutine écoute aujourd'hui avec la plus grande attention son meilleur conseiller en économie, un homme qui, fort heureusement, est connu d'être un fin connaisseur de l'école keynésienne et d'être notre ami commun par-dessus le marche, ami  qui me disait toujours grand bien de vous.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 30/11/2016

Répondre à ce commentaire

Vladimir Trofimov,

Que de temps pour écrire et salir!

Pensez-vous que Sputnik soit ma seule référence?

Pensez-vous que je ne me sois renseignée avant d’écrire le sujet relatif aux victimes en mémoire desquelles la croix sciée par la FEMEN devenue Marianne en 2013 a été érigée?

Alors avant de dresser des procès d’intention à votre hôtesse, merci de reprendre vos esprits et de vous épargner, encore une fois, temps et énergie.

On s’en portera d’autant mieux.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 30/11/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette remise en boîte !

Écrit par : Michel Mottet | 01/12/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.