10/12/2016

Abus, trahisons politiques et extrémismes

 

On l’a constaté, certains se sont réjouis de voir Jérôme Cahuzac condamné. 

Le journaliste Edwy Plenel s’est félicité d’avoir tiré la sonnette d’alarme, d’avoir donc, en quelque sorte, été ce qu’il semble désormais convenu d’appeler un lanceur d’alerte.

Si l’ancien ministre du Budget a trahi, il n’est sans doute pas le premier dans son genre.

Que dire de celles et ceux qui ont promis, promis et promis au nom d’une croissance dont ils allaient s’employer à relever le niveau? En vain.

Leur trahison a plongé nombre de personnes, de ménages, de familles et d’entreprises dans une misère qui n’a, parfois, plus trouvé d’autre issue que la rue sinon le suicide.

A ces bonimenteurs, justice n’a pas été rendue sinon, peut-être, par les urnes.

A cet égard, le rôle des réseaux sociaux a pu être relevé. Mais pour y découvrir haine, insultes et  détournements divers au moins autant qu’analyses, sens critique et débats d’idées raisonnables.

Alors?

Sanctionner une politique et la rejeter peut-il encore se concevoir sans risquer l’extrémisme tandis que sa montée s’observe ici et là?

Poser la question n’est pas y répondre.

 

Commentaires

Un a été attrapé, parmi tant d'autres, dont les chef d'Etat, qui, effectivement pourraient être jugés sur des promesses non tenues, ou mensongères. A mes yeux la promesse mensongère est consciente dans l'homme d'Etat, qui l'utilise pour se faire élire ou rester en place et c'est une faute à condamner. La promesse non tenue est un projet que les évènements n'ont pas permis de se réaliser. C'est un peu différent, sauf que cela n'autorise pas un candidat à promettre monts et merveillse.
Quant à Cahuzac, il n'a rien promis, il a mentit consciemment, devant ses pairs et devant son président de la manière que l'on sait. Et finalement devant le peuple.
C'est un menteur patenté, une honte et il doit être condamné, fermement. Sa femme aussi, qui a déclaré savoir qu'elle se savait hors la loi.
Alors oui, il y en a peut être d'autres, un peu plus malins ou chanceux, certes, mais cela ne saurait contribuer à disculper le condamnè, qui rappelons-le a prêté serment devant la République et le monde en tant que médecin. Qu'a t'il fait sous ce serment, sinon planter des cheveux, Médecine de luxe, non indispensable, mais lucrative. C'est un traitre, à son mandat politique, à son gouvernement, à son président, à son pays, à son peuple, au monde médical et à au monde en général. Qu'il ne soit pas le seul ne le l'excuse pas, mais doit encourager la justice à poursuivre tous ces justiciables

Écrit par : le docteur | 11/12/2016

Pour Cahuzac, qui par son job de ministre était sensé chasser et démasquer les fraudeurs, il en est devenu UN et pas n importe lequel!. Faute pénale et faute morale.

Ce qu il a fait c est comme confier les jeunes filles en détresse ou déroutées à une école de correction dirigée par DSK, cqfd!

Mais c est vrai que ceux qui ont portés entorse à leurs promesses voire qu ils ont fait carrément l inverse doivent se soumettre au même jugement qui devrait être confié à l assemblée nationale ou le Sénat ou la Cour Constitutionnelle. Par exemple aux USA, le Congrès qui vaut ce qu il vaut a des contre-pouvoir et le Président des States n a pas un pouvoir absolu d un Empereur ou d un Monarche!

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 11/12/2016

@le docteur
C'est là qu'on voit que la dictature a du bon : plus besoin de faire des promesses intenables . Le peuple n'a qu'à s'adapter au système.
Tout système est valable en soi, car il fonctionne. Mais nos démocraties ignorantes ( laissées dans l'ignorance et lobotomisées ) ne peuvent pas comprendre cela.

Écrit par : Richard Kohler | 11/12/2016

@Richard Kohler,
C est vrai ce que vous dites " C'est là qu'on voit que la dictature a du bon : plus besoin de faire des promesses intenables "

Autrement dit, si les futurs dirigeants signeraient en quelque sorte un cahier de charge établi par eux mêmes incluant leurs promesses pré-électorales. Et si un non respect de ce cahier avait eu lieu en cours ou en fin de mandat par une instance constitutionnelle, on aurait eu aujourd hui soit un nombre de candidats actuels à la Présidentielle,¨le cas échéant en mai 2017, nombre qui fondrait comme neige en plein soleil, soit que leurs promesses soient identiques à celles des autres concurrents (des photocopies) soit tout bêtement des promesses fades et insignifiantes...

Écrit par : Charles 05 | 11/12/2016

Merci, docteur pour vos conseils et éclairages.

Le 9 décembre 2016, j'ai eu un long entretien avec un collaborateur de Madame Nabiullina, Présidente de Banque centrale de la Fédération de Russie, collaborateur dont la tâche principale consiste dans l'étude des schémas à forte composante corruptionnelle dans les banques russes.

Il faut savoir que L’État et la démocratie russe post-soviétiques sont encore trop jeunes pour avoir ce niveau de culture de regard critique qui est heureusement largement répandue dans les sociétés occidentales. Et bien sûr qu'ils sont encore à trente années lumière de la réglementation (recommandations) de Bale – I, sans parler de Bale – II ou III.

Au cours de l'entretien, pour l'inspirer davantage par mes expériences françaises diverses et variées, j'ai trouvé opportun d'attirer l'attention de mon interlocuteur au cas Cahuzac.

Quand au problème de chute de cheveux, vous avez raison, la médecine de luxe n'est qu'un énorme mouroir aux alouettes dans la matière et cela me fait présupposer que votre spécialité médicale est généraliste voir « large spectre ».

Depuis que Gérôme Cahuzac conte des fables aux faibles et compte ses sous sur les comptes numérotés suisses, il a complètement oublié qu'il y a des facteurs à la fois génétiques et hormonaux qui provoquent la chatte des cheveux et que les (im) plantages des cheveux aux directeurs informatiques en préretraite ne font qu'augmenter le risque des plantages des systèmes informatiques dont ils sont responsables.

Un autre sujet passionnant lie aux cheveux est la nature, la structure et la texture du follicule pileux d'un homo sapiens lambda car, clairement, le follicule, ce n'est ni une cellule, ni un organe, ni un tissu du corps humain.

Alors qu'est-ce que c'est ?

Écrit par : Vladimir Trofimov | 11/12/2016

Cher Monsieur Trofimov, Merci de votre commentaire:
Je dois apporter 3 précisions:
1. Le follicule pileux est une cavité sous la peau, pourvue d'ADN, donc parfaitement intégrée au corps humain, comme d'autres cavités: Le crâne, la ouche, le nez, l'estomac, la vessie, l'utérus et d'autre, je n'allonge pas.
2. Non, je ne suis pas généraliste, mais chirurgien orthopédiste et traumatologue spécialiste FMH et pionnier dans bien des activités. C'est un titre octroyé par les autorités suisse. Ma vie professionnelle est autrement plus dense que celle d'implanter des broussailles sur la tête. Bien plus prenant et bien moins lucratif. Mais fascinant.
3. Outre toutes les trahisons dont Cahuzac est l'auteur, encore une fois, ce confrère a prêté serment, le serment d'Hippocrate, qui nous lie à traiter sans aucune différence un humain à l'autre, même sur un champ de bataille, même à Alep. C'est le plus important et le plus lourd des serments, au dessus de tous les autres. Cahuzac a trahi, également son serment. Le Dr Mengele ausssi.
Bien à vous

Écrit par : le docteur | 11/12/2016

@le docteur,

Cahuzac, a t il prêté le serment d Hippocrate ou celui d Hypocrite?

Il n est pas le seul parmi les politiciens car il y a d autres nombreux "docteurs-toubibs" de la politique actuelle et du "Real Politik". Ils prescrivent des médicaments et des traitements qui ne mènent en fin de compte qu à la mort des patients. A quoi bon cette "médecine politique" du 20ème et 21 ème siècles? Regardons ce qui s est passé avec les guerres contre le Vietnam, l embargo contre Cuba, guerres contre l Afghanistan, le Pakistan, l Irak, la Libye, le Yémen et la Syrie ...

Écrit par : Charles 05 | 11/12/2016

Merci encore une fois, docteur, pour tous ces enseignements.

Je vais creuser l'histoire de la cravité.

Quant au Dr Mengele que vous placez à côté d'Aix-Dr Cahuzak sur l'axe X, il faut quand même reconnaître que sur l'axe Y, voir Z, ils sont assez éloignés l'un de l'autre. Donc mon hypothèse concernant votre "large spectre" n'était pas si loin de la vérité.

Bien à vous

Écrit par : Vladimir Trofimov | 11/12/2016

Avec Fillon on sait que la croissance de l'état de précarité des uns et de richesses accrues des autres sont assurée mais qui jurerait que Fillon, aux présidentielles, ne l'emportera pas?

Macron, ou Valls, annoncent-ils un revirement de situation?

Nous assistons à une déshumanisation par le moyen d'une "décivilisation" des humains: qui lutte, qui résiste?

A d'éventuels "rebelles" empêcheurs de tourneurs en rond à force d'accumulation marchande avec mondialisation de marchés au service des finances toutes puissantes quel sort réservera-t-on?

"Laisser faire" en imaginant que le bon sens finira par vaincre la servilité de nos dirigeants pris dans un tel engrenage à force de globalisation?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/12/2016

« Avec Fillon on sait que la croissance de l'état de précarité des uns et de richesses accrues des autres sont assurée »

C'est pas comme-ça que cela fonctionne, justement... essayons cette "image":

Il y a peu d'années, les voitures de catégorie moyenne (2 L de cylindrée), étaient équipées de blocs moteurs lourds consommant (pour les moins gourmands) plus de 10 l. d'essence au 100 km.

Pour des questions de rendement énergétique, d'économie et d'écologie, les constructeurs proposent depuis peu de temps, pour les mêmes voitures de catégorie moyenne, des blocs moteurs fortement allégés, plus petits, de moindre cylindrée (-30 à 40%), pour une puissance équivalente voire supérieure avec une consommation réduite de 50%.

Et qu'est-ce que ça à voir avec cette histoire de 500000 fonctionnaires en moins, me direz vous ?
Justement, tout !

L'Etat français est un mille-feuille grassouillet où les couches de mayonnaise sont plus nombreuses que les couches de jambon.

Dès lors, Il parait évident que M. Fillon n'ira pas tailler dans le muscle ou le jambon.

Est-ce si difficile à comprendre ?

Écrit par : petard | 11/12/2016

On a observé depuis très longtemps qu'en France, mais pas qu'en France, faire des économies ne signifie pas que l'Etat revoit ses dépenses en dépensant moins et mieux sans jamais toucher au social sinon pour l'améliorer, l'indexer, à la culture (j'ajouterais la recherche mais ses applications-implications selon lesquelles?) et la santé à l'origine la médecine Art touchant au sacré désormais entreprise commerciale par le vocabulaire les patients devenus clients non pas tant avec leurs exigences propres que celles de leurs soignants avec, bientôt, une "équipe" pour soigner un rhume de cerveau... mais que l'Etat diminue progressivement ses prestations sociales en s'attaquant ainsi de préférence parce que sans grandes défenses réelles aux personnes les plus fragiles et défavorisées.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/12/2016

« que l'Etat diminue progressivement ses prestations sociales en s'attaquant ainsi de préférence parce que sans grandes défenses réelles aux personnes les plus fragiles et défavorisées.»

Fillon a maintes fois précisé dans ses discours que les personnes défavorisées ou fragilisées ne seraient pas touchées par ses mesures d'allègement.

On peut toujours rêver, me direz-vous, soit. De toute évidence sur la question du temps de travail et des salaires, il ne pourra faire n'importe comment, sans s'exposer à une France paralysée durablement par des grèves et des troubles à l'ordre public.

Écrit par : petard | 12/12/2016

Les commentaires sont fermés.